Jacqueline Lalouette, Un peuple de statues. La célébration sculptée des grands hommes.

Paris, Mare & Martin, 2018, 606 p.

Les usages politiques de la statuaire dans l’espace public français ont déjà fait l’objet d’ouvrages, désormais classiques. Ainsi la somme de Maurice Agulhon, consacrée aux figures de Marianne, ou les travaux d’Antoine Prost, dévolus aux monuments morts. L’ouvrage que Jacqueline Lalouette dédie à la mémoire de Maurice Agulhon s’en distingue en ce qu’il s’intéresse aux « grands hommes » auxquels sont intégrées les femmes, au nombre de 122, soit une écrasante minorité qui n’exclut pas qu’elles se révèlent plus nombreuses que nous ne l’imaginions au départ – selon le bon principe du verre à moitié vide, etc. Là où les travaux de Maurice Agulhon et d’Antoine Prost se focalisaient sur deux allégories pareillement dévolues à construire une image globalisante de la France, les statues des grands hommes sont de nature à exprimer l’identité revendiquée des « petites patries » qui s’y assimilent ; jusqu’à susciter des batailles de clocher, dont l’ouvrage se fait amplement l’écho, pour se voir attribuée la statue de tel grand homme tenu pour sien quand d’autres s’en réclament simultanément. Cette inscription locale n’exclut toutefois ni l’existence d’ensembles politiquement ou régionalement spécifiés, ni des processus de nationalisation, perceptibles dans la place qu’occupe Jeanne d’Arc, en tête avec 164 statues édifiées dans 114 communes, suivie, mais de très loin, par le général de Gaulle et Jaurès ; perceptibles également dans le fait que plus de vingt statufiés reposent au Panthéon ou aux Invalides.

L’ouvrage de Jacqueline Lalouette diffère aussi de celui que June Hargrove a pareillement consacré aux «grands hommes1», dès lors que celui-ci se limite à Paris, là où Jacqueline Lalouette n’a pas reculé devant ce défi qu’était couvrir la France entière. C’est à cette échelle qu’elle nous entraîne à sa suite, en nous permettant soudain d’appréhender ce peuple de statues que nous côtoyons si souvent sans les voir.

Le travail et ses résultats sont imposants. À partir d’enquêtes de terrain, de multiples sources d’archives et de collections de cartes postales qui révèlent une nouvelle fois leur importance incontournable pour l’historien, s’agissant en premier lieu de monuments ou de bâtiments aujourd’hui disparus, Jacqueline Lalouette a recensé 3 856 statues, dont certaines aujourd’hui détruites, dédiées à 2239 «grands hommes». Soit une recension qui, sans prétendre à l’exhaustivité, autorise du moins des conclusions que des travaux ultérieurs ne pourront, au mieux, que nuancer. En tête, toutes périodes confondues, les hommes politiques (souverains exclus), suivis des écrivains dont il convient de rappeler qu’ils furent, avec Victor Hugo, l’épicentre du Panthéon rendu à ses fonctions civiques, puis des militaires et des membres du clergé catholique, dont le poids constitue une des surprises de l’ouvrage, d’autant plus forte que nombre des statues qui lui sont consacrées sont de facture récente.

L’ouvrage, abondamment illustré par des photographies et cartes postales strictement destinées à appuyer la démonstration, est d’abord une réflexion sur la notion de « grand homme » et ses déclinaisons successives, du début du XIXe siècle à aujourd’hui. Un premier chapitre revient sur les premiers développements du genre et son expansion sous la IIIe République, sous l’effet de ce que Jacqueline Lalouette préfère appeler statuophilie, dès lors que le terme de statuomania, qu’on utilise souvent, émane de ses contempteurs. Chapitre qui fait apparaître la propension du XIXe siècle à s’autocélébrer sans toutefois totalement oublier aucune des périodes antérieures. Le second chapitre, qui revient de façon circonstanciée sur la « grande Refonte » opérée par Vichy et sur la statuophilie contemporaine, constitue un des aspects les plus novateurs de l’ouvrage. Il met à mal l’idée selon laquelle le XXe siècle aurait tourné le dos à cette manière d’honorer les « grands hommes », souligne la place étonnement conservée par la statuaire figurative, hormis de rares exceptions, invitant à poursuivre, à cet égard, la réflexion et consacre de passionnants développements à la présence, ou l’absence, du genre, de la question coloniale et plus généralement de l’esclavage dans ce mode de représentation, en soulevant la question, brûlante, de la décolonisation de l’espace, indispensable au regard de certains là où d’autres lui préfèrent des politiques de médiation.

La seconde partie de l’ouvrage s’attache au processus, souvent long et difficile, des projets à leur réalisation, et le cerne par tous ses angles. La troisième et dernière s’intéresse à « la vie des statues », depuis leurs inaugurations jusqu’aux outrages du temps, de vandalisme et de certaines appropriations subversives, en soulevant un paradoxe. Comment comprendre que la réalisation mobilise tant d’énergies, d’attentes et de moyens, que certains n’aient pas hésité à encourir le pire pour les sauver de la refonte, durant l’Occupation, puis que s’installe, à plus ou moins long terme, le désintérêt avec pour corollaire une absence d’entretien ou des restaurations discutables ; alors même qu’on en construit de nouvelles, en nombre accru depuis ces dernières décennies ?

L’ouvrage contribue au débat sur le « grand homme » et ses conceptions successives, répondant de l’irruption des écrivains et savants, peintres et musiciens et, ces dernières décennies, de figures populaires du show-biz, ainsi Brigitte Bardot qui partage avec Clemenceau l’honneur insigne d’avoir été statufiée de son vivant… Il oblige à revenir sur cette question qui s’est posée avec force au XIXe siècle : pourquoi honorer sous cette forme, ou d’autres, l’individu à l’heure où l’Histoire et l’historiographie soulignaient la place nouvelle du collectif et de la démocratie ? Pourquoi, pour nous limiter à un exemple abordé dans l’ouvrage, incarner la Résistance par une figure individualisée, là où les monuments aux morts érigés en hommage privilégient résolument le collectif ? Une question dont le Parti communiste paraît s’être emparé plus que d’autres si l’on en croit le très faible nombre de statues édifiées à la mémoire de ses membres par ses propres municipalités. Quand les statues en hommage à des militants ouvriers ou syndicalistes sont en revanche plus nombreuses.

L’ouvrage, qui s’inscrit à la croisée de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, peut être lu, pas à pas, en suivant la démarche de l’auteur. Mais il doit à trois précieux index – des personnes représentées, des lieux et des sculpteurs – de pouvoir l’être également selon des transversales précieuses pour les historiens de l’art, les biographes ou qui s’intéresse à la construction des identités locales. Tout juste regrettera-t-on l’absence de courbes ou d’histogrammes qui auraient permis d’embrasser plus aisément les évolutions, thématiques en premier lieu, s’agissant tout particulièrement des deux premiers chapitres.

Danielle Tartakowsky


  1. J. Hargrove, Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search