Margaretta Jolly, Sisterhood and After: An Oral History of the UK Women’s Liberation Movement, 1968-Present

New York, Oxford University Press, «Oxford Oral History Series », 2019, 334 p.

Margaretta Jolly – professeure d’études culturelles à l’Université du Sussex (Angleterre) et directrice du Centre for Life History and Life Writing Research, dans la même université – publie en 2019 un ouvrage intitulé « La sororité et après : une histoire orale du Women’s Liberation Movement au Royaume-Uni, de 1968 à nos jours ». Le titre du livre laisse apparaître d’importants renouvellements historiographiques, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Le plus important d’entre eux étant la volonté pour l’auteure de s’appuyer sur « la forme humaine de l’histoire orale pour explorer le Women’s Liberation Movement (WLM) au Royaume-Uni » (p. 2) – comme le proposent également de plus en plus de chercheuses et chercheurs en France ces dernières années1. Margaretta Jolly (re)noue ainsi avec la longue tradition unissant l’histoire orale et l’histoire des femmes (p. 40-44). Dans son ouvrage, elle exploite par exemple les Archives féministes du Nord et du Sud2, la collection « Heart of the Race » du Black Cultural Archives (Londres) ou le Women’s Liberation Music Archive (Université de Bristol). Elle s’appuie aussi sur le projet qu’elle a dirigé de 2010 à 2013 à la British Library, intitulé « Sisterhood and After: The Women’s Liberation Oral History Project » (S & A), pour lequel soixante féministes ont été interrogées3. Les interviewées ont toutes été actives au cours des années 1970 et 1980. Elles ont été sélectionnées en fonction de la diversité de leurs engagements militants (universitaires, politiciennes, sportives, etc.) et/ou de leurs idéologies, moins de leurs provenances géographiques ou de leurs origines sociales, ce qui permet tout de même à l’auteure d’affirmer que le projet « offre une vue d’ensemble du mouvement au Royaume-Uni » (p. 47).

L’histoire orale du WLM permet aux lectrices et aux lecteurs d’appréhender une autre histoire du mouvement et de ses militantes. Selon l’auteure, cette histoire « [étoffe] notre compréhension du féminisme » (p. 5). En effet, elle est consciente de l’importance de la tonalité de la voix et des sons émis par les interviewées, et les exploite. Elle analyse quelles peuvent être les incidences biographiques de l’engagement féministe (nouveaux types de famille, d’amours ou de loisirs par exemple) puisqu’elle s’intéresse aux passés et aux devenirs des militantes du WLM à long terme, c’est-à-dire jusqu’aux années 2000. L’intérêt porté à l’histoire orale justifie le choix d’un plan qui soit à la fois thématique et chronologique.

Les deux premiers chapitres sont davantage introductifs et méthodologiques. Le premier – « Raconter des histoires féministes » (p. 8-39) – s’ouvre sur les débats traversant le mouvement, opposant différents courants idéologiques (socialistes, radicales, femmes noires, etc.) et portant essentiellement sur les origines du WLM ou sur les rapports des militantes au passé. Par conséquent, l’auteure démontre dès le départ que les entretiens oraux offrent la possibilité d’insister sur la diversité du mouvement social ; ils permettent de retranscrire une « histoire [du mouvement] au pluriel » puisqu’il existe de « nombreuses versions de cette histoire » (p. 8). Le deuxième chapitre – « Histoire orale et méthode féministe » (p. 40-61) – revient quant à lui sur l’historiographie et la méthodologie de l’histoire orale et féministe. Margaretta Jolly détaille la méthode S & Aà laquelle elle participe : ses objectifs, la sélection des personnes interrogées et les dispositifs d’entrevue employés. Elle explique également la méthode utilisée pour traiter les données recueillies dans le cadre des entretiens. Elle insiste sur le défi éthique que représente cette analyse, car « il n’est pas facile de traiter [les entrevues] comme des ‘‘données’’ après avoir pris le thé chez quelqu’une et exploré des renseignements personnels » (p. 50). Ainsi, elle évoque les différentes solutions trouvées en accord avec les militantes, comme la mainmise des femmes interviewées sur leur(s) enregistrement(s), par exemple.

Les troisième et quatrième chapitres sont axés sur la jeunesse, la formation et le militantisme des féministes des années 1940 aux années 1970. Le troisième – « Formation des féministes : grandir dans les années 1940, 1950 et 1960 » (p. 62-88) – tente de répondre à la question « comment devient-on militante du WLM ? ». C’est pourquoi il est consacré à l’enfance des femmes interrogées. L’auteure prouve que « le militantisme ne se développe pas nécessairement à partir du mécontentement personnel, et que le WLM ne s’est pas simplement formé à partir des insatisfactions vécues dans la jeunesse » (p. 62) ; il s’explique aussi par le fait qu’une grande partie des militantes ont grandi dans des familles aux affiliations et/ou engagements politiques forts. Le quatrième chapitre – « Faire campagne et devenir adulte dans les années 1970 » (p. 89-120) – revient sur les combats du WLM au cours de la décennie. Alors que les années 1970 sont vues comme une période sombre au Royaume-Uni (inflation, grèves et conflits en Irlande du Nord), les récits des féministes contrebalancent cette idée. Les demandes et les campagnes du WLM sont nombreuses, comme celles sur l’égalité des salaires et des chances, les luttes contre les violences faites aux femmes, la fin de la discrimination à l’égard des lesbiennes, le droit à l’avortement, etc. L’auteure se focalise sur trois grandes actions et/ou campagnes du mouvement, telles que la perturbation du concours de beauté Miss World à l’Albert Hall (Londres) en 1970 ; le combat des nettoyeuses de nuit de 1970 à 1973 ; et la campagne nationale pour l’avortement. Les entretiens oraux mettent en avant des points de vue ou des stratégies différents selon les militantes : sur les relations avec les médias grand public ou la présence de sentiments, par exemple.

