Yves-Marie Évanno et Johan Vincent (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019).

Plœmeur, Éditions Codex, 2019, 446 p. Préface d’Emmanuelle Cronier.

Cet ouvrage collectif est à la fois une synthèse, un tour d’horizon et un apport historiographique sur différents aspects du secteur touristique étudiés au prisme de la Première Guerre mondiale. Tourisme en guerre, de guerre, commémoratif, le sous-titre de l’ouvrage annonce couvrir la période 1914-2019, mais le volume propose en réalité quelques chapitres qui réintègrent judicieusement la rupture provoquée par la Grande Guerre dans une histoire du tourisme depuis la fin du XIXsiècle.

L’ouvrage se divise en vingt-huit chapitres plutôt succincts, articulés autour de trois thèmes principaux : le tourisme pendant la Grande Guerre, les transformations liées à la sortie de guerre, enfin le tourisme que nous pourrions qualifier de mémoriel. Les chapitres mettent en lumière des aspects peu connus et souvent peu étudiés du tourisme pendant la Première Guerre mondiale qui, nous l’espérons, ouvriront la voie à des travaux plus systématiques portant sur ces objets d’études. Les auteurs sont tantôt historiens, tantôt universitaires issus d’autres disciplines, ou encore professionnels du monde du tourisme. Malgré les disparités archivistiques et/ou méthodologiques qui peuvent poindre çà et là, l’ouvrage demeure cohérent et progresse de façon chronologique. Les textes proposés en français, anglais et espagnol, couvrent de multiples régions de plusieurs pays (France, Grande-Bretagne, Portugal, Suisse, Autriche, etc.), avec des études souvent locales et fort détaillées.

Le principal apport du livre, comme le note Emmanuelle Cronier dans sa préface, est qu’il « connecte l’histoire du développement touristique à celle de la Grande Guerre » (p. 11). Il ne s’agit pas simplement de comprendre comment l’industrie du tourisme a fait face à la Grande Guerre, mais bien d’esquisser comment elle s’y est adaptée, les transformations qu’elle a opérées pour subsister ou se développer, et à cet égard l’enquête menée au travers d’une grande diversité de chapitres se révèle fructueuse. En effet, si de nombreux travaux ont analysé le tourisme de guerre et le tourisme commémoratif, en particulier au sein des nations ayant fait partie de l’empire britannique, bien moins nombreux sont ceux qui ont considéré le tourisme et son industrie pendant la Grande Guerre du point de vue des acteurs de ce secteur, et comment ces derniers ont été affectés par le conflit. Le livre s’inscrit dans cette seconde catégorie, et il convient de noter que ces problématiques sont bien connues des historiens Yves-Marie Évanno et Johan Vincent, à l’initiative de Tourisme et Grande Guerre1.

D’emblée, il faut souligner qu’alors même que l’Europe plonge dans la guerre, le tourisme perdure. Certes, ses activités sont perturbées par les mobilisations, mais les lieux de villégiature demeurent populaires, non seulement durant l’été 1914, malgré des baisses parfois significatives de fréquentation, mais également tout au long du conflit. Il faut cependant s’adapter à celui-ci et le livre montre habilement comment l’industrie du tourisme résiste aux perturbations et utilise le patriotisme à son avantage pour contrer les critiques qui ont pu lui être faites pendant la guerre. En effet, comment pourrait-on accepter le plaisir, voire l’oisiveté de certains quand d’autres sont au front et que toutes les énergies du pays doivent se porter vers la victoire ?

Si l’Europe subit de plein fouet l’absence de touristes américains et les entraves que la guerre fait peser sur le secteur du transport, dont l’industrie du tourisme dépend en partie, cette dernière s’adapte rapidement à la situation. Les cartes des restaurants suisses, par exemple, sont revues pour pallier la relative rareté des denrées et leurs prix croissants. En France, l’hôtellerie littorale, généralement éloignée du front, est utilisée pour le logement de prisonniers de guerre, les hôtels devant alors revoir en profondeur leur mode d’exploitation. Le tourisme « intérieur » vient alors parfois compenser le tarissement de visiteurs internationaux. Mieux, en Autriche, comme le montre Sonja Malzner, les activités touristiques s’inscrivent dans un « désir de continuité » (p. 43) malgré la rupture provoquée par la Guerre. Les pays neutres subissent eux aussi les bouleversements liés au conflit : les voyages internationaux demeurent difficiles et les taux de mobilisation toujours importants à travers l’Europe privent ce secteur de clients potentiels.

De façon générale, l’ouvrage met bien en lumière que les pertes financières les plus conséquentes ont été enregistrées en 1915, avant une reprise progressive mais modérée les années suivantes. En effet, alors que la guerre bat son plein, il devient de bon ton de visiter certains lieux ou de s’y faire voir, près du front en particulier. Un prisme intéressant pour de nouveau saisir la violence du bouleversement total produit par la Grande Guerre est celui du patriotisme, et ce dernier est bien analysé par plusieurs contributeurs pour appréhender les flux touristiques, non seulement sur la période 1914-1918, mais également dans l’après-guerre. Ainsi, le chapitre de Ronan Richard explore comment certains camps de prisonniers allemands en France sont devenus des « zoos humains », attirant à eux des flots de visiteurs.

Dans l’après-guerre, le tourisme du souvenir devient un des moteurs de la renaissance de l’industrie touristique française, puis enregistre une perte de vitesse dans les années 1930 du fait de la montée des tensions avec l’Allemagne et l’Italie. Certains chapitres, à l’instar de celui de Pierre-Louis Buzzi qui traite du tourisme fasciste en France dans l’après-guerre, s’attachent à examiner le caractère éminemment politique du tourisme pendant et après la guerre, tourisme dont les tendances varient parfois au gré des relations intergouvernementales. La fin de l’ouvrage présente lui des problématiques plus contemporaines, telles que la mise en valeur des sites touristiques de la Grande Guerre et la mise en musée du conflit.

De solides recherches archivistiques permettent de reconstituer un panorama étonnant sur les pratiques touristiques du temps de guerre, panorama jusqu’à présent peu esquissé et que cet ouvrage ressuscite. Ainsi, les sources de l’administration fiscale utilisées dans certains chapitres se révèlent particulièrement riches, non seulement pour cartographier les pertes et gains du secteur touristique mais aussi pour étudier les réquisitions ou encore les mouvements de populations. L’iconographie, abondante et bien intégrée aux chapitres, ne gâche rien, bien au contraire, et permettra au lecteur de se replonger dans le tourisme en temps de guerre.

Dans l’ensemble, les trente et un auteurs qui ont contribué à Tourisme et Grande Guerre livrent un ouvrage qui sera fort utile non seulement à l’historiographie de la Grande Guerre mais également à son enseignement, en proposant de beaux sujets d’histoire culturelle. Ils donnent à voir le premier conflit mondial sur le temps long, tout en l’intégrant au développement d’une industrie qui le précède et se poursuit bien après lui : celle du tourisme.

Romain Fathi


  1. J. Vincent, L’intrusion balnéaire. Les populations littorales bretonnes et vendéennes face au tourisme (1800-1945), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; Y.-M. Évanno et Y. Lagadec (dir.), Les Morbihannais à l’épreuve de la Grande Guerre, Vannes, Département du Morbihan, 2017. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search