Thomas David et Alix Heiniger, Faire société. La philanthropie à Genève et ses réseaux transnationaux autour de 1900.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Histoire contemporaine », 2019, 304 p.

La philanthropie jouit d’un regain d’intérêt scientifique qui répond au désengagement relatif de l’État de la question sociale, conduisant à redéfinir les termes de la mixed economy of welfare (économie mixte du social). Plus qu’une histoire progressive – progressiste ? – de la substitution des acteurs publics aux acteurs privés, l’historiographie a insisté sur l’existence d’un continuum de pratiques, d’acteurs, de problèmes partagés. À ce titre, l’« écosystème philanthropique » suisse constitue un observatoire privilégié. Avec 13 000 fondations d’utilité publique pour une fortune cumulée de 70 milliards de francs, la Suisse vient juste après les États-Unis pour le montant des dons rapporté au revenu. À Genève, la densité des œuvres est grande, avec une forte hausse dans la seconde moitié du XIXe siècle qui correspond à l’industrialisation, à la croissance démographique de la ville par immigration, au basculement confessionnel aux dépens du protestantisme, au développement enfin de la société civile. L’image d’un peuple généreux s’est construite à travers une pratique de la philanthropie bien ancrée parmi ses élites, une massification du don qui conduit même les plus modestes à verser un sou en faveur de causes, une mobilisation au profit de populations lointaines, comme les Arméniens dès les années 1890-1900. L’humanitaire hériterait ainsi de la philanthropie certains de ses traits distinctifs, comme des relations inégalitaires (classes sociales/pays) et l’imposition de normes morales/civilisationnelles.

Au départ du livre est une source, l’Annuaire philanthropique genevois de 1903, choisi comme porte d’entrée dans un univers social défini par lui-même, selon une méthode comparable à celle de Cyril Grange – « y être, c’est en être » – dans son étude des élites sociales à partir du Bottin mondain (1996). Comme un peu partout dans les grandes villes confrontées à la question sociale, de tels annuaires philanthropiques cherchent à rationaliser le monde des œuvres pour orienter ses acteurs et les donateurs. T. David et A. Heiniger en tirent une classification entre institutions liées à l’État (hôpitaux, écoles spécialisées), œuvres de « relèvement » pour populations fragilisées (indigents, jeunes filles) et organisations au service de leurs propres membres (secours mutuel, coopératives de consommation). Une remarquable analyse de réseaux – ce n’est pas si fréquent – permet d’explorer le lien entre les œuvres (436) et leurs acteurs (810). Au cœur du réseau apparaît un milieu cohérent composé de pasteurs, de femmes et d’hommes issus de l’ancienne élite genevoise mobilisés autour de quelques causes : tempérance, réhabilitation des prisonniers libérés ou encore lutte contre la mendicité. Une analyse des correspondances multiples – c’est encore plus rare – conduite à partir d’un échantillon de 117 philanthropes affiliés à au moins deux œuvres permet d’affiner les profils sociaux, et surtout de les situer dans le champ philanthropique entendu comme un espace social compétitif marqué par des rapports de force. Il en ressort quatre groupes : les « patriciens », les « chevilles ouvrières », les « femmes » et les « outsiders », chacun soigneusement illustré par un exemple biographique. Les premiers sont ainsi ces hommes de l’ancienne élite protestante qui a perdu le pouvoir après la révolution radicale de 1846. Ils utilisent la philanthropie pour continuer d’intervenir dans l’espace public, comme l’avait également analysé Nagisa Mitsushima pour la France censitaire (2017). Franck Lombard, dont le patronyme incarne la banque protestante genevoise, est l’un d’eux. À la différence de la France toutefois, la philanthropie est à Genève principalement masculine (à 80 %). L’étude comparée de deux œuvres, l’une masculine (Société genevoise d’utilité publique) et l’autre féminine (Union des femmes de Genève), révèle des positionnements distincts : les hommes posent la question sociale de manière universaliste (indigence, salaires, budgets ouvriers, etc.) tandis que les femmes se spécialisent dans les questions liées à leur sexe (maternité, enfance, etc.) ce qui leur confère, alors qu’elles sont exclues de l’espace politique, une certaine légitimité dans leur action en faveur des femmes des milieux populaires. Le genre n’est toutefois pas toujours pertinent : les philanthropes étrangers (réunis par exemple au sein de la Société française philanthropique) tirent aussi leur légitimité de leur spécialisation dans les œuvres d’assistance à leurs compatriotes.

