Sébastien Chatillon, Les poilus de Haute-Savoie. Conscription, mobilisation, réinsertion sociale, 1889-1939.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2020, 318 p. Préface de Christian Sorrel.

L’histoire sociale et culturelle de l’armée, de la conscription, de l’expérience combattante et des « sorties de guerre » durant la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle, s’est considérablement développée en France depuis trente ans. Ces thématiques font toujours l’objet de nombreuses publications, comme l’illustrent les ouvrages récents de Mathieu Marly, Jérémie Halais ou le présent livre1. Cette richesse historiographique permet à Sébastien Chatillon d’articuler ces différents thèmes dans un cadre territorial restreint, pour proposer une « étude du trajet de vie des combattants haut-savoyards » (p. 20) sur le temps long. Pour ce faire, il analyse successivement leur incorporation et leur service militaire, leur mobilisation et vie au front durant la Première Guerre mondiale et leur retour, pour ceux d’entre eux qui ont survécu, à la vie civile.

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2015, l’ouvrage s’appuie sur deux « piliers » archivistiques : les registres de matricules, dont un millier de fiches ont été dépouillées et entrées dans une base de données qui a servi à leur analyse ; les témoignages de soldats et de civils, source désormais usuelle dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale, qu’il s’agisse de lettres, carnets, journaux intimes ou mémoires. À ces deux types de sources s’est ajouté le dépouillement d’archives institutionnelles locales et nationales.

S. Chatillon s’attache à traiter pour le cas des Haut-Savoyards toutes les questions les plus discutées de l’historiographie, des problèmes les plus classiquement militaires aux aspects les plus intimes, comme le deuil, en passant par la composition sociale du corps des conscrits, la situation à l’arrière durant la guerre ou encore l’inévitable question de la motivation au front, qui a suscité de nombreux débats polémiques entre historiennes et historiens. Cela oblige à ne présenter ici que les traits les plus saillants de l’ouvrage.

Les poilus de Haute-Savoie est marqué par deux caractéristiques principales. La première est, qu’à côté de l’ensemble des données et faits qu’il présente, S. Chatillon s’efforce, grâce aux témoignages – dans la continuité de l’anthropologie historique de la Grande Guerre –, de revenir régulièrement au plus près de la vie des acteurs et de retracer leurs expériences. Dans le deuxième chapitre, il s’attache à montrer comment se forme une « classe » (une génération de conscrits, incorporés l’année de leurs 20 ans), à travers différents rituels : tirage au sort ou passage devant la commission de révision après la réforme de 1905, fête des conscrits qui peut durer plusieurs jours, banquet et cérémonie religieuse de départ, soumission à la « discipline de fer » (p. 77) qui règne à la caserne. Au chapitre 4, l’auteur résume brièvement l’expérience de la guerre de six Haut-Savoyards aux profils sociaux et militaires différents. Si Joseph Rassat représente « l’archétype du soldat français, c’est-à-dire un jeune fantassin-paysan » (p. 134), d’autres ont des profils plus atypiques, comme Joseph Bergoënd, émigrant canadien, ou Émile Bron, « embusqué de l’avant ». Comme d’autres avant lui, Chatillon retrace la vie au front et rappelle le seuil inédit de violence atteint en 1914-1918. Dans le chapitre 6, il cite longuement les témoignages d’attente, de difficultés, de frustration, voire d’énervement de soldats impatients d’être démobilisés, puis leurs réactions parfois critiques envers les cérémonies commémoratives.

L’intérêt majeur du livre vient tant de l’atout de la monographie sur un territoire donné que de cette centralité des acteurs : l’inscription profonde de l’histoire des conscrits-soldats-vétérans dans leur vie sociale et leur société locale. Dès le premier chapitre, l’auteur insiste sur la mobilisation de l’espace par l’armée (casernes, terrains d’entrainement, manœuvres), les aspects économiques de l’implantation des casernes – les frais pour les municipalités comme les bénéfices que peuvent en tirer artisans et commerçants –, ou encore les relations multiples entre l’armée et la population locale au-delà de la seule incorporation des conscrits. Sur ce point, il revient par exemple sur la diffusion du sport et de l’hygiénisme ou les débats autour de la loi de Trois ans en 1913. Reprenant la méthode de Jean-Jacques Becker dans son 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, S. Chatillon montre que « près de 71 % des suffrages haut-savoyards exprimés se sont portés sur des candidats favorables à des degrés divers à la loi des Trois ans » contre 55 % seulement nationalement (p. 46). L’auteur montre, après d’autres, tout ce que les archives du recrutement militaire peuvent nous apprendre sur le profil social de la population masculine, ici haut-savoyarde (p. 47-55) : travailleurs agricoles (55 %), ce qui ne peut étonner dans un département à 86,4 % rural ; n’ayant pas quitté le domicile familial (79 %) ; d’une qualité physique moyenne en raison de la dureté des travaux agricoles et de la malnutrition ; ayant reçu massivement une instruction primaire (90 %), mais rarement plus élevée (4 % titulaires du brevet de l’enseignement primaire supérieur, 1 % bacheliers).

