Jérôme Heurtaux, Pologne, 1989. Comment le communisme s’est effondré.

Plœmeur, Éditions Codex, 2020, 160 p.

C’est à une représentation tenace que Jérôme Heurtaux tord le cou dans son ouvrage: celle d’une Table ronde qui résumerait, à elle seule, l’ensemble des processus ayant abouti à l’effondrement du régime communiste en Pologne et qui aurait inauguré un « modèle pacifique de transition à la démocratie » parfaitement maîtrisé. À rebours de cette vision rétrospective et mythique de l’histoire, l’auteur s’attache à retracer minutieusement, archives et témoignages à l’appui, les différentes séquences qui ont scandé la chute du communisme en Pologne et la façon dont elles ont été perçues et vécues par les acteurs sur le moment. Dans la période de sa gestation, la Table ronde apparaît, aux yeux des contemporains, comme un épisode parmi d’autres, un simple « coup » joué par les dirigeants communistes visant à sauver le régime et les réformes économiques, qui s’annonçaient socialement coûteuses, en nouant le dialogue avec Solidarność, organisation la plus importante de l’opposition, pour s’appuyer sur son audience et coopter quelques-uns de ses dirigeants. L’épisode n’était pas voué à avoir une portée historique. C’est dans le feu de l’action que sa signification a changé1 et infléchi le cours des choses : il a, en effet, débouché sur une révision complète de la loi électorale et sur des élections législatives qui, en donnant une victoire aussi éclatante qu’inattendue à Solidarność, ont, de fait, mis fin au régime communiste. Mais, insiste Jérôme Heurtaux, personne parmi les gouvernants, les leaders de l’opposition ou les observateurs extérieurs n’aurait pu prévoir la tournure prise par les événements ni leur aboutissement.

D’un point de vue théorique, l’ouvrage s’appuie, sous de nombreux aspects, sur la démarche exposée par Michel Dobry dans Sociologie des crises politiques22. Aux yeux de J. Heurtaux, les années 1988-1990 en Pologne illustrent parfaitement le type de situation relevant d’une analyse en termes de conjoncture fluide, où les repères et frontières, qui permettent d’ordinaire aux acteurs de s’orienter, deviennent de plus en plus flous et de moins en moins opérationnels pour anticiper les coups (à jouer et à prendre). L’auteur donne à voir, de façon précise, combien l’élaboration des nouvelles règles du jeu par des adversaires politiques (représentants du gouvernement et de Solidarność) révèle leur collusion pour neutraliser leurs concurrents respectifs. Par son analyse de la Table ronde, enfin, il montre qu’expliquer la genèse d’une institution ne suffit pas à rendre compte de ce que cette institution devient par la suite. Autre point important : dans la reconstruction que J. Heurtaux fait de ces événements, il n’y a pas d’individus omniscients, ni davantage de grands hommes qui font l’histoire, dégagés de toutes contraintes structurelles (ce que M. Dobry dénonce comme « illusion héroïque »). Nulle hagiographie des opposants non plus3 : l’auteur décrit, sans jugement moral, les calculs et manœuvres des leaders de Solidarność pour parvenir à être les seuls représentants de l’opposition à la Table ronde et aux élections de juin 1989 en éliminant, sans états d’âme, leurs concurrents.

Après s’être intéressé à la gestation de la Table ronde dans la première partie, l’auteur se penche sur les négociations entre les participants à cette réunion autour des nouvelles règles devant régir les élections législatives à venir (à la Diète et au Sénat). Si une partie des sièges a été réservée aux partis de la coalition gouvernementale4 et à leurs alliés, il a été décidé que les autres sièges (35 % à la Diète et 100 % au Sénat) seraient pourvus au terme d’une compétition. Seuls les prétendants pouvant produire trois mille signatures d’électeurs de leur circonscription en guise de soutien seraient autorisés à concourir, épreuve facilement surmontable par les candidats de Solidarność. L’auteur analyse la fabrication des règles électorales, dans laquelle se sont investis les stratagèmes des protagonistes de la Table ronde, puis montre que cette fabrication leur échappe et finit par s’imposer comme une contrainte qui structure l’ensemble de leurs stratégies politiques, avantageant Solidarność et désarçonnant la coalition gouvernementale.

