Maus et le rapport au dessin.

Art SPIEGELMAN, Maus. A Survivor’s Tale, New York, Pantheon Books, 1986. Trad. fr. : Maus. Un survivant raconte, Paris, Flammarion, 1987, 164 p.

Maus d’Art Spiegelman constitue à bien des égards un tournant, en premier lieu dans la bande dessinée. La parution en album en 1986 du premier volume, Maus. A Survivor’s Tale1, s’inscrit dans un moment charnière de la bande dessinée, auquel il participe. Jusque-là considérée comme étant très largement anecdotique, pour ne pas dire négligeable, simpliste et réservée en premier lieu à un public enfantin ou adolescent, la perception de la bande dessinée se transforme à la suite de la publication de plusieurs œuvres au propos politique assumé, comme Batman: The Dark Knight Returns de Frank Miller2 et Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons3, qui parachèvent un mouvement entamé dans les années 1970. Le choix fait par Art Spiegelman de recourir au dessin et d’utiliser un médium alors passablement méprisé pour narrer la biographie d’un rescapé de la Shoah, son père, se heurte en outre à un ensemble de débats, qui aujourd’hui ont perdu en intensité, sur l’irreprésentabilité de la Shoah. Les critiques dans ce domaine n’ont d’ailleurs pas manqué, notamment autour du recours à l’anthropomorphisme pour représenter les acteurs du récit4.

Cette dimension constitue d’ailleurs un point saillant. Dans la New York Times Book Review, Maus fut initialement classé comme best-seller dans la catégorie « fiction », ce qui entraîna un courrier de protestation de la part de Spiegelman, soulignant que les négationnistes seraient ravis d’apprendre que ce récit relève de la fiction5. L’ouvrage fut alors déplacé dans la catégorie « non-fiction ». Cet épisode permet d’interroger le rapport généralement entretenu au dessin. Alors qu’il s’agit d’une biographie, dans laquelle les faits, les lieux ou encore les noms sont tous conformes à la réalité, le simple fait d’avoir affublé les personnages de têtes d’animaux confère pour certains à Maus une dimension fictionnelle. Ce type de réaction, que l’on trouve encore plus de vingt ans après la publication du premier volume, souligne que le dispositif narratif choisi peut être perçu comme une déformation de la réalité et non un choix narratif, mise en scène permettant de rapporter la réalité. Ceci est d’autant plus frappant que de telles préventions sont en règle générale absentes face au récit écrit ou filmé, pour lesquels la question des mises en récit et en scène n’est pas interrogée. Maus annonce sa mise en scène par un moyen immédiatement visible par le lecteur, ce qui n’est pas le cas d’un film ou d’un écrit.

Là où l’écrit et l’image, qu’elle soit photographique ou filmée, diraient le vrai et seraient objectifs, le dessin serait lui une déformation de la réalité, une représentation subjective. Cet a priori constitue un point d’autant plus important qu’il irrigue au-delà de la bande dessinée, ce que le travail réalisé par Art Spiegelman permet d’ailleurs d’illustrer. Ce dernier a poussé l’exigence jusqu’à non seulement se documenter le plus minutieusement possible sur les aspects historiques, à une époque où la bibliographie du champ était passablement réduite, mais s’est aussi rendu à Auschwitz. Art Spiegelman a utilisé des sources primaires généralement négligées en tant que telles : les productions graphiques des détenus, qu’elles soient contemporaines des faits ou postérieures6. Les milliers de dessins provenant (par exemple) d’Auschwitz sont le plus souvent vus comme des productions artistiques et sont utilisés comme des illustrations, et non comme des sources, alors qu’il s’agit en premier lieu de témoignages, livrés non pas grâce à l’écrit, mais au dessin. Dessinateur, maîtrisant le rapport à l’image et le langage de cette dernière, Spiegelman a été en mesure de lire les dessins comme des documents historiques et d’en extraire des informations intégrées à son récit – démarche rarement opérée par les historiens.

Cette dimension, qui devrait pourtant être intégrée dans le champ historique, permet aussi de prolonger le questionnement du rapport à l’image. Ainsi, concernant Auschwitz, l’arrivée des victimes et la « sélection », prélude à l’assassinat, sont très largement connues de par le monde à travers un ensemble de photographies provenant d’un album (dit « album de Lili Jacob ») réalisé au printemps et à l’été 1944 par les SS. Particulièrement mises en scène, gommant de très nombreux faits et éléments pourtant rapportés par les rescapés (à commencer par la violence des SS), ces photographies sont communément admises comme étant la réalité telle qu’elle s’est déroulée, et sont exploitées depuis des décennies pour illustrer l’histoire de la Shoah7. Il existe pourtant une autre source visuelle contemporaine montrant une « sélection » à l’arrivée d’un convoi : une série de trois dessins réalisés par un détenu anonyme8. Construits comme un strip (une histoire narrée par des dessins successifs, des personnages que l’on retrouve d’un dessin à un autre), autrement dit une bande dessinée, ces dessins sont d’une précision extrême, permettant même de dater le moment de leur réalisation. Ils montrent la réalité, non pas d’une manière subjective, mais telle qu’elle a été rapportée par les témoins et recoupée par les sources, mettant en lumière à quel point le dessin constitue un support, une source comme une autre, devant être interrogée à l’instar de n’importe quelle autre, et pouvant être bien plus fiable que des documents communément utilisés et qui ne sont pas mis en question.

Tal Bruttmann


  1. Avant d’être réunis en album, les chapitres ont été publiés dans la revue RAW à partir de 1980. Le second volume, Maus. A Survivor’s Tale II. And Here my Troubles Began,New York, Pantheon Books, est publié en 1991, avant que les deux volumes ne soient réunis en un seul (New York, Pantheon Books, 1997). []
  2. F. Miller, Batman. The Dark Knight Returns, New York, DC Comics, 1986, 4 t. []
  3. A. Moore et D. Gibbons, Watchmen, New York, DC Comics, 1986-1987, 12 t. Première bande dessinée, et à l’heure actuelle la seule, à s’être vu attribuer le prix Hugo, récompensant les meilleures œuvres de science-fiction. []
  4. On peut se reporter sur ce point, comme sur de nombreux autres concernant la généalogie et la réception de Maus, à A. Spiegelman, MetaMaus: A Look Inside a Modern Classic, Maus, New York, Pantheon Books, 2011 (trad. fr. : MetaMaus, Paris, Flammarion, 2012). []
  5. H. Blume, « Art Spiegelman: Lips », The Boston Book Review, 1er juin 1995. Voir également A. Spiegelman, MetaMaus, trad. fr., op. cit., p. 130-131. []
  6. Sur la documentation utilisée, voir MetaMaus, trad. fr., op. cit., p. 42-66, et en particulier p. 49-53 pour l’utilisation des dessins produits par les détenus. []
  7. Voir T. Bruttmann, S. Hördler et C. Kreutzmüller, Die fotografische Inszenierung des Verbrechens. Ein Album aus Auschwitz, Darmstadt, WBG, 2019. []
  8. A. Sieradzka, Szkicownik z Auschwitz/The Sketchbook from Auschwitz, Oswiecim, Państwowe Muzeum Auschwitz-Birkenau, 2011. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.