Étienne Davodeau et Kris, Un homme est mort.

Paris, Futuropolis, 2006, 80 p.

J’ai longtemps accordé peu d’intérêt à la bande dessinée. Je n’ai pas été tintinophile, ni lecteur assidu de Vaillant, ni des Pieds nickelés dans ma jeunesse. Mes enfants ont été abonnés à Pif le chien et ont lu Astérix, mais je ne leur ai pas disputé ces lectures. Après avoir lu avec eux les seize volumes de l’« Histoire de France en bandes dessinées » à la fin des années 1970, je n’ai pas eu l’impression que l’illustration figurative en couleurs pouvait remplacer celle de la Documentation photographique, des manuels d’histoire ou des films à sujets historiques.

À l’université, j’ai pourtant dirigé quelques travaux sur ces sources relevant d’approches construites, et ai pris du plaisir à diriger le mémoire de maîtrise de Christophe Tardieux sur les premières années de Vaillant ; mais j’avoue avoir été plus satisfait par la recherche en archives et en témoignages pour écrire une notice dans le Maitron sur Madeleine Bellet, ancienne institutrice devenue directrice de ce journal. Aussi, lors de discussions entre collègues sur les méthodes de l’histoire socio-politique, ai-je souvent dû apparaître peu ouvert aux évolutions des problématiques concernant la bande dessinée ; et ce, malgré les analyses sérieuses de Pascal Ory, alors professeur à Saint-Quentin-en-Yvelines, ou de Vincent Duclert, chargé de cours complémentaires à Paris 13.

Quand l’heure de ma retraite arriva en 2008, j’ai refusé toute cérémonie. Des collègues m’invitèrent à un pot chez Mathilde Larrère, alors enseignante à Paris 13, avec Laure Godineau, Jacqueline Lalouette et Pierre Lascar, mon étudiant, moniteur dans l’UFR. Ont-ils voulu me démontrer l’intérêt malgré tout d’une bande dessinée, en m’offrant Un homme est mort ? La nuit fut très courte ce soir-là, à force de lecture et de relecture « de ces brefs moments de solidarité », comme l’évoque Howard Zinn.

Revint alors au premier plan un souvenir d’enseignant. J’avais dans les années 1980 bien connu Claude Thiébaut, qui restaurait les films tournés par le Parti communiste depuis les années 1930. Il était intervenu dans une séance de mon séminaire sur les ouvriers en banlieue pour présenter quelques films. Il décéda avant la publication des actes1. Parmi ces films ne figurait pas La terre fleurira, tourné en 1954. J’entrepris de le présenter dans une nouvelle séance de séminaire sur le communisme français. C’était la première fois que je consacrais mes recherches à une production audiovisuelle2. Pour comprendre les conditions du tournage, j’ai recherché les cinéastes survivants ayant participé à l’équipe de production. L’un d’entre eux, Serge Witta, m’indiqua René Vautier. Je le connaissais depuis quelques années. L’entretien dura plusieurs heures. Il m’expliqua notamment que sa collaboration au tournage procédait de l’engagement qu’il avait pris au sortir de la Résistance d’abandonner les armes pour les remplacer par la création d’images des luttes. Il était entré à l’Institut des hautes études cinématographiques. Pour conclure ses études, il proposa au directeur Léon Moussinac, membre du Parti communiste français, de tourner un film sur une manifestation d’étudiants anticolonialistes. Dans son intervention brutale, la police avait brisé sa caméra. Cet acte renforça sa conviction de se trouver toujours du côté des travailleurs en lutte. Il se mit donc au service de la CGT. Peu de temps après, le 17 avril 1950, à Brest, lors d’une grève générale des ouvriers du bâtiment, un ouvrier, Édouard Mazé, fut tué par la police. Le Breton qu’il était, ayant la confiance des syndicats de Brest, décida le jour des obsèques de tourner un film sur cette tragédie pour dénoncer l’exploitation des travailleurs et le rôle répressif de l’État qui choisissait alors le camp des patrons et mettait sa police à leur service. Le film fut projeté dans des conditions peu propices à sa conservation. Mais le public populaire, souvent en lutte, l’accueillit bien. Le seul exemplaire de la pellicule sortie de la caméra s’usa rapidement et fut très vite inutilisable. Grand malheur que cette perte d’une partie de ce patrimoine tourné sur inversible sans photo-contact ! Heureusement, lors d’un séjour en métropole, René Vautier eut sa place lors du tournage de La terre fleurira et put évoquer ses souvenirs à l’historien, qui les exploita.

