Frédéric Viguier, La cause des pauvres en France.

Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2020, 362 p.

Ce livre, issu d’une thèse de sociologie soutenue en 2010 et qui avait remporté le prix d’histoire sociale Mattei Dogan, était attendu. Parti dans le sillage des travaux sur la condition déclinante des classes populaires en France depuis les années 1980, l’auteur a commencé par dépouiller les débats préparatoires à quatre grandes lois d’aide sociale des années 1988-19991. Il a vite constaté le rôle nodal de deux organisations, ATD Quart Monde et la FNARS2, qu’il a dès lors cherché à prendre pour objet. Avec un succès mitigé : faute d’accès à la plupart des archives (accès réduit à ATD, et inexistant pour la FNARS), les développements sur ces deux organisations dressent des grandes lignes mais laissent sur sa faim. Cette faiblesse est cependant devenue une force : l’auteur a choisi d’embrasser bien plus large, articulant évolution des politiques de protection sociale et des acteurs de la haute fonction publique (volets les plus creusés et les plus réussis), des associations de solidarité, des grands organismes de recherche et de la sociologie, pour dresser un vaste panorama de la façon dont la pauvreté s’est imposée comme « problème public », par un « élargissement continu » et des « reconfigurations fréquentes » (p. 9) qui forment la trame des quatre parties chronologiques.

De 1945 à 1955 (première partie), la cause des pauvres apparaît « dominée » (chap. 1). Pour les contemporains (Parti communiste comme haute administration), en effet, la résorption de la pauvreté passe par l’amélioration de la condition ouvrière, « par le plein-emploi et par la généralisation du contrat de travail fordiste à l’ensemble de la société salariale » (p. 24). D’où la mise en place de la Sécurité sociale, victoire de la logique assurantielle, et de politiques keynésiennes. Mais la Sécurité sociale, sur le papier très ambitieuse et complète, reste en pratique lacunaire et limitée, laissant de côté quantité de catégories sociales. S’ajoute une vaste crise du logement.

La cause des pauvres est aussi atomisée (chap. 2), avec une coexistence de traditions et de structures diverses (œuvres locales ; mouvement ouvrier pour le Secours populaire ; christianisme et neutralité politique gestionnaire pour l’UNIOPSS ; entachement par le pétainisme pour le Secours catholique…). Ses « pionniers » sont réduits à deux petites associations qui relèvent plutôt de la gauche de l’Action catholique, et qui seules réunissent « les propriétés d’indépendance vis-à-vis des grandes organisations philosophiques ou religieuses qui s’avèrent les plus propices à l’autonomisation » (p. 54) : Emmaüs et ATD Quart Monde. Apparaît aussi une petite « musique de fond » (p. 68) médiatique : « à l’inverse du champ politique et de la protection sociale, on parlait bien à la radio et à la télévision publiques de pauvreté durant la décennie d’après-guerre » (p. 69), sous forme de malheurs de circonstance ou de « cas ». L’appel de l’abbé Pierre en février 1954 n’arrive donc pas sur un terrain vierge.

Entre 1955 et 1968 (deuxième partie), « la cause des pauvres s’autonomise » de celle des salariés, grâce à un travail intellectuel de construction du groupe des « pauvres » et à la mobilisation d’acteurs spécifiques – alors même que sa visibilité médiatique retombe après 1954. L’auteur revient sur « la découverte d’une pauvreté persistante au sein de la société d’abondance », aux États-Unis comme en France (chap. 3), puis se centre (chap. 4) sur le cas d’ATD Quart Monde, qui témoigne des actions les plus poussées « pour se démarquer de la charité à l’ancienne considérée comme archaïque, inefficace et stigmatisante » (p. 113) : invention du volontariat de longue durée immergé dans les lieux de misère, organisation de colloques scientifiques, collecte de la parole des pauvres, mais aussi nouveau registre de mobilisation (« la pétition plutôt que la grève ou la manifestation, l’articulation de revendications limitées plutôt que le défi direct aux autorités ou aux partis politiques, le déploiement de programmes “de bon sens” plutôt que les actions d’éclat », p. 139).

