Guy Reymond, Les prisonniers de guerre allemands dans les Basses-Alpes (1944-1948).

Forcalquier, C’est-à-dire Éditions, 2019, 276 p. Postface de Jean-Marie Guillon.

Guy Reymond, ancien employé des usines Péchiney à Saint-Auban avant de créer au début des années 1980, à la demande du maire de Digne, un service des archives municipales qu’il dirigea pendant vingt-cinq ans, livre une étude sur un territoire, les Basses-Alpes, qui accueillit dès l’été 1944 des prisonniers de guerre allemands après avoir été, à partir de 1943, une terre de formation de nombreux maquis, durement réprimés par l’occupant dans les sept mois précédant la Libération. Sur 276 pages richement illustrées et accompagnées d’un index des noms de personnes et de lieux, l’auteur à la fine connaissance du terroir archivistique propose une étude sur l’insertion de ces vainqueurs devenus vaincus dans un milieu profondément marqué par l’Occupation. La rencontre avec ces 3 204 prisonniers répartis, à l’échelle du département en décembre 1945, en une cinquantaine de kommandos municipaux et deux entreprises de travaux publics, promettait d’être historique.

Le travail accompli par Guy Reymond est remarquable à plus d’un titre, mais avant et surtout par sa capacité à flairer – tel l’ogre de la légende cher à Marc Bloch – la chair humaine et, ce faisant, à révéler, vue d’en bas, une histoire longtemps restée tue à l’échelle nationale, mais qui n’en continuait pas moins à circuler dans les familles. Cette descente au village s’appuie sur un méticuleux travail de sources qui s’apparente au chercheur d’or quand il exploite les gisements, allant de filon en filon, de Castillon à Villeneuve, collectant documentations écrites et témoignages oraux. L’ouvrage suit une exposition géographique selon trois grandes parties d’inégale longueur : d’abord, le cœur du dispositif de captivité avec le dépôt 157 au camp du Tivoli à Digne (50 p.), puis les nombreux camps et kommandos qui en dépendent (118 p.), enfin la vie quotidienne et les rapports entre gardiens et prisonniers (83 p.), même si ces thèmes sont abordés tout au long des chapitres.

La formidable collecte documentaire croise ainsi des considérations d’histoire locale étayées par des archives datant de la captivité avec la construction de la mémoire du phénomène grâce au recours aux témoignages oraux suscités par l’auteur. Cette démarche s’intéresse moins aux directives venues d’en haut, de la Direction générale des prisonniers de guerre de l’Axe à Paris, du Commissaire de la République, voire des maires, qu’à leur application à l’échelle d’un village, d’un détachement de travail, d’une baraque, donnant à voir comment les Allemands sont pris en charge par des communautés en reconstruction. Cette perspective, qui a parfois tendance à privilégier les citations quasi in extenso de sources (p. 45-48), contient de véritables trésors d’archives, comme dans le cas du camp du Chaffaut occupé, entre 1945 et 1946, par le Service du déminage. L’ouvrage reproduit la chronique de ce service magnifiquement illustrée par les prisonniers allemands, qui représentent un quotidien d’où paradoxalement les travaux de déminage sont absents, à une allusion près. Ce va-et-vient entre histoire et mémoire est efficacement servi par la qualité de l’iconographie : documents d’époque, plans des différentes structures de captivité, photographies de localisation font voir l’inscription de la captivité dans le paysage comme dans l’économie villageoise.

