Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours.

Marseille, Agone, « Mémoires sociales », 2018, 830 p.

Historien de la classe ouvrière et de l’immigration (même s’il a écrit sur bien d’autres thèmes, comme le nationalisme), Gérard Noiriel est aussi l’un des fondateurs, avec Michèle Riot-Sarcey et Nicolas Offenstadt, du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), en réaction à l’article de la loi du 23 février 2005 reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». La polémique a tourné alors autour des « lois mémorielles », condamnées par Liberté pour l’histoire, autour de Pierre Nora qui, au contraire du CVUH, défend une participation active des historiens au débat public, sans pour autant vouloir « régenter les discours que les citoyens tiennent sur le passé » (p. 734).

C’est sans doute dans cette logique que G. Noiriel s’est à nouveau engagé en première ligne depuis l’élection d’Emmanuel Macron, et de façon inédite. Parallèlement à la parution de son Histoire populaire de la France qui nous intéresse ici, l’historien a ouvert un blog en octobre 2018, avec pour but « d’approfondir et de discuter des questions [développées] » dans son ouvrage. Une démarche rare, qu’il faut saluer, et qui s’inscrit dans la lignée récente d’autres historiens ayant décidé d’utiliser le Web et les réseaux sociaux pour répondre au discours dominant sur l’histoire.

Cela a conduit G. Noiriel à réagir à l’actualité, et singulièrement au mouvement des gilets jaunes, dans plusieurs articles qui ont donné la postface de la nouvelle édition de son livre. Sur le sujet, il s’est même opposé à l’un de ses collègues. Dans son texte « Patrick Boucheron : un historien sans gilet jaune », il questionne la frontière parfois floue entre « historien » et « citoyen », le problème de la compétence scientifique pour commenter l’actualité (opposant par exemple l’histoire culturelle et la socio-histoire qu’il pratique), et plus largement le rôle de l’historien dans l’explication de cette actualité. Pour G. Noiriel en effet, reprenant Marc Bloch, l’un des buts de l’historien doit être « de retrouver le passé dans le présent ».

La polémique a été plus vive encore quand G. Noiriel a publié, à la suite de billets sur son blog, son ouvrage Le venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République (La Découverte, 2019), dans lequel il étudie « la grammaire identitaire » du discours nationaliste, comparant ouvertement Drumont et Zemmour, l’antisémitisme de l’un, l’islamophobie de l’autre.

La parution d’Une histoire populaire de la France doit donc être comprise dans ce contexte, même si le projet a mis dix ans à mûrir. Comme il l’écrit dans son avant-propos, G. Noiriel veut utiliser la socio-histoire pour « retracer la genèse des grands problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui » (p. 9). En cela, il se démarque des deux autres célèbres « histoires populaires », celle de Howard Zinn et celle de Michelle Zancarini-Fournel.

Le cadre, en revanche, est national comme chez ses collègues, ce qui ancre également l’ouvrage dans l’actualité « chaude » des publications historiennes. Car, depuis quelques années, des publicistes ont fait de l’histoire de France leur fonds de commerce et monopolisent à la fois les succès éditoriaux et l’espace médiatique, véhiculant le plus souvent une histoire réactionnaire, s’intéressant aux dominants plutôt qu’au peuple. Les historiens universitaires ont longtemps hésité à réagir, certains estimant que cela ne les concernait pas, d’autres que le cadre national était dépassé, beaucoup hésitant sur les moyens pour contrer ces mésusages de l’histoire. La réponse par les réseaux sociaux ne suffisant pas, il a fallu la publication chez un éditeur puissant, Le Seuil, d’un ouvrage collectif reprenant et détournant quelques-unes des obsessions des faussaires (les dates, la chronologie, le cadre strictement hexagonal…) pour commencer à ébranler leur position dominante. Dirigée par P. Boucheron, Une histoire mondiale de la France a été un succès considérable, et plutôt inattendu.

Toutefois, l’angle choisi par les auteurs des « histoires populaires », ouvrages contemporains de ce phénomène éditorial, est différent, même si le cadre est lui aussi national. Que ce soit dans le livre de M. Zancarini-Fournel ou dans celui de G. Noiriel, le terme « populaire » est le plus important.

Dans son attaque contre P. Boucheron, Noiriel considère qu’Une histoire mondiale de la France, en voulant s’attaquer au roman national, a délaissé le « terrain social » au profit du « terrain identitaire ». Ce glissement ne concerne pas seulement cet ouvrage car, pour l’historien, c’est le principal biais d’une « histoire populaire du point de vue des vaincus [accaparée] par les porte-parole des minorités (religieuses, raciales, sexuelles) pour alimenter des histoires féministes, multiculturalistes ou postcoloniales, qui ont contribué à marginaliser l’histoire des classes populaires » (p. 8). Ainsi, au contraire de l’ouvrage de H. Zinn, auquel on pense inévitablement (jusqu’à la couverture choisie par Agone), ou de celui de M. Zancarini-Fournel, plutôt que faire une nouvelle « histoire par en bas », « d’adopter le point de vue des dominés », G. Noiriel veut « privilégier l’analyse de la domination, entendue comme l’ensemble des relations de pouvoir qui lient les hommes entre eux» (p. 9).

