Margot Beal, Des champs aux cuisines : Histoire de la domesticité en Rhône et Loire (1848-1940)

Paris, ENS Éditions, « Sociétés, Espaces, Temps », 2019, 235 p.

La première partie du titre de l’ouvrage de Margot Béal, Des champs aux cuisines, pose avec justesse l’un des objectifs principaux de la recherche historique qu’elle a conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat : celui de traiter de la domesticité dans la pluralité de ses formes entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle. Dès l’introduction, l’auteure annonce en effet que la littérature historique française portant sur la domesticité s’est concentrée sur la domesticité en ville, oubliant les domestiques travaillant dans les fermes. Avec sa recherche, Margot Béal entend combler ce manque, ainsi qu’un second, celui de l’étude des hommes domestiques. Elle précise en outre adopter une démarche analytique qui vise à échapper à l’écueil du misérabilisme qui teinte de nombreuses histoires de la condition domestique. Son objectif est présenté clairement : il s’agit de faire l’histoire d’une catégorie professionnelle en montrant comment elle se construit par des rapports de pouvoir variés, et de comprendre comment ils sont appropriés ou contestés par les domestiques. Pour explorer cette variété, l’auteure a centré ses recherches sur les régions lyonnaise et stéphanoise, régions aux structures économiques et sociales diverses et changeantes au moment de l’industrialisation de la France. Elle mobilise pour cela différentes sources administratives (données de recensement et de la surveillance des bureaux de placement) ainsi que des archives privées et judiciaires.

L’ouvrage se compose de onze chapitres thématiques. Dans le premier chapitre, l’auteure montre qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, le travail domestique concerne de 8 à 15 % de la population active. Cette proportion n’est néanmoins pas simple à définir : non seulement les archives des recensements sont imparfaites, mais aussi, définir ce qu’est le travail domestique n’est pas évident. Margot Béal retient trois critères de définition : le fait de (se) définir comme domestique, le fait d’être en position de subordination au sein des ménages et d’être hébergé·e par ses employeurs. Elle distingue deux types de domestiques : les domestiques « à la personne », qui travaillent essentiellement au domicile de ceux qui les emploient, et les domestiques « à l’exploitation », qui travaillent dans les fermes. En réalité, elle nous apprend que les domestiques à l’exploitation sont en plus grand nombre vers 1851 en Rhône et Loire, et sont davantage des hommes que des femmes. Un résultat particulièrement intéressant qui déplace le regard des ouvrages historiques insistant sur l’importance de la domesticité féminine dans les villes à cette époque. En fait, la féminisation de la domesticité qui s’opère au début du XXsiècle est en partie liée à la baisse générale de la domesticité de ferme : les hommes, plus chers que les femmes, sont moins embauchés par les familles bourgeoises qui se désargentent. Si le recours à la domesticité concerne à cette époque plusieurs milieux sociaux, ce sont tout de même les élites de la banque, de l’industrie et des finances qui y ont le plus recours. Autre fait marquant : les premiers employeurs de domestiques sont des hommes, alors que la littérature a tendance à insister sur les relations « patronnes/domestiques ». L’auteure remarque en effet que les domestiques sont plus nombreux dans les maisons où il y a plus d’hommes. La domesticité n’est donc, à cette époque, pas qu’une affaire de femmes.

Après ce portrait démographique de la domesticité en Rhône et Loire, les chapitres 2 et 3 s’intéressent aux manières dont l’État et le patronat façonnent le « corps sociale » des domestiques. Du point de vue législatif, l’auteure explique que les domestiques sont infantilisé·e·s : les hommes domestiques demeurent longtemps non éligibles, et le droit du travail ne s’applique pas pour les domestiques malgré l’avancée de celui des ouvriers et des ouvrières. Ce n’est qu’en 1936 que les domestiques bénéficient de congés payés et d’une retraite. Du point de vue organisationnel, le gouvernement fournit de jeunes pupilles aux agriculteurs au début du XXe siècle, et organise des déplacements de main-d’œuvre polonaise dans les fermes à partir des années 1920. Quant au patronat, il définit des profils types de domestiques, qui ont tendance à homogénéiser la main-d’œuvre sur le marché : des femmes physiquement robustes des mondes ruraux, blanches, relativement belles. Ce qui est déterminant de l’emploi est le statut marital : 90 % des domestiques sont célibataires. Leurs gages sont faibles, car les patrons considèrent qu’ils et elles leur apprennent le métier en les embauchant, mais peu de domestiques tirent bénéfices d’une réelle acculturation bourgeoise.

Les chapitres 4, 5 et 6 dessinent le quotidien des domestiques, et définissent ce que fait ce lieu de travail particulier aux rapports de pouvoir avec les employeurs. Certes, les domestiques sont mieux logés que la plupart des classes populaires. Mais les espaces qui leur sont dédiés restent souvent vétustes : quoique vivant dans des maisons bourgeoises, ils doivent se cantonner dans certaines pièces – la cuisine, par exemple –, pour ne pas être trop vus des employeurs. Le travail à domicile renforce par ailleurs la mise à disposition totale de la main-d’œuvre, que ce soit celle de leur temps ou de leur corps. La sexualité des femmes domestiques est sous contrôle : elles n’ont pas le droit d’être enceintes – au risque d’être moins efficaces au travail –, sont asservies aux hommes de la famille, y compris aux adolescents. Bien que leur situation soit propice à l’exploitation et que le droit est au service du patronat dans les maisons, l’auteure indique que les domestiques ne sont cependant pas si isolés : dans les campagnes ou dans les riches quartiers bourgeois des villes, les domestiques se côtoient. Après la Première guerre mondiale, les domestiques femmes profitent même davantage des loisirs de la vie citadine : elles vont au cinéma et au bal, et leurs gages augmentent, y compris dans les campagnes. Dans la continuité de l’étude du contrôle des domestiques, le chapitre 7 met en exergue les manières dont le marché du travail domestique s’organise. Des bureaux de placement privés encadrent la main-d’œuvre, dans le but surtout de rendre des femmes blanches disponibles pour la domesticité plutôt que pour le travail sexuel clandestin. À partir de 1910, c’est une rationalisation du travail domestique qui se déploie dans les recommandations des manuels de gestion du foyer : le travail s’intensifie et le ratio domestiques/personnes servies diminue.

Les chapitres 8 et 9 s’inscrivent de façon particulièrement efficace dans l’objectif défendu par l’auteure d’échapper au misérabilisme. Elle montre que les domestiques se saisissent de marges de pouvoir pour résister à l’oppression subie, grâce à des compétences physiques, relationnelles et spatiales. Les femmes ont des relations sexuelles en dehors des maisons qu’elles servent, et maîtrisent leur reproduction. Elles recherchent du plaisir au travail, donnent des excuses pour prendre des pauses et sortir, et peuvent même attaquer en justice ceux qui les emploient. Elles se suicident, violent des enfants, commettent des incendies. À l’aide des archives judiciaires, Margot Béal dépeint la violence que cristallisent les rapports interclasses. Pour échapper aux pires situations, les domestiques partent. Ce sont même beaucoup de domestiques qui partent de chez leurs employeurs avant un an de service, pour éviter leur surexploitation et pour voyager.

Les possibilités d’« eigensinn » des domestiques, c’est-à-dire, leur « sens de soi », selon la traduction que l’auteure fait de la notion employée par Alf Lüdtke pour étudier le monde ouvrier, grandit dans l’entre-guerre : les chapitres 10 et 11 centrent leur analyse sur les transformations qui s’opèrent dans la domesticité à cette période de l’histoire. De nouvelles offres de travail sont autant d’opportunités pour les jeunes filles des classes populaires que le passage par l’armée catalyse l’ascension sociale des jeunes hommes domestiques. Le nombre de domestiques se réduit, les femmes y sont proportionnellement plus nombreuses et plus âgées. L’auteure engage une discussion sur les relations entre monde ouvrier et monde domestique. Elle montre que le travail domestique est dévalorisé par rapport au travail ouvrier, et que les valeurs sur lesquelles se construit ce dernier excluent les domestiques hommes, dévirilisés, et les domestiques étrangers, sujets à la xénophobie. La ségrégation spatiale entre les ouvriers des banlieues et les domestiques des villes s’accentue. Pour autant, à partir de 1906, la syndicalisation des domestiques et leur auto-identification à la classe ouvrière les rapprochent du monde ouvrier. Avec l’avancée des droits des domestiques en 1936, les frontières entre mondes domestiques et mondes ouvriers sont poreuses, d’autant plus lorsque les domestiques en viennent progressivement à habiter ailleurs que chez leurs employeurs, et à privilégier un passage temporaire par la domesticité plutôt que des carrières à vie.

En conclusion, l’analyse, fondée sur une densité de matériaux, donne à penser la domesticité de la fin du XIXe et du début du XXe siècle de façon dynamique. Alors que beaucoup d’historiens et d’historiennes se sont appuyés sur des romans et des rumeurs pour décrire les rapports de pouvoir, parfois fantasmés, entre patrons, patronnes et domestiques, les archives judiciaires sont ici une source inédite pour écrire un récit social qui ne traduit pas seulement le point de vue des employeurs, mais aussi celui des domestiques. Force est de constater que leur infantilisation juridique n’empêche pas leur remise en cause de l’ordre social. Précisons que la place du droit dans la domesticité d’hier et d’aujourd’hui est encore un point aveugle des travaux historiques et sociologiques sur la domesticité en France. Beaucoup d’études constatent de manière qualititative une absence massive de recours à la justice par les travailleurs domestiques, sous réserve qu’un dépouillement des archives judiciaires contemporaines puisse permettre de renseigner de façon plus systématique le phénomène. Le travail de Margot Béal montre en tout cas qu’à une époque il n’était pas rare que les conflits de domesticité soient portés au tribunal. La richesse de ces matériaux nous invite même à regretter que l’auteure n’ait pas davantage caractérisé les domestiques qui recourent au tribunal. On peut en effet imaginer que tous ne portent pas plainte, et que tous n’obtiennent pas gain de cause. Des questions restent donc en suspens : Qui porte plainte contre ses employeurs, et, inversement, contre quel domestique porte-t-on plainte ? Quels sont les coûts et les bénéfices des procès pour chaque partie ? Qui en sort gagnant ? Questions qui auraient notamment permis de faire la transition entre les enjeux passés et présents de la domesticité en France, mais cela ne remet pas en cause l’intérêt certain de cet ouvrage comme contribution majeure aux études historiques sur la domesticité.

Alizée Delpierre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.