Sylvain Lesage, L’effet livre. Métamorphoses de la bande dessinée.

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Iconotextes », 2019, 432 p.

L’histoire de la bande dessinée n’en est plus à ses premiers pas. La question est soulevée dès la fin des années 1970, centrant la réflexion sur le rôle pédagogique que peut jouer la bande dessinée dans la transmission de l’histoire1. Longtemps écrite par des bédéphiles et hors de l’université, la bande dessinée a désormais rejoint ses bancs, notamment grâce aux travaux de Pascal Ory2, Thierry Crépin3 et Jean-Paul Gabilliet4. D’abord largement issu de l’histoire culturelle, ce courant de recherche s’ouvre désormais à d’autres manières de faire de l’histoire, comme l’histoire quantitative et l’histoire de l’art, et dialogue avec d’autres disciplines.

Le livre de Sylvain Lesage, L’effet livre. Métamorphoses de la bande dessinée, participe de façon évidente à l’évolution de la discipline, en nous invitant à réfléchir aux manières d’étudier la bande dessinée en tant qu’historien ou historienne. Parce que, d’une part, dans la lignée de Jean-Yves Mollier qui fut son directeur de thèse, l’auteur présente la bande dessinée comme un objet total, point de départ d’analyses historiques multiples (économiques, matérielles, professionnelles, etc.) ; parce que, d’autre part, il appuie et construit sa réflexion sur les apports de la théorie littéraire. En choisissant un titre qui met le « livre » en avant plus encore que la « bande dessinée », S. Lesage souligne son choix de détacher l’objet des études bédéphiles célébrant un canon désormais bien connu, pour le rattacher aux questions éditoriales plus larges de la publication en album.

Cet opus est le second ouvrage tiré de son travail de thèse5. Le premier, paru en 20186, abordait l’histoire de l’album de bande dessinée du point de vue des éditeurs et se terminait sur des interrogations portant sur la légitimation progressive de la bande dessinée, formulant l’hypothèse que le statut artistique de celle-ci était « facilité par son incorporation croissante au monde du livre et de la littérature » (p. 379). La publication en album jouerait alors un rôle central dans la création du patrimoine de la bande dessinée, dessinant une « hiérarchie de valeurs, dont la mémoire actuelle de la bande dessinée est très largement tributaire » (p. 380).

Ce sont ces questions qu’aborde avec précision et finesse L’effet livre, approfondissant la question de la légitimation de la bande dessinée soulevée par Luc Boltanski7 pour la replacer au sein d’un phénomène historique précis, celui qui voit « l’édition de la bande dessinée se déplace[r] des pages de journaux à celles des livres » et atteindre ainsi une place inédite par rapport à d’autres pays dans « ses respectabilités culturelles » (p. 12-13). Pour répondre à cette question, S. Lesage analyse principalement l’avènement du livre de bande dessinée dans la seconde moitié du XXe siècle. En retraçant une chronologie qui, de 1950 à 1990, permet d’assister « à l’instauration d’un standard d’édition et à sa progressive mise en crise » (p. 19), il pose les bases d’un solide travail d’histoire éditoriale, binationale par ailleurs, puisque le marché est alors partagé entre la France et la Belgique wallonne, sous le label communément employé de « franco-belge ». Il se donne également un autre objectif, celui d’ouvrir son champ d’étude disciplinaire, en cherchant à retracer « l’expérience [de lecture] des contemporains » (p. 16). Cela passe par une étude des supports, rejoignant les exigences de l’histoire matérielle tout autant que de l’analyse sémiotique, et ne néglige donc pas une analyse proprement esthétique de la bande dessinée produite dans les années étudiées. Cette double approche permet de formuler une hypothèse principale englobante, abordant à la fois les questions de création, d’édition et de réception, puisque S. Lesage postule que « le basculement de la bande dessinée de la sphère de la presse vers celle du livre ne transforme pas seulement les contours du marché. Il affecte en profondeur les manières de créer, de transmettre et de lire la bande dessinée, et participe à l’émergence d’une nouvelle culture graphique franco-wallonne » (p. 22).

Pour étudier ces questions, l’ouvrage est divisé en dix chapitres qui suivent d’abord une évolution chronologique dans le temps long, puisque le premier chapitre revient sur les origines de l’album des années 1830 à l’entre-deux-guerres et que le dernier se projette dans la question des mémoires de la bande dessinée. Le mouvement est toutefois également thématique, cherchant dans les trois premiers chapitres à décrire la mise en place du standard créatif de l’album, en questionnant tout à la fois la culture enfantine, bien au-delà du simple duel abondamment commenté opposant Spirou à Tintin, et la culture franco-wallonne. À notre sens, cette expression utilisée par l’auteur devrait désormais s’imposer dans les études sur la bande dessinée à la place de celle, trop large, de « franco-belge », quand il s’agit de décrire une esthétique dont les contours ont justement été redéfinis par la standardisation de l’album. L’attention au phénomène historique se double d’une approche péritextuelle qui, s’appuyant sur les travaux de Gérard Genette, permet d’étudier notamment les pages de garde les plus célèbres ou la pagination des livres. À rebours du chemin habituellement suivi, c’est la prise en compte des contraintes formelles qui permet à l’auteur d’aborder l’évolution du métier de dessinateur et de coloriste et l’apparition de celui de scénariste, trois corps soumis notamment aux exigences nouvelles de la série.

