Mouvement social et utopie politique | Soutenance de l’HDR de Frank Georgi

Le 04 décembre prochain, Frank Georgi, maître de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire sociale du XXe siècle) et membre du comité éditorial du Mouvement social, soutiendra à l’IEP de Paris son dossier préparé en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches en histoire, intitulé :  Mouvement social et utopie politique. De l’histoire du syndicalisme à l’histoire de l’autogestion, XXe-XXIe siècles (pratiques, cultures, représentations, circulations).

Le dossier comprendra un mémoire inédit, dont le titre est :

À la recherche de l’autogestion. Les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)

« Ce mémoire s’inscrit dans le prolongement de nos recherches antérieures sur l’utopie autogestionnaire dans la France des « années 68 ». Il part d’une hypothèse, rapidement confirmée par les sources : il n’est guère possible d’étudier la question de l’autogestion en France sans prendre en compte la référence  l’autogestion yougoslave sous Tito. C’est elle qui lui donne le mot, calque du serbo-croate, et quelques-unes de ses figures-clés. Le cordon ombilical avec le pays de l’autogestion « réellement existante » n’est jamais vraiment coupé, même lorsqu’une partie de la gauche française entend proposer une autre acception de la notion. La dénonciation du « mythe », ou, à l’inverse, la célébration de l’« exemple », voire du « modèle », les leçons des « erreurs » et des « limites » de l’« expérience », la question de son caractère transposable ou non, nourrissent une abondante littérature, même si son importance et sa visibilité varient selon les moments.

Or, la littérature historienne concernant l’influence du modèle – ou du contre-modèle – yougoslave sur les gauches françaises est pratiquement inexistante, alors que l’on dispose de solides travaux sur l’URSS, la Chine, Cuba, ou même la Suède. Cette lacune historiographique contraste avec le regain d’intérêt tout récent, encore mal connu en France, dont fait l’objet, surtout dans les États successeurs et dans l’aire germanophone, la Yougoslavie socialiste.

Cette étude vise à la fois à apporter sa pierre à la construction d’une histoire « globale » de l’autogestion et à mieux appréhender une dimension importante de l’histoire politique, sociale et culturelle de la France du second xxe siècle. Elle s’inscrit à sa manière dans la revendication d’une histoire transnationale du national qui commence à s’affirmer en France. Sans s’y enfermer, elle s’appuie sur une démarche souple qui a fait ses preuves dans d’autres domaines, celle des « transferts culturels ». L’approche par les transferts contraint à se garder d’une dérive vers une histoire désincarnée des idées, en insistant sur la médiation, ses modalités concrètes et ses vecteurs matériels. On accordera ainsi un intérêt particulier à la politique des invitations impulsée par le régime de Belgrade, aux échanges de délégations, à ces « brigades internationales » de jeunes gens et de jeunes filles, venus travailler et témoigner sur place au lendemain du schisme Tito-Staline, et plus généralement aux voyages et aux retours de Yougoslavie, aux traductions d’ouvrages et d’articles, aux carrefours institutionnels (congrès des « autogestionnaires » à Belgrade en 1957 et à Sarajevo en 1971, école d’été de Korčula dans les années 1960, rencontres de Cavtat ensuite, Conférence internationale des sociologues sur l’autogestion à Dubrovnik en 1972 et à Paris en 1977, séminaires internationaux, scientifiques, politiques ou syndicaux), aux associations comme France-Yougoslavie… On portera naturellement toute notre attention sur les milieux et personnalités, souvent inscrits dans des réseaux transnationaux, qui furent en France les plus réceptifs, selon des modalités très diverses, à l’« expérience » yougoslave : trotskystes, intellectuels « progressistes », marxistes antistaliniens, libertaires, socialistes SFIO puis PS, chrétiens de gauche et personnalistes, syndicalistes CFDT, nouvelle gauche et PSU, mais aussi sociologues ou économistes. On n’exclura évidemment pas de l’étude les milieux les plus critiques, qu’ils s’appuient sur les tares de la pratique yougoslave pour condamner l’autogestion dans son principe ou qu’ils condamnent le « mythe » de l’autogestion yougoslave pour sauver l’idée, sans parler du cas du PCF qui, adversaire implacable de l’autogestion yougoslave à sa naissance, puis du courant autogestionnaire socialiste en France, finit par se poser en défenseur de la première pour mieux combattre le second. L’accent mis sur les vecteurs et les médiateurs ne doit pas conduire à négliger les contenus, depuis la description et l’analyse du fonctionnement concret de l’autogestion en Yougoslavie jusqu’aux élaborations théoriques ou programmatiques et aux échappées utopiques. Le rejet d’une histoire des idées pures ne saurait faire perdre de vue l’ambition première, qui demeure de mieux appréhender, à travers une interrogation sur la place et les usages de la référence yougoslave, la construction et la déconstruction d’un concept politique. »

Le jury sera composé de :

  • Gerd-Rainer Horn, professeur des universités, IEP de Paris
  • Marc Lazar, professeur des universités, IEP de Paris, garant et rapporteur 
  • AntoineMarès, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteur 
  • Denis Pelletier, directeur d’études, École pratique des hautes études
  • Mme Danielle Tartakowsky, professeure émérite des universités, Université Paris 8, rapporteure
  • Mme Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite des universités, Université Claude Bernard Lyon 1

Cette soutenance aura lieu le lundi 4 décembre 2017 à partir de 14h30 à l’IEP de Paris, 199 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris (salle de réunion de l’École doctorale, 3ème étage).  Elle sera suivie d’un pot amical auquel vous êtes chaleureusement conviés. Merci de bien vouloir confirmer votre présence avant le 27 novembre à l’adresse suivante : frank [point] georgi [*arob@ase*] orange [point] fr


Crédit image de une : Timbre yougoslave édité en 1957 à l’occasion de la tenue du 1er congrès des conseils ouvriers


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *