Denis Pelletier, Les catholiques en France de 1789 à nos jours.

Paris, Albin Michel, 2019, 352 p.

Denis Pelletier a récemment collaboré comme conseiller historique pour le documentaire de Valérie Manns Catholiques de France diffusé pour la première fois à la télévision en 2018. Cette expérience, alors que, depuis quelques années, les catholiques retrouvent une place dans l’actualité, l’a amené à reconsidérer le projet d’écrire un nouvel ouvrage. L’historien s’était en effet déjà livré à l’exercice en 1997 dans un numéro de la collection « Repères1 » plutôt à destination des étudiants. Pourtant, il affirme ici : « je n’ai pas voulu écrire un manuel ni cherché à dresser un tableau exhaustif » (p. 13). Pour qui connaît ses autres travaux, il faut relever un pronom « je » inédit qui laisse même place, dans l’épilogue, à des analyses qui engagent notamment sur l’exercice masculin du pouvoir. Ce récit sur plus de deux siècles permet, en tout cas, à Denis Pelletier de proposer une histoire conforme à son projet scientifique au long cours : faire du catholicisme « une intelligence critique du siècle » (p. 9).

L’attachement que la société en France manifeste à l’égard du catholicisme, par exemple lorsque Notre-Dame brûle, est paradoxal, car il se conjugue à un fort anticléricalisme. Selon l’historien, la France a en effet une histoire sans équivalent en Europe dans la mesure où le surgissement de la modernité démocratique y a pris la forme d’une révolution faite à la fois avec et contre les catholiques. Loin de vouloir faire le récit d’un arrimage progressif de ces derniers à la République, Denis Pelletier souhaite plutôt assumer les aspérités d’une installation loin d’être évidente. Les catholiques, qui sont aussi des citoyens, souvent en situation inconfortable de légitimité, ont contribué à l’approfondissement de la culture démocratique française en y cherchant leur place. Cette idée, qu’il avait déjà pu exposer avec d’autres historiens dans un ouvrage collectif de 2005 sur l’après-19052, est ici envisagée sur une époque plus large à partir de la Révolution française. Dans le détail, l’ouvrage se compose de neuf chapitres et d’un épilogue « sur la crise en cours » (des abus sexuels). La majorité du récit avec cinq unités de texte est consacrée à l’après-1914, dont deux, fait notable, à l’après-1985.

Les quatre premiers chapitres de l’ouvrage forment comme une première partie portant sur un long XIXe siècle jusqu’en 1905. Si 1789 dresse son ombre sur toute l’histoire des catholiques de cette époque, Denis Pelletier pousse à se départir de deux idées. La première serait que l’événement eut lieu d’emblée contre les catholiques : « […] la Révolution française est traversée par la question religieuse : elle est en partie, et c’est essentiel pour la comprendre, une révolution religieuse » (p. 17).

Le clergé a joué un rôle important au début du processus révolutionnaire. Mais les difficultés à mettre en place une Église nationale compatible avec les nouveaux principes démocratiques conduit à une situation de blocage puis à une politique antireligieuse.

L’historien cherche également à mettre à distance l’idée selon laquelle le XIXe siècle ne serait que marqué par l’affrontement entre des traditionalistes, attachés à reconstruire l’ordre anté-révolutionnaire, et des catholiques plus à même de frayer avec la modernité. Dans la première moitié du siècle, Denis Pelletier invite plutôt à envisager une sensibilité religieuse marquée par la figure de Félicité de Lamennais. Héros pour une génération de catholiques, il le rattache au romantisme. Ce courant, par la place qu’il laisse aux émotions et à l’individu, peut être vu comme une « critique moderne de la modernité » qui brouille en permanence les clivages. Dans son entreprise liturgique, Dom Guéranger est du côté de Rome dans sa critique des mutations politiques européennes. Mais il se fonde sur un Moyen Âge fantasmé alors que les gallicans préservent les rites hérités. Le chapitre 4 porte sur les décennies de naissance de la Troisième République. Elles aboutissent à la loi de séparation des Églises et de l’État et forment ce que l’historien qualifie de « moment 1905 », selon une idée qui lui est chère :

Pendant trente ans, la question de l’enseignement, la question sociale, la question du rapport entre la sphère démocratique et le système des hiérarchies, des allégeances et des solidarités collectives, la question de la vérité scientifique et de son rapport avec la morale, ont suscité des controverses autour du catholicisme, contre lui-même et en son sein même.