L’importance accordée à l’entourage familial et professionnel, à la vie sociale et économique locale est surtout au cœur des trois derniers chapitres. Le chapitre 5 est consacré au « soutien de l’arrière » pendant la guerre. S. Chatillon y revient sur les réactions mitigées exprimées à la mobilisation, sur « la stupeur » (journal de l’instituteur retraité Jean Pollier, cité p. 181) suscitée par l’annonce des premières morts, puis sur la réorganisation du quotidien, l’installation dans la guerre et ses rebonds, les difficultés matérielles et les conflits qui parcourent la population, les actions de celle-ci en faveur des soldats (emprunts nationaux, œuvres). Les deux derniers chapitres portent sur le dernier pan du triptyque étudié par l’auteur : la « réinsertion sociale » des anciens combattants. Une fois les premières célébrations passées, les anciens soldats doivent retrouver le foyer, mais aussi les champs, l’atelier ou le bureau. L’étude statistique permet de mettre en avant les profonds changements causés par la guerre, par exemple sur l’activité professionnelle : « 28 % des démobilisés changent de milieu social entre 1919 et 1940 ». Notamment, le nombre de travailleurs agricoles chute à 43 %, à la faveur surtout des « activités artisanales et industrielles modernes » (p. 231). L’auteur insiste sur les spécificités locales des modes de travail qui peuvent compliquer notamment l’emploi des mutilés. Comme ailleurs en France, les anciens combattants haut-savoyards cherchent à défendre leurs intérêts en rejoignant massivement des associations qui leur sont dédiées : ils seraient 18 000 (en comptant 9 à 13 % de membres de l’entourage) vers 1930 (p. 250). Ces associations imprègnent profondément la vie locale : prix, aides, organisation de cérémonies, sociabilité. Si la mort de masse marque durablement le quotidien de l’espace local avec l’érection des monuments aux morts, le deuil de masse qui en découle n’est lui que rarement représenté sur ces monuments, mais plutôt sur les listes de noms des soldats tombés au front.

Ce qui fait la richesse de l’ouvrage, son caractère fouillé et précis, est également ce qui en fait, dans une certaine mesure, sa faiblesse : la problématisation est sacrifiée à la faveur de la monographie détaillée. Pourquoi la Haute-Savoie ? Cette question, qui peut sembler triviale, n’est en réalité jamais abordée par S. Chatillon. Si les ambitions de l’auteur de traiter une période longue en articulant sources quantitatives et qualitatives impliquaient presque nécessairement une focale sur un territoire restreint, le choix de ce territoire n’est pas explicité. Les caractéristiques de la Haute-Savoie décrites au début du chapitre 1, puis au long de l’ouvrage, notamment son rattachement définitif tardif à la France (1860), sa situation géographique spécifique (zone montagneuse rurale et agricole à la frontière franco-italo-suisse), son républicanisme cohabitant avec sa forte tradition catholique, auraient pu être reprises en arguments justifiant non seulement le caractère monographique du livre mais aussi le choix de la Haute-Savoie comme territoire périphérique. Ce manque de problématisation se retrouve plus largement dans l’ouvrage. Lorsque S. Chatillon parle de l’expérience des conscrits à la caserne ou des soldats au front, il se contente de retracer cette expérience, mais ne l’articule pas à une question plus vaste, comme la construction de l’identité masculine (O. Roynette), les relations d’autorité (E. Saint-Fuscien) ou de classe (N. Mariot).

Deux critiques plus marginales peuvent être formulées. Premièrement, l’auteur ne distingue pas toujours clairement les différents types de témoignage qu’il utilise (lettres écrites au jour le jour, carnets éventuellement retravaillés avant publication, mémoires rédigées a posteriori). Deuxièmement, quelques points contradictoires apparaissent. L’auteur considère que les Haut-Savoyards ont largement accepté la militarisation (chap. 1). Toutefois, il indique aussi que l’insoumission, si elle est restée un phénomène « très marginal », est en Haute-Savoie légèrement supérieure à la moyenne nationale : 2 % contre 1,5 % (p. 68). De même, le délit de désertion durant la guerre y est de 2 % contre 0,5 % nationalement (p. 124). L’auteur explique ce dernier chiffre par la facilité de se réfugier en Suisse, mais ne le met pas en perspective avec ce qu’il écrit ailleurs.

Cet ouvrage de qualité s’adresse donc prioritairement à celles et ceux qui s’intéressent à la conscription au tournant du XXe siècle, aux soldats et vétérans de 1914-1918 et aux « sorties de guerre ». Ses résultats sur la Haute-Savoie pourront être comparés à ceux d’autres études locales. L’ambition monographique est pleinement réussie, mais une question de recherche qui structurerait l’ouvrage aurait pu enrichir la réflexion de l’auteur sur la place des Haut-Savoyards dans la société nationale.

Antonin Dubois


  1. M. Marly, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 ; J. Halais, Des Normands sous l’uniforme, 1889-1919. De la caserne à la Grande Guerre, Bayeux, OREP Éditions, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.