Une guerre, un héros, un plan séquence : Sam Mendes, 1917.

Amblin Partners-Reliance Entertainment-DreamWorks SKG, 2019, 119 min.

Le « choc visuel » a été salué par les critiques : le cinéaste Sam Mendes (American Beauty, Les noces rebelles, Skyfall…) filme la guerre de 14-18 comme s’il n’avait réalisé qu’une unique prise de vue, au-dessus ou aux côtés de deux, puis d’un seul soldat traversant les lignes de tranchées, les avant-postes et les villages ou paysages dévastés par la guerre. Les Lance Corporal (soldats de première classe) William Schofield (George MacKay) et Tom Blake (Dean-Charles Chapman) sont chargés de retrouver sur l’avant-front un bataillon britannique s’apprêtant à tomber dans un piège tendu par l’armée allemande au nord d’Écoust, dans les Flandres. Blake, par ailleurs, a un frère lieutenant dans le bataillon menacé. La prouesse technique – un seul vrai-faux plan séquence qui permet au spectateur de suivre les soldats tout au long de leur traversée des lignes – subvertit les représentations de la guerre de position. À l’inverse des postures statiques des hommes dans l’univers clos des tranchées, elle offre un mouvement perpétuel et une improbable pérégrination, hors tranchées et sous le feu, dans un espace aux limites incertaines alternant les zones fortifiées, les avant-postes ravagés, le no man’s land désoléet les territoires détruits.

L’épisode historique dans lequel se déroule l’action semble particulièrement bien adapté à cette expérience cinématographique haletante. En 1917, alors que les armées qui se font face sont profondément enterrées sur un front de l’ouest quasi immobile, les unités allemandes décident un repli tactique – et secret – sur une ligne de défense plus courte et plus solide, la ligne Hindenburg (ou ligne Siegfried) reliant à peu près Lens à Reims, doublée de lignes secondaires. L’opération Alberich,décidée en secret par l’état-major allemand, commence en février et se termine en mars à l’insu des forces de l’Entente1 . Il s’agit d’un recul de dix à cinquante kilomètres, qu’accompagne une politique systématique de terre brûlée sur l’ensemble des territoires ainsi perdus : maisons pillées, villages incendiés, bétail abattu, population déplacée, routes et ponts détruits ou rendus impraticables.

Les spécialistes de la Grande Guerre en image ou au cinéma l’ont souligné maintes fois : la mise en scène de la Première Guerre mondiale opère des « transferts de sens2 » d’une époque à l’autre et renseigne autant, et parfois davantage, sur le contexte de la réalisation du film que sur celui de la Guerre. 1917 n’échappe pas à la règle. Si l’on trouve ici les attendus de l’univers des tranchées (la boue, les rats, la peur, la mort des hommes et des chevaux, la putréfaction et les blessures), Sam Mendes exploite aussi les échos contemporains de l’épisode de l’opération Alberich : l’atteinte aux civils, la destruction de l’environnement et, en supplément en quelque sorte, un exploit individuel à la hauteur par exemple de celui de Hugh Glass (Leonardo DiCaprio) dans The Revenant,le film d’Alejandro González Iñárritu (2016).

Le pillage systématique des fermes et des champs, l’abattage des troupeaux, l’incendie et le dynamitage des maisons, le déplacement des populations et les brutalités faites aux femmes et aux familles, dénoncés par les contemporains français du conflit (et qui pèseront dans l’estimation des réparations exigées de l’Allemagne lors du traité de Versailles), suggèrent un invariant du fait guerrier : la violence subie par les populations civiles. Au cœur de celle-ci, Sam Mendes souligne la dimension environnementaliste des destructions. La terre est souillée d’acier rouillé, d’épaves de chars, d’armes détruites, de montagnes de douilles d’obus, de corps d’hommes et de chevaux en putréfaction. Les eaux sont polluées et les végétaux anéantis. Le regard ici est aiguisé et l’effroi du spectateur fait écho à celui des contemporains de la guerre, grande force de la scène montrant la stupeur des deux soldats devant les arbres fruitiers sciés par les troupes allemandes. Cette atteinte singulière aux arbres nourriciers est en effet notée dans maints témoignages, correspondances ou historiques régimentaires de 14-18. Ces destructions furent d’ailleurs photographiées et ainsi mises en image au cours du conflit lui-même, notamment par la section photographique et cinématographique des armées (SPCA), témoignant de la violence barbare et criminelle de l’occupant. À rebours du temps de la Première Guerre mondiale, dont l’un des enseignements avait été l’écrasement sous les orages d’acier de tout ethos héroïque issu des mythes guerriers précédents, l’empreinte de notre siècle, le XXIe, se lit peut-être plus qu’ailleurs dans l’épopée valeureuse de soldats isolés, particulièrement celle de Schofield qui, contrairement à Blake, n’a par ailleurs aucun intérêt personnel à braver la mort. Méprisant l’économie morale de la reconnaissance, capable d’échanger une décoration contre une bouteille de vin, le héros traverse l’ensemble des épreuves paroxystiques qu’aucune contrainte disciplinaire ne lui impose finalement : le déchaînement d’acier, les tranchées minées, les corps à corps, les destructions massives et finalement le franchissement du parapet sous le feu de l’ennemi.

On remarquera qu’à plus de cinquante ans d’intervalles, il s’agit presque d’une contre-figure du « Tommy » tel que le filmait Joseph Losey dans King and Country (1964) : un anonyme pétrifié sous les obus, traumatisé et condamné par la justice militaire.

Emmanuel Saint-Fuscien


  1. Y. Buffetaut, « Opération Alberich, le repli allemand sur la ligne Hindenburg », Tranchées. Un regard nouveau sur la Grande Guerre, hors-série n° 4, 2012, p. 14-25. []
  2. L. Véray, La Grande Guerre au cinéma. De la gloire à la mémoire, Paris, Ramsay, 2008. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.