La dernière partie de l’ouvrage retrace la campagne électorale de juin 1989. L’auteur décortique avec soin les modes de présentation de soi des candidats des deux bords à travers leurs tracts, affiches, professions de foi et interviews. Car, comme le souligne Jérôme Heurtaux, ces élections présentent une spécificité étonnante et pour le moins contre-intuitive : alors que le PZPR, d’ordinaire campé sur son monopole, mais désireux désormais de montrer son attachement à la démocratie en s’ouvrant largement à la société, autorise tout membre du parti à se présenter, quitte à ce qu’il fasse concurrence à des candidats promus par ses comités locaux, Solidarność, de son côté, verrouille efficacement ses candidatures et décourage toutes les tentatives de candidatures dissidentes. Cette asymétrie de stratégies – et, d’une certaine manière, cette inversion des stéréotypes attachés à chaque camp – n’échappe pas aux acteurs eux-mêmes, qui semblent pris dans un théâtre de l’absurde. De manière significative, un tract d’un candidat du parti, reproduit par l’auteur, retourne à sa façon le stigmate et accuse Solidarność d’exercer un « monopole » en imposant une liste unique dans l’opposition.

Jérôme Heurtaux réalise ici un important travail de recueil et d’analyse de sources (matériel électoral de candidats, documents des comités électoraux de Solidarność et du parti, mémoires) jusqu’à présent peu exploitées et issues des archives de Solidarność, de la Bibliothèque nationale et d’un institut de l’Académie polonaise des sciences. Le lecteur appréciera la reproduction d’une partie de ces documents sur une quinzaine de pages au milieu du volume et dans de nombreux encadrés, qui donnent à voir en partie la réalité des luttes qui se sont jouées alors.

Même si on connaît l’aboutissement de cet épisode historique, la lecture de l’ouvrage de Jérôme Heurtaux est passionnante. Sa qualité, sa précision et son souci du détail font néanmoins naître quelques frustrations. La première est que le livre ne porte qu’une attention limitée à ce qui se passe dans les autres pays d’Europe centrale et orientale. Or, ce qui s’y passe, et tout spécialement en URSS, est particulièrement important : dans l’épicentre du « bloc » communiste se déroulent en mars 1989, soit trois mois avant les élections polonaises, des élections législatives au Congrès des députés du peuple de l’URSS, qui présentent une série de similitudes avec les processus décrits par J. Heurtaux. À commencer par la présence de candidatures multiples, autorisées pour la première fois à une telle échelle5, l’extrême difficulté des appareils du Parti communiste à contrôler ces candidatures, mais surtout la défaite de nombreux candidats haut placés du parti, ainsi que la victoire inattendue et parfois impressionnante de candidats de l’opposition6, qui sonnent l’une et l’autre comme de cinglants désaveux pour le pouvoir en place. S’il y a peu de doute que dirigeants et opposants polonais ont observé ces élections, il serait intéressant de savoir si cela les a conduits à réévaluer leurs stratégies et à imaginer que les résultats de leurs propres élections pourraient réserver des surprises. Faut-il voir dans cette question quelque chose comme un tropisme qui pousse à considérer la Pologne comme le lieu où s’enclenche le processus d’effondrement des régimes communistes à l’Est ? Ou est-ce, plus prosaïquement, l’effet d’un découpage académique qui, depuis la chute du communisme, tend à cloisonner l’étude des pays d’Europe centrale et orientale et celle de l’ex-URSS ?

Le deuxième point tient au fait que l’ouvrage ne traite pas à bras-le-corps la question du rôle de l’Église catholique, rôle souvent tenu pour avoir été déterminant dans ces processus. On sait – l’auteur y fait incidemment référence – qu’elle est garante du bon déroulement de la Table ronde, bénéficie, par l’intermédiaire de trois de ses organisations, de sièges réservés à la Diète au même titre que les partis officiels, et qu’un nombre important de prêtres ont appelé à voter pour les candidats de Solidarność. Cet acteur, qui semble aussi hétérogène que le parti, aurait peut-être mérité une place plus conséquente dans l’ouvrage.

En résumé, alors qu’on pourrait avoir l’impression de bien connaître l’enchaînement d’événements analysés dans ce livre, la solidité de la démarche au plan tant empirique que théorique nous permet d’avoir accès à un déchiffrement en décalage avec les lectures qui en sont habituellement faites. C’est pourquoi cet ouvrage sera utile à un public qui déborde largement l’univers des spécialistes de la région.

Carole Sigman


  1. La transformation de cette institution peut être rapprochée de celle des députés du tiers état en France en 1789, dont la plupart n’étaient a priori pas des révolutionnaires avant la Révolution, mais qui le sont devenus sous l’emprise des événements (voir T. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997, p. 49). []
  2. M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 [1986]. []
  3. L’hagiographie est un trait banal dans les travaux sur les transitions en Europe centrale et orientale, qui se retrouve tout aussi bien dans les études sur les dissidents soviétiques, parfois sous des formes caricaturales. []
  4. Parti ouvrier unifié polonais (PZPR), Parti paysan (ZSL) et Parti démocratique (SD). []
  5. Une expérience locale avait été menée en 1987. []
  6. Boris Eltsine, qui se présente contre l’appareil du parti (même s’il en vient), obtient près de 90 % des voix dans la circonscription unique de Moscou. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search