Julian Mischi, Le Parti des communistes, Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours. Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), 100 ans de Parti communiste français.

Marseille, Hors d’atteinte, « Faits & Idées », 2020, 718 p.

Paris, Cherche midi, 2020, 221 p.

Les anniversaires sont toujours de puissants catalyseurs des politiques éditoriales, à la fréquente origine d’ouvrages de circonstance ou de beaux livres mais, également, de solides états des lieux, à destination des étudiants et enseignants autant qu’à celle de tout lecteur soucieux de connaître ce que les renouveaux historiographiques apportent à la connaissance et à la réflexion, surtout quand elle concerne, c’est le cas de l’ouvrage de Julian Mischi, la représentation politique des classes populaires, question dont c’est peu dire qu’elle est devenue brûlante.

Ce centième anniversaire du PCF qui coïncide avec ce qu’on pourrait, au mieux, qualifier d’étiage, succède également à plus d’une décennie d’importants renouvellements historiographiques le concernant. Ceux-ci sont dus à la conjugaison de plusieurs facteurs.

Le premier d’entre eux est l’émergence et l’affirmation d’une nouvelle génération de chercheurs, qui l’appréhendent au prisme de questions redéfinies, s’agissant en premier lieu d’Emmanuel Bellanger, Paul Boulland ou Julian Mischi, rompus à l’histoire sociale ou la socio-histoire.

Le deuxième facteur tient au décloisonnement des disciplines qui prévaut aujourd’hui dans l’approche de l’histoire politique. Une histoire qu’on ne saurait limiter aux seules grandes figures, aux discours publics et aux évolutions électorales, rappelle Julian Mischi.

L’ouverture des archives constitue le troisième de ces facteurs. Archives de l’Internationale communiste, numérisée et mise à la disposition des chercheurs par l’université de Bourgogne1 ; archives du PCF déposées en 1993 aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis – l’ouvrage dirigé par Guillaume Roubaud-Quashie y revient –, mais également archives des fédérations communistes largement mobilisées dans celui de Julian Mischi, dont c’est un des points forts.

Les deux ouvrages dont nous rendons compte ici, pour différents qu’ils soient, participent de cet air du temps.

Julian Mischi, sociologue et politiste à l’Institut national de la recherche agronomique, a consacré d’importants travaux aux sociabilités et territoires communistes comme à la représentation des classes populaires2. L’ouvrage de synthèse auquel il s’essaie avec talent doit bien sûr au genre auquel il appartient d’aborder tous les acteurs et moments clefs de l’histoire du PCF, dans les liens mouvants qu’ils ont entretenu avec le mouvement communiste international, à cet égard sans surprise majeure. Il concilie toutefois les impératifs de toute synthèse avec la prise en compte des renouvellements évoqués. S’ensuit un ouvrage dont on peut avancer sans trop de risques qu’il est promu à devenir un classique.

Cet ouvrage présente un caractère apaisé qui, pour être devenu plus fréquent, n’est pas nécessairement la norme. L’« histoire compréhensive », dont Julian Mischi se réclame en empruntant à Max Weber, ne saurait se confondre du moins avec un quelconque lissage. L’ouvrage, structuré par la notion « d’équivalence », ne passe sous silence « ni les horreurs perpétuées au nom de la cause communiste, ni l’immense espoir de justice et d’égalité sociale qu’il a porté en proposant une opposition à l’impérialisme et une résistance au capitalisme qu’il a contraint à se réformer face à la menace rouge », ni son anticolonialisme constitutif, ni les ambiguïtés qui sont les siennes au sein des colonies. Il montre, biographies à l’appui, comment le militantisme communiste a pu être, de bout en bout, « un puissant mouvement d’émancipation individuelle et populaire, capable de disputer leur représentation aux élites autant qu’un espace d’étouffement des voix discordantes » ; voix exprimées principalement par ceux qui disposaient d’un capital scolaire ou politique (l’héritage du vieux Parti socialiste, le syndicalisme révolutionnaire, la Résistance…) de nature à faciliter l’expression de leurs critiques.

