Virgile Cirefice, Grégoire Le Quang, Charles Riondet (dir.), La part de l’ombre. Histoire de la clandestinité politique au XXe siècle.

Ceyzérieu, Champ Vallon, « Époques », 2019, 320 p. Préface de Donatella Della Porta.

Le principal défi auquel sont confrontés les historiens qui dirigent un projet collectif est de proposer un ouvrage qui offre une réflexion unifiée de leurs débats. Or, disons-le d’emblée, l’objectif est ici atteint. Le livre, qui rassemble une quinzaine de communications, marque l’aboutissement de trois rencontres scientifiques organisées à Paris et à Bologne, entre 2015 et 2017. Le pari de l’unité pouvait sembler d’autant plus risqué que l’analyse s’intéresse à des groupes et à des espaces très divers (du monde occidental aux Samoa en passant par la Turquie ou la Russie). Néanmoins, comme l’indiquent Virgile Cirefice et Grégoire Le Quang en introduction, c’est précisément cette diversité qui justifie la publication de La part de l’ombre. L’objectif était en effet de faire dialoguer des historiographies qui s’ignoraient pour mener une réflexion transversale sur les mouvements clandestins, au-delà de leurs spécificités respectives. La clandestinité politique est ici entendue comme l’entrée et le maintien dans l’illégalité afin de se dissimuler collectivement, par choix ou par contrainte, pour des raisons d’ordre politique. Fréquemment lié à l’exercice de la violence, ce mode d’action est par nature discret. Rien d’étonnant donc à ce qu’il soit surtout connu grâce aux documents du pouvoir qui le réprime, aux archives personnelles des militants, voire aux informations diffusées a posterioripar ces derniers. Autant de sources au fort prisme déformant, dont les conditions de production, de conservation et de communication doivent être attentivement observées (Charles Riondet). Le livre se divise en quatre parties, chacune débutant par un avant-propos qui met clairement en avant les enjeux des contributions qui la composent (Marie-Anne Matard-Bonucci, Jenny Raflik, Frédéric Monier, Laurent Douzou).

Dans un premier temps, les auteurs réfléchissent aux gradations de la pratique clandestine. Rarement étanche, cette dernière répond souvent à une répression grandissante, à l’image de celle visant les anarchistes en France à la fin du XIXe siècle. Pour eux, la clandestinité n’a rien d’une évidence, tant elle gêne la revendication de la « propagande par le fait ». Mais seule la dissimulation permet dorénavant de poursuivre les actions illégales (Vivien Bouhey). Dans un contexte différent, c’est également l’ampleur de la répression menée par le pouvoir colonial néo-zélandais, qui explique l’entrée en clandestinité du mouvement autonomiste samoan, le Mau, dans la première moitié des années 1930. Cette période permet aux militants de faire la démonstration du soutien que leur apporte la population. Devenue une arme, la clandestinité est alors ostentatoire (Gwendal Rannou). À l’inverse, la question des rapports avec la population divise parmi les formations combattantes d’extrême gauche qui se développent en Europe de l’Ouest durant les années 1970. Face à la Fraction armée rouge ou aux Brigades rouges, qui s’isolent dans une clandestinité « radicale » en se militarisant (Pauline Corre et Grégoire Le Quang), les Cellules révolutionnaires en RFA (Pauline Corre) ou Prima Linea en Italie (Andrea Tanturli) inscrivent leur action dans une semi-clandestinité qui mêle guérilla et poursuite des activités militantes de base, ce qui les rend plus vulnérables. Les liens existant entre la structuration de l’organisation clandestine et les mouvements de solidarité qui se construisent autour d’elle sont alors déterminants, révélant la porosité des frontières entre l’illégal et le légal.

S’ensuit une analyse des articulations entre l’individuel et le collectif, qui cherche à mieux comprendre le passage à la clandestinité. Moins qu’une rupture, celui-ci est un processus qui ne peut se comprendre qu’en croisant la sociologie des acteurs et l’influence du réseau militant. Ainsi, le partage de références idéologiques communes est primordial dans le développement de la « Russie clandestine » à la fin du XIXe siècle (p. 125). Comme beaucoup de groupes clandestins, les révolutionnaires se considèrent comme une avant-garde dont l’action violente joue le rôle d’accélérateur dans l’avènement d’une nouvelle société (Stephen Rindlisbacher). Le basculement dans l’illégalité doit également être réinscrit dans la continuité des trajectoires personnelles. Les militants de la gauche turque qui réagissent au coup d’État de 1980 exercent par exemple des professions leur permettant de mobiliser un grand nombre de ressources (Paul Cormier). De la même façon, si l’entrée en Résistance des réfugiés espagnols durant l’Occupation s’explique autant par l’influence des réalités quotidiennes que par les convictions politiques, elle ne peut se comprendre qu’au prisme de leur lutte passée contre le franquisme (Tiphaine Catalan). Mais il ne suffit pas de vouloir entrer en clandestinité, encore faut-il être sollicité par une organisation qui vous estime utile au « combat » clandestin. Cette fonctionnalité est toujours reconnue aux communistes emprisonnés par Franco dans les années 1960-1970, puisque le parti les érige en victimes sacrificielles du régime, tout en les invitant à réinvestir leur expérience dans une « clandestinité au carré », qui consiste à cacher une activité politique à l’intérieur même de la prison (Irène Gimenez, p. 166). Alors que la clandestinité ne semble pas fondamentalement remettre en cause la répartition des rôles entre les sexes, plusieurs auteurs invitent cependant à reconsidérer le rôle des femmes, que ce soit dans la clandestinité vécue, toujours très difficile, ou dans la clandestinité perçue, qui développe des représentations héroïques de la figure du clandestin, presque toujours pensée au masculin.

Le secret suscitant son lot de fantasmes, une troisième partie s’arrête logiquement sur l’imaginaire et la stratégie médiatique de la clandestinité. Le processus est en effet paradoxal : d’un côté, les clandestins se dissimulent et, de l’autre, ils cherchent à faire connaître leur action. Les nationalistes du FLNC apparaissent ainsi armés lors de conférences de presse clandestines organisées dans le maquis. Véritable démonstration de force, cette mise en scène mobilise un imaginaire basé sur la figure du résistant luttant contre le fascisme et sur celle du bandit d’honneur. Parallèlement, les militants légitiment leur action en multipliant les références à la Corse indépendante du XVIIIe siècle et en se dotant d’une vitrine culturelle avec le groupe musical Canta u Populu Corsu (Ange-Toussaint Pietrera). De fait, les groupes clandestins qui ne sont pas audibles dans l’espace médiatique sont souvent décrédibilisés par la théorie du complot. C’est notamment le cas des membres d’Action directe ou des Cellules communistes combattantes qui, dans le contexte de la guerre froide, peuvent être décrits comme des « terroristes » instrumentalisés tantôt par l’URSS, tantôt par des services secrets occidentaux (Aurélien Dubuisson). Il est vrai que les témoignages incomplets des repentis, comme l’ancien mafieux Tommasco Buscetta, entendu par la commission parlementaire réunie en 1992, favorisent également cette théorie, qui permet en outre d’expliquer les maux dont souffre alors l’Italie (Romain Legendre). Si le complotisme profite d’un terreau favorable avec la multiplication des vecteurs de diffusion, sa dimension mondiale est cependant à relativiser tant ses causes et sa chronologie varient d’un pays à l’autre. L’« affaire Meyssan » rappelle ainsi la nécessité d’inscrire le phénomène dans un contexte précis, en l’occurrence les problèmes internes au monde du journalisme et les tensions politiques françaises (Pierre France).

L’ouvrage s’intéresse enfin à une question intrinsèquement liée à la problématique de la clandestinité : celle du retour à la vie publique. La plupart du temps, la sortie de la clandestinité est difficile, presque impossible, même pour les Juifs communistes yiddishophones. Constamment réitérée de l’entre-deux-guerres aux années 1950, la dissimulation est ici devenue un mode de vie, qui marque les itinéraires, les attitudes et les pensées. Ce « syndrome de la clandestinité » (Zoé Grumberg, p. 283) concerne bien d’autres militants, à l’image des bolcheviques après leur arrivée au pouvoir (Stephen Rindlisbacher). Dans l’Italie de l’après Seconde Guerre mondiale, le gouvernement démocrate-chrétien s’en sert même pour délégitimer ses adversaires politiques, transformant les anciens résistants engagés à gauche en de potentiels récidivistes, susceptibles de mettre à mal la démocratie (Virgile Cirefice). C’est d’ailleurs parce que les mémoires de la clandestinité sont toujours plurielles que les lieux parisiens qui rendent hommage à la Résistance souhaitent faire consensus, tout en cherchant à faire connaître et à légitimer l’action des patriotes (Charles Riondet). Sortir de la clandestinité passe enfin par l’exil, comme l’illustre le cas des anciens militants italiens qui s’installent de manière durable en France à compter du début des années 1980. Mitterrand leur demande alors de reconnaître leur défaite politique, favorisant leur sortie de la clandestinité et leur renoncement à la violence politique (Monica Lanzoni). Ailleurs, l’exil est un outil permettant de financer ou de relayer la cause, voire d’offrir de nouvelles opportunités d’action, ce qui démontre le caractère transnational de certains réseaux.

Au final, il est bien difficile de trouver une quelconque critique consistante à cette publication, dont la très grande majorité des communications emporte l’adhésion. On aurait seulement aimé en savoir plus sur les techniques de dissimulation et la vie quotidienne stricto sensu des groupes clandestins. Quelques éclairages sur les groupes qui traquent les clandestins et qui sont ensuite eux-mêmes contraints de basculer dans la clandestinité, à l’exemple des nazis et de leurs auxiliaires, auraient sans doute également apporté à la réflexion. Leur expérience première exerce-t-elle une influence sur leur manière de vivre et de percevoir la vie dans l’ombre ? Enfin, qu’en est-il des groupes clandestins qui participent aux guerres de décolonisation ou à la lutte contre les dictatures est-européennes et sud-américaines durant la seconde moitié du XXe siècle ? Mais reconnaissons que viser l’exhaustivité sur un tel sujet relève de la gageure et que l’ouvrage a parfaitement rempli les objectifs qu’il s’était fixés : révéler la valeur heuristique de la clandestinité et démontrer qu’elle est une modalité à part entière de l’action politique.

Fabien Lostec


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search