Histoire orale et désindustrialisation : recension critique

Tim Strangleman, Voices of Guinness. An Oral History of the Park Royal Brewery, Oxford, Oxford University Press, «Oxford Oral History Series », 2019, 208 p.

Lachlan MacKinnon, Closing Sysco. Industrial Decline in Atlantic Canada’s Steel City, Toronto, University of Toronto Press, 2020, 290 p.

Le concept de classe est devenu un outil d’analyse marginal dans les sciences humaines et sociales, précisément au moment où la désindustrialisation rapide des petites et grandes villes ouvrières d’Europe et d’Amérique du Nord le rendait d’autant plus nécessaire. C’est une des raisons qui expliquent que si peu de gens aient vu venir Trump, le Brexit ou la montée en puissance du populisme de droite. Loin d’être une coïncidence, l’effacement symbolique de la classe et de la lutte des classes depuis les années 1980 participe d’un processus plus global d’invisibilisation des classes populaires. Comme nous le rappelle l’historienne Jackie Clarke, l’invisibilité n’implique pas « une disparition totale, mais diverses formes de marginalisation, d’obstruction et de disqualification1 ». De fait, « le geste politique consistant à renvoyer le travail industriel au passé plutôt qu’au présent est l’un des mécanismes les plus fréquents » par lesquels notre présent pourtant toujours industriel est « escamoté sous nos propres yeux2 ».

Si la désindustrialisation de villes et de régions entières a souvent été accueillie avec une sorte de fatalisme collectif, certains membres de la classe moyenne ont vu ces bouleversements d’un bon œil. Après tout, ces industries étaient déshumanisantes et polluantes, souvent dominées par les hommes, et étroitement associées à l’impérialisme et au colonialisme de peuplement. N’importe laquelle de ces préoccupations est susceptible de recontextualiser politiquement une fermeture d’usine en une mesure d’intérêt général, surtout pour qui se trouve à une certaine distance sociale des personnes les plus directement affectées. Mais il se passait encore autre chose. Ainsi, lorsque l’anthropologue Kathryn Marie Dudley interrogea des enseignants de Kenosha, une ville du Wisconsin en voie de désindustrialisation, ils lui répondirent que maintenant leurs élèves issus de milieux modestes prendraient peut-être leurs études au sérieux. J’ai observé la même réaction au cours de mes propres enquêtes, et je n’ai pas été le seul. Aux yeux de certains employés de la classe moyenne, les cols bleus n’avaient tout simplement pas mérité d’avoir un salaire ou un niveau de vie semblables aux leurs. Nombre d’ouvriers devaient leur ascension sociale à des négociations collectives plutôt qu’à leur réussite personnelle, or la solidarité sociale n’a guère de place dans l’esprit de ceux qui croient que nous vivons réellement en méritocratie. Les fermetures d’usine font alors office de « rituel de dégradation du statut : c’est une reconnaissance culturelle du fait que les ouvriers ont un statut social inférieur à ce qu’ils voulaient faire croire3 ».

De ce chaudron économique et politique est sorti un nouveau champ de recherche interdisciplinaire consacré à la désindustrialisation. Dans les pays anglophones, les travaux se sont dans un premier temps concentrés sur les raisons économiques profondes du déclin industriel, sur son ampleur et son étendue, de même que sur la réaction politique des syndicats et des pouvoirs publics. Depuis les années 1990, l’histoire orale joue un rôle central dans l’étude de ce phénomène. Nombre de textes importants s’appuient sur la vie d’ouvriers licenciés, s’attachant à restituer leur vécu et le sens subjectif qu’ils donnent au travail industriel et à sa perte. Si l’on veut comprendre ce que représente la perte d’emploi pour ceux qui en sont victimes et leur famille, il faut en effet comprendre « l’avant » et « l’après » ; c’est ainsi seulement qu’on pourra pleinement en mesurer l’impact. Le meilleur exemple de biographie utilisée comme tremplin à partir duquel interpréter le passé est le livre de Daniel James, Doña María’s Story, qui s’intéresse à la vie d’une syndicaliste dans la ville argentine de Berisso, autrefois spécialisée dans les abattoirs. Comme l’écrit James, « le témoignage oral est plus désordonné, plus paradoxal, plus contradictoire et, de ce fait même, peut-être plus fidèle à la complexité des vies et de la mémoire ouvrières4 ».

