Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière.

Paris, Raisons d’agir, « Cours et travaux », 2019, 560 p.

L’ouvrage, présenté par Paul Pasquali et postfacé par Stéphane Beaud, avec lequel Michel Pialoux a coécrit ses ouvrages les plus connus, réunit des textes de l’auteur, certains qui furent négligés ou méconnus, d’autres restés inédits, d’autres devenus des classiques. Il entend restituer la cohérence du parcours et de l’œuvre du sociologue sur trois décennies, donnant à voir une posture d’enquête singulière. Son travail de recherche fut consacré aux « métamorphoses de la condition ouvrière » (Paul Pasquali, p. 9), à travers le prisme initial de l’habitat précaire, du travail intérimaire, des transformations du « sous-prolétariat » dans la banlieue parisienne, puis à travers celui des ouvriers de Peugeot-Sochaux, à partir de 1983.

Les premiers articles portent essentiellement sur les politiques du logement destiné aux fractions les plus dominées de la classe ouvrière. Michel Pialoux emploie fréquemment à leur propos la notion de « sous-prolétariat », qui mériterait d’ailleurs d’être définie, discutée et contextualisée plus explicitement dans les présentations des articles. Elle ne désigne pas un groupe social homogène, mais, de manière générale, contribue à mettre au jour « des processus de paupérisation, de stigmatisation et de déracinement qui concernent ou menacent certaines fractions des classes populaires » (p. 18) dont les membres partagent dès lors « un avenir objectif et des modes d’existence qui contribuent à les situer au plus bas dans la hiérarchie sociale » (p. 25).

Le sociologue définit trois dimensions structurantes de ce qui constitue le système de l’habitat urbain et de ses différenciations, « les contraintes objectives » qui définissent à un moment donné le champ des possibles (la contrainte majeure étant la « solvabilité »), le « fonctionnement concret des diverses instances d’attribution des logements sociaux », et « les effets, directs ou indirects, immédiats ou lointains, de ce fonctionnement sur les modes d’existence des différentes catégories d’habitants » (p. 38), en ajoutant que pèsent à la fois « les estimations subjectives que font les intéressés de leurs possibilités, et les anticipations de leur avenir que d’autres font à leur sujet » (p. 39).

Michel Pialoux définit son approche comme relevant de la « sociologie relationnelle ». Refusant de réifier les groupes sociaux qu’il étudie comme s’ils pouvaient être circonscrits, il tente d’établir « une définition relationnelle des groupes en présence ». Celle-ci, appliquée au sous-prolétariat, implique « que l’on s’intéresse autant à ceux qui “tiennent” qu’à ceux qui “tombent”, à ceux qui parviennent à résister à la menace de chute perpétuellement suspendue au-dessus d’eux, qu’à ceux qui s’engagent dans l’engrenage de la paupérisation économique et/ou de la déchéance sociale » (p. 132).

Se tenant à distance d’un marxisme simpliste qui s’en tiendrait à l’analyse des rapports de production sur les lieux de travail, Michel Pialoux s’emploie également à critiquer les conceptions d’un Foucault ou d’un Deleuze, qui nourrissent alors les discours d’intellectuels réputés radicaux. Ceux-ci tendent selon lui à la fois à exalter la spontanéité des groupes les plus stigmatisés, coupés, dans leur esprit, du reste de la classe ouvrière, et à exagérer leur enfermement et le pouvoir que les institutions exercent sur eux, masquant les marges de manœuvre dont disposent les dominés. Il démontre notamment, s’agissant du logement, à quel point il est illusoire de penser le système institutionnel comme unifié, autonome et manipulant les agents sociaux (voir au chapitre 5 la critique acérée de La police des familles, de Jacques Donzelot, à propos du travail social), et de présupposer « la cohérence des mesures juridico-administratives » mises en place (p. 108), en méconnaissant la complexité des déterminants économiques, sociaux et politiques, la production de divisions au sein des classes dominées mais aussi de tensions au sein des classes dominantes.

