Claude Pennetier et Bernard Pudal, Le souffle d’octobre 1917. L’engagement des communistes français ; Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981).

Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier-Les Éditions ouvrières, 2017, 384 p.

Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2016, 350 p.

La grande richesse de ces deux ouvrages est de s’appuyer, pour une large part, sur un matériau extraordinaire : les autobiographies communistes. Le monde communiste, au pouvoir ou non, engendrait en permanence un auto-examen public des militants. En particulier, les cadres devaient régulièrement, à l’occasion du franchissement des étapes du cursus honorum (nouvelles responsabilités, voyage à Moscou, stage dans une école de formation), rédiger des récits de leur vie (et de celle de leur famille). Inaugurée sous Lénine pour le parti russe, cette pratique fut progressivement étendue aux différents compartiments du système communiste mondial : le Komsomol, l’appareil d’État soviétique, le Komintern – tout cela dans les années 1920 –, les différents partis communistes du monde dans les années 1930, les démocraties populaires après la Seconde Guerre mondiale.

Ces récits de vie, dont il était interdit de conserver une copie, étaient confiés au service des cadres du parti. Cette section des cadres – appelée initialement Commission des cadres puis Section de montée des cadres, enfin Section d’aide à la promotion des militants – remplissait une double fonction, celle d’une police politique interne et celle d’une direction des ressources humaines. En théorie, cette pratique avait deux buts. Le premier était de ventiler les responsabilités selon les compétences, et il fallait connaître les connaissances techniques et intellectuelles du militant, ou sa pratique des langues étrangères. Le second but avoué était de démasquer les policiers infiltrés. Le principe était qu’un éventuel intrus aurait dû s’inventer une vie parallèle – une légende, pour utiliser un terme à la mode – et que la description de celle-ci, à plusieurs années d’écart, ne pourrait être exactement identique, révélant la supercherie. Tout cela est très fantasmatique. Non seulement parce que les erreurs de détail, produites par les faiblesses de la mémoire, sont loin d’être l’apanage des policiers camouflés mais, surtout, parce que la plupart des indicateurs de police ne sont pas des policiers infiltrés mais des militants retournés, retournement que la confrontation des bios ne peut déceler. En fait, pour la direction du parti, l’utilité des bios est autre. En l’écrivant, le militant lui révélait ses faiblesses et ses secrets, se livrant entièrement à sa merci comme preuve de son choix définitif. Comme le dit la première page du questionnaire en vigueur à la fin des années 1940, reproduite par Paul Boulland : il ne faut pas « omettre le moindre détail qui puisse éclairer le Parti auquel l’on ne doit rien cacher ». Rarissimes furent les militants qui refusèrent d’accomplir ce rite. Un de ces réfractaires fut Pierre Chalmette, maire de Vallauris ; Claude Pennetier et Bernard Pudal nous rappellent sa dénonciation publique de cette pratique : « Ce que vous demandez là ce n’est pas une autobiographie, c’est la renonciation de soi-même, c’est la soumission servile, c’est l’abdication totale de l’individu pour en faire une machine, un esclave, pire un espion. » De fait, ces documents seront largement utilisés lors des processus d’épuration que connaîtront les partis communistes (au pouvoir ou non), même si le maintien du PCF dans l’opposition empêcha l’utilisation criminelle de ces documents.

Cette pratique des autobiographies révèle le caractère proto-totalitaire des partis communistes oppositionnels : leur modèle est le nouveau monde soviétique totalitaire – avec tout ce que cela signifie de volonté absolue de contrôle social – mais, demeurant dans une société démocratique, leurs pratiques totalitaires sont inachevées et entravées par les résidus, juridiques et culturels, qui subsistent de l’ancien monde. Cette pratique des bios comme don total de soi au parti demeure ainsi une des marques majeures du projet communiste. Significativement, malgré les risques de sécurité qu’elle implique, l’usage est maintenu sous l’Occupation, intensifié dès octobre 1944, et on sait aussi, grâce aux travaux de Marnix Dressen, que cette pratique fut reprise par les apprentis totalitaires du Parti communiste marxiste-léniniste (PCMLF) maoïste dans les années 1968.

Mais cette marque du monde communiste n’est pas intangible et elle connaît des variations non dénuées de signification. Dans les années 1920, l’écriture biographique reste rare (essentiellement à l’occasion de la participation à l’école centrale de formation) et libre. Mais, lorsque la pratique est imposée au PCF, en 1931, elle devient codifiée, répondant à un questionnaire préétabli dont les curiosités s’aiguisent et le nombre des questions augmente au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, avant de connaître le processus inverse à partir des années 1960.