La troisième partie, centrée sur les années 1968-1984, montre comment « la cause des pauvres s’institutionnalise » dans l’action sociale. Elle revient sur « les redéploiements au cœur de l’État social » (chap. 5) : alors que dans la haute fonction publique, la génération des réformateurs sociaux spécialisés en droit du travail (ainsi Pierre Laroque) s’efface au profit d’économistes soucieux de la « dérive » des dépenses sociales et du contrôle de l’inflation, les hauts fonctionnaires les plus soucieux du social glissent du ministère du Travail et de la Sécurité sociale vers le nouveau ministère des Affaires sociales, et de l’assurance vers l’action sociale. René Lenoir incarne cette génération aux manettes dans les années 1970 : directeur général de l’Action sociale puis secrétaire d’État chargé de l’Action sociale, auteur du fameux ouvrage Les exclus (1974), il est aussi partisan des associations, du volontariat et du bénévolat. Cette Direction de l’Action sociale se fera pépinière de hauts fonctionnaires – dont Jean-Michel Belorgey, énarque, député PS (1981-1993), rapporteur de la loi sur le RMI et engagé dans de multiples causes associatives, sera le plus emblématique.

La période, apogée de la protection sociale française fondée sur la relation salariée, scelle aussi le début de son déclin (chap. 6). Le chômage commence à croître, d’où la création de nouveaux dispositifs – mais qui bénéficient surtout aux salariés les mieux intégrés et laissent sur le banc de touche « les catégories les plus vulnérables des milieux populaires, premières victimes du chômage de masse » et qui « échapp[ent] largement au régime général d’indemnisation » (p. 178). Car les réformes successives de l’assurance-chômage (1979, 1982 et 1984), en subordonnant plus étroitement les prestations aux cotisations, sont à contre-courant d’une crise de l’emploi qui devient structurelle, et font fondre la proportion de chômeurs indemnisés. La droite française se convertit dès le gouvernement Barre au dogmatisme du marché (intervention de l’État perçue comme une entrave au développement économique, amélioration de la compétitivité économique en abaissant les coûts du travail). Sur la question des étrangers (loi de 1974) comme sur le marché du logement (réforme de 1977), les revirements sont spectaculaires. Peu après son arrivée au pouvoir, la gauche se convertit, elle aussi, aux lectures néoclassiques de la crise. Sur ce marché de l’emploi peu favorable, l’emploi « atypique », de salariat non choisi (temps partiel, CDD, etc.), se développe également. D’où l’apparition politique et médiatique de la « nouvelle pauvreté », qui finit par s’imposer au gouvernement avec la mise en place, à partir de 1983, des « plans pauvreté-précarité ».

Cause et conséquence, cette période voit la « légitimation et institutionnalisation des associations de lutte contre la pauvreté » (chap. 7). Certaines, à commencer par ATD Quart Monde, assument désormais pleinement leur rôle politique et institutionnel ; tandis que le champ intellectuel s’autonomise du PCF et commence (notamment sous l’influence de Michel Foucault) à valoriser d’autres figures que le monde ouvrier salarié : marginaux, exclus, minorités. Et qu’un nouveau groupe favorable à la cause des pauvres connaît son « âge d’or » : celui des travailleurs sociaux, en forte croissance et consolidé par les grandes lois du lenoirisme.

Depuis 1984 enfin (quatrième partie), « la pauvreté et l’exclusion deviennent un problème public », un « impératif national » et un objet scientifique – aux dépens de la question des inégalités dont elles deviennent, de façon dommageable, largement déconnectées. La lutte se propage hors du cercle restreint des associations militantes et des hauts fonctionnaires du social pour devenir un enjeu de l’action politique et du combat partisan. Le chapitre 8 revient sur la genèse et l’imposition de la catégorie d’exclusion entre les années 1970 et 1990. Le suivant questionne le fait que « la cause des pauvres [aurait] échappé à ses premiers avocats » – qui, de fait, « jugent avec ambivalence le succès public de l’exclusion depuis le milieu des années 1980 » (p. 277) : inégalités sociales qui ne cessent de croître, de même que le nombre d’allocataires des minima sociaux, déversés du système assurantiel vers l’aide sociale par les réformes de l’assurance-chômage ; consécration de nouveaux acteurs plus portés à l’urgence sociale (Restos du cœur, Samusocial…) qu’à des traitements curatifs ; associations de plus en plus contrôlées et devant faire preuve de leur « efficacité » ; critiques de plus en plus vives de « l’assistanat ». En matière de logement, le contraste est « saisissant entre la sollicitude législative […], qui affirme le droit à un logement décent comme droit fondamental », et les actes politiques concrets « qui s’abstiennent de rendre effectifs les droits proclamés » (p. 284). Légitimées, invitées dans les arcanes institutionnels (CNCDH, CNLE, ONPES3…), participant à l’élaboration des grandes lois sociales, les associations sont depuis les années 2000 surtout soucieuses de « limiter les éventuels dégâts des réformes qui insistent toujours plus sur les incitations pour les pauvres et de moins en moins sur leurs droits » (p. 294). Un dernier chapitre enfin, plus court, examine « comment l’exclusion structure les représentations des classes populaires » depuis les années 1990.

