Ismaïl Ferhat (dir.), Les gauches de gouvernement et l’école. Programmes, politiques et controverses du Front populaire à 2012.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2019, 180 p.

Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque qui s’est tenu en décembre 2016 à l’université de Picardie Jules-Verne. Ses contributions convergent vers la réponse à une question jamais analysée spécifiquement et dans sa globalité : les rapports qu’ont eus avec l’école les différents partis de gauche, pendant près d’un siècle. Il s’agit exclusivement ici des partis de gouvernement : SFIO, PS, PC, PSU, Radicaux, et, plus récemment, Écologistes, qui ont effectivement eu en charge, à un moment ou un autre de cette histoire, la discussion et le vote des lois scolaires et éventuellement leur mise en œuvre, aux plans national, régional ou communal. Ne sont pas pris en compte les extrêmes gauches ni les mouvements libertaires, anti-étatistes et méfiants, par principe, envers toutes les institutions scolaires, qu’elles soient confessionnelles ou laïques. I. Ferhat explique ce choix dans son introduction, où il précise également l’ambition de l’ouvrage : analyser les rapports des gauches à l’école sous des angles multiples mais articulés, de l’énoncé de grands principes aux applications sur le terrain, en passant par l’élaboration des programmes électoraux, la préparation, la discussion et le vote des lois, les débats et divergences internes à chaque parti, la porosité avec les programmes syndicaux et les conflits ou divergences qui ont pu opposer toutes ces composantes de la gauche, dans des contextes et des conjonctures mouvantes, parfois à très court terme.

Le pari peut paraître exagérément ambitieux, mais il est largement tenu. La quinzaine de textes qui constituent l’ouvrage éclairent chacun un ou plusieurs aspects de la question, sous une forme ramassée mais solidement documentée et étayée. Sont notamment mises à contribution des sources internes aux partis et à leurs commissions éducatives, dont la composition sociologique, à majorité enseignante, est finement analysée. Sont également rapportés les témoignages de quelques grandes figures des partis, qui évoquent leur rôle sans complaisance excessive, et éclairent ainsi de l’intérieur les contextes où ils l’ont joué.

Ce qui ressort peut-être le plus manifestement de l’ensemble de ces analyses est la multiplicité des raisons qui expliquent l’écart entre les idéaux éducatifs proclamés et les voies et moyens envisagés ou adoptés pour les atteindre. Un large consensus existe certes sur quelques-uns de ces idéaux. Deux d’entre eux, formulés en 1987, sont reproduits sur la couverture de l’ouvrage, entre deux roses au poing : « Priorité à l’éducation » et « Égalité chérie » (ce dernier aurait surpris Rouget de Lisle). De même, la charte du Conseil national de la Résistance veut consensuellement promouvoir par l’école « une élite véritable, non de naissance mais de mérite et constamment renouvelée par les apports populaires ». Mais comment y atteindre ? C. Freinet, communiste, propose de pratiquer une pédagogie « prolétarienne » ou « populaire ». G. Cogniot, communiste aussi, veut favoriser l’accès du plus grand nombre à l’enseignement secondaire, latin compris ; la « démo-méritocratie » qu’il défend le conduit à critiquer, en 1948, « ceux qui, sous prétexte d’innovation pédagogique, aspirent à vider l’enseignement de son contenu intellectuel ».

Des divergences du même ordre s’observent au sein de la gauche à propos du collège unique. En principe « de gauche », cette mesure est prise par la droite en 1975 : elle sème la zizanie dans les gauches de gouvernement et dans les syndicats de même sensibilité, qui critiquent ses modalités d’application, sans s’accorder sur ce qu’elles devraient être. Divergences idéologiques ou tactiques apparaissent à d’autres moments clés de l’histoire de l’école. C’est le cas du moment Jean Zay, dont la politique scolaire n’est que modérément soutenue par les partis du Front populaire, y compris le sien. C’est le cas aussi des batailles laïques de l’après-guerre. C’est en 1949 seulement qu’Albert Bayet invente le slogan « À écoles publiques fonds publics, à écoles privées fonds privés », d’allure ferryste. Il sera repris jusque dans les années 1980 comme un marqueur idéologique, mais sans concrétisation législative, tous les partis de gauche n’en faisant pas la même priorité et la société civile, dans ses diverses sensibilités, souhaitant conserver une école confessionnelle de recours en cas de défaillance de l’école publique.

Les municipalités et régions aux exécutifs de gauche constituent également un terrain d’observation et d’évaluation des politiques scolaires, menées dans les limites de leurs responsabilités à ces niveaux. Ainsi, en 1986-1993, la région Nord-Pas-de-Calais choisit de développer l’enseignement professionnel plutôt que l’apprentissage, en adaptant les formations aux besoins des entreprises. Ce choix est conforme aux priorités de la gauche de gouvernement depuis 1985, mais suscite les critiques du PC et du SNES, qui dénoncent le risque d’un « asservissement aux intérêts à court terme du patronat ». Au niveau local est posée la question de l’éventuelle spécificité des politiques scolaires menées par les municipalités socialistes. D’abord cantonnée pour l’essentiel à un soutien marqué aux actions socio-éducatives et périscolaires, dans la continuité du Front populaire, s’observe depuis la fin des années 1970 une volonté de partenariat plus direct avec les établissements eux-mêmes, notamment dans la gestion du temps et des rythmes scolaires. Mais sous réserve d’analyses plus larges et approfondies, la marque distinctive de ces politiques éducatives socialistes au niveau communal demeure incertaine, au moins jusqu’à la fin des années 1980.

La conclusion générale de l’ouvrage, confiée à Antoine Prost, est assez désabusée. La gauche « s’estime seule légitime en France pour traiter des questions d’éducation », dit-il, car elle revendique l’héritage des Lumières et des fondateurs de la République. Héritage un peu lointain et incantatoire car il n’existe plus, depuis longtemps, de « consensus éducatif entre les gauches ». La gauche est éclatée sur presque tous les problèmes : laïcité, finalités de l’enseignement, contenus des programmes, méthodes pédagogiques. Elle n’a donc plus de vrai projet pour l’éducation, ce qui lui interdit d’agir durablement sur les politiques publiques concernant l’école, laissant sa reconstruction à la droite qui, elle, s’estime seule légitime pour gouverner.

Pierre Caspard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.