Ainsi, à partir de 1964, les responsables aux cadres ne rédigent plus, en conclusion de la bio, de synthèse appréciative sur le militant, sauf pour la sélection des élèves des écoles centrales. De même, les questions délaissent de plus en plus la recherche d’éléments de conformation politique – du style, « que pensez-vous des trotskystes ? » – pour se concentrer sur l’analyse de la formation du militant. De façon encore plus significative, dans les années 1970, le service des cadres multiplie les études statistiques sur la composition sociale des organismes dirigeants intermédiaires mais, désormais, il effectue ce travail après leur « élection », et non plus avant, ne pouvant donc proposer la correction de leur composition sociale qu’à l’occasion de leur renouvellement, quelques années plus tard. Cette modification contribue au grand bouleversement social de l’appareil communiste à partir des années 1960, avec la baisse de la présence ouvrière.

Pour autant, cette pratique des bios, particulièrement intrusive dans l’intimité des militants, conserve de beaux restes. Observons qu’elle demeure en vigueur au moins jusque dans les années 1970 et que, jusque dans les années 1990, Gaston Plissonnier actualise et utilise encore ce matériel biographique. Autre exemple, dans les années 1960, le biographié doit encore répondre à la question « Avez-vous dans votre parenté ou dans vos relations des policiers ou des adversaires du Parti et quelles sont vos relations ? », et la moindre référence est immédiatement soulignée en rouge par les examinateurs, plombant largement le futur ascensionnel du militant : l’idéal en action demeure toujours l’entre-soi, l’appartenance exclusive à la contre-société communiste.

De même, les liens avec l’Union soviétique, tout en étant distendus, apparaissent largement maintenus. P. Boulland évacue cette dimension de son objet de recherche mais, incidemment, il nous apprend qu’au moins jusqu’au début des années 1950 les biographies des cadres intermédiaires du parti, et des responsables pressentis pour le Comité central, sont adressées en copie à Moscou. Certes, comme l’écrit l’auteur, « l’usage exact de ces documents reste difficile à déterminer en l’absence d’autres archives. S’agit-il simplement d’informer les Soviétiques ou véritablement de leur soumettre le choix des militants ? ». Pour autant, cette coutume démontre l’indépendance toute relative du parti français à l’égard du centre du système communiste mondial. D’autant que, dans les années 1960, les Soviétiques continuent de demander l’envoi à Moscou de cadres français prometteurs afin qu’ils suivent les propres cours de l’école de formation des cadres soviétiques. Chaque année environ, près d’une dizaine de militants sont sélectionnés, biographiés et envoyés à Moscou suivre cette formation.

Cette richesse du matériau soulignée, reste à scruter son traitement. Car les historiens peuvent naturellement interroger cette source de multiples façons. Logiquement, les premiers travaux historiques ont utilisé ces bios pour essayer de décortiquer ce processus d’emprise psycho-politique, comme élément structurant la dépendance du militant vis-à-vis de la direction du parti. Cela a donné lieu à de fécondes recherches, certaines étant du reste également impulsées par C. Pennetier et B. Pudal1, d’autres par d’autres chercheurs, en particulier Stéphane Courtois2 et Sylvain Boulouque3.

Mais nos deux ouvrages ont choisi d’autres angles d’attaque. Au centre de la réflexion de C. Pennetier et B. Pudal, la question de l’engagement. Comment devient-on communiste ? Les résultats de cette recherche sont ambivalents. D’un côté, et c’est l’essentiel, le lecteur apprécie la tentative typologique des auteurs mais, d’un autre côté, il reste largement sur sa faim.

Le point majeur reste le pluriel. Il n’y a pas un communiste de l’époque stalinienne mais des communistes, et les auteurs dégagent certains types d’adhérents, une dizaine au total d’incarnations du militant communiste : l’ancien syndicaliste révolutionnaire (Jules Raveau), le métallurgiste (Arthur Dallidet), le paysan (Fernand Herpin), la femme (Bernadette Cattanéo, Martha Desrumaux), le juif (Louis Gronowski, Moshé Zalcman, Léo Rubin), l’immigré issu du monde arabo-musulman (Amar Ouzegane, Issad Rabah), le catholique converti (Albert Varloteau), l’intellectuel (Georges Politzer, Paul Nizan), le kominternien (Eugen Fried) et quelques autres.

Le grand intérêt de l’ouvrage, au-delà de la description sociologique de chaque type d’engagement, est de le rendre charnel grâce à ces récits de vie, de nous permettre d’approcher l’intime du militant. Certes, en dépit de la volonté des dirigeants, quelques filtres subsistent entre les pensées intimes du militant et leur transcription écrite. Lorsque le cadre a une certaine bouteille, lorsque le péché carriériste – ou la simple prudence – commence à faire son œuvre, le biographié multiplie les esquives, les phrases convenues et les passages obligés. On maximise les origines prolétariennes ; on minimise les écarts à la norme fantasmée du parfait prolétaire communiste. Mais, dans l’ensemble, les accommodements avec le réel demeurent faibles, le dévouement indiscutable, la sincérité indéniable, permettant ainsi au lecteur d’approcher le sensible du personnage. Tous ces récits rendent la lecture aisée et agréable, éclairant souvent cette face lumineuse du communisme qui permit à des fractions de générations défavorisées (ouvriers, femmes et immigrés pour l’essentiel) d’obtenir une seconde chance. Contre la misère qu’ils subissaient et l’injustice qu’ils percevaient, le communisme leur permettait de se révolter, mais aussi de lutter et de s’élever dans la hiérarchie sociale grâce aux appareils politiques, syndicaux, municipaux et associatifs.

