Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars (dir.), Histoire des élèves en France. Vol. 1 : Parcours scolaires, genre et inégalités (XVIIe-XXe siècles). – Jérôme Krop et Stéphane Lembré (dir.), Histoire des élèves en France. Vol. 2 : Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles).

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2020, 566 p. et 376 p.

Les deux gros volumes de cette Histoire des élèves en France réunissent trente et une des cinquante-deux communications présentées lors des journées d’études organisées de 2016 à 2018 par le Centre de recherche et d’études Histoire et sociétés de l’université d’Artois ; quelques autres avaient paru dans deux numéros spéciaux de la revue Histoire de l’éducation, en 2018 et 2019.

Les élèves ne sont certes pas ignoré·e·s de l’historiographie, comme en témoignent les très nombreuses références bibliographiques données par les quatre responsables des volumes et par leurs auteurs. Mais ils sont ici la cible d’un tir groupé, visant des personnages dont l’identité est pourtant malaisée à cerner : « Objet fuyant », « Identité floue », dit l’introduction du tome 1. L’objectif de l’ouvrage est malgré tout de les traiter « en acteurs à part entière de l’histoire », et ceci dans la très longue durée, dans la diversité des âges, des établissements, des lieux et des contextes éducatifs qui ont été les leurs, ainsi que dans la multiplicité des approches dont ils sont susceptibles de faire l’objet, de leur milieu d’origine à leur vécu quotidien, au contenu même de leurs études et à leur parcours scolaire. Ne pouvant rendre justice à chacun des textes ni même aux différents axes où ils s’inscrivent, on n’évoquera ici que ceux qui intéressent plus directement le social en mouvement.

Dans le premier volume, ce mouvement est plus particulièrement celui des origines et parcours d’élèves, en termes de reproduction ou de promotion, entre déterminismes sociaux et liberté de choix et d’orientation ; les contextes sont locaux, régionaux, nationaux et marqués par l’intervention d’acteurs divers, municipaux, privés, congréganistes, patronaux, en attendant celle de l’État. Reposant toujours sur des sources originales, plus souvent publiques que privées, les contributions de ce volume sont autant d’études de cas qui complètent, illustrent ou nuancent l’état de nos connaissances ou parfois contredisent des idées reçues, en mettant par exemple en évidence la difficulté à identifier l’origine sociale précise des élèves des établissements secondaires publics ou privés, moins élitistes, de fait, qu’il n’est dit communément. Il est à souligner que près de la moitié des contributions de ce volume portent sur les spécificités de l’enseignement reçu par les filles, ou diverses questions posées par la mixité.

Le deuxième volume réunit des contributions portant plus particulièrement sur la capacité d’initiative et d’action des élèves dans leur salle de classe, leur établissement ou dans la vie même de la cité. Il s’agit principalement ici de collégiens (de l’Ancien Régime) puis de lycéens, les étudiants ayant été exclus de l’enquête, et les filles étant beaucoup moins représentées (car moins actrices que les acteurs ?) dans ce volume que dans le précédent. Plusieurs des contributions évoquent la question, classique mais documentée à nouveaux frais, de la discipline scolaire, des diverses formes et objets de sa contestation et des réactions en retour des autorités. Même sortis du système scolaire, des élèves activent des associations pour prolonger la sociabilité avec les anciens, voire défendre leurs intérêts matériels et moraux. La participation des élèves à la vie politique, pas toujours dissociable de leurs revendications proprement lycéennes, s’observe dès le XIXe siècle, mais plus fortement de 1968 à nos jours, cette dernière période faisant plus particulièrement l’objet de trois contributions.

Ces études de cas, bien problématisées mais le plus souvent circonscrites dans l’espace et dans le temps, jalonnent pourtant une durée de cinq siècles. Les contemporanéistes pourraient être dissuadés de s’intéresser aux textes portant sur les périodes les plus anciennes, mais ils manqueraient alors l’occasion de percevoir quelques formes de quasi invariants dans le statut et la condition des élèves, notamment liés à leur classe d’âge, ou, au contraire, des mutations riches, si l’on peut dire, d’enseignements.

Pierre Caspard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search