Par le prisme de « l’habitat-dépotoir », le sociologue contribue également dans les chapitres 3 et 4 (ce dernier étant consacré à une enquête sur l’association ATD Quart Monde) à éclairer la genèse de la catégorie des « exclus » ou « inadaptés », produite par un discours « dissociant les “problèmes sociaux” des antagonismes de classe » (p. 147), occultant les mécanismes économiques à l’œuvre dans la formation des classes ou fractions de classes, occultant du même coup que la médicalisation des problèmes sociaux prolonge la domination de classe.

Michel Pialoux prend soin d’articuler la précarité du logement avec celle de l’emploi, notamment dans son article bien connu sur le travail intérimaire (ici au chapitre 6), et analyse les déterminants sociaux « de la marginalisation d’une jeunesse populaire vouée à faire l’expérience de la surexploitation économique, de la relégation scolaire, de la ségrégation spatiale et de la dépossession culturelle » (p. 201). Il met en lumière la succession d’échecs que constituent les parcours des jeunes enquêtés et leur incapacité à se projeter dans l’avenir. Il analyse la progression du travail intérimaire, démontrant comment des jeunes non qualifiés qui sortent à 16 ans du système scolaire ne trouvent d’abord par leur place sur un marché du travail. Le développement du travail intérimaire, en lien avec les profondes mutations du système scolaire et des attentes des classes populaires à son égard, permet cependant, à partir du milieu des années 1960, « de faire apparaître comme qualités positives des traits de comportement qui auraient été qualifiés, quelques années plus tôt ou dans un autre cadre d’emploi, de symptômes d’inadaptation sociale et professionnelle » (p. 232), contribuant à former « une idéologie du travail intérimaire » (p. 236).

La deuxième partie de l’ouvrage, à nos yeux la plus intéressante bien que la plus connue, est centrée sur des enquêtes menées en usine, notamment à Peugeot-Sochaux. Selon le sociologue lui-même, Sochaux a constitué le terrain qu’il cherchait depuis longtemps, et qui l’a conduit à travailler sur l’organisation du travail ou encore les hiérarchies et les rapports sociaux dans l’entreprise. Ces enquêtes sont avant tout orales et fondées sur des réflexions et pratiques qui nourrissent encore les historiens oraux. Sur le plan méthodologique, on note un nouveau parti pris, celui de l’approche biographique et ethnographique centrée sur un cas (Ahmed K. au chapitre 7, Christian Corouge au chapitre 10) et non plus un corpus de cas. Il ne s’agit en rien d’un ralliement à l’empirisme pur ou d’une fascination pour le « témoignage », encore moins d’un renoncement à l’analyse des processus généraux informant une sociologie de la domination. Michel Pialoux demeure attaché à un travail conceptuel, articule les approches, et plaide pour des enquêtes menées à des échelles réduites afin de mieux saisir ces processus dans le cadre d’une analyse relationnelle des groupes sociaux. Dans ces articles, le sociologue pose les jalons définissant sa méthode d’enquête, qualifiée par Olivier Schwartz d’ethnographie sociologique, fondée sur une immersion de longue durée dans le quotidien des enquêtés, une écoute « à la fois active et réflexive » (p. 357), une attention aux événements ou aux crises « qui sont comme autant de révélateurs du fonctionnement des groupes réels » (Stéphane Beaud, p. 536), une absence de dogmatisme dans la manière concrète de mener l’enquête sur le terrain, mais aussi le souci constant de restituer les conditions dans lesquelles l’entretien s’est déroulé, la relation enquêteur/enquêté et le processus de recueil des données. On retrouve chez Pialoux la part « d’empirisme irréductible » revendiquée par Olivier Schwartz1. Ainsi en va-t-il de l’attention portée aux glissements d’un thème à un autre pendant l’entretien : Pialoux enjoint les enquêteurs à prêter la plus grande attention aux associations d’idées, aux hésitations, aux vagues de souvenirs, pour restituer la spécificité de la personne sociale, elle-même pensée comme un « produit social » (p. 361).

