Sophie Richelle, Hospices. Une histoire sensible de la vieillesse, Bruxelles, 1830-1914.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2019, 332 p.

Dans Hospices, le très beau livre tiré de sa thèse, Sophie Richelle entend mener à la fois une « micro-histoire » des expériences individuelles des vieillards combinée à une analyse des hospices bruxellois du XIXe siècle envisagés comme une communauté d’expérience(s) de la vieillesse. Cet angle s’inscrit dans la dynamique des nouvelles approches de la vieillesse1 et d’une vision non misérabiliste de l’institution, illustrée par le récent ouvrage de Mathilde Rossigneux-Méheust2. Dans ses deux premiers chapitres (« Esquisses » et « Personnages »), Sophie Richelle étudie l’hospice comme un espace social d’interactions, s’attachant aux relations interpersonnelles, entre les acteurs principaux – les vieillards eux-mêmes – mais aussi avec le personnel encadrant et les familles ; les liens que ces dernières entretiennent avec leurs proches âgés placés en institution restant très forts tout au long de la période. L’autrice tente aussi de spécifier chacun de ces hospices à partir des portraits de quelques pensionnaires dont on suit les parcours de vie. Si la démarche, inspirée de celle d’Isabelle von Bueltzingsloewen dans L’hécatombe des fous ((I. von Bueltzingsloewen, L’hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, Paris, Aubier, 2007.)), montre parfois ses limites pour une montée en généralité, elle n’en demeure pas moins tout à fait intéressante pour caractériser ces établissements à partir de quelques cas singuliers.

L’apport du livre tient surtout aux deux chapitres suivants, « Matérialité » et « Sensations ». C’est d’abord la façon dont les hospices s’inscrivent dans l’espace urbain que nous décrit l’historienne, puisqu’une des spécificités des établissements bruxellois est leur localisation au cœur de la ville. Cette situation au milieu du tissu urbain facilite les rencontres des pensionnaires avec la société qui les entoure, les sorties régulières ou exceptionnelles et les promenades le long des boulevards au cours de la journée. Se déploient ensuite des analyses stimulantes sur les expériences matérielles, les objets, ainsi que les espaces, à la fois producteurs de relations sociales et d’expériences qui les traversent. Dans la lignée de son directeur de thèse, Benoît Majerus, qui a montré tout l’intérêt d’étudier la vie sociale des objets de la psychiatrie3, Sophie Richelle s’intéresse aux matériels de l’hospice et aux objets personnels de leurs habitants ; elle développe une lecture très pertinente et originale sur la façon de s’approprier les biens et les choses pour construire le sentiment du « chez soi » dans des établissements pas si impersonnels que l’on pourrait l’imaginer – sans masquer des vécus contrastés selon les positions sociales et de fortune des personnes âgées (p. 220). Ce goût pour les expériences matérielles et l’étude des matérialités est même affirmé dès les premières pages du livre : « faire une histoire-céramique », telle est la métaphore employée par l’autrice pour qualifier l’œuvre historienne. Il s’agit d’une histoire à raconter « qui s’apparente à la terre du céramiste » pour « pétrir, façonner, assembler les éléments » (p. 21). Marquée par les travaux d’Hervé Mazurel4, l’autrice défend également la pertinence d’une histoire du sensible et des sensibilités pour étudier son objet. Elle s’attache à reconstituer par exemple les sensations de l’odorat dans des hospices où les dortoirs servent aussi de réfectoires et se mêlent à la fois les odeurs du sommeil, de la toilette, de la nourriture, des déjections – tout cela recouvert des effluves persistants du café et de la cigarette consommés en grande quantité par les pensionnaires. On découvre aussi le « goût » de l’hospice au prisme de ses menus peu variés, dominés par les patates et les choux, les bouillis et toutes les formes de nourriture faciles à manger. Le souci croissant d’hygiène au cours du XIXe siècle amène à lutter contre les odeurs pestilentielles mais aussi contre le bruit afin de favoriser le calme et le repos des vieillards ; ce qui implique d’isoler ceux qui puent du fait de leur maladie et/ou de leur incontinence, de mettre aussi à l’écart ceux qui gémissent en raison de leur démence sénile. Habiter l’hospice, c’est aussi en ressentir le temps qui s’écoule, un temps de plus en plus ordonné au cours du siècle, chaque tranche horaire ayant son occupation plus ou moins ordonnée que les pensionnaires tentent de négocier. Sophie Richelle rappelle ainsi que l’hospice – malgré ses attraits – reste un monde de contraintes, où les vieillards sont soumis à sa discipline et ses micropénalités et où les relations sont asymétriques : cela implique par exemple le droit à certains de regarder (pour contrôler, surveiller, sanctionner) et à d’autres – les pensionnaires – l’obligation de se laisser voir ; ces derniers doivent aussi accepter de force certaines pratiques à la violence symbolique, comme le toucher clinique du médecin qui sert davantage à l’enseignement des étudiants qu’au soulagement immédiat du pensionnaire. Ces analyses de ces diverses expériences de la vieillesse institutionnalisée contribuent à une vision renouvelée et nuancée de l’hospice, dans un style clair et à la lecture très agréable. On pourra simplement regretter que ces entrées exclusivement thématiques tendent à écraser quelque peu la chronologie. On aurait également apprécié que l’historienne croise davantage les questions de genre et de classe sociale afin d’évaluer les expériences contrastées des hommes et des femmes au sein de ces établissements. Néanmoins ces petites remarques ne nuisent en rien à la très belle qualité de l’ouvrage.

Christophe Capuano


  1. M. Rossigneux-Méheust et C. Capuano (dir.), « Expériences de la vieillesse », Genèses, 2017, n° 106. []
  2. M. Rossigneux-Méheust, Vies d’hospices. Vieillir et mourir en institution au XIXe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018. []
  3. B. Majerus, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, 2011, n° 82, p. 95-119. []
  4. H. Mazurel, « Histoire des sensibilités », in C. Delacroix et al. (dir.), Historiographies. 1 : Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search