L’ouvrage a pour seconde caractéristique de constamment diversifier les échelles sans jamais dévier de son fil directeur. Les précédents travaux de Julian Mischi ont abordé les sociabilités communistes et leur diversité selon qu’il s’agissait du bassin de Saint-Nazaire, de la région grenobloise, du bassin ouvrier de Longwy, marqué par un « syndicalisme communiste », selon les termes de Serge Bonnet, ou du bocage bourbonnais, où le communisme rural s’est fait, paradoxalement, au regard de la collectivisation soviétique et durablement le défenseur de la petite exploitation. Ils se sont attachés aux « pratiques de sociabilité ouvrière » et aux « univers syndicaux », associatifs et municipaux qui ont fait la « force populaire » du Parti communiste. Le présent ouvrage se réapproprie les apports de ces travaux antérieurs, avec, à l’appui, des extraits d’archives fédérales d’un grand intérêt. Situé dans le droit fil des recherches menées de longue date par Bernard Pudal et l’équipe du Maitron, comme annoncé dès l’introduction, il fait une place, peu commune dans ce genre d’ouvrage, à de nombreuses biographies, étroitement parties prenantes de ses démonstrations. La place consacrée à la politique des cadres et ses évolutions permet de bien saisir les basculements successifs d’un « parti d’enseignants et d’hommes de lettres », issu du congrès de Tours (chap. 1), à un parti qui doit à la bolchevisation de donner naissance aux « cadres thoreziens », facteur inédit de promotion de cadres ouvriers et ouvrières (chap. 2). Le PCF, qui devient ainsi un « outil d’émancipation populaire assurant la promotion d’une élite politique d’origine ouvrière en déclenchant un mouvement d’ampleur inédite contre les fondamentaux sociaux inégalitaires de l’ordre politique », n’est cependant pas totalement exempt « des inégalités qui traversent la classe qu’il entend représenter », attestées par le poids des fractions masculines les plus diplômées du groupe ouvrier. Les deux derniers chapitres abordent le renversement qui s’opère à partir des années 1970 et confère la prééminence à des cadres locaux, produits des conquêtes municipales. Il conduit à réévaluer le capital électif3 et participe d’un décrochage vis-à-vis des fractions populaires les plus dominées, OS, travailleurs immigrés ou salariés subalternes des services.

Ces jeux d’échelle subtilement articulés enrichissent et complexifient l’appréhension du parti en mettant à mal trop d’images et de raisonnements simplistes ou unilatéraux ; ainsi les approches réduisant le syndicat « à une courroie de transmission » ou les oppositions entre « base » et « sommet », dont le schématisme est attesté par les développements montrant que le groupe dirigeant, loin d’être exempt de divisions internes, est façonné par des processus prenant leur source non seulement à Moscou, mais aussi dans les milieux sociaux et territoriaux, d’où ses membres sont originaires. Les pages consacrées aux communistes face au pacte germano-soviétique (chap. 5) constituent un excellent exemple des nuances importantes que la démarche permet d’introduire.

La place des femmes, des peuples colonisés et des immigrés dans l’histoire du PCF ont fait l’objet de nombreuses études cependant souvent cloisonnées. Julian Mischi les réintroduit à chacune des étapes de son histoire par le biais de biographies pour beaucoup ignorées et toujours passionnantes. Elles font apparaître entre autres apports le poids des institutrices dans le vivier des militantes de l’entre-deux-guerres.

C’est une des contreparties de toute histoire interne que de prêter moins d’attention aux rapports sociaux externes et aux interactions entre le Parti communiste et l’État. Cela peut conduire à des approches quelque peu réductrices. Ainsi s’agissant de la construction de l’État-providence qu’on ne saurait s’expliquer par la seule nécessité de contrer la menace rouge, du « repli conservateur » qui s’opère en 1936 concernant les femmes et des colonies, qui pour effectif qu’il serait ne peut être attribué aux seules contingences électorales déconnectées du primat de l’antifascisme. Expliquer plus généralement la « prudence de la direction communiste lors du Front populaire, à la Libération ou mai-juin 1968 » par les seuls intérêts supérieurs des Soviétiques et de la lutte contre le « gauchisme », au risque d’une « confiscation des aspirations révolutionnaires », conduit à minimiser ses analyses pragmatiques des rapports de force et les avancées qu’autorisent ses interactions.

