Alain Croix, Thierry Guidet, Gwenaël Guilaume et Didier Guyvarc’h, Histoire populaire de la Bretagne.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 492 p.

Ce livre a pour objet l’histoire de la Bretagne de la préhistoire à nos jours, en adoptant un angle particulier : celui d’une histoire du peuple qui retrace le vécu des anonymes appartenant aux classes populaires. Une telle démarche est similaire aux travaux de Gérard Noiriel et de Michelle Zancarini-Fournel pour la France, ou d’Howard Zinn pour les États-Unis. Les auteurs revendiquent cependant quelques particularités : pas de notes de bas de page, pas d’érudition jargonnante ni d’indications bibliographiques. La lecture se veut le plus fluide possible, mais l’ouvrage ne se présente pas seulement comme un manuel de vulgarisation : les auteurs, qui ont déjà écrit en 2017 une Histoire populaire de Nantes parue chez le même éditeur, ont souhaité offrir une synthèse nourrie des recherches les plus récentes et bien souvent inédites. C’est de ce point de vue une réussite car le livre retrace l’histoire de la Bretagne de façon très documentée, avec l’ambition de parcourir « autant de vies minuscules brassées par l’écume des siècles » (p. 24).

La période des XVIe et XVIIe siècles, qui modifie en profondeur les structures économiques et sociales de la région, est particulièrement bien retracée, mais c’est la période contemporaine qui est la plus abordée puisqu’elle concerne près de la moitié de l’ouvrage. On peut d’ailleurs s’interroger sur les bornes chronologiques de ce type d’histoire populaire : Gérard Noiriel fait débuter son étude à la guerre de Cent Ans, Michelle Zancarini-Fournel se recentre quant à elle sur la période allant de 1685 à nos jours. Ce livre, de son côté, débute donc à la préhistoire, mais les premiers chapitres sont davantage un survol qu’une histoire en profondeur. Il serait bon d’éclaircir le débat, en conséquence, sur la possibilité ou non d’écrire une histoire du peuple sur l’ensemble des périodes historiques. Ce n’est que partiellement fait ici et cela est regrettable, car on ne distingue pas suffisamment les différences entre le territoire breton (dont les contours ont considérablement évolué au fil du temps) et l’identité de la région qui ne se forge que progressivement en fonction bien souvent des évolutions politiques. Le risque était ici de proposer une histoire de la Bretagne comme immuable. De cela, les auteurs se dégagent avec succès : on aurait en effet pu redouter un catalogue d’épisodes historiques et de personnages déjà connus, inscrits dans un déroulé artificiellement reconstruit. Ce n’est pas le cas et fort heureusement. L’ouvrage se détourne d’une vision « éternelle » de la région bretonne, avec ses figures imposées puisées davantage dans une mémoire populaire alliée aux mythes historiques. Ce n’est donc pas une histoire « nostalgique » que l’on peut lire ici, même si l’on retrouve quelques figures imposées (les Bonnets rouges, Bécassine, etc.), mais un vrai ouvrage historique.

Les chapitres concernant les XIXe et XXe siècles offrent une synthèse roborative sur l’histoire sociale de la Bretagne, en essayant d’ailleurs de rompre avec des repères chronologiques uniquement fondés sur l’histoire politique et les régimes successifs. Cela nous paraît une des réussites de cette histoire populaire, qui fait coïncider plusieurs temporalités pour mieux comprendre l’histoire des classes populaires. Les rythmes du temps sont davantage marqués par les conflits sociaux (Douarnenez en 1924, Fougères en 1932) et les évolutions souvent plus longues que ne le suggèrent les simples ruptures politiques. On découvre également la richesse du contenu de ces chapitres qui dévoilent une histoire de la région parfois méconnue. Pour toutes ces raisons, l’ouvrage nous semble une réussite. On peut toutefois avoir quelques réticences une fois la lecture achevée, et il faut ici en mentionner quelques-unes.

Ce livre conduit en effet à s’interroger sur de nombreux points, sur de nombreux « impensés » qu’il faut justement décortiquer pour mieux saisir les spécificités de ce type d’histoire populaire. Tout d’abord, s’agit-il d’une histoire du peuple ou d’une histoire pour le peuple ? C’est une première interrogation légitime et sur ce point le livre peine à convaincre. Pour que cette histoire de la Bretagne trouve son lectorat, les auteurs ont supprimé tout un ensemble de techniques académiques censées rebuter le plus large public : les notes, la bibliographie, le « jargon » scientifique, mais aussi l’architecture globale du livre en elle-même. On ne trouvera pas d’introduction ni de conclusion en tant que telles, mais deux chapitres qui en font office sans le dire. Celui d’ouverture établit en particulier les consignes suivies par les auteurs et la définition de ce qu’est pour eux l’histoire populaire. Le dernier revient sur la fabrique de l’ouvrage et ses attendus. Dans le corps du livre, les références à de nombreux historiens et historiennes sont présentes également, mais sans l’indication de leurs travaux puisqu’il n’y a pas d’appareil critique. On peine ici à être d’accord avec les auteurs : ils indiquent que le lecteur ou la lectrice peut aisément en savoir plus si nécessaire ; il suffira selon eux de consulter d’autres ouvrages contenant des bibliographies, ou bien le fichier des bibliothèques ou des données sur Internet. Cela n’est pas si simple tant les références à des travaux universitaires sont nombreuses, et on peut peiner, si l’on se plie à la démarche suggérée, à retrouver trace de toutes les études mobilisées.

La seconde série d’interrogations repose sur le contenu en lui-même d’une histoire populaire : est-ce une histoire des « masses » ou une histoire d’où quelques individualités ressortiraient pour illustrer le sort des classes populaires ? Si globalement ce sont les grands ensembles qui sont au cœur de l’ouvrage, l’évocation de quelques figures emblématiques est aussi régulièrement présente. Sur ce dernier point, on peut toutefois regretter que les noms des acteurs et actrices de l’histoire sociale bretonne ne soient pas accompagnés d’une présentation plus détaillée, avec davantage de « chair », pour reprendre l’expression de Marc Bloch.

Plus largement encore, toujours sur la période contemporaine, on pourra regretter un tropisme trop « nantais » dans cette histoire de la Bretagne : en effet, d’autres territoires de la région sont trop peu évoqués – mais cela renvoie aux difficultés à réaliser une synthèse sur une région dont l’unité supposée n’est en rien évidente.

Ces quelques remarques critiques ne suffisent pas à ne pas conseiller ce livre pionnier qui ouvre la voie à d’autres travaux davantage axés sur le vécu des classes populaires en Bretagne. Les conceptions des auteurs, parfois le contenu du livre en lui-même, interrogent et c’est tant mieux, car la pratique de l’histoire doit aujourd’hui répondre davantage aux attentes nouvelles du public et peut, en cela, bousculer les habitudes des historiennes et des historiens. Ce livre participe en outre au débat actuel sur l’histoire populaire en apportant des éléments intéressants. Il ouvre des perspectives, mais ne ferme pas la discussion. En cela, il est précieux.

Benoît Kermoal


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.