Claude Pennetier et Bernard Pudal (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi ».

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2014, 260 p.

Peut-on parler d’un « sujet » communiste ? Les régimes et organisations communistes n’ont-ils pas été édifiés sur le principe d’un « moi » haïssable, empreint d’individualisme bourgeois ? La priorité du projet politique n’a-t-elle pas conduit à la censure des individualités ? Cet ouvrage collectif montre les limites d’une telle vision des mondes communistes et de leurs hommes – ou femmes. À partir de matériaux riches et d’analyses nourries, sans monisme théorique mais avec une belle cohérence, il apporte une double démonstration : non seulement la subjectivité ne fut pas absente des sociétés « soviétisées » et des partis communistes occidentaux, mais elle constitue un objet fécond pour l’étude des logiques sociales du lien politique. Dans la continuité de leurs travaux sur l’encadrement biographique communiste, Claude Pennetier et Bernard Pudal s’inscrivent dans le renouveau historiographique amorcé dans les années 1970-1980 et accentué avec l’ouverture, dans les années 1990, d’archives d’État et de parti : à rebours d’un paradigme totalitaire insistant sur les leviers du pouvoir dictatorial et l’obéissance contrainte des individus, ils rassemblent ici des travaux d’histoire sociale qui explorent la complexité des formes d’identification au communisme.

La première partie du volume, consacrée au « sujet stalinien », offre une alternative aux analyses stato-centrées et focalisées sur les procédés coercitifs. Sans minimiser les effets de la propagande, de la surveillance et de la répression, ces approches « par le bas » et par les ego-documents montrent que les citoyens des États « communistes » pouvaient s’investir, à travers un « travail sur soi » exigeant, dans la conformation aux critères établis par les instances bureaucratiques. Dans un chapitre suggestif, Catherine Depretto revient ainsi sur la « Soviet subjectivity », et notamment sur les recherches de Jochen Hellbeck. L’historien observe, dans des journaux intimes rédigés sous Staline, la volonté de correspondre aux modèles définis par le régime : le travail de perfectionnement du « moi » pour atteindre l’idéal du citoyen soviétique traduit l’appropriation par l’individu d’objectifs politiques supérieurs à son idiosyncrasie.

De même, Brigitte Studer montre comment le système stalinien encourageait les individus à la transparence vis-à-vis des appareils dirigeants. À partir d’une enquête sur l’École léniniste internationale, elle analyse l’ajustement des futurs cadres staliniens aux critères évolutifs de définition de l’avant-garde dans l’entre-deux-guerres, le « vrai bolchevik » se reconnaissant à sa capacité à exprimer ses défaillances dans le cadre d’une « pratique introspective et confessionnelle » qui conditionnait le dévouement total au parti.

Ces tendances s’observent en d’autres lieux et d’autres époques, comme en témoigne l’analyse par Ioana Cîrstocea du dossier personnel d’un ingénieur roumain, constitué dans les années 1960-1970. Si la volonté de conformité aux modèles partisans ressort des autobiographies successives, ce cas montre que les enquêtes biographiques pouvaient faire l’objet d’investissements stratégiques : dans un contexte favorable, un individu bien doté en ressources argumentatives et relationnelles pouvait retourner le contrôle biographique à son profit, en l’occurrence à des fins de promotion professionnelle.

À la différence des travaux centrés sur la contrainte explicite, ces chapitres présentent l’intérêt d’éclairer les modalités d’adaptation des individus au pouvoir institué, tantôt par l’appropriation des normes d’excellence, tantôt par leur torsion. Ce faisant, les auteures contribuent à la compréhension de la domination comme relation supposant « un minimum de volonté d’obéir », selon les mots de Max Weber. Le travail sur soi dans le monde communiste s’apparente à une forme active d’obéissance, des espaces de négociation et de critique restant possibles au cœur même du contrôle biographique.

Un contrôle qui n’est pas absent des sociétés capitalistes, comme le note Yves Cohen dans une stimulante comparaison entre les injonctions à l’auto-inspection en URSS et en France dans les années 1920-1930. Il dépasse d’ailleurs ce cadre chronologique en montrant que, depuis les années 1980, l’impératif libéral d’engagement personnel dans le travail et l’exhibition d’un « je d’entreprise » ne touchent plus seulement les cadres supérieurs, mais l’ensemble des salariés : la subjectivité est mise au service d’une productivité non seulement politique, comme dans le communisme, mais aussi économique, cette fois sous la férule des managers.

La seconde partie de l’ouvrage explore les manières d’être communiste en France. Claude Pennetier et Bernard Pudal y signent deux chapitres : l’un consacré aux ego-documents d’Albert Vassart, dirigeant syndical et politique jusqu’en 1939, l’autre à la place des femmes dans le communisme français des années 1920-1930. Le cas d’Albert Vassart est notamment abordé à partir de sa correspondance amoureuse avec Cilly Geisenberg, militante Allemande qu’il épousera en 1931. Leurs échanges éclairent le rapport au PCF de Vassart, ouvrier au « tempérament libertaire » et à l’autodidaxie marquée. Aussi épris de sa compagne que tourmenté par sa relation au parti, il évoque avec une rare réflexivité les fluctuations de son illusio militante. En outre, le matériau épistolaire témoigne du voisinage permanent entre le registre sentimental et le registre politique dans la construction de ce couple communiste.