La conclusion de l’ouvrage permet de réintroduire les évolutions du PCF dans une approche plus globale du communisme international, des partis politiques et des défis contemporains. Julian Mischi souligne la force conservée du mot communisme lié, pour ceux qui, demeurés nombreux, s’en revendiquent, à « l’idée d’une alternative au capitalisme, visant à l’agilité sociale et à l’établissement d’un pouvoir politique effectivement exercé par le plus grand nombre, non monopolisé par les élites sociales ». Déniant aux « mouvements horizontaux », dont beaucoup se réclament aujourd’hui, la capacité d’« assurer un renouveau du mouvement politique d’alternative au capitalisme, ancré dans les milieux populaires et capable de résister aux logiques dominantes du champ politique », il réaffirme que la forme parti reste un instrument incontournable pour « coordonner » la lutte.

L’ouvrage qu’a dirigé Guillaume Roubaud-Quashie, préfacé par le secrétaire général du PCF et fort d’une iconographie de qualité, pourrait être perçu comme un ouvrage de circonstance sous l’espèce d’un beau livre. Ce serait toutefois une approche réductrice quand même il ne rivalise pas avec l’ambition du livre qu’on vient d’évoquer. Guillaume Roubaud-Quashie, qui a récemment soutenu une thèse sur « Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires », a réuni autour de lui une pépinière de très jeunes chercheurs – une trentaine –, relevant de diverses disciplines, et conçu un ouvrage original. Les 100 ans de Parti communiste français sont retraversés au rythme d’un événement ou d’une question par an. La plupart autorisent un court état des lieux, d’une double page, sur des thématiques dont beaucoup sont en phase avec les renouvellements historiographiques plus haut mentionnés. Il est bien sûr des passages obligés, tels le congrès de Tours, la bolchevisation, le XXe congrès du PCUS… Ils ne sont pas toujours abordés avec la clarté qui prévaut dans « l’impossible déstalinisation » (1956). Le pacte germano-soviétique est ainsi traité de façon par trop succincte et les entrées permettant d’aborder la guerre d’Algérie – « premières mobilisations » (1955), « le PCF face à la torture » (1957), « le putsch des généraux » (1958) –, pour pertinentes qu’elles soient, ne permettent pas d’évoquer le débat sur la « paix » ou « l’indépendance ». L’intérêt de l’ouvrage tient toutefois principalement à la multiplicité des entrées permettant des approches transversales ou des focus moins attendus. Ainsi, sans souci d’exhaustivité de notre part, « des femmes aux élections municipales de 1925 », « les relations houleuses avec le Parti communiste chinois » (1963), « le PCF et l’antisémitisme » (1964), la « montée en puissance des économistes » (1966), la « maison de verre » édifiée par Niemeyer (1970), « Georges Marchais en Afrique » (1983), « les États généraux de la culture » (1987), « Le livre noir du communisme » (1997)… La frise chronologique qui circule, année après année, au fil des 100 doubles pages, permet d’ancrer ce kaléidoscope dans des données événementielles plus complètes et constitue un utile instrument de travail, à l’égal de la bibliographie, présentée de telle sorte qu’elle prolonge les apports de chacune des entrées.

Danielle Tartakowsky


  1. Voir en ligne : Paprik@2F. []
  2. En codirection avec A. Antoine, Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 [Lire le compte rendu en ligne]. En codirection avec E. Bellanger, Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Paris, Armand Colin, 2013 [Lire le compte rendu en ligne] ; Le Communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014 [Lire le compte rendu en ligne]. []
  3. Voir également sur ce point E. Bellanger, Ivry banlieue rouge. Capitale du communisme français, Grâne, Créaphis Éditions, 2017. [Lire le compte rendu en ligne] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search