Avec le temps des kommandos communaux vient celui de la maximisation des rencontres entre anciens ennemis. Et c’est alors que s’apprécie tout l’apport des témoignages, que ce soit les correspondances entre anciens employeurs français et travailleurs allemands retournés en Allemagne – tels Josef Wecker et Karl Huss, qui continuèrent d’écrire jusqu’à la fin des années 1970 – ou les archives orales produites quarante à cinquante ans plus tard. Ce qui apparaît dans les textes de froides administrations, comme la « question des PGA », prend une dimension humaine, souvent teintée d’émotion, à l’échelle de ces relations du quotidien. Explicitant les tenants et aboutissants de son « enquête », Guy Reymond dévoile le bouche-à-oreille mémoriel qui l’amène à rencontrer Fritz Osswald, un ancien captif devenu mineur et, par ce truchement, à aborder les prisonniers affectés dans le bassin de Manosque. Ce faisant, l’ouvrage rappelle que la mémoire de cette captivité, dans les vallées des Basses-Alpes – mais cela vaudrait pour beaucoup d’autres territoires français – n’appartient sans doute plus à une histoire du temps présent, mais demeure une mémoire vivante.

On peut toutefois se demander si la forte insistance sur la portée politique de cette captivité dans le rapprochement des peuples n’apparaît pas quelque peu anachronique. Non que certains prisonniers n’aient voulu donner, dès leur captivité, un sens positif à cette expérience contrainte, mais la reprise de la parole moins des prisonniers eux-mêmes et des protagonistes de la captivité que de leurs enfants, tel le maire de Sigonce racontant au fils d’un ancien prisonnier, venu en 2012 sur les traces de son père, que les Allemands n’étaient pas appelés les « boches », mais par leurs prénoms (p. 219), aurait gagné à être contextualisée pour historiciser la mémoire de cette captivité : c’est l’étonnement de Guy Reymond et de ses témoins, près de soixante-dix ans après l’événement, quant au traitement des vaincus allemands, qui aurait étonné les témoins directs s’ils avaient été interrogés au sortir de la guerre. En cela, l’ouvrage, par sa tonalité, constitue un jalon dans l’évolution de l’image de l’autre et Guy Reymond un « passeur de mémoire ».

Par touches successives, Guy Reymond finit par composer une histoire complète de cette descente au village, abordant des aspects attendus sur les conditions de détention comme moins voyants, telle la pratique culturelle et religieuse. Ainsi, en retraçant la vie de ces détachements de prisonniers, l’auteur rend-il compte du formidable turn-over géographique et administratif qu’a été la captivité pour ces vaincus du Reich, passant de mains américaines à mains françaises, d’une région à l’autre dans l’hexagone, de camp urbain en kommando rural à l’échelle des Basses-Alpes, ce qui explique la difficulté, aujourd’hui, de retracer le parcours de ces cohortes anonymes après avoir été un facteur déstabilisant pour les prisonniers. L’attention portée aux lieux permet à Guy Reymond d’exhumer une géographie qui excède bien largement l’Occupation et l’après-guerre pour remonter à l’entre-deux-guerres avec la construction de barrages sur le Verdon en 1928, voire à l’industrialisation des vallées alpines à partir de la fin du XIXsiècle. C’est ainsi qu’entre 1944 et 1948, le barrage de Castillon ne fixe pas moins de quatre camps de prisonniers de guerre allemands.

L’auteur replace ainsi l’histoire éphémère de la captivité dans une histoire plus longue d’aménagement du territoire et insère cette histoire militaire dans une histoire des migrations économiques. Sans malheureusement l’expliciter, l’ouvrage suggère ainsi une voie pour comprendre pourquoi cette présence allemande semble avoir été si aisément acceptée : la mobilisation de cette main-d’œuvre captive dépolitise la présence allemande à mesure où s’affirme son potentiel économique. Le « boche » est progressivement perçu comme un collègue, un camarade, un syndiqué qui, solidaire, cotise pour soutenir des grévistes français.

Toutefois, si, avec la patiente recherche de Guy Reymond, les prisonniers sont descendus au village, on pourra regretter que l’historiographie la plus récente soit convoquée sous forme de vagues renvois sans être véritablement exploitée. Précisément car cette histoire locale aurait considérablement gagné à tenter l’inscription de logiques étudiées à l’échelle d’un département dans des dynamiques qui leur donnent sens car définies à l’échelle nationale. Le propos historiographique de l’ouvrage – la captivité, loin d’avoir été cette période du temps suspendu, peut être lue comme une formidable expérience transformatrice – peine alors à véritablement offrir les éléments de compréhension et d’analyse des phénomènes décrits, que ce soit la gestion particulière des prisonniers affectés au déminage ou aux mines, l’influence des autorités américaines sur cette captivité locale, ou l’ampleur des évasions.

Cela devient réellement problématique dans la présentation de l’utilisation « du jour au lendemain » (p. 28) de ces prisonniers en main-d’œuvre captive, alors que l’un des défis pour les autorités publiques fut justement de faire employer un vaincu par des particuliers plus que réticents à avoir un « boche » à la ferme. 1945 ne fut pas « la banalisation de l’emploi des prisonniers » (p. 35), mais au contraire l’année de tous les défis, celle du plus grand nombre de prisonniers en mains françaises et du plus petit nombre d’employeurs (privés). Le « prêt aux agriculteurs va être généralisé à tous les secteurs de l’économie », avance l’auteur (p. 42). Or, c’est l’inverse qui s’est produit : les employeurs publics furent d’abord pourvus avant d’encourager les civils à se manifester. Et les difficultés de naître quand il s’agit d’adapter une réglementation pensée pour les camps militaires à des structures dominées par la rentabilité économique. Les études sur la captivité, désormais plus nombreuses, invitent à sortir de l’échelle locale pour mieux y revenir. Les rapports de visite du Comité international de la Croix-Rouge auraient alors peut-être été consultés…

L’ouvrage nourrit enfin une réflexion sur la temporalité : quand s’arrête la guerre ? Quand commence la paix pour ces prisonniers comme pour ces sociétés qui les utilisent ? Sans traiter la question, Guy Reymond apporte des éléments de réponse par son intérêt pour les artefacts et leur histoire, notamment pour ces nombreuses baraques de kommandos, qu’elles furent abandonnées, rachetées, démontées pour se retrouver, par exemple, à l’orphelinat Saint-Martin jusqu’à leur démolition début 1993. Ce que l’auteur appelle des « vestiges », qu’il traque par ses photographies de ruines, est devenu invisible pour les visiteurs d’aujourd’hui, car ils n’ont plus d’actualité.

Une même lecture peut être effectuée, en pointillé, pour la question du gardiennage, qui pose problème en termes d’hommes (combien sont nécessaires ?), de statut (faut-il confier les prisonniers à des résistants ou bien à l’armée ?) et de discipline (quel est le seuil de la juste sévérité ?). Et les témoignages convoqués de dire la dureté de la situation au sortir de la guerre, l’urgence des défis à relever et la marge de manœuvre laissée aux acteurs locaux, au maire de Digne comme au commandant du dépôt n° 157.

Néanmoins, la contextualisation ne revient pas sur le paradoxe de cette captivité de guerre en temps de paix. L’auteur eût pu aisément utiliser les travaux qui, depuis les années 2000, s’intéressent aux déprises de guerre comme des dynamiques non linéaires et asynchrones, riches en bouleversements et redéfinitions de normes. C’est alors qu’il aurait pu replacer le témoignage de Jean Vidal, qui s’élève contre les violences commises par les populations locales contre les prisonniers lors de leur arrivée. Cela l’aurait amené à remonter en amont pour intégrer l’héritage de la résistance qu’évoque brièvement Jean-Marie Guillon dans sa postface, et oser proposer une chronologie de sortie de guerre spécifique aux Basses-Alpes.

L’ouvrage montre avec force combien la captivité est une histoire double – des vaincus et des vainqueurs – mais les lectures multiples ne se rejoignent pas nécessairement pour dresser un dispositif de la captivité dans les Basses-Alpes.

Fabien Theofilakis


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.