Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours.

Paris, La Découverte, « Zones », 2016, 1008 p.

Il existe plusieurs façons de lire l’ample fresque de Michelle Zancarini-Fournel. L’une consiste à entreprendre la lecture au fil des pages et des chapitres. Le choix conduit assez vite à un dilemme. Avec près de mille pages dont plus de neuf cents pour le seul texte, l’ouvrage présente deux ou trois fois la taille que les éditeurs raisonnables fixent comme maximum aux historiens. Et de fait, il se peut que diverses occupations concurrentes interrompent le lecteur. Quant à l’en détourner, c’est une autre affaire. D’emblée, l’auteure offre le récit de vies engagées dans des péripéties souvent dramatiques, qui composent les plus de trois siècles qu’elle parcourt, de 1685 jusqu’à 2005. Elle installe ce récit dans la fréquentation proche, pour chaque situation évoquée, de groupes et souvent de personnes ayant été tantôt témoins privilégiés, tantôt actrices et acteurs directs des événements racontés. Le dilemme, alors, s’aplanit progressivement : on prend le livre pour se plonger au gré de son agenda, et de façon plus ou moins continue, dans un compagnonnage sur mesure avec le grand récit qui est offert.

La relation de proximité compte pour beaucoup dans l’intérêt du livre. Michelle Zancarini-Fournel annonce avec sobriété dans l’introduction la perspective qu’elle adopte. Tout d’abord, elle entend faire l’histoire du peuple en s’inspirant de la définition qu’en propose Gramsci, à savoir l’ensemble des classes subalternes et instrumentales des sociétés, celles qui subissent une domination à la fois politique et sociale liée au fait de devoir travailler pour autrui. Ensuite, elle veut composer une histoire from below, en se référant à une formule d’E. P. Thompson. Polysémique, la formule peut être interprétée comme le soin de restaurer dans les récits l’expérience vécue par les mondes populaires ainsi que les points de vue des acteurs, propres à donner leur sens aux épreuves qu’ils vivent. De celles-ci, l’historienne fait la part des scènes qui restent silencieuses. La réflexion est exprimée à propos des accommodements feutrés trouvés par une partie des protestants avec les effets de la révocation de l’édit de Nantes, mais vaut pour bien d’autres cas. Elle peut valoir aussi pour nombre d’options de fuite ou plus simplement de départs, qui infléchissent à leur façon des situations en les quittant. Elle court à travers l’ensemble des domaines d’oppression parcourus dans l’ouvrage, et conduit à donner toute leur portée sociale à des drames d’apparence individuelle dont le livre est parsemé.

Enfin, cette liaison entre l’accommodement, la protestation et l’échappée confère aux conflits collectifs et aux répressions qui les jalonnent une valeur qui excède leur propre cas, sans pour autant autoriser des généralisations rapides. Par exemple, les révoltes rurales contre le coup d’État du 2 décembre 1851, les plus puissantes du XIXe siècle, sont vues ici à hauteur de bourgs variés de Saône-et-Loire, d’Ardèche ou du Var, voire de manifestants en personne, dont le sort ultérieur est suivi de près, à côté des associations ouvrières de quelques grandes villes. De manière générale, la porosité et la diversité des modalités de domination présentées font beaucoup pour la richesse de l’ouvrage. Celui-ci rappelle aussi, presque à chaque page, la grande violence par laquelle s’exercent ces dominations, à toutes les époques et sous les formes les plus variées, dans le quotidien de la vie ou dans les moments d’exception. Il montre également les violences de la contestation, et aussi des formes plus plaisantes par lesquelles celle-ci peut se manifester, telles que danses, moqueries ou banquets, chansons bien souvent.

On trouve dans Les luttes et les rêves les figures attendues de l’histoire populaire, à leur place parfois revisitée, comme Mandrin, Toussaint-Louverture, Louise Michel, Lucie Baud désormais reconnue, les soldats du 17e, le groupe Manouchian, les manifestants algériens du 17 octobre 1961, Charles Piaget ou Jean-Marie Djibaou, et bien d’autres. Dans le même ordre d’idées, des lieux, objets et traces de la mémoire populaire, sont réexaminés avec soin. Mais le livre va bien au-delà. Il ne s’en tient pas aux seuls représentants ou héros marqués par un destin exceptionnel, mais ne vise pas pour autant les vies caractérisées par une atonie parfaite. On lit ainsi le sort d’un Claude Montcharmont, contemporain de Louis-François Pinagot, maréchal-ferrant et chasseur morvandiau, condamné à mort en 1851 pour s’être irrévocablement révolté contre le garde champêtre, les gendarmes et les tribunaux. L’ouvrage nous fait rencontrer des actrices et acteurs méconnus de ce passé, des trajectoires peu communes ou au contraire très symptomatiques, des expériences largement ignorées. Au fil des pages, la lectrice ou le lecteur découvre, apprend à considérer et étoffe sa représentation de situations qu’il pensait connaître, et qu’il retient au gré des moments de lecture et des sensibilités personnelles. Cette richesse résulte d’un énorme travail de documentation effectué par Michelle Zancarini-Fournel, et dont témoignent les plus de 2 100 notes qui renvoient à des documents d’archives, à des publications de divers genres, à des œuvres littéraires et, surtout, à des travaux d’histoire. Progressivement se forme la compagnie de peuples du passé évoluant au gré des époques, et dont l’envergure reste toujours à taille concrète.

