Danièle Voldman et Annette Wievorka, Tristes grossesses. L’affaire des époux Bac (1953-1956)

Paris, Éditions du Seuil, 2019, 192 p.

À l’heure où l’épidémie de Covid-19 restreint de facto l’accès de nombreuses femmes à l’IVG, il n’est pas inutile de rappeler que l’histoire du droit à l’avortement ne commence pas au début des années 1970, entre la création du MLF et la loi Veil. À trop associer le droit des femmes à disposer de leur corps au seul combat féministe, on prend le risque de dissocier l’histoire sociale de l’histoire des femmes. C’est tout l’intérêt de l’enquête conduite par Danièle Voldman et Annette Wievorka sur le drame et le procès des époux Bac en 1953-1954, que de réaliser le double objectif d’écrire une page inédite de l’histoire du droit à l’avortement, tout en rappelant que cette histoire ne peut se limiter à la succession des grandes figures de la défense des femmes, de Marie-Andrée Weill-Hallé à Gisèle Halimi ou Simone Veil.

L’intention du livre est clairement exposée dans le premier paragraphe. Il s’agit de faire l’histoire d’un fait divers devenu fait de société dans la France des années 1950, celui d’un couple de 25 ans, accusé d’avoir laissé mourir de faim un nourrisson de 8 mois. Au second procès des époux Bac, une jeune gynécologue, Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, témoigne, profitant de l’audience médiatique pour faire avancer ses idées sur la « Maternité heureuse », première mouture du Mouvement français pour le planning familial (1956). En dépit de ce jalon historique, mentionné dans la plupart des ouvrages traitant de l’histoire des femmes et de la maternité, personne n’avait retracé ni l’histoire du drame, ni les circonstances et enjeux du procès des époux Bac. C’est désormais chose faite et de belle manière.

Le livre s’adresse volontairement au grand public. L’appareil critique est réduit à l’essentiel, le style est clair, sans jargon inutile, et la construction chronologique de l’enquête facilite la lecture d’une traite, comme on le ferait avec un thriller historique. Ce parti pris d’écriture est assumé par deux historiennes qui, au seuil de leurs retraites respectives, considèrent que le rôle de la recherche historique est moins de participer aux débats historiographiques sur le féminisme et le genre, que d’éclairer le grand public sur les raisons profondes qui expliquent la date tardive de la mise en place d’une législation protectrice des femmes en France, alors même que le fléau sanitaire de l’avortement était parfaitement connu depuis des décennies. D’une certaine manière, on retrouve dans ce livre la manière d’écrire l’histoire des femmes d’une historienne, Yvonne Kniebiehler, qui n’est pas citée dans la bibliographie, mais qui, elle aussi – malgré un positionnement sans doute différent de celui de Danièle Voldman et d’Annette Wievorka – choisissait de rendre accessible au plus grand nombre l’histoire complexe de la révolution maternelle.

Aux générations actuelles d’étudiant·e·s en histoire à qui l’on fait lire les grands textes de Lucien Neuwirth ou de Simone Veil sur le sujet de la contraception ou de l’IVG, ce livre vient rappeler que les droits récents des femmes ont profondément divisé la société française des Trente Glorieuses. Cette division-là est aussi le signe de la fragilité des acquis sociaux. Disons-le d’emblée, il est d’utilité publique de lire et de faire livre ce livre, qui est un modèle d’enquête historique de première main, aussi respectueuse des archives que des enjeux du sujet.

À cet égard, on conseillera de commencer par la fin, par ce « Journal d’enquête », qui est une vraie leçon de méthode historique et de croisement des archives publiques et privées. Aux sources de presse classiques, qui permettent de révéler l’existence de deux procès et non d’un seul, comme le mentionnait l’historiographie de l’affaire des époux Bac, les historiennes ajoutent les archives judiciaires, lacunaires, car pour partie détruite en raison du principe de décimation. De Paris à Rennes, en passant par Saint-Ouen, Créteil et Montigy-le-Bretonneux, elles reconstituent les bribes d’histoire de vie de Ginette et de Claude Bac, à partir des archives pénitentiaires et des dossiers d’aide sociale, en amont et en aval de la mort de Danielle, dernière-née de quatre « tristes » grossesses rapprochées.

Les trois premiers chapitres sont consacrés à l’histoire de Ginette et Claude, jeunes gens « sans importance », elle, « femme toute main » dans une pharmacie, handicapée et sujette à la mélancolie, lui, mécanicien, sans engagement syndical ni politique. À l’image d’un Louis-François Pinagot et en dépit de leur procès, ces « gens de rien » (André Gueslin) laissent peu de traces. À l’issue d’un travail de fourmi, croisant état civil et archives des bureaux d’aide sociale, les deux historiennes dressent le profil du couple, mais aussi de leurs ascendants proches, et de la manière dont ils occupent un petit logement à Saint-Ouen, qu’ils n’entretiennent pas et qui se transforme rapidement en taudis. La naissance rapprochée de quatre enfants (1948, 1949, 1951 et 1952) sème en effet la discorde dans le couple, entre dettes, adultère et enfants livrés à eux-mêmes.

Ce portrait d’un jeune couple de « cas sociaux », mené sans tomber dans le piège du misérabilisme, est aussi l’occasion de revenir sur l’histoire de l’hygiène sociale des Trente Glorieuses et du décalage évident entre les injonctions de la politique nataliste et l’insuffisance du diagnostic familial produit par les assistantes sociales. En creux, les historiennes révèlent aussi le rôle des ascendants, qui tentent de soutenir les jeunes parents et qui sont les vrais passeurs du discours hygiéniste, en dépit de leur échec à sauver la dernière enfant.

