Alecia Swasy, How Journalists Use Twitter: The Changing Landscape of U.S. Newsrooms.

Londres, Lexington Books, 2016, 110 p.

Plateforme de réseau social destinée au « microblogage », Twitter a été créé en 2006, initialement pour permettre de partager des informations en temps réel avec quelques amis. De ces modestes origines sociales, la plateforme a rapidement évolué pour devenir, au bout de quelques années seulement, un outil indispensable à de nombreuses professions. L’étude d’Alecia Swasy est un compte rendu limpide du processus par lequel Twitter a fini par faire partie intégrante de la presse écrite.

L’auteure a interviewé cinquante journalistes issus de quatre journaux de métropoles états-uniennes – l’Atlanta Journal Constitution, le Dallas Morning News, le Denver Post et le Tampa Bay Times – à propos de la façon dont ils ont intégré Twitter dans leur pratique journalistique. Le livre a beaucoup à dire sur les raisons pour lesquelles les journalistes ont adopté Twitter, les usages parfois surprenants qu’ils en font, son impact sur leur relation avec leurs lecteurs, la façon dont il modifie la structure organisationnelle de la salle de rédaction et celle dont il élargit les traditionnels beats, ces sujets spécifiques, comme le crime ou le sport, dans lesquels un journaliste est susceptible de se spécialiser. Au passage, nous avons droit à un historique succinct et charmant de quatre journaux de taille moyenne, réputés pour le sérieux de leur journalisme d’investigation.

Les entretiens sont habilement tissés dans un cadre analytique en quatre parties qui s’appuie, pour analyser l’institutionnalisation de Twitter dans les journaux américains, sur les théories de la diffusion de l’innovation et de la constitution des frontières entre mondes sociaux (boundary theory), ainsi que sur les concepts apparentés de capital social et de mise à l’agenda (agenda setting). En étudiant des journaux de taille relativement modeste, Swasy est en mesure de montrer à quel point ce processus d’intégration est varié et inégal. Les plus grands journaux disposent de ressources et de personnel suffisants pour consacrer un service entier aux réseaux sociaux, tandis que les journaux étudiés ici ont adopté Twitter à travers une combinaison souvent désordonnée de quotas imposés, d’influence entre pairs et de pression exercée par la contraction des cycles d’actualités due à la nature d’un Internet fonctionnant vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept.

Au départ, presque aucun des journalistes interviewés n’avait une opinion positive de Twitter. Dans l’esprit de beaucoup, la rédaction de tweets, comme du reste toute activité sur les réseaux sociaux, représentait quelque chose qui allait encore leur prendre du temps sur le travail journalistique à proprement parler, sur l’écriture par exemple. Mais ces attitudes négatives changèrent assez rapidement, une fois que les journalistes eurent pris conscience de l’utilité de Twitter, outil plutôt que moyen de détourner son attention de récits journalistiques plus substantiels. L’influence des collègues aura été le facteur le plus important pour inciter les reporters « têtus et grincheux » à commencer à « essayer Twitter ». Le fait que la seule critique substantielle de Twitter à apparaître dans le livre provienne de sources qui souhaitent rester anonymes suggère que l’auteure sous-estime peut-être la force de la subtile coercition institutionnelle et sociale qui a accompagné la montée en puissance de ce réseau social.

D’après le récit de Swasy, une fois Twitter entré dans les mœurs, les journalistes ont réalisé qu’il s’agissait d’un outil efficace pour des reportages en temps réel dans des zones éloignées. Il a élargi leur périmètre géographique, il les a aidés à localiser des sources et à trouver de nouveaux sujets, et il leur a permis de continuer à couvrir l’actualité après la mise sous presse du journal. Swasy désigne le soulèvement de 2009 en Iran – au cours duquel Twitter a comblé d’énormes lacunes dans l’information créées par la restriction des canaux de communication traditionnels – comme le moment où Twitter a cessé, dans l’imaginaire journalistique, d’être futile pour devenir nécessaire.

Pour les journalistes, Twitter s’est également révélé un moyen efficace d’améliorer leur capital social et leur prestige professionnel. Les journalistes interviewés citent à plusieurs reprises le rôle de Twitter dans le renforcement de leurs liens avec la communauté en leur permettant de communiquer de façon informelle avec un plus grand nombre de personnes. Ce en quoi cette communauté consiste n’est malheureusement pas examiné. De même, le fait qu’une diffusion plus fréquente d’éléments d’information concernant des événements locaux entraîne la création de « liens » avec ladite communauté est considéré comme allant de soi. Comme moyen d’avancement professionnel, Twitter facilite un processus d’autopromotion et de gestion de son « image de marque » personnelle, que bon nombre des personnes interviewées ont jugé bénéfique pour leur carrière. Le journalisme, même dans des organes de presse importants et relativement stables comme le Dallas Morning News, est le lieu d’une précarité croissante. Les journaux font l’objet de rachats et de réductions d’effectifs et, dans ce contexte, le fil Twitter d’un journaliste fournit à ce dernier une identité professionnelle stable alors même qu’il passe d’un journal à l’autre.

Les défauts du livre sont ceux plus généraux des études en communication. Le récit est saturé des tics de langage habituels à la théorie des communications et à l’enthousiasme technologique. Twitter est une plateforme qui permet « un nouveau type de sphère publique où chacun peut échanger des idées, un élément clé de la démocratie ». L’utilisation des réseaux sociaux peut « accroître l’engagement des utilisateurs de cinquante pour cent », mais la définition d’un tel « engagement » n’est en rien examinée. Selon une source, Twitter « améliore la camaraderie entre les jeunes et les moins jeunes ». Cette platitude d’un sentiment d’unité se répète tout au long du texte de différentes manières, avec des affirmations qui veulent par exemple que « les technologies conçues pour le consommateur […] érodent les frontières entre le communicateur et le récepteur » (p. 54). Et bien sûr, le pouvoir est redistribué, car « toute personne disposant d’une connexion internet peut devenir éditeur » (p. 55). Quant à la révolution verte iranienne considérée comme le moment où les réseaux sociaux ont pour ainsi dire « fait leurs preuves », c’est elle-même un mythe rebattu. Qu’est-ce au juste qu’une frontière et que signifie l’« éroder » ? Que nous apprend vraiment l’utilisation de Twitter sur la création de mouvements sociaux ? Voilà le genre de questions que les théoriciens de la communication devraient plutôt poser.

Malgré ces angles morts permanents, l’approche ethnographique de Swasy présente de nombreux avantages. Nous apprenons beaucoup sur la façon dont les journalistes travaillent avec les réseaux sociaux. L’anxiété des journalistes au sujet de leur carrière – de plus en plus précaire – est palpable et se traduit par une véritable obsession de l’image de marque personnelle et de l’accumulation de capital social par le biais d’une autopromotion en ligne. Loin de toute critique, le branding personnel est présenté comme un des avantages de l’utilisation des réseaux sociaux, et non comme un symptôme de la précarité économique. Or à bien des égards, les vertus des médias sociaux pourraient tout aussi bien être regardées comme des solutions technologiques à des problèmes structurels, tels que la réduction des budgets et la baisse des effectifs.

De même, son utilisation de la notion de boundary, appliquée à la frontière entre travail et vie privée, livre quelques idées intéressantes sur le sujet. Les non-professionnels, par exemple, semblent, quoique anonymes, avoir un rôle plus important dans la production de l’information. Durant le déroulement de catastrophes, Twitter a ainsi fonctionné comme un outil important pour la récupération d’informations concernant les foules. Un journaliste se souvient que lorsqu’une série de tornades a frappé le Texas, « personne ne savait rien. On n’avait pas de journalistes sur place ». En se tournant vers Twitter, il a pu recueillir une masse critique d’informations qui lui a permis, en étant sûr de ce qu’il avançait, de rendre compte d’une situation dont il n’aurait eu sans cela connaissance que plusieurs heures plus tard.

Twitter fait désormais partie intégrante du paysage médiatique. Alors que les commentateurs de la « politique populaire » (popular politics) auraient tendance à le considérer comme une force polarisante du débat public, Swasy nous montre comment il travaille en coulisses à un enrichissement de la pratique journalistique et à un changement structurel de salles de rédaction rendues rigides par les hiérarchies et les divisions traditionnelles. Dans l’ensemble, le livre se distingue en étudiant davantage le rôle de Twitter dans la production de l’information que son rôle dans la consommation de l’information et il nous livre de cette plateforme omniprésente une image beaucoup plus nuancée que ce que l’on voit habituellement.

R.H. Lossin (traduction de l’anglais par Loïc Windels)


Benjamin Guichard

Directeur scientifique de la BULAC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search