Stéphane Lamassé et Gaëtan Bonnot (dir.), Dans les dédales du Web. Historiens en territoires numériques.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Homme et société », 2019, 276 p.

Paru en 2019, Dans les dédales du Web reprend une partie des communications faites lors de deux journées d’étude qui se sont tenues à la Sorbonne en juin 20161, le tout sous la direction de Gaëtan Bonnot et Stéphane Lamassé. Médiéviste et moderniste, tous deux sont membres du PIREH (Pôle informatique de recherche et d’enseignement en histoire) de la Sorbonne qui, fort d’une expérience solide et reconnue, constitue depuis trente ans l’un des principaux pôles de réflexions et de formations sur les possibilités offertes par les mathématiques et l’informatique appliquées à l’histoire2. Ce livre ouvre d’ailleurs une nouvelle série intitulée « Numériques » dont S. Lamassé est le conseiller, au sein de la collection « Homme et société » des Éditions de la Sorbonne. Cette série entend contribuer au (et penser le) « développement de perspectives nouvelles mêlant les champs disciplinaires des sciences humaines et sociales, les mathématiques appliquées et l’informatique » (p. 4). Ce faisant, l’ouvrage peut être considéré comme une sorte de manifeste visant à faire entendre la voix de Paris 1 et, plus spécifiquement, du PIREH3 dans les nombreuses réflexions en cours sur les transformations de l’histoire à l’ère numérique.

Les directeurs le notent d’emblée dans l’introduction, cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des travaux qui se multiplient depuis les années 1990-2000 sur les relations entre historiens, historiennes et Internet (p. 7). La voie proposée est toutefois originale : non seulement parce qu’ils se saisissent non pas d’Internet en général, mais bien du Web en particulier, mais aussi, et surtout, par la démarche qui guide l’ensemble. Ce collectif se concentre en effet, à partir de cas empiriques, sur deux questionnements complémentaires. Il s’agit, d’une part, de se demander ce que l’histoire peut faire du/avec le Web. Les contributions portent ainsi tant sur les données du Web nativement numériques, que sur ce que la numérisation fait aux sources plus traditionnelles. Il s’agit, d’autre part, de poser la question de ce que le Web fait à l’histoire, en passant au crible de la méthode historique un certain nombre de productions en ligne. Les contributions donnent ainsi à voir ce qu’est le métier d’historien face/avec/à l’heure du Web. Si les contributions sont inégales (c’est la loi du genre), l’ensemble est tout à fait cohérent et ne tombe pas dans le travers du « patchwork ». L’ouvrage permet ainsi de saisir qu’au-delà des grandes envolées lyriques sur la « révolution numérique » et qu’en dépit d’un champ des « humanités numériques » qui semble parfois dominé par les sciences infocom ou la linguistique, les historiens disposent de savoir- faire, de méthodes (quantitatives notamment) qui permettent de mieux saisir, dans une perspective critique et réflexive, les transformations en cours de la production des savoirs en ligne. Plutôt que de synthétiser l’ouvrage4, je ferai ici porter la focale sur les trois contributions qui apportent un éclairage intéressant sur les problématiques traitées dans ce dossier du Mouvement social consacré aux écritures de l’histoire et à leurs publics.

Dans un chapitre intitulé « L’histoire et l’écriture numérique. Approche technique, politique, épistémologique », Éric Guichard propose à la fois une réflexion d’ensemble sur les historiens face aux « dévots du numérique », un retour sur un projet « d’enquête historique au temps du numérique » (une cartographie historique des universités en Europe5) et une analyse des enjeux de l’écriture numérique. Le lien entre ces trois dimensions n’est pas toujours très clair. Une partie non négligeable du chapitre est consacrée à la dénonciation : de la faible prise en compte de l’histoire par les instances de financement nationales ou régionales de la recherche (p. 193-196) ; des maltraitances que des « administrations inféodées à l’idéologique et au politique » font subir à la discipline (p. 197) ; ou encore des « humanités numériques », un mouvement présenté comme quasi militarisé « avec des lieutenants, des fantassins et des francs-tireurs » (p. 210). On regrettera d’autant plus certaines déclamations péremptoires qu’elles voisinent avec plusieurs arguments tout à fait pertinents, et s’accompagnent d’une invitation à raison garder face à une certaine « religiosité du numérique » que l’on ne saurait nier. Pour ce qui concerne ce numéro du Mouvement social, on retiendra tout particulièrement les développements relatifs à ce que l’auteur appelle « l’outillage scribal du moment ». Éric Guichard insiste ainsi sur le fait que « choisir les bons outils », c’est non seulement gagner du temps, mais aussi dévoiler « l’architecture de notre raisonnement » (p. 201). Il rappelle en effet que « l’Internet signale une transformation de l’écriture qui dépasse l’archivage et la mémoire pour renouveler, comme souvent quand les technologies de l’intellect sont bousculées, nos manières de penser et nos regards historiques sur le cours d’un savoir structuré en discipline » (p. 198).

Nous le notons avec Axelle Brodiez-Dolino dans l’ouverture de ce numéro spécial : Wikipédia constitue l’un des archétypes des nouvelles formes d’écriture et de transmission de l’histoire sur le Web. Deux contributions des Dédales sont explicitement consacrées à l’encyclopédie libre. Jean-Luc Chappey signe un chapitre intitulé « Wikipédia et l’écriture de l’histoire : conservation ou révolution ? ». Partant du constat du caractère incontournable, tant chez les étudiants que chez leurs enseignants, de l’encyclopédie, l’historien annonce d’emblée vouloir centrer ses réflexions sur Wikipédia comme enjeu d’une proposition de « nouvelle manière d’écrire et de diffuser l’histoire » (p. 143). Il s’interroge alors sur le type d’histoire proposée. Les critiques les plus virulentes de l’encyclopédie permettraient presque d’attester l’idée selon laquelle nous serions face à une sorte « d’histoire populaire », de « contre- ou anti- histoire » mettant en cause « les dogmes, les méthodes ou les principes de vérité conservés par les historiens “officiels” », alors même que les historiens ne sont pas absents de l’encyclopédie, qu’il s’agisse d’y contribuer ou même de l’administrer (p. 147). L’auteur, qui a lui-même pris Wikipédia comme objet d’expérimentation pédagogique en master, explore les notices consacrées à la Révolution française en détaillant les diverses procédures permettant de discuter et valider une information, de mettre en valeur des pages de qualité, etc. Mobilisant les discussions et controverses autour de quelques notices, il rappelle que l’encyclopédie est aussi un terrain d’affrontements historiographiques, ce qui en fait un révélateur des débats sur la Révolution française « qui se jouent hors les murs des institutions universitaires ou scolaires » (p. 154). C’est aussi l’occasion pour l’historien de montrer par l’exemple que ces débats relèvent parfois de querelles d’ego ou de quête de légitimité qui passent par des tentatives de « prise de contrôle » de notices, voire d’autopromotion. Si ces pratiques sont connues des familiers de Wikipédia et des débats qu’elle occasionne, cette contribution offre l’avantage de documenter des cas précis. En ce sens, ce chapitre constitue une très bonne introduction au fonctionnement de l’encyclopédie sur le terrain historiographique. À propos de la « neutralité de point de vue » par exemple, Jean-Luc Chappey montre qu’il s’agit à la fois d’une force et d’une faiblesse. Wikipédia privilégiant « les connaissances établies plus que les thèses nouvelles et originales » (p. 150), sur les sujets controversés, les notices finissent par être composées de juxtaposition des « interprétations les plus diverses » qui en viennent à leur « donner un caractère touffu » (p. 155). Mais c’est aussi ce qui conduit l’historien à considérer l’encyclopédie comme un très bon moyen « d’interroger les relations entre les différentes formes de savoirs historiques » (p. 163).