p. 110

En s’intéressant en permanence au pluralisme interne du catholicisme français, Denis Pelletier développe un projet d’écriture aussi éclairant que convaincant. Ce dernier se refuse à faire de l’affrontement avec la modernité la seule variable mobilisable pour comprendre le catholicisme. L’historien démontre plutôt que c’est son foisonnement interne qui fait la particularité. Les conflits mondiaux, qui sont au cœur des bouleversements qui affectent les catholiques au XXe siècle, l’illustrent particulièrement. La Première Guerre mondiale (sujet du chapitre 5) met fin à la politique de laïcisation. La tentative de la gauche de relancer l’agenda anticlérical ne remet pas en cause dans les années 1920 l’insertion des catholiques dans la République. Toutefois, contrairement à l’Allemagne, l’Italie ou la Belgique, un parti démocrate-chrétien ne s’organise pas en France, car le pluralisme est trop grand. La diversité de mouvements d’Action catholique spécialisée (JOC, JAC, JEC, etc.) conformes aux réalités socio-économiques de l’époque, témoigne également d’une pastorale adaptée et fonctionnelle :

[…] le pluralisme du militantisme catholique est aujourd’hui sorti de nos mémoires au point de nous devenir étranger, alors qu’il a joué un rôle central dans la fabrique d’une démocratie du quotidien attentive à préserver le lien entre espace public et celui des bonheurs intimes.

p. 170

L’épisode de la Seconde Guerre mondiale fait l’objet du chapitre 6, le plus long avec quarante pages. Il donne bien à comprendre, là encore, l’arc complexe des positionnements possibles entre le ralliement de la grande majorité des évêques au programme de la « Révolution nationale » de Pétain et la « Résistance spirituelle » portée par une minorité de croyants.

Les chapitres 7 et 8, consacrés respectivement à la période 1945-1962 et 1962-1985, sont une présentation mise à jour des préoccupations scientifiques de l’auteur, dont l’un des travaux les plus cités porte justement sur la « crise catholique3 ». Si les tensions restent vives dans les décennies d’après-guerre avec la condamnation de la « nouvelle théologie » et la mise à pied de l’expérience des prêtres au travail sur fond de guerre d’Algérie, Denis Pelletier parle pourtant d’une forme d’« apogée » catholique. Le mode de présence complexe et multiforme dans la société atteint une forme d’acmé avant d’entrer en crise. Cette dernière est-elle la conséquence de l’aggiornamento conciliaire ou le versant proprement religieux des mutations des années 1968 ? « Tout plaide, selon l’historien, pour une histoire croisée de la crise catholique et celle de la société française » (p. 273).

À partir de 1985, enfin, l’historien s’attache à montrer que le catholicisme français connaît une forme de recomposition (chap. 9). Les évolutions sociales plus générales comme la crise de l’idée de progrès et l’essor, en revers, des politiques mémorielles et patrimoniales disqualifient les courants conciliaires attachés à trouver à travers les changements sociaux l’accomplissement des promesses de l’Évangile. La réduction démographique, tant de la pratique religieuse que des vocations, pousse à une réorganisation silencieuse. Elle passe par la réduction du nombre de paroisses et l’essor d’un nouveau « personnel » religieux : les diacres permanents et surtout, en réalité, des laïques engagées. Si démocratisation il y a, elle est inachevée dans la mesure où l’organisation genrée du pouvoir change peu, Rome s’opposant à toute modification du ministère sacerdotal. Mais le devenir démographique déclinant du catholicisme pousse notamment, à la faveur des années 2000, à l’essor d’un courant inquiet qui souhaite utiliser le répertoire d’action des minorités visibles. Du PACS au mariage pour tous, il fait des questions de genre, de bioéthique et de sexualité ses objets de revendication. Denis Pelletier veut voir dans l’émergence de ce catholicisme patrimonial et identitaire non la victoire générationnelle mais une étape, parmi d’autres, d’une recomposition toujours en cours. En ce sens, on voit bien que, sur ce temps très contemporain, il y a encore un débat entre les politistes, comme Yann Raison du Cleuziou4, et les historiens dont la profondeur d’analyse chronologique permet de nuancer les lectures parfois schématisantes sur les dynamiques récentes.

En définitive, par sa connaissance approfondie du champ, notamment à travers l’animation de son séminaire d’études consacré au catholicisme contemporain, et sa place centrale dans le système de soutenance de thèses, Denis Pelletier fournit ici un récit d’une grande qualité documentaire qu’il est difficile de ne pas reconnaître. Il allie les références attendues et les travaux les plus récents de jeunes chercheurs. Des lecteurs intéressés, des chercheurs ou des étudiants en sciences sociales souhaitant approfondir leurs connaissances y trouveront également leur compte. Nul doute qu’il deviendra rapidement un ouvrage de référence à la charnière des préoccupations universitaires et de l’intérêt du grand public.

Anthony Favier


  1. D. Pelletier, Les catholiques en France depuis 1815, Paris, La Découverte, 1997. []
  2. B. Duriez, É. Fouilloux, D. Pelletier et N. Viet-Depaule (dir.), Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, Éditions de l’Atelier, 2005. []
  3. D. Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002. []
  4. Y. Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique. Aux origines de La Manif pour tous, Paris, Éditions du Seuil, 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search