Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

par Christophe Capuano (Université-Lumière Lyon 2 – LARHRA)


Billet initialement publié sur Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, 24 juin 2015.


Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public1 . Elle sert désormais à qualifier le groupe des agents intermédiaires et d’exécution au sein d’une organisation bureaucratique, publique ou privée (dans l’administration de l’immigration, de la Poste ou chez les employés de bureau). Étudier ces agents apporte un nouvel éclairage sur leurs administrations tout en permettant d’analyser leurs pratiques opérationnelles et professionnelles. Les enjeux de cette catégorie d’agents intermédiaires et d’exécution comme leurs évolutions font désormais l’objet d’un nouveau domaine d’étude. En revanche on ne connaît pas l’action de ces bureaucrates dans le champ de la protection sociale, souvent faute de sources. Pourtant ces agents (qui ne sont pas fonctionnaires)2 jouent un rôle déterminant dans le cadre des caisses des diverses branches de la Sécurité sociale (maladie, accidents du travail, famille, vieillesse). Ce sont eux qui assurent le fonctionnement des organismes, traitent les dossiers, réalisent le recouvrement des cotisations et la distribution des prestations, en contact ou non avec le public.

Faire une histoire « par le bas » de la Sécurité sociale

Des campagnes d’enquêtes orales ont bien été menées durant les années 1970 et au début des années 2000 à l’initiative du Comité d’histoire de la Sécurité sociale mais elles ont surtout privilégié une entrée « par le haut » de l’institution s’intéressant aux prises de décisions politiques ou aux parcours biographiques des hauts fonctionnaires3 . D’autres travaux, réalisés auprès d’agents intermédiaires, se sont centrés sur des problématiques de métier en ciblant des services publics4 .

Pour combler ces lacunes, deux campagnes d’entretiens ont été organisées (de 2008 à 2010 et de 2011 à 2013) à l’échelon local en s’appuyant sur une association, le Comité régional d’histoire de la Sécurité sociale de Bourgogne Franche-Comté qui regroupe des anciens acteurs de la protection sociale. Un gros travail a été mené en commun pour déterminer les modalités des questionnaires et les thèmes à aborder ainsi que les types d’agents à cibler. Il fallait une grande variété d’acteurs, ayant eu des tâches d’exécution (employés aux archives ou aux écritures) ou de direction (agents comptables, directeurs), administratives ou plus techniques (mécanographes, informaticiens), en contact ou non avec le public (hôtesses d’accueil, guichetiers, standardistes) et des acteurs permettant d’éclairer la période 1950 à 1980-90. Il était également nécessaire d’avoir des témoins ayant travaillé dans les différentes branches de la Sécurité sociale.

Construire un réseau mémoriel

Le réseau mémoriel a été constitué grâce aux membres de l’association qui ont directement contacté les témoins ou par le biais de l’Union des personnels retraités des organismes de Sécurité sociale de Bourgogne Franche Comté (UPROSS). Sans eux, il aurait été très difficile de contacter ces agents qui avaient pour la plupart quitté leur activité. Le choix a été fait de rester dans le cadre de la Bourgogne et de la Franche-Comté. Si certaines spécificités régionales ressortent des témoignages, l’angle privilégié reste néanmoins les pratiques professionnelles et doivent permettre d’atteindre une certaine représentativité.

Mais l’implication des membres du Comité régional a été bien au-delà. Elle a en effet été déterminante lors des entretiens menés de manière semi-directive. La connaissance de l’institution par les retraités-intervieweurs a permis d’aborder des questions très techniques. Ils ont également su susciter de nombreuses interactions avec les témoins, sans tomber dans la connivence : au-delà de la mémoire individuelle de chaque acteur, ils ont fait émerger une mémoire collective autour d’une démarche, d’une technique, d’un moment symbolique – chacun participant à la reconstitution d’une mémoire professionnelle. Leur présence a eu aussi un effet rassurant, permettant de créer rapidement un climat de confiance. Cela a permis de libérer la parole sur des sujets considérés parfois comme délicats et d’expliciter certaines pratiques ou rites infra-professionnels, qui échappent parfois aux chercheurs extérieurs.

« La mémoire du travail » : La mise en ligne d’un site internet

Dès la réflexion sur les campagnes d’entretiens, il était prévu de rendre accessible au plus grand nombre ces témoignages par le biais d’un site internet5 . Tous les témoins devaient donc accepter l’utilisation de leur témoignage sur tout type de support. Les témoignages (une trentaine de témoins interrogée) ont ainsi été recueillis soit sous forme audio (format numérique), soit sous forme vidéo permettant cette mise en ligne. Cela a aussi quelque peu conditionné la forme des entretiens, d’un format assez court (environ 30’) quitte à les multiplier. Chaque témoignage a ensuite été traité et découpé pour illustrer un thème, un métier, une méthode (avec 6 grandes entrées : personnel, gouvernance, outils et techniques, organisation du travail, ambiance au travail, bénéficiaires)

MemoireduTravailSecuriteSociale

http://www.memoiredutravailalasecuritesociale.org/

Le site internet (ouvert en mai 2015) s’est ensuite enrichi de différents outils permettant à l’utilisateur de mieux appréhender ces témoignages : notices biographiques des témoins (en cours de réalisation), repères chronologiques, sigles etc. Le site doit aussi être complété, dans les mois prochains, de témoignages issus d’une troisième campagne d’entretiens. Si de nouveaux aspects des métiers seront traités, il s’agira surtout d’aborder des thèmes encore peu présents : les rapports de genre, le regard des usagers de la protection sociale, les espaces de sociabilité infra-professionnelle, l’engagement syndical et la démocratie sociale, les administrateurs de caisse etc.

