François Gaudin (éd.), Traduire Le Capital : une correspondance inédite entre Karl Marx, Friedrich Engels et Maurice Lachâtre.

Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, 191 p.

Au début de l’aventure de la publication en français de Das Kapital, il y a eu un hasard heureux, une rencontre tout à fait improbable. En 1871, Maurice Lachâtre, éditeur de Louis Blanc et d’Eugène Sue, persécuté en raison de son engagement pour la Commune, se réfugie à Saint-Sébastien. Il y noue de nombreux contacts dans le milieu grandissant des exilés français et fait notamment la connaissance de Laura et Paul Lafargue, la fille et le gendre de Karl Marx. Das Kapital vient d’être traduit en russe, mais Marx souhaite depuis longtemps le voir également paraître en français. Sans hésiter et malgré les circonstances fort peu propices à une telle entreprise de longue haleine, Lachâtre s’engage à éditer l’ouvrage. L’entreprise connaîtra des entraves et des difficultés de toutes sortes, s’étendra sur une durée de quatre ans et s’achèvera finalement sur un texte discutable et contesté mais qui influencera durablement la réception de la pensée de Marx en France.

La correspondance reçue par Maurice Lachâtre a été conservée par ses descendants dans des conditions également hasardeuses et fait partie du fonds Jeanne Oriol. François Gaudin, l’éditeur de cet ouvrage, a eu un accès privilégié à ces archives qui, depuis, ont été dispersées lors d’une vente aux enchères. La lecture de ce livre qui contient des reproductions de manuscrits de très bonne qualité, s’impose alors déjà comme documentation d’une correspondance dont les originaux sont devenus très difficilement accessibles. Or, contrairement à ce que pourrait suggérer son titre, le présent recueil rassemble essentiellement la correspondance inédite entre Karl Marx, son éditeur Maurice Lachâtre et ses collaborateurs (Charles Longuet, Adolphe Dervaux, Louis Lahure, Just Vernouillet, Henri Oriol), tandis que Friedrich Engels y joue un rôle marginal. Sur une totalité de cinquante-trois lettres, seulement deux sont de la main de Engels, qui a été sollicité par l’éditeur pour rédiger une note biographique sur Marx dans le but d’introduire cet auteur encore inconnu en France. Malgré cette légère exagération du titre, sans doute justifiée par des enjeux commerciaux, le livre tient tout à fait sa promesse et propose une présentation réussie de cette correspondance rendant ainsi accessible la genèse complexe et la constellation historique et politique unique permettant la publication en français d’un ouvrage majeur des sciences sociales et humaines.

L’introduction d’une soixantaine de pages, composée par François Gaudin, qui retrace essentiellement les conditions historiques dans lesquelles ce projet de publication a pris forme tout en fournissant des éléments biographiques des personnages impliqués, est solide et instructive. En revanche, le style romanesque de cette introduction ne laisse pas de surprendre. Pour donner un exemple, citons les toutes premières phrases :

Saint-Sébastien. Début septembre 1871. L’océan – enfin ! – et cette vue qu’on vous a tant vantée. Vous vous asseyez le soir venant, devant la baie de la Concha. Vous avez fixé votre regard sur l’île de Santa Clara en souriant. Enfin !

(p. 11)

C’est seulement après une deuxième lecture avertie des premiers paragraphes que la lectrice comprend que Gaudin écrit sur le ton d’une conversation intime avec Maurice Lachâtre, c’est-à-dire en s’adressant à lui comme s’il lui parlait. Ce choix de style, pour le moins inhabituel pour ce type d’ouvrage, est le symptôme d’une difficulté plus profonde de ce livre. Gaudin est très ouvertement fasciné par Maurice Lachâtre, auquel il avait déjà consacré une seconde thèse ainsi qu’une biographie1 et qu’il élève au rang d’un héros oublié de l’histoire. La présentation de cette correspondance paraît entièrement animée par l’idée de rendre justice en après-coup à cet éditeur négligé par la mémoire des temps. Si cette ambition est tout à fait légitime, il est néanmoins déplorable qu’elle contribue à occulter d’autres aspects importants de l’histoire de l’édition française du Capital, qui sont pourtant au centre même des échanges entre Marx et son éditeur. Nous faisons notamment allusion aux enjeux de traduction et aux conditions de publication si exemplairement révélés par ces échanges, qui témoignent de tous les aléas imaginables pouvant interférer dans un processus de publication : problèmes d’envoi, retards et pertes causés par la poste, maladies et naissances, saisi de stocks, assassinats politiques et problèmes de censure – tout y est. L’ouvrage offre ainsi, presque malgré lui, un échantillon passionnant d’une histoire matérielle des transferts des savoirs précaires2.

Le capital paraît en plusieurs livraisons périodiques dont Marx corrige petit à petit les épreuves. Ce processus est lent et souvent guère satisfaisant. Marx n’arrête pas de se plaindre des retards des envois, du mauvais ordre des livraisons, des réponses qui se font attendre. Lachâtre, qui n’est pas à Paris mais gère sa petite maison d’édition à partir de son exil à l’étranger, essaie d’intervenir comme intermédiaire entre ses collaborateurs et son auteur, fournit des détails pratiques et se désole des mauvaises ventes : « La vente est nulle sur votre livre » (p. 152). En effet, le défi de cette publication est paradoxal, puisqu’il s’agit d’introduire une œuvre révolutionnaire et inconnue, mais sans faire de bruit pour ne pas susciter l’attention des autorités : « Le livre doit faire son chemin sans bruit, sans éclat » (p. 83). Aussi, toujours dans un souci commercial mais aussi de réception, Lachâtre se permet de se prononcer sur le contenu de certains passages qu’il considère trop difficiles et techniques pour qu’ils puissent être accessibles au travailleur moyen :

Votre livre continue à promener le lecteur dans des sphères au-dessus de l’intelligence du vulgaire. […] Or, jugeant que mon degré d’intelligence est à un niveau fort ordinaire, j’en conclus que la masse des lecteurs ne comprendra pas mieux que moi vos admirables théories, si vous ne finissez pas par les traduire en langage qui soit à la portée du vulgaire dont je fais partie.

(p. 158)

Et justement, ce problème interminable de la traduction : déjà, le choix du traducteur est un problème majeur qui ralenti tout le projet. Parmi les personnes abordées au début figurent Élie Reclus, Clémence Royer, la traductrice réputée de Darwin, et Charles Keller mais, pour de multiples raisons, aucune de ces démarches n’a pu trouver une suite. Finalement, c’est Joseph Roy qui sera chargé de la traduction. Pourtant, le résultat de ses efforts ne satisfera pas Marx qui juge cette traduction trop littérale et fautive. Effectivement, Joseph Roy était un traducteur spécialiste de Feuerbach, et non de Hegel, et se trompe à de nombreux endroits sur le sens, les références et les concepts choisis par Marx. Or, la traduction de Hegel ne s’est faite en France que tardivement, après la Seconde Guerre mondiale. De ce fait, il aurait fallu traduire et introduire Hegel et Marx en même temps pour aboutir à une construction conceptuelle cohérente, mais cela était évidemment impossible dans la constellation historique et politique donnée. Marx se livre alors à un vaste travail de révision et de réécriture qui est voué à l’avance à l’échec :

Le travail que me donne la révision de la traduction proprement dite est inouï. J’aurais sans doute moins de mal, si j’avais moi-même fait d’emblée tout le travail. Et malgré tout, ce genre de réparation bricolée laisse toujours un résultat saboté.

K. Marx, Le Capital, J.-P. Lefebvre (trad.), Paris, PUF, 2009, p. XLIII.

Nous tirons cette citation du commentaire qui précède la retraduction de l’ouvrage par Jean-Pierre Lefebvre en 2009. Malheureusement, F. Gaudin ne profite pas de l’occasion idéale offerte par son propre travail éditorial pour proposer un commentaire critique sur cette première traduction et ses avatars chez Julien Borchardt et Hippolyte Vanderrydt, Maximilien Rubel ou bien Jean-Pierre Lefebvre. Traduire Le capital était un projet courageux et pionnier qui montre qu’un grand texte en philosophie suscite une pluralité de traductions, comme autant de lectures différentes participant chacune à sa manière au grand palimpseste de l’Histoire des idées. L’introduction d’un auteur ou d’une auteure au sein d’un contexte intellectuel qui lui est étranger est toujours un événement discursif aux conséquences imprévisibles. L’exemple du Capital rend palpables les frictions, ruptures, mésententes, réécritures et retraductions qui accompagnent ce processus et qui sont elles-mêmes dotées d’une valeur épistémologique et historique. La problématisation de la fonction de la traduction pour le surgissement et la survie des traditions de pensée et l’évolution des langues s’avère alors un élément indispensable pour toute discussion critique et historiographique des sciences humaines, à laquelle contribue l’ouvrage de F. Gaudin, à sa manière.

Franziska Humphreys


  1. F. Gaudin, Maurice Lachâtre, éditeur socialiste (1814-1900), Limoges, Lambert-Lucas, 2014. []
  2. Voir M. Mulsow, Savoirs précaires. Pour une autre histoire des idées à l’époque moderne, trad. fr. Laurent Cantagrel et Loïc Windels, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.