Le cadre chronologique qu’il choisit se démarque également de celui de ses collègues. Il débute en effet son histoire de France par la fin du Moyen Âge, moment selon lui « où l’État monarchique s’est imposé » (p. 9) plaçant le « peuple français » sous sa dépendance. C’est aussi l’époque de Jeanne d’Arc, et G. Noiriel ici semble vouloir retourner contre les publicistes l’un de leurs plus chers symboles, battant en brèche tant le mythe d’une Jeanne d’Arc patriote que celui de la « pauvre paysanne » (p. 46). Quant à l’autre extrémité chronologique, comme l’indique le sous-titre, il s’agit d’une histoire au présent, et même d’actualité immédiate puisque l’historien conclut son ouvrage par une analyse du programme présidentiel d’Emmanuel Macron.

Le livre est découpé globalement en chapitres chronologiques, même si ce n’est pas explicite, avec une place assez majoritaire accordée aux XIXe et XXe siècles – périodes plus proches des spécialités de Gérard Noiriel et où les problématiques qu’il soulève sont de plus en plus présentes, notamment le colonialisme, les migrations, le nationalisme et le capitalisme. Pour les périodes médiévale et moderne, l’accent est mis sur les très nombreuses révoltes populaires, dont beaucoup sont méconnues, et sur les instruments de domination et de contrôle de l’État royal, comme l’armée et les impôts.

Pour toucher un large public, l’historien a choisi la forme du récit. Il n’y a donc pas ici de notes de bas de page ou de longues citations, et la bibliographie est simple et indicative, découpée par chapitres. G. Noiriel n’hésite pas à parler à la première personne et à citer ses propres ouvrages, ce qui donne une impression de proximité entre le lecteur et l’historien. En revanche, le récit a parfois l’inconvénient de nous éloigner des acteurs et des individus, dont on entend peu les paroles, au profit des structures et des systèmes. Cela a des conséquences aussi sur la densité du propos. L’ouvrage est extrêmement riche, toujours passionnant mais également complexe par moments, avec des digressions et certaines références pointues qui risquent de perdre nombre de lecteurs du « large public » visé par l’auteur.

Toutefois, dans sa volonté d’expliquer le présent par le passé – et bien sûr sans anachronisme –, G. Noiriel parvient régulièrement à faire des références et des allusions à notre temps, avec des pointes d’humour assez savoureuses (comme le choix du titre de chapitre « Dans l’ombre de Jupiter » pour le règne de Louis XIII et surtout de Louis XIV), ce qui permet un lien direct avec le présent que l’on retrouve rarement dans des ouvrages d’histoire, même « grand public ». On a souvent l’impression qu’il parle d’aujourd’hui. C’est particulièrement le cas dans sa conclusion, consacrée au programme d’Emmanuel Macron qu’il propose d’analyser « en tant qu’historien » – démarche qu’on retrouve sur son blog et dans ses différentes prises de parole publiques.

Comme il le faisait avec le CVUH, G. Noiriel montre comment E. Macron utilise l’histoire à des fins politiques, en l’occurrence « au service du libéralisme » (p. 734), se faisant « porte-parole de son propre milieu social, la fraction la plus aisée des classes moyennes » (p. 736), alors que « les classes populaires n’existent pas » pour lui (p. 737). Selon l’auteur, E. Macron défend une histoire faite par les dominants ; d’où ses références aux grands hommes, les mêmes que ceux de l’histoire réactionnaire, et dont sont dès lors absentes les grandes figures ouvrières. On peut ajouter ici, à la suite de G. Noiriel, qu’E. Macron devenu président de la République a commencé à mettre en œuvre concrètement cette vision de l’histoire en donnant une mission patrimoniale à l’un des publicistes évoqués plus haut, et en affirmant avec son ministre de l’Éducation que le rôle de l’histoire scolaire doit « permettre aux enfants de transmettre l’amour de la France ».

Ce qui impressionne finalement le plus dans cette Histoire populaire de la France, au-delà de sa richesse et de son érudition, c’est la façon avec laquelle Noiriel parvient à faire résonner passé et présent. Rarement un ouvrage d’histoire de cette ambition a été autant ancré dans son temps. Et le fait que son angle soit celui des classes populaires le rend d’autant plus incontournable. Alors même s’il sera difficile d’accès dans sa forme pour une partie du public visé, cet ouvrage s’avère indispensable par la réflexion qu’il apporte sur les rapports de domination dans l’histoire, et sur la façon d’utiliser celle-ci dans l’espace public aujourd’hui – jusque dans son prolongement par un blog.

Christophe Naudin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.