Le troisième chapitre traite de la période d’incarcération de la mère, à la Petite Roquette puis à Fresnes, et d’un premier procès ignoré de l’historiographie. Il permet de compléter le portrait de Ginette Bac et de révéler que derrière l’indolence condamnée par l’entourage et le ministère public, cette « mauvaise mère » sait s’occuper de son dernier bébé, née alors qu’elle est incarcérée. C’est l’occasion pour les auteures de faire une digression sur les paradoxes de la maternité en situation carcérale, plus encadrée et donc suivie que pour les grossesses précédentes. Au premier procès, une jeune avocate stagiaire de 25 ans elle aussi, Odile Fleury, est commise d’office. Âgée de 89 ans au moment de la rédaction du livre et seule survivante du procès des époux Bac, elle nourrit de ses souvenirs l’analyse des archives judiciaires. Le pourvoi en cassation pour vice de forme permet de donner à ce fait divers une autre dimension.

Avec le quatrième chapitre, Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé entre en scène. Les historiennes ont tenté de rapprocher la présentation de cette figure iconique de la libération des femmes de celle des époux Bac. Les archives du conseil de l’ordre des médecins et celles de l’Institut Pasteur sont mobilisées pour comprendre la personnalité de cette femme hors norme et restituer l’histoire du couple étonnant qu’elle a formé avec Benjamin Weill-Hallé, son directeur de thèse, de quarante et un ans son aîné et qu’elle a épousé en 1944. L’engagement de Marie-Andrée en faveur du birth control à partir de 1953 est ici restitué dans l’épaisseur d’une histoire qui croise le médical, le religieux et le genre. Les historiennes font remonter les enjeux et les ambivalences du débat sur la contraception et l’avortement à l’eugénisme médical prôné par Adolphe Pinard, fondateur en 1919 de la première École de puériculture de la Faculté de médecine de Paris, dont il transmet la direction à Benjamin Weill-Hallé en 1934. Cette trame biographique et masculine, sous-jacente à la grande histoire des femmes, est aussi rappelée à propos de la rencontre décisive de Marie-Andrée avec Margaret Sanger, sage-femme fondatrice de l’American Birth Control League, au moment d’un cycle de conférences de son mari sur le BCG, à New York en 1947. Elle agit encore de manière décisive avec l’aide de Benjamin Weill-Hallé à sa femme lors de la fameuse conférence qu’elle donne en mars 1955 à l’Académie des sciences morales et politiques, où elle « instrumentalise » le second procès des époux Bac pour demander une réforme de la législation répressive sur la contraception de 1920.

Le portrait que dressent les deux historiennes du combat pour la contraception de Marie-Andrée Weill-Hallé est tout sauf hagiographique. Pour la fondatrice du Planning familial, les époux Bac sont le prétexte d’une cause, comme l’affaire Patrick Henry le sera pour la peine de mort et Robert Badinter trente ans plus tard. Le couple grand-bourgeois que forment les Weill-Hallé, sans doute instruit des termes du procès par Odile Fleury, comprend la caisse de résonance médiatique qu’il peut représenter pour la mise à l’agenda parlementaire d’une loi visant à abroger les articles 3 et 4 de la loi de 1920. C’est dès lors en catimini que les époux Bac sortent de la grande histoire, à l’issue d’un second procès en juin 1955 où Weill-Hallé intervient en « témoin spontané » et refait pour le jury (et pour la presse) son discours de mars devant l’Académie. Le jury requalifie le crime en délit et les époux sortent libres du tribunal.

Le dernier chapitre renoue avec la grande histoire, celle de la campagne pour la contraception lancée par les Weill-Hallé, Évelyne Sullerot et le journaliste communiste Jacques Derogy dans Libération en 1955-1956. Annette Wievorka retrouve ici l’histoire du couple Thorez et de sa farouche opposition au « malthusianisme réactionnaire », qui conduit à l’alliance improbable entre la faucille et le goupillon et scelle le destin de la proposition de loi déposée par les Républicains progressistes le 23 février 1956. En dépit de l’échec, les graines de la révolution maternelle des années 1967-1975 sont bien semées à ce moment. En révélant cependant ce que cette histoire doit à un banal fait divers et à ses acteurs ordinaires, Tristes grossesses rappelle que les grandes étapes de la construction des droits sociaux doivent autant aux visionnaires qu’à l’évolution en profondeur des sociétés contemporaines.

Loïc Vadelorge


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lolita GILLET dit :

    Je suis parfaitement d’accord, « il est d’utilité publique de lire et de faire livre ce livre ». Pour souligner l’importance de ces procès trop peu connus, je nomme ce drame l’affaire Ginette et Claude, au même titre qu’il y eut l’affaire Marie-Claire vingt ans plus tard. Par ailleurs, les historiennes rendent effectivement bien compte de la mutation du discours de Mme Lagroua Weill-Hallé ; avant son revirement, elle est d’abord outrée de « tant d’effort d’un gynécologue pour le simple refus de la maternité », en référence au docteur Abraham Stone et ses méthodes de contraception. Ma chronique sur Missives : http://www.lesmissives.fr/index.php/2020/03/24/tristes-grossesses-affaire-ginette-la-lente-gangrene-dune-loi-feminicide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search