Cette étude de l’engagement recoupe ainsi partiellement les études d’implantation, inaugurées par Jacques Girault et prolongées par de nombreux auteurs, dont Jean-Paul Molinari qui, lui aussi, nous offrit une typologie fort utile des vecteurs humains de l’implantation communiste. Naturellement, toutes ces approches sont complémentaires et l’ouvrage de C. Pennetier et B. Pudal apporte une nouvelle pierre à cet édifice visant à comprendre ces phénomènes d’engagement.

De ce fait, le choix de publier in extenso les bios sélectionnées est heureux, permettant au lecteur néophyte d’appréhender au mieux cette source originale. Pour autant, on regrette parfois le caractère rapide des commentaires. Certes, le principal est dit grâce à une brève mise en perspective de chaque autobiographie. Mais, souvent, le spécialiste se dit que de nombreux points auraient pu être développés et de nouveaux éclairages apportés. Mais l’essentiel n’est pas là. La question qui demeure est : peut-on approcher l’essence de l’engagement par le biais de cette source ? Il y a au moins deux obstacles méthodologiques qui imposent la prudence.

Le premier est le choix de l’échantillon. Les archives de Moscou, du moins celles consultées, conservent 1 250 autobiographies de responsables communistes. Les auteurs en ont reproduit vingt. Leur sélection ne fut ni biaisée ni arbitraire, mais visait à illustrer leur choix typologique. Il n’en demeure pas moins que vingt cas interdisent toute conclusion généralisante. En d’autres termes, il apparaît nécessaire maintenant de changer d’échelle, d’organiser une analyse sérielle de ce matériau, afin d’infirmer ou de confirmer, en tout état de cause de préciser, les intuitions que le lecteur, ou les auteurs, ont à la lecture de ces cas isolés. Seule une telle approche permettra de toucher au plus près, par-delà les inévitables spécificités personnelles, les tendances sociales dominantes de l’engagement communiste.

La seconde limite de cette source réside dans son caractère normatif qui, nous l’avons dit à propos des réserves des militants expérimentés, obère la quantité brute des informations. À cet égard, l’exemple d’Albert Vassart est révélateur. Dans cette passionnante étude de cas, les auteurs éclairent magistralement le processus du doute qui s’installe chez ce militant, ses efforts pour l’évacuer, puis son choix de l’assumer. Or, si cette croyance intime est mise en pleine lumière, ce n’est pas grâce aux autobiographies de Vassart, mais grâce à la correspondance qu’il a entretenue avec sa compagne. Dans les pays démocratiques, la censure postale n’existe pas (sauf exceptions marginales) et le militant peut livrer sans crainte ses états d’âme à celle qui partage sa vie et ses espoirs. En d’autres termes – et c’est une banalité méthodologique – la richesse de ce matériau désormais disponible n’autorise pas à se priver des sources plus classiques, mais conforte le bien-fondé du croisement des sources.

Car le pari épistémologique est immense. Soit on utilise l’approche macroscopique, et la méthode durkheimienne doit être sollicitée. Soit on préfère la dimension microscopique, individuelle, et on aborde les rives de la psychanalyse historique. Dans ce cas, ce n’est plus l’histoire totale d’un phénomène historique – l’engagement – qui est recherchée, mais celle d’un individu, ce qui impose la collecte d’un dossier documentaire conséquent et diversifié. Certaines pages, au demeurant bienvenues, témoignent de la tentation des auteurs d’approcher cette dimension psychanalytique de l’engagement (voir la présentation de la bio d’Albert Varloteau), même si la majorité des annotations éparses reflète plutôt leur volonté de réaliser une sociologie de groupe. Cet ouvrage apporte ainsi une contribution à la connaissance d’un aspect du phénomène communiste, l’engagement. Mais, dans ce domaine même, il demeure dans un entre-deux méthodologique, témoignant que, loin d’être aboutie, l’historiographie du phénomène communiste a encore de grands chantiers à ouvrir.