La deuxième partie, plus classique, est consacrée aux causes. On y retrouve le répertoire habituel de la philanthropie qui s’intéresse aux indigents (chap. 3), aux enfants (chap. 4), aux étrangers (chap. 5). La responsabilité individuelle comme cause de la pauvreté est systématiquement invoquée, justifiant une approche morale de la philanthropie qui vise la réforme des comportements et un strict contrôle social. La prévoyance (chap. 6) est l’une de ces vertus que, par l’épargne (individuelle) ou le mutuellisme (collectif), philanthropes mais aussi pouvoirs publics et agents des Églises cherchent avec succès à promouvoir. De ces riches chapitres retenons l’usage d’une très belle source que sont les dossiers d’assistés du Bureau central de bienfaisance ou de l’École rurale des jeunes filles de La Pommière, aujourd’hui conservés aux Archives d’État de Genève. Ils permettent une étude de la « pratique routinisée » des œuvres (réalisation d’une enquête, constitution d’un dossier, attribution de bons de secours), des représentations de l’indigence par les philanthropes (telle est « à plaindre », tel autre un « misérable individu ») comme des hiérarchies sociales et des attentes intériorisées par les bénéficiaires (lorsqu’ils se présentent par exemple sous les traits du « pauvre méritant »). Plus difficiles à saisir sont les résistances à cette entreprise de réforme morale des comportements populaires. Les auteurs en donnent quelques exemples : refus de l’aide en nature plutôt qu’en argent, retrait d’une enfant placée en institution, répugnance à dévoiler son budget à un enquêteur leplaysien (le pasteur Charles Goth).

Une troisième partie s’intéresse enfin aux dispositifs mis en place par la philanthropie, en particulier l’encadrement spatial des populations assistées observé à l’échelle d’un quartier (chap. 7) et le financement des œuvres (chap. 8). Cette micro-histoire du quartier de la vieille ville de Genève est révélatrice de la densité du maillage territorial : le siège des œuvres, la domiciliation des philanthropes et celle des assistés se superposent. Les pasteurs apparaissent comme des « facilitateurs » : ils connaissent les familles indigentes, informent les œuvres et distribuent eux-mêmes quelques secours. T. David et A. Heiniger descendent jusqu’à l’échelle de la rue pour saisir cet espace quotidien de la philanthropie. La description de la rue des Granges est une page balzacienne : une petite rue, l’ombre d’une église, une société secrète catholique (les Filles de Marie), les hôtels des riches familles patriciennes, les maisons étroites et les petits appartements des familles modestes. Car la maîtrise de la rue, et de l’enfance vagabonde, est aussi l’objet de luttes confessionnelles qui passe par l’encadrement du temps libre des enfants (classes gardiennes, cuisines scolaires). L’ouvrage se termine par une analyse du financement des œuvres qui révèle que la plupart d’entre elles ne disposent en réalité que d’un capital modeste (moins de 10 000 francs). Mais le don est aussi un geste chargé de signification sociale. Le recours à d’autres types de sources comme les actes notariés ou les testaments permettrait, à l’échelle des individus, de le décrypter plus finement.

À l’instar d’autres travaux récents sur la philanthropie autour de 1900 à Paris, Londres ou New York, Thomas David et Alix Heiniger confirment la pertinence d’une étude intensive d’une échelle limitée, appuyée sur des sources riches et une méthodologie exigeante.

Matthieu Brejon de Lavergnée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.