On retrouve Cilly Geisenberg et la question du couple dans le chapitre sur les femmes communistes. Par le recours à la biographie collective, Claude Pennetier et Bernard Pudal informent les propriétés sociales et politiques des militantes, mais aussi la disjonction progressive entre combat communiste et combat féministe. La stalinisation du parti français marque le repli du « sujet féminin » dans des organisations spécifiques : si l’engagement permet l’autonomisation des femmes, le féminisme y est largement dénié.

La biographie collective s’illustre également dans l’étude qu’Isabelle Gouarné consacre à la Commission scientifique du Cercle de la Russie neuve, un collectif d’intellectuels philosoviétiques actif dans les années 1930. Appuyé sur un remarquable travail d’objectivation des liens entre ces universitaires français et le monde communiste, et en particulier des réseaux de sociabilité ayant présidé à leurs activités politico-intellectuelles, ce chapitre représente une contribution importante à l’histoire sociale de la circulation des idées marxistes et de leur importation en France.

La sociobiographie est encore à l’œuvre dans le texte de Paul Boulland sur la sélection des cadres communistes de la région parisienne entre 1944 et 1974. En rupture, là encore, avec l’historiographie totalitarienne et l’assimilation des dirigeants communistes à des « hommes quelconques », l’enquête dévoile les « implicites » de la promotion : derrière les critères conventionnels, notamment l’extraction ouvrière, se dessine le rôle des scolarités, des socialisations politiques initiales et des parcours professionnels, l’ensemble étant travaillé dans le sens des normes biographiques partisanes. Ces trajectoires sous-tendent les « prises de rôle » de ces cadres d’origine populaire dont les aspirations sociales et culturelles trouvent à s’accomplir dans l’exercice d’une autorité savante.

Kevin Morgan propose quant à lui une comparaison entre les partis communistes français et britannique. Riche d’informations sur les spécificités du « petit parti » de Grande-Bretagne, son texte invite à prêter attention aux variations nationales, tant des pratiques biographiques que de leur traitement scientifique. Ce faisant, il suggère une typologie comparative des partis communistes : à la différence des partis au pouvoir et de la « multiplexité » à la française, les organisations du type du PCGB, moins institutionnalisées, appelleraient des analyses de trajectoires plus détachées du cadre partisan.

Cette partie, marquée par la diversité des populations enquêtées, des niveaux d’analyse, des matériaux mobilisés, des questionnements soulevés, est cohérente dans sa démarche : elle donne à voir, derrière les représentations unifiantes du PCF, la pluralité des manières d’être communiste. Ce dépassement du « substantialisme de groupe » est l’un des mérites de l’enquête prosopographique, comme le rappelle Christophe Le Digol dans le chapitre final : « l’utilité première de la prosopographie consiste à appréhender le multiple derrière l’unité ainsi qu’à mettre des noms et parfois des visages à la place d’une étiquette, d’un label, d’un groupe ou d’une institution » (p. 231). Ce dernier chapitre souligne à raison que la prosopographie « ne possède en soi aucune vertu » puisqu’elle ne vaut, comme toute méthode, que par les questions et les pratiques que les chercheurs engagent dans leur travail. Or, les contributions de la seconde partie témoignent d’une réflexivité à l’œuvre dans la délimitation du groupe enquêté, l’objectivation des données, l’élaboration d’un régime interprétatif adapté (jamais assuré, toutefois, de percer « l’irréductible opacité » de certains processus). Christophe Le Digol leur fait écho tout en laissant une synthèse de référence sur la prosopographie.

En fin de compte, la lecture d’un tel ouvrage s’impose à plus d’un titre, et bien au-delà des cercles spécialisés dans l’étude du communisme. D’abord, parce qu’il est une invitation à l’histoire sociale : chaque chapitre rappelle la nécessité d’étudier les groupes sans les réifier et d’explorer les usages variables des catégories officielles. Ensuite, ce livre montre de façon exemplaire que l’étude de la subjectivité n’est pas synonyme de régression infra-sociologique. Loin de fétichiser la « personne », il invite à articuler singularités individuelles et régularités collectives. À bonne distance du sujet libéral, du « je » égotiste, du « moi » hors-sol et de toutes les variantes de « l’homo clausus » réfuté par Norbert Elias, c’est ici le sujet socialisé, situé dans des espaces et des contextes évolutifs, pris dans les rets des « socio-biocraties », qui est au cœur des analyses. Empruntant à la fois à la Soviet subjectivity et à la microstoria, à l’approche foucaldienne de la subjectivation et à la conception bourdieusienne de la rencontre entre structures objectivées et structures incorporées, les auteurs observent des individus inscrits dans des organisations et contrôlés par des appareils tout en restant attentifs à leurs marges d’action et de réflexion. Dépassant l’alternative entre remise totale de soi et stratégies rationnelles, ils proposent une sociologie des investissements sociaux qui laisse place tant à l’obéissance consentie qu’à la conformité négociée, au désir de perfectionnement qu’à la distance au rôle.

Catherine Leclercq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.