Paul Boulland a fait un autre choix, celui de scruter la dimension « ressources humaines » de l’activité de la section des cadres. Disons-le immédiatement, les résultats sont décevants. Toute la première moitié de l’ouvrage se contente, au mieux, de confirmer les connaissances bien établies des spécialistes. Encore doit-on souligner que ce constat ne s’impose pas immédiatement, en raison d’un déplaisant défaut de l’auteur (qu’il partage du reste avec C. Pennetier et B. Pudal), celui d’omettre de rendre à César ce qui lui appartient ou de l’attribuer à Marius. Des travaux majeurs et novateurs, notamment ceux de Stéphane Courtois, ne sont jamais cités quand l’est la moindre notice rédigée par C. Pennetier ou par B. Pudal.

La seconde partie de l’ouvrage contient quelques observations intéressantes. Notamment, à partir des années 1960, la description – déjà évoquée – du processus d’acculturation démocratique dans la politique d’encadrement (recul du contrôle biographique, diminution du pouvoir de la section des cadres) et de ses limites. L’ouvrage contient ainsi des passages éclairants sur certaines pratiques de ce communisme théoriquement en mutation. La libre critique et autocritique sont encouragées, mais lorsqu’un dirigeant fédéral s’y soumet, les délégués relativisent immédiatement cette notion de liberté : « Qu’est-ce qu’il a dû se faire mettre Lanternier pour faire son autocritique ! » À la même période, alors que le vote à bulletin secret a été introduit pour favoriser le choix démocratique des dirigeants, l’envoyé du centre conclut ainsi son rapport : « L’unité politique [de la conférence de section] a été vérifiée par le vote à bulletin secret absolument unanime. Cela doit réjouir. » De même, on tance vertement ceux qui souhaitent un compte rendu complet des réunions (avec la mention des interventions individuelles) ou ceux qui veulent que les scores des candidats élus soient publiés. Et la libre confrontation des idées n’est pas de mise avec les gauchistes, qui ne sont que « des valets de l’impérialisme, des flics au service du gouvernement, qui sont payés par lui ».

L’analyse de l’évolution de l’offre de formation est également intéressante. Jusqu’au milieu des années 1960, les échanges sont strictement verticaux, les élèves des écoles doivent apprendre la bonne parole codifiée par l’institution. Puis, la pédagogie évolue : les échanges sont encouragés, la parole des élèves sollicitée. Pour autant, il s’agit toujours d’assimiler la juste parole venue du haut. On a simplement changé de modèle : l’instituteur de la IIIe République a cédé sa place au formateur de l’IUFM-ESPE ; on demeure aux antipodes de la libre recherche du séminaire universitaire.

Les développements les plus riches de l’ouvrage concernent la volonté absolue de préserver la centralité ouvrière du parti, non seulement dans sa dimension idéologique, mais aussi dans sa réalité statistique. Tout est fait pour que la majorité des postes revienne à des ouvriers. Quitte à ce que la biographie soit un peu arrangée ; quitte à ce que, dans les années 1960, faute de mieux, la définition même de l’ouvrier soit modifiée. À la suite des travaux de B. Pudal, P. Boulland relève que les ouvriers qui deviennent communistes possèdent, dès l’origine, un capital scolaire supérieur aux non-communistes et, surtout, que les ouvriers qui embrassent une véritable carrière ascensionnelle dans l’écosystème communiste sont très différents de leurs camarades qui demeureront à la base du parti. Les premiers sont, d’une façon ou d’une autre, soit par leur famille, soit par leur capital scolaire, soit par des expériences décalées, à la marge du monde ouvrier, pouvant ainsi à la fois lui appartenir (originellement et symboliquement) tout en le quittant.

Cette centralité ouvrière exaltée impose de lutter contre les intrus, contre ceux qui pourraient se prévaloir, face à la légitimité sociale et politique conférée par le parti, d’une autre légitimité. Cela se traduit par la mise sous tutelle des résistants. Cela se traduit surtout par la méfiance, pour ne pas dire l’hostilité, à l’égard des enseignants, qui reste la grande constante de toute l’histoire du PCF (sauf dans sa dernière période). Dès 1937, le dirigeant de la commission des cadres écrit que « nous réagissons contre la montée des instituteurs dans nos cadres de direction des régions de province », et cet ostracisme social est à la fois explicite et effectif encore dans les années 1960. Et pourtant, malgré les constantes mises en garde de la section des cadres et les imposants efforts des dirigeants, la part des ouvriers dans les directions du parti décroît lentement, témoignant de la disparition d’un monde, la contre-société communiste, et d’un modèle socio-politique original, tissé par le Parti communiste et une fraction notable de la classe ouvrière française.

Philippe Buton


  1. C. Pennetier et B. Pudal (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002. []
  2. S. Courtois, Le bolchévisme à la française, Paris, Fayard, 2010. []
  3. S. Boulouque et F. Liaigre, Les listes noires du PCF, Paris, Calmann-Lévy, 2008 ; S. Boulouque, L’affaire de L’Humanité, Paris, Larousse, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search