Les chapitres 5, 6 et 7 concernent les devenirs des militantes du WLM des années 1980 à 2000. Le cinquième chapitre – « Plaisirs coupables ? Féminisme et vie quotidienne dans les années 1980 » (p. 121-158) – s’intéresse aux trajectoires de la vie privée des féministes durant les années 1980, une décennie considérée par les militantes et par les chercheurs et chercheuses comme une période d’essoufflement du mouvement. Grâce aux témoignages recueillis, l’auteure décrit les rapports, parfois ambivalents, qu’entretiennent les féministes avec la carrière professionnelle, l’accession à la propriété, l’accouchement, la famille, la santé ou le shopping. Leurs choix alimentent parfois leur militantisme, grâce aux trajectoires alternatives. Le sixième chapitre – « Ami ou ennemi ? Hommes et féminisme à travers les années 1990 » (p. 159-203) – examine un sujet encore peu traité dans l’historiographie, à savoir les relations entretenues avec les hommes. Alors que les luttes contre les violences faites aux femmes rendent la déconstruction et la réinvention des rapports de genre difficiles, voire conflictuelles, les témoignages oraux montrent la volonté des militantes de transformer les rapports entre les femmes et les hommes. Les entretiens visibilisent également la présence d’hommes proféministes souhaitant s’investir dans le mouvement des femmes et repensant les masculinités. Margaretta Jolly met en avant les changements d’idées sur le genre à partir des années 1990, c’est-à-dire depuis l’apparition de la théorie queer, du mouvement de libération transgenre ou du mouvement pour les droits des noirs et noires. Enfin, le septième et dernier chapitre – « Le bonheur : dernières vies féministes et au-delà dans les années 2000 » (p. 204-241) – donne un aperçu des incidences biographiques de l’engagement féministe chez les militantes durant les années 2000. Ainsi, l’auteure revient sur une question fréquemment posée : « le WLM est-il une réussite ? » (p. 205). La diversité des trajectoires de vie privée des interviewées démontre que « la libération, telle que les féministes l’ont vue, ne signifiait pas simplement être heureuses [même si le bonheur est omniprésent], mais plutôt pouvoir faire des choix » (p. 205).

Dans cet ouvrage, on apprécie les thèmes novateurs qui sont abordés et surtout la façon dont Margaretta Jolly mobilise les entretiens oraux au fil des chapitres. Les témoignages sont accompagnés de nombreuses informations contextuelles et d’une riche documentation, comme des photos issues des fonds d’archives privées des militantes. À chaque fin de chapitre, l’auteure se focalise sur l’histoire d’une ou de plusieurs militantes, afin d’illustrer ses propos : Beatrix Campbell, coautrice du livre Sweet Freedom (chap. 1) ; Sue Lopez, footballeuse luttant pour les droits des femmes dans le sport (chap. 2) ; Susie Orbach, défenseuse des droits et du bien-être psychothérapeutique et physique des femmes (chap. 3) ; Karen McMinn, militante du Women’s Aid Northern Ireland (chap. 4) ; Barbara Jones, féministe lesbienne radicale et propriétaire d’une entreprise de construction écologique (chap. 5) ; Catherine et Stuart Hall, qui militent au WLM, à la nouvelle gauche et dans les mouvements pour les droits des noirs et noires (chap. 6) ; et Nadira Mirza, féministe musulmane (chap. 7). Par conséquent, le pari fait par l’auteure est amplement réussi – à savoir, grâce à cet ouvrage, montrer la diversité des militantes investies dans le WLM et présenter des portraits de féministes contraires aux stéréotypes diffusés par certains médias (opposés à l’image de militantes violentes ou anti-hommes, par exemple). À l’heure où les actrices du WLM viennent peu à peu à disparaître, Margaretta Jolly participe à un devoir de mémoire féministe. Un travail qui, nous l’espérons, sera poursuivi par de nombreux autres chercheurs ou chercheuses.

Justine Zeller


  1. C. Bard et S. Chaperon (dir.), Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2017 ; O. Fillieule, I. Sommier, S. Béroud, C. Masclet et le Collectif Sombrero (dir.), Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France, Arles, Actes Sud, 2018 ; C. Masclet, « Sociologie des féministes des années 1970. Analyse localisée, incidences biographiques et transmission familiale d’un engagement pour la cause des femmes en France », thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 8 et Université de Lausanne, 2017. []
  2. Voir en ligne : http://feministarchivesouth.org.uk/about/feminist-archive-north-fan. []
  3. Un site internet est créé à cet effet : https://www.bl.uk/sisterhood. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search