Dans la dernière page du récit publié, apparaît René Vautier. On est à Cancale. Ses cheveux ont blanchi, son visage s’est ridé, il ne pensait pas retrouver son film « sous la forme d’une bande dessinée ». Quel aurait été son plaisir de constater que sa production cinématographique disparue, transformée en réalisation graphique, inspirerait quelques années plus tard le réalisateur Olivier Cossu d’un magnifique court-métrage d’animation sous le même titre, projeté à une heure tardive sur Arte ?

Ces épisodes tragiques du mouvement ouvrier breton ont donc en 2008 réapparu au grand jour, sous la forme d’un récit dessiné de la grève suivi d’un épais dossier documentaire – travail que ne renierait pas un historien chevronné. La reconstitution du cadre et des événements apparaît comme un bel exemple méthodologique. Les deux auteurs, Kris, plutôt scénariste, et Étienne Davodeau, subtil dessinateur, assurés par des recherches précises avec la collaboration de Pierre Le Goïc, agissent en osmose au service d’une intervention sociale qui remplace le film disparu. Le titre sobre, « Un homme est mort », reprend un poème de Paul Éluard honorant Gabriel Péri, victime des nazis. Pour qui a connu les destructions de la guerre, comme ce fut le cas pour Brest ou pour La Seyne-Toulon de mon enfance, la restitution réanime la mémoire. J’ai joué dans les décombres, résultat de nombreux bombardements. Ces rappels m’ont provoqué une forte émotion. Le récit et le dessin correspondent aux nombreuses photos et documents de la période. Des Brestois, parents de mon épouse, ont habité dans des baraquements jusqu’au début des années 1950.

Dans cet album, l’écriture arrondie dans les bulles inspire la confiance et la conciliation. Et quand le graphisme tend à devenir plus anguleux, l’intrigue devient plus dure, les propos plus agressifs – tant les incitations à la lutte ou à la haine grandissent avec la colère inspirée par l’injustice.

La fonction de témoignage se renforce, dans le dessin, par le choix de la couleur sépia avec des dégradés en cascade de gris, de marrons et de noirs. La cravate noire du dirigeant syndical (on l’appelle « major ») crée une distinction et une autorité persuasive. Les rares couleurs sont le blanc des cigarettes, l’orange de la robe d’une invitée dans une réception, le rouge des quelques drapeaux ou de l’écharpe du militant qui, remplaçant le magnétophone en panne, déclame le poème et attrape un puissant mal de gorge.

On s’attendait, en soulevant la couverture d’un rouge fort soutenu, à un récit terrible. Il l’est, car l’image projetée pouvait n’être que tragique. Mais le choix d’un graphisme apaisant et d’une harmonie soutenue des couleurs corrige la dureté du conflit en permettant des émotions réelles. Là est la véritable qualité de ce récit rapporté sur des images disparues. L’absence de distance et le refus d’une malsaine dramatisation permettent la prise en compte du récit militant. Ainsi se restitue la valeur illustrative d’une analyse historique complète d’un événement révélateur de tensions très fortes et ne négligeant aucun détail. Le récit prend son sens par le tournage du film sur l’événement passé, et pourrait n’être que la trame d’un scénario. La construction devient un récit composé pour être projeté dans des conditions souvent improvisées. Les détails donnent un sens supplémentaire et n’empêchent pas le spectateur ou le lecteur de dégager des conclusions. L’analyse du passé prend une dimension permettant de comprendre les données d’ensemble. L’histoire n’est pas relecture, mais compréhension du passé. D’où le plaisir qu’on peut tirer d’une telle lecture !

Jacques Girault


  1. J. Girault (dir.), Ouvriers en banlieue (XIXe-XXe siècle), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1998, p. 425-432. []
  2. Id. (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 47-62. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.