L’approche que Benjamin Deruelle et Stéphane Lamassé proposent est très différente. Leur chapitre est intitulé « Un processus de production du savoir “historique” et “encyclopédique” sur l’internet : l’exemple de la fiche Jeanne d’Arc sur Wikipédia ». Pour les deux historiens, la « profusion de discours historiques sur la Toile n’a en soi rien de surprenant » et elle peut « parfois même » être « une chance ». Pour autant, cela ne nous dispense pas, bien au contraire, d’interroger les modes de construction des savoirs produits « en dehors de toute caution académique » (p. 167). D’autant plus que Wikipédia occupe « une place particulière au sein du Web » : tout utilisateur d’un moteur de recherche l’aura constaté, toutes les requêtes mènent à l’encyclopédie… C’est la raison pour laquelle les auteurs entreprennent d’analyser et de questionner le « nouveau modèle d’autorité » qui est proposé (p. 168-170). Constatant le caractère inadapté des outils existants pour une critique historienne de l’écriture de Wikipédia, ils mettent à l’épreuve leur propre protocole d’enquête sur la production des notices. L’analyse propose de contourner les difficultés inhérentes à la critique de textes nativement numériques, de surcroît sans auteurs revendiqués, par une prise en considération de toutes les strates successives d’une notice et des « métadonnées déclaratives ou non concernant les auteurs des fiches » qui s’avèrent « souvent ignorées des lecteurs » (p. 171). En lui-même, l’objet du chapitre est passionnant. Mais au-delà de Wikipédia, ce que les auteurs montrent, c’est la capacité des historiens à se saisir pleinement des nouvelles formes d’écriture sur le Web pour en proposer une analyse quanti/quali innovante, sans renoncer aux acquis de la critique historique.

Centrée sur quelques contributions, cette recension met de côté d’autres aspects qui mériteraient certainement autant de développements. Très stimulant, cet ouvrage collectif devrait intéresser autant les historiens férus de ces questions que leurs collègues plus néophytes. Un peu à la façon d’Expérimenter les humanités numériques ((É. Cavalié, F. Clavert, O. Legendre et D. Martin (dir.), Expérimenter les humanités numériques. Des outils individuels aux projets collectifs, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2017. En ligne : http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/experimenterleshumanitesnumeriques#)), il vient combler un manque dans la production de ces dernières années : une approche concrète, empirique, de l’histoire numérique. En ce sens, il constituera sans conteste, non seulement un excellent instrument d’ouverture du champ des possibles pour historiens débutants comme confirmés, mais aussi un très bon outil de travail pour qui serait chargé d’enseigner « le numérique » en histoire.

Émilien Ruiz


  1. « La Toile, l’histoire et l’historien », 6 et 7 juin 2016, LAMOP/PIREH, Université Paris 1. Programme complet en ligne : http://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/Axe_de_recherche_PIREH/toile_histoire_historien_2016.pdf. []
  2. L. Dumont, O. Julien et S. Lamassé, « Articuler histoire et informatique : le Pôle informatique de recherche et d’enseignement en histoire (PIREH) de l’Université Panthéon Sorbonne », Humanités numériques, n° 1, 2020, à paraître. []
  3. Quatorze contributeurs sur dix-huit se présentent comme rattachés à un laboratoire de la Sorbonne au moment de la publication et la moitié des contributions du volume ont été écrites ou coécrites par huit membres actuels ou passés du pôle, sans compter ceux qui, parmi les autres contributeurs, y ont été formés. []
  4. Ce qui me conduirait, au demeurant, à ne faire que paraphraser le compte rendu que P. Verschueren a consacré à l’ouvrage dans Lectures, 24 juillet 2019. En ligne : http://journals.openedition.org/lectures/36194. []
  5. É. Guichard et C. Renaud, « Cartographie historique des universités en Europe », 2016. En ligne : http://barthes.enssib.fr/cybergeo/Univ/. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.