Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques.

Paris, La Découverte, « Sciences humaines », 2020, 460 p.

Pierre Charbonnier est un des rares philosophes français de l’environnement. Il nous livre un ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches et d’un séminaire qu’il a tenu à l’École des hautes études en sciences sociales, qui porte sur une histoire des idées du point de vue environnemental. Comme il l’explique en introduction, dans la lignée des histoires environnementales (p. 29), le propos n’est pas de faire une énième histoire de la pensée écologique, c’est-à-dire de prendre l’écologie comme objet de réflexions philosophiques, mais d’aborder l’histoire des idées politiques par le biais de leurs implications, tacites ou explicites, pour la gestion de, ou l’impact sur l’environnement.

Pierre Charbonnier débute son histoire au XVIIe siècle et propose un voyage entre John Locke (1632-1704), François Quesnay (1694-1774), Adam Smith (1723-1790), François Guizot (1787-1874), Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), Karl Marx (1818-1883), Thorstein Veblen (1857-1929), Herbert Marcuse (1898-1979) et bien d’autres. Cette histoire sacrifie donc bien au premier abord à celle des grandes figures de la pensée politique, depuis le XVIIe jusqu’au XXIe siècle.

Toutefois, ce livre vient combler un vide de l’enseignement des idées politiques dans les institutions académiques qui y consacrent une place centrale. Dans les années 1980, l’enseignement des idées politiques reprenait les grands penseurs de la chose publique depuis les Grecs, comme un champ autonome issu du partage disciplinaire en vigueur dans les instituts d’études politiques et les facultés de Droit, par exemple : les idées politiques faisaient lignée d’un penseur politique à l’autre, d’un siècle à l’autre, de Platon à Bodin, de Machiavel à Marx, reprenant toujours les filiations historiques de la partie des grands textes qui se consacrait à la question du politique dans la cité et les amputant des considérations autres qu’ils recelaient. Les livres d’historiens des sciences commençaient cependant à remettre en cause cette clôture comme non historiquement pertinente pour des penseurs politiques héritant de la « philosophie naturelle », qui avaient entretenu des relations soutenues avec les chantres de la science expérimentale jusqu’à aujourd’hui.

Le livre de Pierre Charbonnier reprend en coupe les travaux de plus en plus nombreux qui soulignent la coévolution des idées sur la politique et des sciences de la nature. Pour autant, il ne traque pas les premières références à la « nature » et l’histoire de cette idée, comme elle a pu être proposée par le passé par Robert Lenoble et plus récemment par Pierre Hadot. L’approche résolument environnementaliste de l’ouvrage consiste également à restituer la production des idées dans leur contexte économique, matériel et social, à la manière dont l’histoire des grandes figures scientifiques est devenue dans les années 1980 une histoire « sociale » des sciences. Cette version n’est cependant pas strictement matérialiste, qui replongerait la superstructure des idées dans l’infrastructure économique, et ferait dépendre de la praxis, et la liberté et le monde humain (p. 423). Il s’agit plutôt, pour Pierre Charbonnier, de restituer les grands penseurs dans leur activité et leurs multiples investissements, comme le rôle de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales dans la commande des textes de Hugo Grotius (1583-1645), ou l’influence des oppositions de modèles entre pays luttant pour l’hégémonie économique chez Johann Fichte (1762-1814) et sa pensée de l’idéalisme subjectif. C’est donc à une histoire réaliste et modeste des idées comme activité d’intellectuels de leur temps et de leur société, que convie l’auteur, sans recours à une vision téléologique de l’histoire.

Cette histoire des idées politiques cherche à sortir du nominalisme du thème de l’environnement, en ne se limitant pas aux penseurs qui ont exploré la question de la nature, comme les physiocrates avec leur insistance sur la terre, par exemple. Les auteurs choisis par Pierre Charbonnier sont aussi pour certains des contempteurs des questions de rapport à la nature. Et pourtant, dans leur évitement, se dessine une place pour ces relations, comme en creux, dans le non-dit. C’est ainsi que l’auteur aborde les travaux d’Émile Durkheim, pourtant réputé pour avoir placé la discipline sociologique sur les rails de l’isolement de phénomènes sociaux explicables uniquement par des variables sociologiques. Il montre ce que cela impliquait chez Durkheim, comme positionnement par rapport à l’évolution matérielle et technique à travers l’impact sur la solidarité, du développement des cheminées de fer notamment.

De fait, plutôt qu’une histoire à charge, ou une généalogie de l’orthodoxie écologique actuelle qui se chercherait des ancêtres, le travail de Pierre Charbonnier consiste en une démarche de philosophe poli qui décèle, même chez les plus silencieux des penseurs sur le sujet, une position implicite. C’est même le cas dans le chapitre qu’il intitule « La grande accélération et l’éclipse de la nature », sur l’après-Seconde Guerre mondiale. Cette façon de procéder permet d’inclure dans l’analyse aussi bien les penseurs de droite que de gauche, réactionnaires ou progressistes. Il s’inspire des études environnementales ayant montré l’impossibilité de faire de la société ou de la nature des domaines réservés, une grande coupure remise en cause par Bruno Latour, Philippe Descola et de nombreux autres. Cette politesse lui permet de souligner des filiations explicites entre Karl Marx et Karl Polanyi, mais tout autant entre Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825), et Thorstein Veblen, réunis tous les deux dans un chapitre sur l’hypothèse technocratique.

Il reste que cette histoire sociale et environnementale des idées politiques n’est pas exempte d’un angle d’attaque particulier, représenté par le titre même du livre Abondance et liberté. En effet, la question posée pour Pierre Charbonnier est celle de la coévolution de la question de l’autonomie des personnes en société et de l’usage de la nature, qu’il appelle les « affordances politique de la terre » (p. 55) en s’inspirant de Baptiste Morizot (et on pourrait remonter jusqu’à James J. Gibson). Il porte son étude sur les rapports entre « l’accroissement du bien-être matériel et la construction du système politico-juridique de droit centré sur l’égalité et la liberté » (p. 22). Autrement dit, bien qu’exempte de tout matérialisme historique, la question posée par Pierre Charbonnier reste la question économique, celle du bien-être matériel qui met à l’abri du besoin, dans sa capacité à contribuer à une autonomisation des personnes par rapport à leur groupe, et d’accroissement de la sécurité. Il dit croiser les rapports entre formes de subsistance, territorialité et connaissance écologique (p. 30), dans une optique qui finalement pourrait être celle d’une approche anthropologique de l’art d’habiter notre terre : se nourrir, avoir un toit, produire. On peut cependant s’interroger sur l’ordre de priorité émis dans cette relation, avec la promotion au premier plan de la subsistance, comme phénomène primordial, qu’une analyse de sociétés traditionnelles permettrait peut-être de minorer, pour qui cherche moins l’échange économique que la production du sens dans les sociétés, ou tout du moins fait du sens donné aux humains et aux choses la valeur rectrice de l’organisation sociale, économique et politique.

Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage est une somme et devrait contribuer à la formation d’élites politiques et économiques qui ne pourront plus dissocier logique extractive des ressources naturelles et implications environnementales et sociales, sens social donné à la nature et théorie des services écosystémiques, ou innovation technologique et morphologie sociale et naturelle. Comme le dit l’auteur en conclusion, « L’histoire environnementale des idées politiques doit permettre, en éclairant les prises géo-écologiques auxquelles s’est adossée la raison politique moderne, de protéger et d’étendre la sphère de la liberté en garantissant la reproduction du monde vivant » (p. 423).

Florian Charvolin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search