Dans les trois chapitres suivants, l’auteur analyse le dépassement et les limites du standard de l’album, s’autorisant, notamment dans le quatrième chapitre, des questionnements formels sur le dialogue entre bande dessinée et littérature. Le livre propose ainsi une histoire de l’objet, renforcée par des illustrations qui n’ont pas seulement valeur d’accompagnement, mais sont également l’objet d’analyses précises, à la manière d’études de cas – ainsi de la mise en livre de La fièvre d’Urbicande, le tome 2 des Cités obscures. Surtout, la question de la légitimation de la bande dessinée est toujours présente en toile de fond, qu’il s’agisse de commenter les effets de la censure du livre dans le cinquième chapitre, ou ceux de la construction de la bande dessinée adulte dans le sixième. C’est que l’auteur cherche à approfondir et dépasser le processus de légitimation de la bande dessinée théorisé par Luc Boltanski, en analysant le caractère militant de « la vision d’une bande dessinée advenue à l’âge adulte et se frottant davantage à la littérature » (p. 156), une « construction discursive » (p. 256) qui oublie un peu trop rapidement la lecture adulte de la bande dessinée avant les années 1970 et sous-estime « la mobilisation stratégique de la littérature comme ressource pour renouveler pratiques éditoriales et lectorats » (p. 158). Le roman graphique, aujourd’hui très commenté et étudié, est un bon exemple de cette « posture de canonisation », puisque celui-ci opère une forme de « gentrification culturelle, de réappropriation symbolique de la bande dessinée comme une forme respectable, apte à dialoguer avec les grandes œuvres de la littérature ou des arts, mais au prix de l’éviction (symbolique) de la bande dessinée comme forme inférieure, inaboutie » (p. 194).

Ne perdant jamais de vue son approche à la fois éditoriale et matérielle, posant même la question de la réception et de la critique à travers le rôle des censeurs, l’auteur élargit finalement son étude vers des formes proches de l’album qui ont été jusqu’ici largement ignorées dans les études en bande dessinée : les chapitres 7 à 9 présentent ainsi le petit format, les collections de poche et les créations transmédiatiques. Sylvain Lesage montre ainsi sa volonté d’étudier tout autant les classiques que les albums et les formats oubliés, pour sortir du carcan du canon de la bande dessinée.

De ce vaste mouvement qui part de la norme pour interroger la marge, l’historien tire une réflexion finale sur la patrimonialisation de la bande dessinée et les constructions d’un canon littéraire dont les historiens de la bande dessinée sont aujourd’hui encore tributaires, et qu’il s’agit désormais de dépasser pour pouvoir construire une manière neuve d’envisager les rapports entre bande dessinée et histoire. Ce livre, à la maquette par ailleurs impeccable, y aide assurément, en restituant, plutôt qu’un réservoir de reflets d’une époque donnée, les dynamiques et mécanismes de canonisation historique et en présentant la bande dessinée comme un objet d’histoire totale ouvert aux études littéraires et à la sociologie des pratiques culturelles. Les outils mis en place par l’auteur permettront très certainement à d’autres de lui emboîter le pas.

Jessica Kohn


  1. Collectif, Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque « Éducation et bande dessinée », La Roque d’Anthéron, Objectif Promo Durance, 1979 ; O. Mitterrand, L’histoire… par la bande. Bande dessinée, histoire et pédagogie, Paris, Syros, 1993. []
  2. P. Ory, Le petit nazi illustré. Une pédagogie hitlérienne en culture française : « le Téméraire » (1943-1944), Paris, Albatros, 1979. []
  3. T. Crépin, Haro sur le gangster ! La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions, 2001. []
  4. J.-P. Gabilliet, Des comics et des hommes. Histoire culturelle des comic books aux États-Unis, Nantes, Éditions du Temps, 2004. []
  5. S. Lesage, « L’effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990 »,thèse de doctorat en histoire sous la direction de J.-Y. Mollier, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, 2014. []
  6. Id., Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, Lyon, Presses de l’Enssib, 2018. []
  7. L. Boltanski, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 1975, p. 37-59. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search