Nous soulignerons pour finir l’utilité de lire ou de relire deux textes devenus des classiques, l’article consacré à l’alcool dans l’atelier (chapitre 11, 1992), ainsi que celui qui sonne comme un aboutissement des réflexions et des enquêtes du sociologue, « L’ouvrière et le chef d’équipe, ou comment parler du travail » (chapitre 12, 1995).

Le premier propose, rappelons-le, une étude des pratiques de sociabilité et de résistance mises en place pour atténuer les effets de la domination, par le prisme de la consommation d’alcool. Dans une analyse fine et construite sur la longue durée, il traite successivement de la place de l’alcool dans les interactions nouées dans les ateliers (l’alcool comme « provocation », comme « transgression » et affirmation d’un collectif), les transformations des modes de consommation d’alcool en lien avec l’usure au travail et les évolutions de l’organisation de l’entreprise, puis l’importance de l’alcool dans les prises de parole et les effets de désocialisation liés à l’arrêt de sa consommation. Au total, cette enquête conduit Michel Pialoux à constater et analyser la fragilisation d’une identité de classe en crise, et le vieillissement social, physique et psychologique du groupe des OS qu’il étudie, sous les coups de la réorganisation des ateliers, de la cassure des groupes de travail, de la disparition de « l’ordre symbolique ancien » (p. 408).

Le deuxième article, qui est aussi le dernier de l’ouvrage, analyse, dans le cadre d’une post-enquête de l’INSEE, la description de l’organisation du travail dans une usine de construction automobile de deux points de vue différemment situés dans la hiérarchie de l’entreprise, par Josiane, ouvrière, et Étienne, son époux, chef d’équipe, interrogés ensemble et séparément. Leurs récits sont tour à tour contradictoires, complémentaires ou objets de conflits entre eux. C’est sans doute le texte qui démontre le mieux l’intérêt majeur de l’attention portée aux interactions, aux variations, au ton employé, aux gestes, et qui expose avec le plus de soin les conditions de l’enquête, la réflexivité de l’enquêteur et l’évolution de l’entretien. Parmi les points les plus intéressants figure l’analyse de la transformation de la position d’Étienne, assuré au début, lorsqu’il est seul maître de l’entretien, mais qui perd soudain les « conditions sociales qui faisaient sa force, lui donnaient du poids, de l’autorité » (p. 460), dès lors que sa femme conteste son récit pour imposer sa propre représentation de la vie en atelier, la sienne mais aussi celle de son mari (le stress, l’humiliation, l’absence de gratification), celle qu’il ne peut pas dire en raison de sa position dans la hiérarchie. De son côté, il révèle, par son silence ou son approbation silencieuse, la « vérité » du travail de sa femme (le poids croissant de la recherche de la productivité, la déstructuration des collectifs de travail, la déconsidération du travail manuel). Dans ce chassé-croisé émerge la souffrance sociale d’un monde ouvrier qui craint pour son avenir et celui de ses enfants.

On notera que Josiane est au final la seule figure féminine de l’ouvrage, dont il faut convenir que la dimension genrée est totalement absente, alors même que les femmes, pénétrant le monde des OS, en ont alimenté les fractions les plus dominées. Il est d’ailleurs étonnant que les introductions et commentaires ne tentent pas de mettre en lumière et éventuellement d’expliquer cet aspect pourtant flagrant qui révèle les représentations, les impensés et les évolutions qui travaillent le champ des sciences sociales.

Ingrid Hayes


  1. O. Schwartz, « Postface. L’empirisme irréductible », in N. Anderson, Le hobo, sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, 1993 [1923], p. 266-308. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search