L’ouvrage restructure donc, tel un puzzle, des éléments provenant d’une pluralité de mondes (associatif, administratif, politique, scientifique…) pour leur donner une nouvelle intelligibilité et proposer une analyse lumineuse et fine des évolutions socio-politiques contemporaines. D’évidence, il est appelé à s’inscrire dans les incontournables des bibliographies sur le sujet. On regrettera certes le manque de développements sur la FNARS, réduite à deux petites études locales assez décalées au regard de l’ensemble ; ou certaines erreurs factuelles4 qui restent sur ATD Quart Monde, ainsi que les pans non traités de l’histoire de cette organisation ; mais qui sont, tous, plus imputables au non-accès aux archives qu’à l’auteur lui-même.

On soulignera simplement, pour ouvrir le débat bien plus que remettre en question ce travail remarquable, quatre points de désaccord. Ne faut-il pas considérer que ces nouvelles organisations n’ont pas fait « des efforts pour se démarquer de la charité à l’ancienne », n’ont pas « [transformé] leurs pratiques et leurs discours pour s’adapter aux nouveaux impératifs du “bien-donner” » (p. 113), mais ont au contraire été à l’origine de ces retournements ? Ne faut-il pas être plus nuancé sur la volonté d’« éviter délibérément de faire de la crise économique du milieu des années 1970, avec ses effets ravageurs sur l’emploi, un tournant essentiel » (p. 143) ? Nous avouons aussi ne pas comprendre pourquoi l’auteur, alors même qu’il sait que Klanfer a, dès 1964, forgé pour ATD le terme « d’exclusion sociale », se refuse à en attribuer la paternité à ATD5. Enfin, ayant arrêté ses développements à la fin des années 2000, l’auteur nous semble sous-estimer, dans ses ouvertures, le rôle de résistance des associations à la « conversion de la droite à des versions punitives ou très incitatives du revenu minimum » (p 297) : elles n’y répondent pas tant par « la perte du goût pour le jeu », « la perte du sens » et le « [retrait] de la vie politique française » (p. 298), que par des réponses innovantes et offensives qui témoignent, au contraire, d’une capacité de résistance constamment réinventée.

Axelle Brodiez-Dolino


  1. RMI en 1988, loi Besson sur le droit au logement en 1990, loi d’orientation de 1998 et CMU en 1999. []
  2. Aujourd’hui devenue Fédération des acteurs de la solidarité. []
  3. Respectivement Commission nationale consultative des droits de l’homme ; Conseil national de lutte contre l’exclusion ; Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale. []
  4. Il est très discutable (non montré dans les sources primaires) que Wresinski ait subi la xénophobie étant enfant (p. 76) ; Jules Klanfer n’était pas un volontaire ATD (p. 103) mais un simple prestataire de service temporaire ; l’analyse selon laquelle ATD considère les pauvres comme non capables d’autonomie (p. 135) est très discutable ; il est faux qu’ATD ne réclame pas l’égalité des droits (p. 140) ou se serait refusée à investir le terrain juridique (p. 228) ; etc. On peut aussi s’étonner que les développements sur ATD, dont les premiers germes sont posés avec l’arrivée à Noisy de Wresinski en 1956, aient été, pour mieux servir le propos, reportés en première partie (1945-1955). []
  5. « Après ses réticences initiales devant la catégorie d’exclusion inventée par la DAS, ATD… » (p. 272). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search