Ludovic Frobert, Des Républicains, ou le roman vrai des Raspail.

Lyon, Libel Éditions, 2019, 288 p.

Qui n’a jamais voulu écrire une histoire libérée des carcans de l’académisme, mais n’a pas osé, redoutant l’opprobre de la communauté, ou plus probablement un léger regard condescendant rempli de discrédit ? À l’heure où les grands renouvellements historiographiques de la seconde moitié du XXe siècle sont derrière nous, où la discipline historique, émiettée, souffre d’une désaffection, où il s’agit de reconquérir un nouveau public, les tentations sont pourtant grandes de s’adonner à une narration plus libre. Plusieurs directions sont alors possibles, du roman historique pur, où la fiction s’articule à un contexte et des événements ayant eu lieu, jusqu’à une mise en situation de personnages réels dont on imagine des actions plausibles, au regard des archives et de l’historiographie. Dans cet ouvrage sur François-Vincent Raspail (1794-1878) et sa famille, Ludovic Frobert fait le choix d’une narration romancée portée par Benjamin, le fils fidèle d’entre les fidèles, dont il imagine les sentiments, les conversations, les rencontres, mais à partir de données factuelles. Tout est plausible, rien n’est faux, les faits s’insèrent dans le récit de nombreux moments historiques attestés que viennent relever des extraits de lettres ou de débats parlementaires. Comme le dit Benjamin/Frobert, il s’agit d’« un roman, mais un roman vrai » (p. 5). Des vignettes dans lesquelles la parole libre est laissée à ses frères et sœur, et à sa défunte mère, s’intercalent régulièrement dans le récit, de façon cette fois-ci totalement fictive.

Le rideau s’ouvre sur l’année 1876, au crépuscule de la vie de Raspail, plus précisément le 17 décembre, jour de l’enterrement de sa fille Marie. Entouré de ses quatre fils, Benjamin, Xavier, Émile et Camille, le vieux Raspail se fige ; c’est une partie de lui-même qui s’évanouit. Sous les regards à la fois persifleurs et inquiets de ses adversaires, il avait ouvert, à 82 ans et en tant que doyen, quelques mois plus tôt, la première session de la nouvelle Chambre des députés. Infatigable pourfendeur des régimes autoritaires et du règne de l’argent, incarnation des combats d’un siècle, porteur de l’espérance de l’émancipation ouvrière et de la liberté médicale, que va-t-il dire ? Il y délivre un message de paix et de concorde – mais la bataille de l’amnistie des communards ne fait que commencer. Sept ans auparavant, une première expérience parlementaire, sous l’Empire, l’avait montré intrépide, isolé, intransigeant, malade, marginalisé, incompris. C’est cette séquence, qui annonce la République, que Benjamin/Frobert campe principalement, entre février 1869 et septembre 1870, soit durant les derniers mois du Second Empire qui voient Raspail siéger comme député pour la première fois, à 75 ans.

Placer le récit durant la dernière année du Second Empire permet à l’auteur d’incarner l’idée républicaine au cœur de l’institution délibérative avec un effet de miroir : aux interventions du vieux François-Vincent, consignées dans les archives, répondent les réactions de ses fils, présents dans les tribunes de l’assemblée. Même sans analyse, le récit est féroce, et l’on assiste surtout à la déliquescence du pouvoir politique de cet Empire libéral où corruption, coups de force et discussions stériles sont le quotidien des séances. Agrémenté d’extraits d’échanges entre députés et de gravures d’époque, on y lit l’arrogance du pouvoir et l’opportunisme d’une classe politique surtout préoccupée de réprimer l’agitation sociale. Certains échanges sont particulièrement cocasses, notamment ceux qui opposent Raspail à Schneider, président de l’Assemblée et puissant patron de la métallurgie, acculé par les arguments des républicains. La gauche républicaine progressiste (Gambetta, Favre, Ferry, etc.) ne sort pas grandie du récit ; elle n’est pas épargnée pour le mépris de classe qu’elle affiche et le peu de soutien qu’elle apporte au républicain intransigeant. Raspail est bien isolé ; il apparaît à l’Assemblée comme une relique un peu surannée pour ses adversaires, une butte témoin d’un monde pas entièrement érodé, la vigie toujours alerte de l’esprit de 1848 et de celui à venir de la Commune. Malgré toute la sympathie qu’il lui témoigne, Frobert/Benjamin ne cache pas le ton cassant du vieil homme, ses lubies et invectives parfois injustes. Sur le front des espérances, le théâtre politique semble surtout se dérouler en dehors de l’Assemblée, au sein de la nébuleuse militante républicaine et ouvrière, à Paris, siège des grands meetings de campagne du printemps 1869 ou dans les mobilisations contre le régime, à Marseille, et surtout à Lyon où Benjamin s’efface derrière Frobert, grand connaisseur des milieux ouvriers militants de la capitale de la soie.

La liberté de la narration permet à Frobert/Benjamin de faire défiler le siècle, en revenant sur quelques grands aspects de la vie de Raspail, et en premier lieu le rôle qu’il joue lors de la journée du 15 mai 1848, qui lui vaut un emprisonnement de plusieurs années, puis un exil en Belgique pendant dix ans. Que l’injustice soit relevée permet de pointer le rôle éminemment politique de ses actions en faveur de l’émancipation des travailleurs, la dénonciation de l’hypocrisie et de la brutalité des sphères de pouvoir. L’expérience de la prison, vécue à plusieurs reprises au cours de sa vie, se transforme en pamphlets sur le système pénal, à mi-chemin entre la critique politique systémique et des préceptes de dignité et d’hygiène. Car sous le Raspail militant assez bien connu se loge un scientifique, un chimiste libre, voire libertaire, qui refuse la parole instituée et instrumentalisée par le pouvoir. À l’heure où la chimie redéfinit les relations sociales, du monde industriel à l’expertise en médecine légale, Raspail se retranche définitivement en marge de l’ordre bourgeois et prône une science proche de l’expérience du quotidien, confiante en l’autonomie des acteurs, au service des besoins essentiels de l’humanité et non des intérêts. Alors que nombre de médecins se tournent vers la chimie, Raspail fait le chemin inverse et devient « médecin des pauvres », non reconnu par la profession, mais qui soigne pendant de longues années gratuitement et développe son propre système de santé, qu’il rend accessible à tous par des publications populaires appelant à devenir son propre médecin : c’est ainsi qu’il sauve son fils Benjamin grâce à une amputation de la jambe dont il supervise l’opération. Les nombreux procès auxquels il doit faire face (politiques, commerciaux ou médicaux) ou dans lesquels il intervient comme expert chimiste, deviennent une arène où il pourfend les poisons industriels, l’académisme, l’injustice, les intérêts capitalistes. On mesure, à ces pages, l’extrême popularité de Raspail, malgré ses positions parfois clivantes.

Tous ces faits sont baignés et imprégnés d’une atmosphère familiale à la fois vraisemblable et fantasmée. Vraisemblable, car chacun des enfants du patriarche est campé sur les critères de la connaissance historique ; fantasmée, car ils sont mis en scène tels des acteurs jouant la partition du réalisateur, mis au service de l’œuvre de la grande figure tutélaire. J’avoue avoir été moins réceptif aux vignettes des autres enfants : le spiritisme de Marie, les rêves de Camille, la bohème de Xavier, la gastronomie d’Émile, qui sont de la pure fiction. À la limite, ces pages – l’auteur m’en excusera – pourraient ne pas être lues, mais il s’agit d’un détail, et d’autres y seront sans doute sensibles. Et tout cela, « pour quel gain ? » (p. 264). Les choix de l’auteur tracent finalement la construction familiale d’un destin historique à travers la collaboration éditoriale, les partenariats médicaux, pharmaceutiques et manufacturiers, les soutiens de chaque instant. On y lit un clan uni, cinq enfants autour du père. Il s’agit d’un monde d’hommes, les femmes étant secondes – d’Adélaïde, l’épouse trop tôt défunte et qui réapparaît lors de la convocation des esprits, à Marie, la fille dévouée, sacrifiée au rôle historique du père. Le récit joue implicitement avec l’esprit christique, en commençant par la mort de Marie, et en faisant vivre l’esprit de résurrection, celle que Frobert/Benjamin se charge de poursuivre, entre mémoire et héritage d’un athée pourfendeur des jésuites mais faisant œuvre d’évangélisation socialiste. On ne peut s’empêcher de dresser des similitudes avec Victor Hugo, des drames aux solidarités familiales en passant par l’exil et les combats, son contemporain qu’il retrouve indirectement lors de leurs actions parallèles à la Chambre des députés et au Sénat en faveur de l’amnistie des communards en 1876-1877.

On ne boudera pas son plaisir en lisant cette histoire interstitielle sensible. Tout d’abord, parce que l’ensemble est remarquablement écrit (même si l’on peut regretter l’emploi par Benjamin de mots tels que celui, par exemple, d’« environnement » dans son sens actuel). Ensuite parce qu’il s’agit de saisir une ambiance intime, peu saisissable dans les archives, proposant ce qu’une histoire plus classique ne pourrait qu’imparfaitement restituer. Et l’on apprécie d’autant plus le caractère exploratoire et spéculatif de l’entreprise que Frobert ne nous laisse pas sans accompagnement, puisque ses intentions sont clairement expliquées à la fin du récit (p. 262-266) et que le corpus documentaire sur lequel il s’est appuyé est mentionné. Nul doute que Raspail, qui se moquait de l’académisme, aurait aimé la liberté de ton, le ton conciliant et bienveillant de l’ouvrage, ainsi que l’incursion osée dans l’intimité familiale. Aventures amoureuses mises à part, Raspail est bien un personnage romanesque, et il vaut mieux un essai réussi comme celui-ci qu’une biographie classique ratée. Sans prétention épistémologique, n’excluant évidemment pas d’autres façons d’écrire l’histoire, et l’Histoire n’étant finalement que ce qu’écrivent les historiens, cet ouvrage montre qu’il existe mille et une façons de faire resurgir un monde perdu – à condition que les intentions soient claires et compréhensibles par chacun.

Thomas Le Roux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search