Sans surprise, la plupart des histoires orales de la désindustrialisation se cantonnent à une seule ville ou région. Seule une poignée se sont lancées dans une étude transrégionale ou transnationale. On peut citer Capital Moves (1999), dans laquelle Jefferson Cowie retrace le parcours de la RCA, qui déplaça sa production télévisuelle d’une localité américaine à une autre avant de passer au Mexique5. C’est un excellent exemple d’analyse ayant su élargir son échelle sans pour autant perdre l’ancrage dans la vie quotidienne qui caractérise l’histoire orale. A contrario, il est surprenant de constater que peu d’ouvrages limitent leur analyse à un seul site industriel. Une fois les bâtiments démolis, les archives passées à la déchiqueteuse et la main-d’œuvre dispersée, il est difficile de reconstituer en profondeur le point de vue des ouvriers. Souvent, les archives des syndicats locaux ont été perdues dans la bataille.

La publication de Voices of Guinness de Tim Strangleman et de Closing Sysco de Lachlan MacKinnon fera donc date dans l’historiographie de la désindustrialisation. Ces deux remarquables études de cas conjuguent en effet de manière efficace histoire économique et histoire du mouvement ouvrier, en replaçant la fermeture définitive de ces usines dans une histoire longue des relations sociales. Publié dans la prestigieuse collection d’histoire orale des presses universitaires d’Oxford, Voices of Guinness étudie la culture d’entreprise qui eut cours pendant les soixante-dix ans d’existence de la brasserie Guinness de Park Royal (un quartier de Londres), qui ferma ses portes en 2005. Strangleman nous invite à entrer dans l’atelier et dans la salle du conseil d’administration pour comprendre la manière dont les relations professionnelles et sociales évoluèrent pendant cette période. Ce faisant, il découvre l’économie morale tacite (un ensemble de normes et de pratiques) qui prévalait autrefois dans les ateliers. Dans les années 1980, ce compromis se délita lorsqu’une nouvelle direction prit les rênes de l’entreprise et que s’amorça le lent et pénible déclin qui devait conduire à la fermeture. L’ouvrage de Lachlan MacKinnon sur l’aciérie de Sydney, en Nouvelle-Écosse, se place également dans une perspective longue. Lorsque la fermeture de l’usine fut annoncée pour la première fois en 1967, la classe politique et la population locale se mobilisèrent pour la sauver, et l’aciérie, nationalisée, tourna encore pendant plus de deux décennies. Son arrêt définitif peut être attribué à la désastreuse décision de moderniser la production en utilisant une nouvelle technologie risquée plutôt que le procédé LD qui avait fait ses preuves. Les deux derniers chapitres, consacrés à l’après-fermeture, traitent de l’héritage toxique et patrimonial durable que l’usine aura laissé.

Avant de commenter plus avant ces deux livres, je me dois de préciser que ni l’un ni l’autre de leurs auteurs ne m’est inconnu. Tim Strangleman et moi-même avons collaboré à de multiples reprises et il participe actuellement, sous ma direction, à un grand projet international sur les enjeux politiques de la désindustrialisation. C’est également le cas de MacKinnon, mais le lien que j’entretiens avec lui est encore plus étroit puisque j’ai été son directeur de thèse et que nous avons codirigé un livre6. Si j’ai accepté d’écrire cette critique, ce n’est pas pour porter un jugement sur la qualité de leurs travaux, mais parce qu’elle m’offre l’occasion de poursuivre mes réflexions sur l’histoire orale et la désindustrialisation.

