Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel.

Paris, Éditions de l’EHESS, « Cas de figure », 2019, 216 p. Préface de Patrick Fridenson.

Dans le prolongement d’une réflexion marquée par deux ouvrages déjà bien connus des praticiens de l’histoire orale1, Florence Descamps livre ici un remarquable travail de synthèse2. Alliant retour historiographique, état des lieux et perspectives fondées sur un renouvellement des rapports entre sources orales et archives orales, elle revisite la trilogie histoire, mémoire et patrimoine.

Elle offre d’abord un regard historiographique sur plus de quarante ans d’histoire orale (chap. 1). Ainsi, pour des praticiens néophytes s’engageant dans une recherche fondée sur des sources orales, elle retrace l’acclimatation de l’histoire orale en France. Elle revient sur les raisons de la disqualification du témoignage par les tenants de l’école méthodique du XIXe siècle, et les occasions manquées de l’entre-deux-guerres, malgré la réflexion engagée par Marc Bloch sur l’apport des témoignages. Elle met l’accent sur les premières percées de l’histoire orale à la fin des années 1960 et au début des années 1970, en soulignant le contexte porteur marqué par les premières enquêtes pluridisciplinaires privilégiant la méthode des histoires de vies de Daniel Bertaux (inspiré par l’École de Chicago), l’épanouissement de récits de vie et l’effervescence intellectuelle de la Nouvelle histoire qui, en 1978, inclut la notion de « mémoire collective » en tant qu’objet d’histoire. À la suite de cette exploration, elle identifie des pôles de production : la Deuxième Guerre mondiale, résistance et déportation à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) ; l’histoire sociale « d’en bas » ; langues régionales, ethno-textes et littérature orale ; histoire de la mémoire ; histoire politique et institutionnelle (depuis le régime de Vichy) dans le cadre d’une histoire orale « d’en haut ». Elle montre également que l’histoire orale française est insérée dans l’histoire orale internationale. À l’instar des pays européens, comme la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Allemagne, domine une histoire orale militante, dont les matériaux ne sont pas archivés. Là, l’auteure clôt la première phase d’histoire orale – la « fondation » entre 1973 et 1983 – qu’elle complète dans une périodisation finale (p. 123-124) – par deux phases : un « double mouvement de légitimation épistémologique et d’accumulation documentaire » entre 1984 et 2006 ; le temps de l’exploitation des sources orales et « l’évaluation de leurs capacités cognitives » à partir du milieu des années 2000.

Dans un deuxième temps, l’auteure cherche à montrer les effets féconds de « l’invention des archives orales » sur l’histoire orale. D’une part, elle retrace le processus de constitution d’archives orales en insistant sur le rôle de Dominique Schnapper (sociologue formée aux questions épistémologiques et philosophiques de l’histoire), qui en 1975 crée un comité d’histoire de la sécurité sociale, chargé de construire les archives orales de cet organisme. Cette expérience est en effet décisive : elle produit des principes méthodologiques pour la constitution des corpus oraux ; elle attire l’attention sur le statut juridique et documentaire des entretiens réalisés par les chercheurs ; elle provoque « l’acclimatation » du témoignage oral dans le monde professionnel archivistique et documentaire et l’adoption du concept d’archives orales par des organisations publiques ou privées qui s’inscrivent dans le tournant patrimonial des années 1980. Florence Descamps met alors l’accent sur le changement d’échelle impulsé par des démarches collectives, la création de collections de témoignages non plus destinées à un chercheur mais à la collectivité et, enfin, la prise de conscience d’une nécessaire réflexion sur les droits d’auteurs et réalisateurs, la conservation, les règles de qualité des enregistrements et la reproduction des documents sonores.

D’autre part, Florence Descamps veut démontrer la fertilité des apports du domaine archivistique et patrimonial dans la poursuite d’une réflexion méthodologique et épistémologique de l’histoire orale. Elle introduit alors le lecteur dans le domaine réflexif de la patrimonialisation.

Tout en cherchant à périodiser et identifier le double mouvement d’archivisation et de patrimonialisation, elle énonce un panel de facteurs explicatifs, tels que la force des interactions historiques et médiatico-politiques, notamment à travers la mémoire des traumatismes du XXsiècle. Ainsi, elle met en relief une forme de concomitance entre la recherche scientifique et les politiques publiques de mémoire « partagées entre l’État, les institutions patrimoniales, les collectivités locales et les associations ».

En outre, prenant appui sur les réflexions de l’historien d’art viennois Aloïs Riegl, elle questionne la dimension « monumentaire » de l’archive orale, ce qui la conduit à une réflexion sur l’attribution de sa « valeur ». Pour expliquer ce processus, elle recourt à des facteurs endogènes, tels que la commémoration, la forte demande sociale et le renouveau d’intérêt pour l’oralité et/ou pour la parole enregistrée et sa dimension sensible. Elle mentionne également des facteurs exogènes incitatifs, tels que les progrès technologiques qui ont permis la résurgence de corpus numérisés, autrement dit, « reproduits, segmentés et documentés », « proposés à la consultation », « paginés et chapitrés comme des livres », « combinés avec du texte et de l’image dans des documents multimédias » (p. 95-96). Enfin, tout en soulignant l’irruption de l’archiviste oral et des premiers enseignements sur l’ingénierie des archives orales (de 1990 à 2006), l’auteure dessine le paysage institutionnel et associatif des archives sonores dans lequel émergent la BnF, les grands conservatoires régionaux ainsi que la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme qui, spécialiste de l’activité d’archivage et de valorisation, contribue à « patrimonialiser une mémoire orale régionale » (p. 103). Elle met l’accent sur les associations qui ouvrent les premières plateformes de collections sonores mêlant le chant, la parole, le texte, plus rarement le film, la photographie et le document d’archive, sans oublier en 2008 l’ouverture du « portail du patrimoine oral rassemblant des archives ethno-musicologiques et orales » (p. 98). Dans ce processus de patrimonialisation, elle met en relief l’émergence concomitante de plusieurs données : l’élaboration juridique des archives3 ; la parution du guide du patrimoine sonore et audiovisuel français dirigé par Agnès Callu et Hervé Lemoine ; la proclamation en 2003 de la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel immatériel, confirmant la légitimation et la promotion des corpus de témoignages oraux (p. 108). Enfin, elle s’interroge sur le sens de la création d’archives orales et sur les caractéristiques du « patrimoine mémoriel ». Selon l’auteure, ce dernier est à la fois présent sur le territoire, mais encore mal inventorié ; il est fragile de par son immatérialité ; il est singulier car il repose sur la voix et le son, et surtout il résulte du choix des producteurs « de fabriquer des traces dotées d’une valeur conservatrice symbolique et culturelle », « dignes d’être patrimonialisées et transmises aux générations futures » (p. 120). Autrement dit, les témoignages sont « des monuments voulus » à valeur commémorative et à valeur historique (p. 121).

Mais surtout, l’examen des modalités d’application du concept de patrimoine immatériel au domaine des archives orales lui permet de poursuivre un effort réflexif et méthodologique sur l’histoire orale. Consciente de la particularité des sources orales – fabriquées dans un dialogue et à un moment donné – Florence Descamps propose un texte programmatique fondé sur un ensemble de pistes de réflexion : la prise en compte de la question juridique pendant tout le processus de production ; la question éthique qui porte sur le choix des interviewés, des méthodes de questionnement, des citations et de la restitution des résultats ; la diversité des méthodes de l’entretien, et l’approfondissement de l’analyse des entretiens filmés grâce aux apports méthodologiques et réflexifs du cinéma ethnographique et de l’anthropologie visuelle (choix des dispositifs filmiques, de l’analyse et de l’interprétation des images). Elle appelle aussi au développement de la « productologie » des corpus oraux et des enquêtes orales, autrement dit à une analyse des processus de construction. Elle apporte une précieuse grille d’analyse des témoignages oraux fondée sur cinq grands référentiels – réaliste, narratif, documentaire, acoustique et visuel, et mémoriel (p. 144 à 148), supposant un travail collectif et pluridisciplinaire. Plus précisément, pour le référentiel mémoriel, elle propose deux axes de recherche porteurs : d’une part, l’étude des mécanismes de la construction d’une mémoire collective à travers la « mise en série des témoignages oraux qui se sont accumulés depuis les années 1970 » ; d’autre part, un travail sur le concept de « régime de mémorialité » fondé sur une grille d’analyse visant à appréhender à la fois sa structuration et sa composition (p. 153-154).

Émaillé de nombreux outils d’analyse, le livre se clôt sur un guide méthodologique de vingt-cinq pages, intitulé « L’ingénierie des archives orales », utile à tout praticien d’histoire orale pour baliser son enquête de terrain, de la conception du projet aux usages scientifiques et sociaux des témoignages oraux en passant par l’établissement du cahier des charges, la réalisation des entretiens et le traitement documentaire.

Cet ouvrage invite donc le lecteur à maintenir un questionnement sur les enjeux de l’histoire orale et à poursuivre une réflexion méthodologique et heuristique inscrite dans un contexte historiographique, médiatique et technologique en constant renouvellement. Il propose de nouveaux axes de réflexion tant dans le domaine juridique, éthique, épistémologique, documentaire, acoustique et mémoriel. Une nouvelle fois, Florence Descamps légitime et rend visible une histoire orale française, enrichie par les questionnements de l’archivisation et la patrimonialisation des témoignages oraux.

Nathalie Ponsard


  1. F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001 ; Id., Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 2006. []
  2. Ouvrage adapté du mémoire de synthèse présenté dans le cadre de l’HDR (EHESS, 2014). []
  3. V. Ginouvès et I. Gras, La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search