Michael Goldfield, The Southern Key. Class, Race and Radicalism in the 1930s and 1940s.

New-York, Oxford University Press, 2020, 416 p.

La clé pour comprendre les dernières soixante-quinze années de politique étasunienne se trouverait dans les rapports entre la force de travail et le capital dans le Sud des États-Unis des années 1930 et 1940. C’est la thèse du dernier ouvrage de Michael Goldfield, historien et politiste spécialiste de l’histoire syndicale et des travailleurs. À l’aide d’archives encore inexplorées pour la plupart, Goldfield s’intéresse dans cet ouvrage à l’organisation, politique et syndicale, des travailleurs de diverses industries (mineurs, textile, sidérurgie, etc.). Il défend l’idée selon laquelle ce sont les succès et les échecs du mouvement ouvrier du Sud, dans les années 1930 et 1940, qui ont largement participé à façonner la société et la politique étasunienne contemporaine. Il montre ainsi que c’est surtout l’échec d’une organisation syndicale de masse qui explique, en partie, l’état social du Sud contemporain. Il s’appuie notamment sur la manière dont les échecs syndicaux ont permis une plus importante exploitation raciale ainsi que la montée du suprémacisme blanc – qui a non seulement joué un rôle objectif contre les syndicats, mais qui a également profité de cet échec pour asseoir sa présence. Au-delà du fait que cet ouvrage permet une entrée passionnante dans le paysage syndical étasunien, mais aussi politique (puisqu’il est également question du rôle du Parti communiste des États-Unis), celui-ci permet également de conceptualiser avec une plus grande rigueur les rapports entre l’exploitation de classe et la domination raciale – qui apparaissent comme co-constitutifs. En 2019, l’historienne Mary Stanton s’intéressait déjà au rôle du Parti communiste d’Alabama entre 1930 et 1950 et soulignait le fait que la question raciale était le point nodal de toute stratégie d’union de la classe ouvrière. Dans The Southern Key, Michael Goldfield – qui pointe d’ailleurs l’exceptionnalisme de l’Alabama – s’intéresse aux enjeux raciaux de l’économie politique de la période du New Deal, dans le Sud des États-Unis, et à la manière dont ceux-ci ont pesé sur l’organisation des ouvriers, noirs comme blancs.

M. Goldfield n’explique cependant pas cet échec organisationnel par la seule stratification raciale objective des ouvriers, mais insiste également sur le rôle joué par le leadership de certaines organisations – du Congress of Industrial Organization (CIO) jusqu’à certaines franges du Parti communiste. Ce livre s’inscrit dans la lignée des travaux d’un W.E.B Du Bois, mais vient également compléter des recherches plus récentes, comme celles de David R. Roediger, dont le classique Le salaire du blanc, sur la formation de la classe ouvrière américaine et la question raciale, publié en 1991, n’a été traduit en français qu’en 2018, ou encore le récent Class Struggle and the Color Line, sur les socialistes américains et la question raciale entre 1900 et 1930, dirigé par le jeune historien Paul M. Heideman. Si l’ouvrage de M. Goldfield n’est pas consacré spécifiquement à la blanchité de toute une partie de la classe ouvrière étasunienne, il est nécessaire pour comprendre comment des échecs dans les luttes syndicales et politiques peuvent se répercuter sur l’exploitation des travailleurs non-blancs. Loin des « identity politics » à l’américaine, ce livre ne verse pas non plus dans le réductionnisme de classe et réinscrit la race dans les rapports sociaux – à travers le cas du Sud étasunien.

Dans le premier chapitre, M. Goldfield donne un cadre théorique et méthodologique à son enquête, en insistant sur le rôle que peut jouer une histoire contrefactuelle – bien qu’il ne s’agisse pas du cœur de son livre, la question de savoir comment l’histoire étasunienne aurait pu tourner si les travailleurs du Sud avaient eu plus de succès dans leurs mobilisations soulève nombre d’enjeux intéressants. Dès le deuxième chapitre, l’auteur entre dans le vif du sujet et s’intéresse aux mineurs du charbon, dont l’immense majorité était composée d’Africains-Américains, et à leurs luttes – dont il explique qu’elles étaient les plus radicales et les plus massives à l’époque. Tout en insistant sur la répression des mineurs par les patrons et l’État, surtout en Virginie occidentale, M. Goldfield insiste sur l’impulsion donnée par les luttes des mineurs aux combats d’autres secteurs économiques. Le chapitre 3 se penche sur toute une variété de mouvements sociaux et sur l’influence que ceux-ci ont pu avoir sur diverses luttes ouvrières. Le quatrième chapitre s’intéresse aux ouvriers du bois et à leur manque d’organisation dans le Sud – la moitié au moins de ces ouvriers étant Africains-Américains. Ce chapitre montre ainsi non seulement que les attaques contre les communistes – et contre la gauche de manière générale – ne sont pas nées après la Seconde Guerre mondiale, mais étaient déjà bien présentes dans les années 1930 et 1940. M. Goldfield avance l’hypothèse que si l’organisation de ces ouvriers avait eu lieu, cela aurait pu changer l’orientation du futur mouvement des droits civiques dans le Sud. Le chapitre 5 étudie le cas des ouvriers de la sidérurgie – ouvriers parmi les plus militants aux États-Unis – et, entre autres, leur travail commun avec des organisations d’immigrés et d’Africains-Américains, ainsi que leur alliance stratégique avec le Parti communiste. Le sixième chapitre s’intéresse aux échecs du mouvement des travailleurs du textile – en partie à cause d’une mauvaise lecture de la conjoncture par les leaders syndicaux. Le chapitre 7 étend l’analyse des ouvriers du textile à l’après-Seconde Guerre mondiale et aux tentatives par le CIO d’organiser le Sud, via l’opération Dixie. Enfin, le dernier chapitre s’intéresse de près au Parti communiste, à ses succès comme à ses échecs dans la dynamisation des luttes du Sud des États-Unis – notamment de la lutte contre le racisme. Enfin, la conclusion tente de proposer quelques hypothèses sur les raisons pour lesquelles les échecs du mouvement ouvrier du Sud, examinés dans les divers chapitres, ont profondément façonné la vie politique et sociale étasunienne d’aujourd’hui.

Si Michael Goldfield est sans nul doute l’un des historiens les plus importants du mouvement ouvrier aux États-Unis, il est certain que The Southern Key devrait s’imposer comme un classique lorsqu’il est question de l’histoire syndicale, mais aussi de la stratification raciale de la classe ouvrière.

Selim Nadi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.