Retour sur les Journées Maitron de décembre 2016

par Paul Boulland

La fin de l’année 2016 a vu la parution du douzième et dernier tome de la cinquième période du Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (Le Maitron), portant sur la séquence 1940-1968. Cet aboutissement du projet initial de Jean Maitron a été marqué par un colloque international organisé avec le soutien du Centre d’Histoire sociale (CNRS/Paris 1) et des Editions de l’Atelier, éditeur du dictionnaire. Ces deux journées ont été l’occasion de revenir sur l’histoire de cette œuvre exceptionnelle, sur son apport scientifique, sur ses développements actuels et futurs, autour de ses développements numériques ou encore de sa dimension internationale. Nombre d’interventions ont ainsi souligné l’importance du dictionnaire Maitron comme modèle, à la fois à l’échelle nationale et internationale. La circulation internationale du Maitron, notamment par l’intermédiaire de Robert Paris, a ainsi été soulignée par les interventions de Luigi Biondi (Universidade Federal de São Paulo, UNIFESP) concernant le Brésil, et d’Horacio Tarcus (Universidad de Buenos Aires) pour le reste du continent, en particulier l’Argentine. Mais, comme l’a souligné Patrick Fridenson (EHESS, CRH), le Maitron eut aussi d’autres « enfants naturels » peut-être plus inattendus, tels que le Dictionnaire historique des patrons français, dont il a présenté la genèse et l’élaboration.

Le Maitron reste encore aujourd’hui un réservoir d’expériences historiographiques et méthodologiques. Ainsi les projets d’ores et déjà développés sur le site Maitron-en-ligne, tels que le Dictionnaire du mouvement ouvrier en Belgique, présenté par Renée Dresse (CARHOP) et Jean Puissant (Université libre de Bruxelles), et le Dictionnaire biographique des mobilisations et contestations africaines, présenté par Françoise Blum (CNRS, CHS XXe siècle), Alexis Roy (Paris 1), Pierre Guidi (IRD) et Martin Mourre (EHESS), sont venus rappeler que de nouvelles perspectives s’ouvrent au Maitron, en tant que plateforme pour les biographies de militants et d’acteurs de l’histoire sociale.

Le maitron-en-ligne (page d’accueil au 22 février 2017)

Les échanges autour de ces interventions et plus largement l’ensemble des débats de ces deux journées sont venus souligner l’apport de l’approche biographique. La première journée a notamment rappelé l’importance de cette entrée pour l’étude des circulations transnationales. Les présentations de Lucie Guesnier (Université Paris 1, CHS XXe siècle), consacrée aux socialistes roumains (1880-1914), d’Astrig Atamian (EHESS, CERCEC), sur les communistes arméniens en France, ont ainsi tracé les contours d’une histoire connectée par les acteurs et donc par les biographies, notamment autour de la notion de réseau, interrogée en détail par Michel Cordillot (Université Paris VIII) à partir du cas du mouvement ouvrier francophone aux Etats-Unis.

L’apport des biographies, dans toute la diversité des approches, a également été souligné par les autres interventions du lendemain, à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville. Jean-Louis Robert (Université Paris I), se saisissant de la question de l’intérêt de la démarche biographique, a ainsi montré toute la diversité des questionnements qu’elle permettait de mobiliser, en particulier dans le cas spécifique de l’histoire du syndicalisme, objet de la première session. Dans le prolongement, Frank Georgi (Université Paris I) a interrogé la notion de « militant chrétien », à partir d’une approche prosopographique exploitant les possibilités offertes par le Maitron-en-ligne. Paul Boulland (CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle) a quant à lui interrogé les biographies des quatre secrétaires généraux de la CGT (Benoît Frachon, Georges Séguy, Henri Krasucki, Louis Viannet), dans une perspective comparatiste mobilisant à la fois leurs trajectoires et plus largement l’ensemble des notices de militants de la CGT. L’importance de la biographie comme instrument permettant de restituer la dimension individuelle de l’engagement a également été soulignée par Michèle Riot-Sarcey, dans une intervention centrée sur les « militants de l’émancipation » au XIXe siècle. Enfin, Judith Rainhorn (Univiersité Paris I) s’est interrogée sur la thématique de la santé ouvrière dans le Maitron, montrant à la fois le surgissement de ces questions dans le cours des vies militantes et la mobilisation des acteurs en faveur de l’amélioration des conditions sanitaires ou des conditions de travail. Présence qui n’est pas sans quelques lacunes qui peuvent désormais être comblées grâce aux supports numériques, qui offrent la possibilité de compléter et de corriger constamment les notices.

L’ensemble des journées, également ponctuées par les interventions de responsables syndicaux venus souligner l’apport et la nécessité du Maitron, s’est conclu par une intervention d’Edwy Plenel (président de Médiapart), autour de son ouvrage en hommage au dictionnaire, Voyage en terre d’espoir, puis par la remise du prix Jean Maitron, attribué à Pauline Brangolo pour son mémoire de Master, sous la direction de Frank Georgi, Les filles de Lip (1968-1981). Trajectoires de salariées, mobilisations féminines et conflits sociaux.


Crédit image de une : « Jean Maitron, Directeur du Dictionnaire du Mouvement Ouvrier » – collection personnelle de Bernard Baissat – photos du tournage du film « Ecoutez la bourse du travail de Paris », en 1981 et mise en ligne sur le blog du réalisateur « Bonnes Bobines » (5 mars 2015)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *