Rolande Trempé : nous perdons une grande historienne, une rebelle et une amie

Portrait de Rolande Trempé par Patrick Dumas, photographe scientifique. Publication originale par le Magazine Mondes Sociaux, reproduite avec l'aimable autorisation du Labex Structuration des mondes sociaux : http://sms.univ-tlse2.fr/

Portrait de Rolande Trempé par Patrick Dumas, photographe scientifique. Publication originale par le Magazine Mondes Sociaux, reproduite avec l’aimable autorisation du Labex Structuration des mondes sociaux : http://sms.univ-tlse2.fr/

Rolande Trempé, historienne des mondes du travail, historienne de Jaurès, historienne des femmes, Résistante et historienne de la Résistance, militante encore et toujours, est décédée subitement le 12 avril. « De battre son cœur s’est arrêté ».

Elle allait avoir cent ans le 31 mai 2016. Le Mouvement social, revue dans l’équipe de laquelle elle était entrée en 1961, en même temps que Madeleine Rebérioux, avait donc envoyé quatre de ses membres le 27 janvier pour qu’elle dise quelques-uns de ses souvenirs et sa façon de vivre et de penser l’histoire. Cet entretien paraîtra dans le n° 255 d’avril-juin 2016 du Mouvement social. On y verra la vie d’action et de passion de Rolande, et aussi comment elle est venue à l’histoire, qui n’était pas sa première idée, au terme d’un très long cheminement dans lequel les guerres, le fait d’être une femme, le refus de l’ordre établi et des conventions l’ont peu à peu entraînée vers l’histoire.

Dans le monde entier, ses articles dans  Le Mouvement social et dans d’autres publications, ses livres dont Les mineurs de Carmaux 1848-19141,  Les trois batailles du charbon 1936-19472 ou encore son chapitre de  La France ouvrière,3 disent l’originalité et la force de son approche et la manière dont elle a contribué à transformer l’histoire sociale en France, au moment où celle-ci changeait aussi dans d’autres pays.

Une des surprises que nous avons eues en éditant cet entretien a été de voir combien Rolande Trempé s’était investie dans la création de films documentaires ou de télévision, ayant aussi en la matière un rôle pionnier. On en trouvera la liste à la fin de l’entretien.
Rolande Trempé, c’était d’abord une voix, une voix ardente, chaleureuse, parfois ironique qui galvanisait les participants aux meetings ou les ouvriers en formation continue, les étudiants de ses cours, les membres de la Société d’études jaurésiennes ou les participants aux colloques en France, en Italie, au Canada ou au Mexique. On peut heureusement toujours l’entendre ou la voir sur le web, dans des programmes passionnants, ici par exemple.

Encore une autre manière de connaître la vie et l’étendue de l’œuvre de Rolande Trempé : la notice biographique que le Dictionnaire créé par  Jean Maitron avait choisi de lui consacrer, œuvre de Michelle Perrot, paraîtra prochainement dans le dernier tome de la série 1940-1968 du  Maitron aux Éditions de l’Atelier ; elle est déjà disponible sur le site maitron-en-ligne.

Par ses écrits, par ses films, par ses émissions à la radio ou à la TV, comme par sa vie, Rolande Trempé nous donne un exemple extraordinaire des façons dont il est possible à la fois de vivre une vie libre et de faire partager aux autres le métier d’historien en donnant à lire et à voir une autre façon de penser le quotidien de chacun, le collectif, le travail, les dominations et les engagements, la guerre, et donc le mouvement social.

Patrick Fridenson.

  1. R. Trempé, Les mineurs de Carmaux 1848-1914, Paris, Éditions Ouvrières, 1971 []
  2. R. Trempé, Les trois batailles du charbon 1936-1947, Paris, La Découverte, 1989 []
  3. C. Willard, dir. La France ouvrière : histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, tome 1, Des origines à 1920, Paris, Éditions sociales, 1993 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *