Notre collègue et ami Claude Willard vient de nous quitter à l’âge de 95 ans

Claude Willard naît en 1922, dans une famille bourgeoise engagée dans les combats politiques et culturels du nouveau siècle, famille dont tous les membres adhèrent au jeune parti communiste : son oncle, René Hilsum, fonde en 1919 les Éditions du Sans pareil qui publient les premiers surréalistes, son père, l’avocat Marcel Willard, assure en 1933 la défense de Dimitrov au procès de l’incendie du Reichstag puis en 1939-1940, celle des députés communistes. Claude Willard passe son enfance et sa scolarité au cœur du Quartier latin et engage des études d’histoire à la Sorbonne. Il les interrompt en 1943 face aux urgences de l’heure et entre en Résistance, comme alors tous ses proches. Il adhère cette même année au parti clandestin, parti auquel il restera fidèle jusqu’au terme de sa vie, déclinant ses engagements à l’aune de ses compétences, de sa passion et de son empathie pour l’histoire ouvrière, du mouvement ouvrier et de ses acteurs.

Il reprend ses études à la Libération et devient tout aussitôt un des dirigeants de l’Union des étudiants communistes, alors creuset d’un renouveau des approches historiques. Il rencontre là de jeunes historiens et historiennes, impliqués dans un même renouveau qui vaudra à l’histoire ouvrière et à l’histoire du socialisme de faire quelques années plus tard leur entrée à l’Université. Après avoir été reçu en 1946 à l’agrégation spéciale réservée aux résistants, il enseigne dans le secondaire et entreprend une thèse d’État sous la direction d’Ernest Labrousse. Cette thèse, soutenue en 1964, est consacrée au Mouvement socialiste en France (1893-1905). Les Guesdistes. Son attention jamais démentie à ce vecteur majeur de l’introduction du marxisme en France qu’est le guesdisme lui vaut de consacrer ensuite sa thèse complémentaire à une étude critique de la correspondance du socialiste Charles Brunellière.

Claude Willard, qui affectionne le travail en équipe, les dynamiques intellectuelles et les amitiés qui s’y nouent – il convient de citer ici Rolande Trempé et Madeleine Rebérioux, ses amies de toujours –, entre à la fin 1958 au bureau de l’Institut français d’histoire sociale, qui édite alors le bulletin L’Actualité de l’histoire, puis il fait partie du Comité de rédaction du Mouvement social qui lui succède. En 1959, il participe à la fondation de la Société d’études jaurésiennes dont il était le dernier témoin vivant et, dans les années 1980, devient un des membres actifs du GRECO Travail et travailleurs aux XIXe et XXe siècles (CNRS) où il anime les recherches sur la banlieue parisienne.

Il y eu toujours chez Claude Willard un anticonformiste sans nul doute enraciné dans son héritage familial qui le rendit circonspect, sinon mal à l’aise, vis-à-vis des codes et des normes qui sévissaient dans la vieille Sorbonne où ses recherches lui avaient valu d’être élu assistant en 1961. Sensible aux premiers tressaillements qui ébranlent l’Université française dès le début des années soixante, il quitte la Sorbonne trois ans plus tard pour la jeune et turbulente Nanterre où il traverse activement les événements de mai-juin 1968. Toujours attiré par de nouvelles expériences quand elles lui paraissent conformes à des aspirations pédagogiques et politiques, il rejoint dès la première heure le centre expérimental de Vincennes, qui se caractérise par une ouverture aux salariés non bacheliers et ouvre des potentialités pédagogiques nouvelles. Il est un des fondateurs du département d’histoire dans ce qui devient l’Université Paris 8 et dispense là une vision renouvelée de l’histoire politique qui fait une large place à la culture. Il apprend à ceux qui suivent ses cours avec passion à traiter le cinéma comme une source, démarche alors peu commune. Dans un souci d’élargir les horizons de tous, il est un des initiateurs de relations qui se nouent alors entre ce département et la Chine, relations universitaires elles aussi peu communes à l’époque, mais il prête également l’attention la plus grande au terrain et à ses exigences. Après le transfert de Vincennes à Saint-Denis, il fait en effet partie de ceux qui tiennent cet ancrage nouveau pour une richesse et initie un diplôme d’université sur la connaissance des banlieues qui répond aux besoins de professionnalisation de nombreux acteurs de terrain.

Cet excellent pédagogue, qui savait conjuguer rigueur et bienveillance, toujours attentif à ses étudiants et à ses doctorants, s’est caractérisé par un souci de vulgarisation, à l’œuvre dans des synthèses dont Socialisme et communisme français qui fut longtemps un classique. C’est ce souci de vulgarisation, à des fins de transmission, qui lui vaut d’accepter et d’exercer avec dynamisme la présidence des Amis de la Commune après son départ à la retraite. Attentif à la nécessité de transmettre sans nostalgie ni complaisance, il sait renouveler en profondeur cette association, comme l’atteste le grand nombre de jeunes enseignants et enseignants-chercheurs qui gravitent aujourd’hui autour d’elle. Il s’engage alors activement dans la réalisation d’entretiens qu’il savait mener avec un grand tact aux fins d’enrichir le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. En 2008, Pierre Singaravélou avait, en miroir, réalisé avec lui un entretien pour Le Mouvement social, entretien dans lequel Claude Willard revenait sur sa trajectoire et ses engagements.

Ceux qui l’ont connu et ont travaillé à ses côtés comme j’ai eu le plaisir et l’honneur de le faire garderont le souvenir d’un homme de grande culture et d’une élégance rare, doté d’un solide humour, jusque dans la tourmente. Un homme pour qui l’amitié et la fidélité étaient des vertus cardinales.

Danielle Tartakowsky


Crédit image de une : extrait de l’entretien réalisé par Pierre Singaravélou le 25 janvier 2008 et publié dans Le mouvement social n°223, avril-juin 2008, p. 30-32 – lire en ligne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *