Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?

Paris, Fayard, « Histoire », 2019, 350 p. Préface de Jean-Louis Fabiani.

Le populisme hante le continent européen ces dernières années. Il s’accompagne souvent d’un repli identitaire. C’est le cas dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale, ces démocraties nouvelles qu’on pensait épargnées par le phénomène. Les prémices de l’autoritarisme semblaient pourtant bien présentes, y compris après la chute du communisme, si l’on en croit l’historien et homme politique polonais Bronislaw Geremek. Pour lui, déjà en 1990, « [l]a voie de la liberté est ouverte, celle de la démocratie reste incertaine1 ». Le « virage autoritaire », avant d’atteindre la Pologne et la République tchèque au moment de la crise des migrants en 2015, avait commencé en Hongrie dès 2010 dans le contexte de la crise économique. C’est de là que le concept de « régime démocratique illibéral » s’est imposé, selon Georges Mink. Le terme de « populisme », qui est au cœur de l’ouvrage de Roman Krakovsky, est un concept « vague » et polysémique. N’étant ni une idéologie, ni une doctrine, le populisme est d’après Bertrand Badie davantage un « contexte politique conduisant à certaines pratiques politiques et renvoyant le plus souvent à une crise de confiance entre les gouvernés et leurs institutions2 ». Le populisme renvoie en outre, d’après Stéphane François, à des « contenus différents et son expression semble être liée à l’histoire du pays dans lequel il se développe3 ». La démarche de Roman Krakovsky dans cet ouvrage consiste justement à chercher les origines historiques du populisme et de l’illibéralisme démocratique en Europe centrale et orientale. Elle est en cela originale : plutôt que de répondre « à chaud » à ces interrogations, l’auteur choisit de replacer les populismes actuels dans le passé. Pour ce faire, Roman Krakovsky se penche sur les différentes logiques et formes successives de processus de construction que les pays de cette région ont connues depuis le XIXe siècle, en se concentrant tout particulièrement sur les processus de construction d’une communauté politique et d’un « peuple ». Roman Krakovsky se réfère au politologue argentin Ernesto Laclau, qui considère le populisme comme « une logique politique tendant à reconstruire la notion du peuple à partir des groupes marginalisés ou qui se perçoivent ainsi4 ». Le populisme serait « une manière de créer du lien social et de construire les communautés politiques » (p. 16). Pour comprendre le phénomène populiste dans l’espace centre-est-européen, l’auteur propose de considérer cet espace, pourtant divers sur le plan culturel, linguistique et religieux, « comme une région dotée de caractéristiques communes », en justifiant son choix par le fait que, dans le passé, « ces pays ont régulièrement fait appel à des recettes populistes pour tenter de sortir d’une crise » (p. 16-17). Il s’agit d’un ouvrage ambitieux, puisqu’il couvre une zone géographique allant des territoires et peuples des anciens empires multiethniques de Russie, d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, à l’Empire ottoman. Il se compose de cinq chapitres historiques précédés d’un avant-propos et d’un prologue, « Une crise de modernisation ». Les trois premiers chapitres portent sur les différents mouvements et logiques populistes : le mouvement Narodniki en Russie au début du XIXe siècle (chap. 1), la Révolution bolchevique en Russie au début du XXe siècle (chap. 2), les mouvements agraires en Europe centrale et orientale du milieu du XIXe au début du XXe siècle (chap. 3). Le quatrième chapitre s’intéresse à la construction des États-nations et aux angoisses identitaires naissantes après l’éclatement des empires multinationaux au début du XXe siècle, qui voient notamment l’émergence des rapports compliqués et conflictuels entre les nations titulaires et leurs minorités. Un cinquième chapitre porte sur les populismes dans le bloc de l’Est et un sixième apporte une réflexion sur les facteurs qui ont conduit après 1989 au renfermement, au protectionnisme et au repli sur soi.

Processus de construction de la nation et d’une communauté face aux défis de l’Europe centrale et orientale

Les premiers chapitres évoquent parfaitement les défis qu’ont dû affronter les pays d’Europe centrale issus des empires multiethniques. Roman Krakovsky en identifie deux : le premier d’entre eux est le rapport complexe, dans le processus de construction d’un peuple, à une communauté politique à partir d’un groupe particulier, à savoir la paysannerie, la nation, l’ethnie, la race ou la classe. Cette quête d’une communauté unie adhérant à un projet commun prévalait, d’après l’auteur, sur la volonté de chercher un équilibre entre les différents groupes (ethniques) qui composaient les sociétés des pays d’Europe centrale et orientale. Le second défi, pour Roman Krakovsky, serait le rapport complexe qu’entretiennent les États de cette partie de l’Europe à l’égard du concept de « modernisation ». Dans cette logique, l’auteur démontre notamment que les mouvements agraires émergeant en Europe centrale et orientale au XIXe siècle s’inspiraient du mouvement des Narodniki en Russie, en ce qu’ils cherchaient, comme ces derniers, non pas à suivre le modèle occidental capitaliste et en voie d’industrialisation, mais à faire valoir les vertus des paysans et de l’agriculture, spécifiques au « monde slave ». L’auteur montre que, dans les deux cas, en Russie et en Europe centrale et orientale, il y avait une réelle conscience de l’important retard de développement par rapport à l’Europe occidentale. C’est la perception de cet écart qui a poussé les mouvements Narodniki et les mouvements agraires d’Europe centrale et orientale à préférer un autre modèle de modernisation, qui passerait par le développement de l’agriculture et dont la communauté politique devait être constituée des paysans. Cette priorité donnée à la paysannerie et au système agraire se poursuit jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’intégration dans le bloc soviétique. C’est alors que la conception de ce qu’est « le peuple a changé d’objet », selon Roman Krakovsky: « La ferme comme laboratoire de la modernité est remplacée par l’usine et le paysan comme dépositaire des valeurs de la communauté par l’ouvrier » (p. 230).

Outre l’analyse de la construction de la communauté politique, l’ouvrage s’intéresse aux processus de construction étatique après l’éclatement des empires multiethniques et la mise en place des États-nations à partir de 1918. Ces processus sont jugés complexes, étant donné la composition (multi)ethnique et les particularités de ces entités. L’auteur montre ici qu’ils se caractérisent non seulement par la volonté de construire « des peuples paysans », mais également par le désir des élites de ces nouveaux États-nations d’identifier ces derniers à des groupes nationaux titulaires désormais devenus dominants. Ces processus sont souvent menés au détriment des minorités, alors perçues comme un danger pour ces États-nations émergents (p. 278-279) ; la logique de « l’homogénéisation du peuple titulaire allant », selon Roman Krakovsky, jusqu’au « renforcement dans plusieurs pays de la définition raciale de leurs communautés politiques dans l’espoir de trouver une place dans la nouvelle Europe allemande des années 1940 » (p. 279). À travers ces différents processus d’identification, l’ouvrage permet aussi indirectement de souligner la singularité de la position des peuples centre-est-européen – espace géographique se situant quelque part entre l’Est et l’Ouest, au carrefour des influences des puissances occidentales et orientales.

Dichotomies

Le populisme en Europe centrale et orientale constitue en outre une contribution intéressante à la compréhension de la région étudiée, en ce qu’il permet d’identifier, au travers des processus de construction des identités et de ce qu’est le « peuple », les différentes dichotomies ayant primé au cours de différentes périodes. Roman Krakovsky en identifie trois : tout d’abord, une opposition entre la ville et la campagne, qui serait propre aux mouvements agraires de l’entre-deux-guerres. Puis, pendant la guerre froide, un clivage d’une part entre « prolétaires » et « bourgeois », d’autre part entre « camps de la paix » et « camp de la guerre ». Enfin vient, selon l’auteur, une dichotomie entre « global » et « local », caractéristique de la période suivant l’année 1989 et l’entrée dans le monde globalisé. Ayant posé ces bases historiques, Roman Krakovsky consacre le dernier chapitre de son ouvrage, « Les démocraties illibérales », aux facteurs et raisons qui seraient à l’origine du repli sur soi et de la montée des populismes en Europe centrale et orientale après 2000. Selon l’auteur, les « facteurs de peurs » de la période actuelle sont économiques (mondialisation, intégration à des phénomènes mondiaux), mais aussi liés à l’insécurité géopolitique, à la crise démographique et à celle des réfugiés.

Interrogations

L’ouvrage de Roman Krakovsky est une contribution importante à l’analyse des processus de construction du peuple et de la modernité dans les pays centre-est-européens. Son intérêt réside dans une démarche consistant à déconstruire les populismes actuels à partir des exemples du passé dans plusieurs de ces pays. Cette démarche présente cependant quelques limites. Le choix ambitieux de traiter l’histoire des peuples d’Europe centrale et orientale comme un ensemble pose un problème de généralisation, puisqu’elle crée une certaine illusion d’homogénéité en négligeant les spécificités liées à l’histoire de certains peuples (par exemple, les Baltes et les Polonais ont connu bien avant la Seconde Guerre mondiale un programme majeur d’industrialisation). La lecture de l’ouvrage nous conduit aussi à nous interroger sur la pertinence des parallèles faits entre les mouvements de la Russie tsariste et de la Russie bolchevique et les mouvements agraires d’Europe centrale. Si le lien avec le passé est tout à fait intéressant, il aurait été tout aussi intéressant de comparer la période contemporaine, depuis le changement de régime en 1989, et celle de l’entre-deux-guerres (protectionnisme économique et repli sur soi généralisé) pour expliquer par exemple comment les élites actuelles de ces pays exploitent cette période d’entre-deux-guerres pour justifier leurs stratégies. Par ailleurs, l’ouvrage nous incite à nous interroger sur le lien qui paraît fragile entre démocratie et autoritarisme. Dans cette logique, Roman Krakovsky avance que les gouvernements populistes actuels des pays d’Europe centrale renforcent le pouvoir de l’État « pour défendre le peuple » ou réécrivent la loi pour réduire l’indépendance des médias (p. 261-262). Mais il apporte une nuance en disant que ces États « illibéraux » restent pour le moment encore des démocraties, puisqu’il n’y a pas de censure assumée, ni non plus d’interdiction de manifester, et qu’il existe encore des mécanismes (telles les élections) permettant de faire fonctionner la démocratie (p. 262). On peut alors se demander quelle est la limite à partir de laquelle une démocratie pourrait basculer dans l’autoritarisme. Par ailleurs, Roman Krakovsky va même jusqu’à évoquer l’idée (p. 280) selon laquelle ce qui se passe aujourd’hui en Europe centrale et orientale pourrait apparaître, selon l’auteur, « comme une forme d’anticipation du destin européen et un avertissement pour le reste du continent ». Ces mêmes scénarios sont cependant déjà en cours aux États-Unis, au Brésil, en Turquie ou en Italie, avec le mouvement Cinq Étoiles. Enfin, on peut se demander si ce sombre tableau est représentatif de l’ensemble des pays d’Europe centrale et orientale ou n’en concerne que quelques-uns, comme la Hongrie et la Pologne, ces derniers étant aussi très différents. Si des éléments populistes et de droite extrême ont aussi émergé dans d’autres États, il semblerait que la Hongrie et la Pologne agissent ici plutôt comme une sorte de « role models » pour les autres. Or, ont-ils suffisamment d’influence pour attirer des pays comme les États baltes ou la Slovénie dans « leur camp » ?

Katerina Kesa


  1. Cité par G. Mink, « L’Europe de l’Est : la transition », Problèmes politiques et sociaux, La Documentation française, n° 636, 1990, p. 2. []
  2. B. Badie et D. Vidal (dir.), Le retour des populismes. L’État du monde 2019, Paris, La Découverte, 2018. []
  3. S. François, « Le populisme, un terme trompeur », The Conversation, 28 novembre 2018. [En ligne] []
  4. E. Laclau, La raison populiste,Paris, Éditions du Seuil, 2008. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.