Si le foisonnement social du récit traduit le choix d’une histoire de fréquentation, la construction de l’ouvrage illustre d’une autre façon le parti pris de l’approche « vue d’en bas et non d’en haut », pour reprendre l’attente exprimée par Lucien Febvre en 1932. Les grandes séquences prennent en compte les aspects politiques, économiques et sociaux des siècles embrassés et, cependant, ne recoupent pas toujours, ou pas exactement les bornages habituels pour partie calés sur la succession des systèmes institutionnels, la survenue des grandes guerres ou l’ombre portée de la problématique républicaine. Ici, le récit est organisé en quelques grandes périodes marquées par le poids d’horizons largement partagés dans les milieux populaires de la société. Après un long siècle allant de l’année 1685 à 1789 et retraçant la lente maturation de dispositions politiques dans les populations du royaume, le livre compte cinq séquences de durées proches. La période de 1789 à 1830 est consacrée à la grande révolution et à ses répercussions, dont une bonne partie s’avère irréversible. C’est une autre problématique qui caractérise les quatre décennies suivantes où, des révoltes de canuts aux Communes affirmées dans plusieurs villes de France en 1870-1871, des forces populaires cherchent à faire converger un renouveau démocratique et le socialisme en formation. De l’échec des tentatives communalistes à 1914, la république nationale et coloniale installe son surplomb sur des catégories dont les spécificités s’accentuent, de classe et de race notamment, de genre aussi, sans qu’aucune ne réalise autour d’elle un consensus fort. Sous un titre un peu inattendu, la cinquième partie regroupe les deux guerres mondiales et leur entre-deux, actant le fait que la guerre, éprouvée directement ou présente dans les consciences collectives, vient heurter les perspectives politiques qui précédemment se disputaient l’hégémonie. Reliant l’après-1945 au début des années 2000, la dernière partie rend compte des dynamiques œuvrant à changer la société par le Progrès ou par ses alternatives soixante-huitardes, de leurs contreparties, de leurs limites ou de leur essoufflement. Au fond, chacune de ces périodes est caractérisée à la fois par les expériences, ancrées dans des configurations politiques et sociales spécifiques que vivent les mondes populaires, et par les représentations de l’avenir qu’elles ont alors en partage. C’est là que prend tout son sens la proposition d’E. P. Thompson invitant à restaurer aussi ce qui aurait pu se passer, autrement dit les systèmes de signification oubliés car ayant perdu leur bataille pour la légitimité.

Le passage du temps court des combats et des événements au temps moyen des amples perspectives conduit à réfléchir sur ce qui caractérise le peuple au long de cet imposant récit. Sobre dans ses références en la matière, on l’a vu, Michelle Zancarini-Fournel est cependant porteuse d’une approche fermement outillée des mondes populaires. Attentive de longue date à la force des clivages et contradictions de classe, elle leur fait toute leur place dans cet ouvrage, respectueuse de la variété des tournures qu’elles peuvent prendre selon les mondes sociaux étudiés. Les groupes ouvriers, notamment dans les territoires de l’industrie, sont traités avec une grande finesse. Mais ils ne captent pas toute la lumière qui se porte sur d’autres groupes sociaux dont la liste ne saurait être complète ici : paysans, gens de maison, artisans, esclaves et autres gens contraints par statut, employés salariés, etc. L’auteure s’attache également à observer attentivement, pour toutes les époques, la puissance des inégalités voire des conflits de genre, qui traversent sans faiblir les classes populaires mais ne s’y cantonnent pas non plus. En outre, elle étudie avec grand soin la racialisation des confrontations sociales à l’œuvre sur l’ensemble des territoires de la France et particulièrement ceux directement marqués par l’esclavage, ainsi que les développements de la configuration coloniale de la France à l’époque contemporaine. La richesse, l’importance et la netteté des développements traitant de ces aspects sont un des éléments marquants du livre. Mais l’auteure ne se limite pas à cette trilogie majeure de l’intersectionnalité. En maints chapitres, elle examine la condition de jeunes, les variations de la xénophobie, les discriminations d’ordre religieux ou antisémite par exemple, étudiant les façons dont ces clivages affectent les milieux populaires. Elle se garde de prétendre fixer les liens qu’entretiennent les différents types de contradictions en systèmes essentialisés, encore plus d’en déduire une représentation achevée du peuple. L’essentiel, en l’occurrence, se joue dans l’examen des confrontations sociales et de leurs agencements au gré des situations concrètes.

La référence au concret amène quelques remarques sur l’écriture, caractéristique d’une historienne dotée d’une expérience étoffée d’enseignante. La richesse de l’ouvrage tient aussi à l’abondance des matériaux présentés, en exergue des chapitres et de leurs subdivisions ainsi que dans le corps du texte. Au-delà de l’effet de preuve pratiqué peu ou prou dans la discipline, au-delà du rapprochement induit entre les lecteurs et les scènes dont ils lisent le récit, cette prodigalité des sources fournit des ressources précieuses à tous ceux qui souhaitent établir avec ce passé populaire une relation documentée et autonome, qu’ils soient enseignants, acteurs sociaux ou gens de culture. L’érudition offre ici des matériaux à d’autres conteurs. Enfin, la transmission prend une autre voie. Intervenant explicitement ici ou là sur les développements effectués, Michelle Zancarini-Fournel incite le lecteur ou la lectrice à y penser à sa manière, et à faire son propre miel des pistes de réflexion, d’interrogation, d’exploration proposées. L’histoire, ici encore, est affaire de compagnonnage.

Nicolas Hatzfeld


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.