Ralf Hoffrogge, Working-Class Politics in the German Revolution. Richard Müller, the Revolutionary Shop Stewards and the Origins of the Council Movement ; Ralf Hoffrogge, Norman Laporte (ed.), Weimar Communism as Mass Movement, 1918-1933 .

Leiden, Brill, « Historical Materialism Book Series », 2015 [2008], 253 p. [Traduit en français par Nassira Harir et Ivan Jurkovic, sous le titre Richard Müller, l’homme de la révolution de novembre 1918, Les Nuits rouges, 2018, 290 p.]

Londres, Lawrence and Wishart, «Twentieth Century Communism Series», 2017, 276 p.

Pour le lecteur français qui s’intéresse à la révolution allemande de 1918-1919, la littérature disponible est singulièrement clairsemée : les mêmes grands classiques se retrouvent un peu partout. Les travaux de Pierre Broué, en tout premier lieu  »P. Broué, Révolution en Allemagne (1917-1923), Paris, Éditions de Minuit, 1971.)) ; la réédition récente du livre de Chris Harman aux éditions La Fabrique1 ; certains se reportent volontiers aux souvenirs de Sebastian Haffner2 ; d’autres, plus rares, à la fresque d’Alfred Döblin3. Ces livres, avec toutes leurs qualités, sont souvent le fait d’historiens engagés4, qui lisent la révolution allemande à travers un certain nombre de questionnements militants, légués par les acteurs de l’époque : les conflits entre le parti social-démocrate majoritaire, le parti social-démocrate indépendant et les communistes ; la nature du mouvement des Conseils d’ouvriers et de soldats ; les causes même de la révolution de 1918 qui – éclipsée par les révolutions russes de 1917 – n’a peut-être pas reçu toute l’attention qu’elle aurait dû. Pour le dire autrement, on manque d’études de fond, en langue française, qui permettraient au public intéressé de toucher du doigt l’incroyable richesse politique des événements qui se déroulèrent de septembre 1918 à 1923, si on adopte une chronologie longue.

En Allemagne également, l’historiographie – incomparablement plus riche, évidemment – n’en demeure pas moins très lacunaire. Heinrich August Winkler avait publié, en historien du politique, quelques ouvrages difficilement dépassables dans leur érudition5, dont certains résultats sont d’ailleurs accessibles en langue française sous forme de synthèse6. Mais, comme le souligne Ralf Hoffrogge dans son ouvrage, en résumant très bien les tensions qui traversent l’analyse de cet événement, il est « encore aujourd’hui analysé à travers une vision de guerre froide, qui ne voit que des Spartakistes et le SPD ; le communisme dictatorial ou la démocratie parlementaire7 ». Dans le cas plus spécifique de l’étude du mouvement communiste, les historiographies de l’Allemagne divisée ont souvent livré, de chaque côté du mur, des analyses poussant à l’extrême le filtre idéologique. Il a fallu attendre l’ouvrage de Klaus-Michael Mallmann, une véritable histoire sociale et politique du Parti communiste allemand8, en 1996, pour sortir d’un certain nombre de biais d’analyse.

On comprend mieux l’importance des deux ouvrages, l’un écrit – l’autre dirigé – par Ralf Hoffrogge, recensés ici. Le premier concerne le mouvement des Conseils ouvriers (Arbeiterräte), à travers l’étude de la figure de Richard Müller ; le second est un ouvrage collectif, qui revisite l’histoire sociale du parti communiste. Norman Laporte, coéditeur du dernier livre, est quant à lui chercheur au Pays de Galles, et a publié des travaux sur le KPD en Saxe. Hoffrogge, non sans raison, souligne que « l’histoire longue du mouvement ouvrier9 » est aujourd’hui laissée de côté en Allemagne, sous prétexte que les idées qu’il avait défendues auraient été réfutées de facto par la chute de la RDA en 1989.

Le premier ouvrage retrace le parcours de Richard Müller, personnage aujourd’hui complètement oublié, alors qu’il a eu – c’est l’idée que défend Hoffrogge – une importance capitale dans le socialisme allemand, de 1914 à 1923, et donc dans la révolution. Venu d’une famille populaire, Müller est rapidement devenu tourneur (lathe operator) dans l’industrie métallurgique. Plus important, au moment où la guerre éclate en Europe, et où la gauche allemande vote les crédits de guerre, Müller, accompagné par d’autres ouvriers qui sont, comme lui, « délégués syndicaux » (Obleute/Shop Steward), fonde un groupe informel de militants radicaux, révolutionnaires, qui ont pour objectif de sortir de la pure discussion syndicale sur les conditions de vie économiques – notamment celles des ouvriers de l’armement – et de questionner le bien-fondé même de la guerre. Il s’agit d’un réseau informel qui se réunit, avant tout, dans les brasseries, en dehors de tout encadrement de la part des partis ou des syndicats de gauche traditionnels. À mesure que les doutes augmentent sur le bien-fondé de la guerre en Europe, ce groupe plaide de plus en plus fortement pour la grève, une possibilité que bien des centrales syndicales voient d’un mauvais œil. Le premier tour de chauffe a lieu dans le sillage de l’arrestation de Karl Liebknecht, le leader spartakiste, le 1er mai 1916, même si les liens entre les « délégués révolutionnaires » et la Ligue spartakiste sont relativement lâches. La grève, à Berlin, compte 55 000 personnes et est très durement réprimée. En avril 1917, après l’hiver le plus dur de la guerre allemande, le nombre de grévistes grimpe à 300 000. La radicalisation est palpable : les jusqu’au-boutistes élisent un Conseil de grève, qui demande notamment une paix sans annexion. Dans chaque initiative, Müller et les « délégués » accomplissent un travail d’organisation minutieux, d’information et de préparation. La plus grande grève est évidemment celle du 28 janvier 1918, où presque toute l’industrie berlinoise est à l’arrêt, avec 400 000 grévistes. La répression, à chaque occasion, est féroce. Toute cette expérience accumulée, Müller la met au service de la révolution, à partir du mois d’octobre 1918. L’idée d’organiser un soulèvement est sur toutes les lèvres. Et même si le réseau des délégués n’est pas visible, il effectue un travail très concret d’organisation, en stockant, par exemple, des armes, notamment chez la seule membre féminine du réseau, Cläre Casper. Toutes les organisations sont emportées dans le tourbillon de la révolution. Müller et les délégués organisent les Conseils d’ouvrier, rejoignent les Conseils de soldat, plaident pour la révolution, et surtout pour un système de démocratie conseilliste pure qui ne serait pas le complément de la démocratie parlementaire, mais la remplacerait (p. 110). Entre novembre et décembre, les conflits, à partir de la création du « Conseil des commissaires du peuple » (Rat der Volksbeauftragten), sont nombreux, entre le mouvement des conseils, les « délégués révolutionnaires » et les membres des deux grands partis que sont alors le SPD et l’USPD (parti social-démocrate indépendant).

Hoffrogge, tout en retraçant avec une grande minutie l’équilibre des forces, n’hésite pas à trancher : les Shop Steward avaient eu une importance capitale dans la révolution, et possédaient un grand pouvoir sur le mouvement ouvrier, notamment berlinois, ainsi que dans certaines instances issues du tumulte de la révolution ; mais il leur manquait l’expérience des partis, qui réussirent, SPD en tête, à récupérer le pouvoir sur les décisions. Friedrich Ebert n’hésitait pas à jouer de ses soutiens dans le monde militaire et l’ancien appareil d’État, et utilisait ses alliés de l’USPD pour marteler l’« unité ouvrière », au détriment du mouvement conseilliste. La question fut réglée à la mi-décembre au moment du congrès des Conseils d’ouvriers et de soldats, où Müller fut mis sur la touche. Le livre se poursuit, en décortiquant les valeurs politiques du mouvement des « délégués », et la carrière politique de Müller après l’échec de 1919, entrant dans une description plus classique des grandes étapes de la période postrévolutionnaire : les grèves de 1919, l’action de mars 1921, la fin de l’USPD… Si l’auteur n’est pas exempt de jugements de valeur – considérant la révolution allemande comme un échec, ou mettant très souvent en valeur la position de Müller, sans que l’on sache très bien si les sources existantes permettent d’aller aussi loin – il n’en livre pas moins une description très intéressante et précise de la richesse politique des débuts de la République de Weimar, des stratégies, de l’organisation au quotidien d’un idéal politique à travers le parcours de son représentant le plus pragmatique, véritable « Sisyphe » révolutionnaire (p. 232). Hoffrogge décrit la longue tombée dans l’oubli de celui-ci, qu’il est donc difficile d’imaginer, pour paraphraser Camus, « heureux ».

Le second ouvrage, collectif, est comme une poursuite du premier, s’intéressant au communisme allemand comme mouvement de masse, tel qu’il émerge et se structure au moment de la révolution de 1918 et dans les années qui suivent. Müller lui-même adhère au KPD en 1920. Dans le livre, les treize contributions comptent dans leurs rangs les meilleurs spécialistes, comme Mario Kessler ou Bernhard H. Bayerlein. Les contributions s’organisent autour de personnalités importantes de l’époque (Ernst Meyer, Ruth Fischer, Ernst Thälmann, Willi Münzenberg) et d’organisations spécifiques (« la ligue unifiée des ouvriers métallurgistes berlinois » ; « l’Internationale des gens de la mer »). Sans entrer dans un résumé exhaustif, on voit rapidement la tonalité générale et la colonne vertébrale de l’argumentation : sans remettre en cause les analyses fondamentales sur la « stalinisation » du parti au cours des années 1920, le livre poursuit, d’une certaine manière, le travail commencé par Klaus-Michael Mallmann, en montrant qu’au sein du parti, comme dans les relations qui unifiaient Moscou et les communistes allemands, tout ne relevait pas d’une pure logique du haut vers le bas, et qu’il existait de très nombreuses initiatives locales, des tendances diversifiées, des conflits… Cette histoire sociale du politique, fine, permet de sortir, en quelque sorte, d’un grand récit qui s’est largement figé quand on étudie l’histoire du KPD. On ne peut donner ici que quelques exemples. Gerhard Engel, dans son analyse de la fondation du Parti communiste à la toute fin 1918, revient sur l’histoire du deuxième groupe au fondement du KPD, à côté des spartakistes : le « groupe de Brême », l’IKD (Communistes internationaux d’Allemagne), qui comptait, en 1918, entre 500 à 1 000 militants. Engel montre comment les militants ont été au cœur de l’idée, au sein du KPD qu’ils participèrent à fonder (29 délégués), de boycotter les élections à l’Assemblée constituante du 19 janvier 1919, et le rôle pionnier qu’ils eurent dans la fondation du parti. De même, le chapitre consacré aux stratégies du parti pour atteindre d’autres groupes sociaux que celui des ouvriers (les paysans, les intellectuels…) montre toute la diversité des situations, des acteurs et des périodes. La réflexion ne passe pas à côté des dynamiques internationales, et notamment des relations au sein du Komintern, à travers l’analyse de la funeste stratégie stalinienne « classe contre classe », ce qui est permis par les récentes ouvertures d’archives ; on signalera la mise en ligne d’un million de documents des archives du Komintern sur la base Incomka.

Les deux lectures se complètent, pour aboutir à une vision nouvelle des phénomènes politiques, qui se désenclavent ainsi encore un peu plus du poids que faisait peser la guerre froide sur l’historiographie de ces années-là.

Nicolas Patin


  1. C. Harman, La révolution allemande, 1918-1923, traduit de l’anglais par J.-M. Guerlin, Paris, La Fabrique, 2015. []
  2. S. Haffner, Allemagne, 1918 : une révolution trahie, traduit de l’allemand par R. Bouyssou, Marseille, Agone, 2018. []
  3. A. Döblin, Novembre 1918 : une révolution allemande, traduit de l’allemand par Y. Hoffmann et M. Litaize, Aix-en-Provence, Pandora, 1982. []
  4. M. Dreyfus, G. Vergnon et J.-J. Marie, Pierre Broué, un historien engagé dans le siècle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012. []
  5. H. A. Winkler, Von der Revolution zur Stabilisierung. Arbeiter und Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik, 1918 bis 1924, Berlin, Dietz Nachf., 1984 ; Id., Weimar 1918-1933. Die Geschichte der ersten deutschen Demokratie, Beck, Munich, 1993. []
  6. Id., Histoire de l’Allemagne, XIXe-XXe siècle. Le long chemin vers l’Occident, traduit de l’allemand par O. Demange, Paris, Fayard, 2005. []
  7. R. Hoffrogge, Working-Class Politics in the German Revolution. Richard Müller, the Revolutionary Shop Stewards and the Origins of the Council Movement, Brill, Leiden, 2015,p. 4 : « Nevertheless, the German Revolution of 1918 is still analysed through a Cold War lens that only sees Spartacists and the SPD ; dictatorial communism or parliamentary democracy ». []
  8. K.-M. Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik. Sozialgeschichte einer revolutionären Bewegung, Darmstadt, Wiss. Buchges, 1996. []
  9. R. Hoffrogge, Working-Class Politics…, op. cit.,p. 4 : « Worse, in Germany today, there persists a tendency to ignore the labor movement’s long history on the ground that its ideas were ‘proven wrong’ by the downfall of the East German state in 1989. » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search