Des témoignages passés au crible de l’historien

Qu’apportent ces témoignages à l’histoire du travail à la Sécurité sociale ? Pour être honnête, il faut reconnaître qu’il est nécessaire, pour en évaluer l’apport, d’avoir déjà une bonne connaissance de l’histoire de la protection sociale et du contexte général de son évolution contemporaine. Ce qui met le prix du ticket d’entrée pour une telle étude à un niveau assez élevé : le paysage de la Sécurité sociale comporte en effet des organisations aux champs d’intervention national, régional, départemental ou infra-départemental, avec de profondes reconfigurations depuis 1945 et des spécificités selon les branches ou les régimes. L’autonomie vis-à-vis de l’État s’est dans le même temps réduite. Au sein des organismes, les structurations internes ont aussi été profondément modifiées en lien avec les rôles respectifs du directeur et des conseils d’administration.

Exemple de temoignage

Un exemple de témoignage : « Caissier en CPAM », Hervé AUCLAIR (responsable des services de prestations en CPAM)

Une fois tout cela au point, comment analyser ces témoignages ? Les questions ont surtout porté sur leur représentativité ainsi que sur le regard éventuellement biaisé qu’ils pouvaient donner des pratiques professionnelles et des usagers. Il faut d’abord prendre en compte qui parle et à quel moment de sa carrière. La plupart des témoins sont des retraités dont une partie a connu une carrière ascendante (parfois de simple agent à cadre ou agent de direction), ce qui est un apport précieux – cela montre les facilités offertes par la Sécurité sociale pour un tel type de progression – mais doit aussi être abordé avec précaution : tous les agents entrés dans l’institution pouvaient-ils connaître une telle ascension ?

Leur point de vue est aussi celui qui a souvent réussi sa vie professionnelle dans l’institution. Il a alors tendance à « euphémiser » ses propres difficultés aux différents moments de sa carrière et tend à donner une vision très positive de l’institution. Un regard parfois trop optimiste des évolutions ou de certaines périodes, envisagées avec nostalgie, peut alors ressortir de certains entretiens – les témoins ayant souvent à cœur de défendre ou de promouvoir la Sécu’ à laquelle ils restent très attachés. L’engagement syndical d’un certain nombre de témoins peut aussi, bien entendu, renforcer cette tendance : leur souci des valeurs portées par la protection sociale, la prise en compte de l’usager pour une meilleure justice sociale sont-ils représentatifs de tous les agents?

Les témoignages doivent donc être confrontés entre eux et avec d’autres sources plus classiques (documents de l’institution, littérature grise, presse). Une telle étude est rendue possible par la transcription de la totalité du corpus (grâce de l’aide de Martha Gilson) de la manière la plus complète possible (sans intervention de mise en forme). Une fois ces précautions prises, ces sources orales sont d’une grande richesse.

Une première exploitation (Le mouvement social n°251, avril-juin 2015)

Une première exploitation (Le mouvement social n°251, avril-juin 2015)

Une première exploitation6 a permis d’éclairer les évolutions bureaucratiques de la Sécurité sociale, l’engagement du personnel au service de l’institution mais aussi les formes d’invention et de réinvention du guichet donnant un « visage humain » à l’institution jusque dans les années 1980. Un chantier est ouvert, de nombreuses pistes doivent encore être explorées.

_______________

Crédit image de une : remise de médaille du travail – page d’accueil du site « Mémoire du travail à la sécurité sociale – Bourgogne Franche-Comté » (sans référence)

_______________

Notes :

  1. M. LIPSKY, Street level bureaucracy : dilemnas in the individual public services, New-York, Russel Sage Foundation, 1980 []
  2. Les organismes de droit privé ont mission de service public, leurs agents sont régis par une convention collective []
  3. F.DESCAMPS, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l ’histoire économique et financière de la France, 2001 []
  4. F.DESCAMPS, Les sources orales et l’histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, coll. Paris, Sources d’histoire, Bréal, 2006 p.108 P.185-192 (sur le cas de la SNCF) et p.200-210 (sur le cas de la Poste) ; David Lamoureux, « Les archives orales : pour mieux connaître l’évolution des métiers à la SNCF », Revue d’histoire des chemins de fer, 31, 2004, p. 16-28 []
  5. Une partie des entretiens de la première campagne a aussi servi à sonoriser, à l’aide d’audio-guides, le musée national de l’Assurance maladie de Lormont en Gironde []
  6. C. CAPUANO, « État-providence, rationalisation bureaucratique et traitement du social : l’« efficacité » des caisses de Sécurité sociale et de leurs agents en question (1945-années 1980)« , Le mouvement social, n°251, avril-juin 2015, pp. 33-58 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *