Vincent Milliot (dir.), Emmanuel Blanchard, Vincent Denis et Arnaud-Dominique Houte, Histoire des polices en France. Des guerres de Religion à nos jours.

Paris, Belin, « Références », 2020, 680 p.

C’est peu dire que, ces derniers temps, la police a été plus que jamais sous les feux de l’actualité – et des critiques. De façon plus neuve, le besoin d’une mise en perspective historique s’est fait sentir au cœur de la crise des gilets jaunes pour comprendre comment on en était arrivé ou revenu là, à ce point d’antagonisme frontal entre forces de l’ordre et manifestants. L’historicité de la doctrine d’emploi dans la gestion des foules contestataires a ainsi fait une entrée remarquée dans l’analyse médiatique, sociologique et politique, sans pouvoir s’imposer durablement tant le champ sensible des « violences policières » est propice aux réactions épidermiques ou aux généralisations systémiques. L’histoire historienne des polices qu’offre cette riche synthèse, et même luxueuse – avec son iconographie tout autant pédagogique qu’esthétique –, donne non seulement les moyens d’appréhender les configurations résultant de la pression sociale, des injonctions politiques, de la composition des personnels, des savoirs professionnels ou des seuils de tolérance, qui font et défont les modes d’encadrement et d’affrontement, mais aussi d’agencer les autres facettes des polices. En cela, l’ouvrage, si sensible aux sollicitations pressantes du présent, et soucieux d’y répondre au rythme lent d’histoires longues et superposées, réalise les ambitions de la collection « Références » qu’il inaugure (« offrir à chacun un regard neuf sur notre passé […] à partir des grandes interrogations et des sujets d’aujourd’hui »).

Ce livre rejoint d’ailleurs une autre actualité. Si les débats sur la LPPR ont mis en évidence le malaise face au management de la recherche, la police fournit en contrepoint l’exemple d’un chantier au long cours, qui a abouti à cette synthèse vivifiante, après s’être structuré dans le cadre universitaire de la transmission (notamment avec le séminaire de J.-N. Luc à Paris-Sorbonne, dès 1998), consolidé par le partenariat avec des institutions policières, nourri des contrats financés par l’ANR, internationalisé en connectant les réseaux. Voici donc une œuvre qui porte haut l’utilité sociale de l’histoire – et l’anaphore finale, « toute l’histoire de la police montre que… » (p. 639), assume cette position –, et redonne foi dans les vertus de l’accumulation des connaissances et du croisement des problématiques, justifiant l’entreprise après la précédente somme de J.-M. Berlière et R. Lévy, axée qu’elle était sur la période récente, malgré son titre1.

Le jeu d’échos avec les questions d’actualité ne se limite pas au volet des relations police-populations. On apprécie ainsi la remise en perspective du Code noir au sein des visées codificatrices à l’œuvre durant les années Colbert. Le livre fournit des réponses aux interrogations passées ou à venir. Inévitablement, on lit aujourd’hui avec une attention soutenue le passage consacré à la peste de Marseille en 1720 (p. 116-118), comme accélérateur des transformations policières. Le dialogue interpériodes n’a pas même besoin du questionnement présent pour se nouer : les développements sur la police économique sont, comme on pouvait s’y attendre, abondants pour l’Ancien Régime, mais ils résonnent aussi dans les années 1930 (p. 508). Des parcours de lecture s’ouvrent ainsi en parallèle au séquençage adopté (I. Les polices entre villes et État. Des guerres de Religion à la Révolution française ; II. Le temps des Révolutions ; III. Un siècle d’affirmation policière, 1830-1871 ; IV. Un « malaise des polices » ? Des années 1930 à nos jours) et font apparaître une succession de priorités, de réinventions, de ruptures, d’accélérations et parfois de régressions, tant en matière de techniques d’identification que de missions politiques ou de présence dans l’espace public. Pareil suivi concourt de la sorte au constat d’ensemble, celui de continuités qui ne se fondent cependant pas en un continuum : le récit convenu de l’avènement d’une police moderne, étatisée, centralisée, s’en trouve définitivement bousculé.

Par ailleurs, cette synthèse démontre, s’il le fallait encore, à quel point l’histoire policière, aussi précise et exigeante qu’elle puisse être dans son effort pour cerner le profil et l’outillage des personnels policiers, est soluble dans l’histoire générale. L’ouvrage ne s’en tient pas à des épisodes saisissants (telle la manifestation de policiers séditieux, le 13 mars 1958, dans la cour de l’Assemblée nationale, p. 471-473), il ne dévoile pas uniquement la face cachée des choses ou des grands événements (intrigues de haute ou de basse police, les insurrections de 1830 à 1871, Mai 68…). La police ne procure pas seulement les sources d’une histoire de la violence et des peurs, de l’histoire urbaine, de celles de l’État ou des marges. Son histoire est elle-même un raccourci des décalages, et plus rarement des convergences (ce fut peut-être le cas dans les années 1950), entre l’action de l’État et les attentes de la société. Ces distorsions peuvent être aussi un cristallisateur des tensions, voire une cause en soi, comme le révèle le cours (mais non pas l’origine) de la Révolution. La relecture de cette dernière ne manque pas de force et l’on y trouve une réévaluation de l’efficacité de La Fayette (p. 224), qui ne fera sans doute pas l’unanimité mais qui s’appuie sur une analyse serrée de la politisation de l’ordre public et des désordres qu’engendre la lutte pour le contrôle des gardes nationales.

On tient donc là une mine d’informations et d’interrogations, qui défie tout inventaire. Chacun des contributeurs, par-delà son champ d’ancrage (la police du Paris d’Ancien Régime pour V. Milliot, celle du Paris révolutionnaire et des mobilités pour V. Denis, le métier de gendarme et la défense de la propriété pour A. Houte, la police des étrangers pour E. Blanchard), a le souci de décrire et d’historiciser les pratiques de terrain, véritable tour de force dans le cadre contraint d’une synthèse. Pour saisir le travail de médiation et l’art du compromis dont font preuve ou non les policiers, les auteurs s’autorisent à détailler des exemples pour donner l’intelligence des situations évoquées. Les chapeaux introductifs narrativisés font pénétrer au cœur d’enjeux imbriqués et font prendre l’air du temps, concourant à la valeur exemplaire de la démonstration, sauf exception (cela reste une gageure que de vouloir rendre intelligible, en quelques lignes, l’imbroglio qui entoure la mort de Philippon, à Saint-Galmier, en 1796, p. 255-256). Le titre s’éclaire : connaître la police nécessite de faire l’histoire des polices, moins sur le mode du passage en revue additionnel de toutes ses composantes que d’une approche transinstitutionnelle, qui implique de situer chacune pour mieux apprécier les complémentarités, les concurrences à l’œuvre et, mieux encore, les rythmes convergents ou décalés dans l’adoption d’équipements ou de priorités, qui particularisent ou lissent au contraire les « styles » de police, comme le tropisme militaire.

Faut-il s’étonner en outre que cette histoire des polices en France soit quelque peu transnationalisée ? Héritiers et acteurs de l’historiographie des quinze dernières années, les quatre coauteurs sont attentifs aux circulations des hommes et des savoirs, par-delà les villes, les frontières et les mers, sans céder à l’ancienne fascination pour les « modèles », parisien ou gendarmique, tant ils sont avertis des faux-semblants de leur réception. La dimension coloniale est sans doute la caractéristique générationnelle la plus saillante de cette synthèse qui n’oublie donc pas que le fait impérial ne vaut pas seulement pour l’outre-mer, et à ce titre les polices d’empire constituent un laboratoire où se rencontrent l’ancien et le nouveau, mais informe aussi le rapport à l’autre en métropole, saisi au niveau de la police des Noirs (Déclaration royale du 9 août 1777), puis plus largement des colonisés et des Algériens en particulier. On y trouvera donc autant de jalons et de déterminants pour tisser la généalogie impériale du racisme dans la police (p. 616) que d’éléments pour s’en distancier, et l’on saura gré à E. Blanchard, en charge de la dernière séquence, de ne pas esquiver la question tout en l’abordant en historien, bien conscient du reste qu’un historien est autant si ce n’est plus faillible qu’un autre lorsqu’il est appelé à faire des incursions dans le temps présent (p. 601).

Puisque l’ouvrage est promis à devenir une référence, on aurait souhaité davantage d’outils d’infographie ; on apprécie, p. 94-95, le Schéma théorique de la police parisienne en 1789, mais, inversement, on déplore l’absence d’équivalent pour Vichy, surtout lorsqu’on se heurte en quelques paragraphes, p. 523-525, aux sigles GMR, CIE, SPAC, SPSS, SPQJ, SEC, CGQJ, RG, PJ… L’« Atelier » final déçoit plus encore dans la mesure où il se borne à quatre pistes transversales additives et assez redondantes (Croquis historiographique – Fiction populaire – Polices et colonies – Un métier d’hommes), sans attaquer de front les questions pratiques de méthode. Or, c’est en mobilisant des données dispersées (comme le rôle des papiers de police comme outils professionnels, p. 126-131, ou la lecture d’un PV de gendarmerie, p. 369), que ce livre aurait, en donnant par exemple les clefs d’entrée à la technicité de sources tels que les papiers d’identification, vulgarisé une lecture policière d’archives souvent utilisées sans connaître les codes de l’institution qui les ont produites, et ainsi formé la nouvelle génération de chercheurs qui aura à se réapproprier une histoire des polices, ici bâtie sur les acquis et les questionnements des vingt dernières années.

Aurélien Lignereux


  1. Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search