Tout livre trouve ses origines dans une histoire – celle que nous nous racontons à nous-même ou que nous racontons aux autres pour expliquer comment est né le projet. Or ces histoires sont souvent très révélatrices, car elles en disent aussi long sur la manière dont les auteurs se positionnent. D’après Strangleman, il s’est « retrouvé » chez Guinness en 2004 dans le cadre d’une précédente enquête sur les hommes âgés dans l’entreprise. Il explique que la brasserie « était un bon endroit pour mener cette étude dans la mesure où les restructurations successives avaient provoqué une diminution des embauches au fil des ans », d’où un vieillissement du personnel. Il signale que la fermeture définitive de la brasserie avait déjà été annoncée et qu’il était « évident qu’elle préoccupait tous les employés du site ». Il mentionne ensuite en passant qu’il a proposé l’idée de ce livre à l’entreprise – et l’on peut penser que celle-ci l’a financé, bien que le texte ne soit pas explicite sur ce point. Strangleman reconnaît qu’il n’était pas une « page blanche » lorsqu’il est entré dans les locaux pour la première fois : « Je portais en moi toute une série de questionnements, de grilles de lecture et d’idées préconçues sur le travail industriel. » Plus loin, il raconte que son intérêt pour la culture d’entreprise lui vient des années où il a travaillé comme employé du métro londonien et où il a pu constater son importance. Cette expérience personnelle a été à l’origine de son premier livre, Work Identity at the End of the Line? (Palgrave Macmillan, 2004). Dans le cas de Guinness, en revanche, Strangleman était un observateur extérieur, puisqu’il ne possédait qu’un lien ténu avec la brasserie.

De ce point de vue, Closing Sysco de Lachlan MacKinnon ressemble davantage au premier livre de Strangleman qu’à son dernier : c’est un livre personnel. Dès les premières pages, MacKinnon affirme sa proximité avec son sujet. Ayant grandi dans l’ancienne ville sidérurgique de Sydney, il écrit : « Arrivée à l’âge adulte au milieu d’objets du quotidien qui rappelaient la sidérurgie et le charbonnage, ma génération se retrouvait confrontée à la désagrégation de ce grand tissu qui, nous disait-on, avait assuré la cohésion de nos communautés. » Il évoque ensuite son grand-père mineur et les nombreux membres de la famille de sa femme autrefois employés à l’aciérie. Son pedigree ouvrier établi, il raconte son enfance dans une ville brisée où overdoses et suicides faisaient partie de la vie, et ce dès le lycée. Puis il admet que, s’il se considérait au début du projet comme un des leurs, il a vite compris qu’il n’appartenait pas à la communauté très soudée des anciens métallos. L’oncle de son épouse fut l’intermédiaire dont il avait besoin, lui servant à la fois de cobaye et de guide.

Il est singulièrement fréquent que les chercheurs qui travaillent sur la désindustrialisation soient des enfants d’ouvriers syndiqués (beaucoup ayant vu un de leurs parents perdre son emploi à la suite d’une fermeture d’usine) ou qu’ils aient grandi dans des régions désindustrialisées. Quelques-uns ont même été ouvriers avant de faire des études supérieures. De ce point de vue, Tim Strangleman, éminent sociologue du travail au Royaume-Uni, et Lachlan MacKinnon, désormais titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les communautés postindustrielles dans l’université de sa ville natale, ne font pas exception.

Le premier sujet que j’aimerais aborder, c’est l’importance du contexte dans l’analyse qui peut être faite des propos tenus lors d’un entretien d’histoire orale. Ces témoignages ne sont pas des productions spontanées, ils résultent d’un dialogue, ce qui signifie que les questions posées influencent profondément le déroulement de l’échange. On peut en dire autant du lieu dans lequel se passe l’entretien. Tim Strangleman a pu accéder aux ateliers alors que la brasserie vivait ses derniers mois, et ce fut là-bas qu’il réalisa ses entretiens avec les ouvriers encore en poste. Il est excessivement rare de voir un employeur ouvrir les portes aussi grandes, dans la mesure où ce n’est guère valorisant pour une entreprise en passe de licencier. J’aurais donc aimé savoir ce qui avait poussé Guinness à le faire. Quels avantages y avait-elle trouvés ? Des conditions avaient-elles été posées ? Il y a bien des manières pour un employeur d’influencer un entretien. Par ailleurs, ces ouvriers n’étaient qu’à quelques mois de leur dernière journée de travail : comment Strangleman s’y est-il pris pour ne pas être associé à la direction ? Les enjeux autour des modalités d’accès et du financement ne sont pas traités dans le livre.

Pas grand-chose non plus sur la manière dont le moment choisi pour ces entretiens (après l’annonce de la fermeture, mais avant que celle-ci ne soit effective) et le fait qu’ils aient été réalisés dans les locaux ont pu influencer les discours et déterminer qui participait à l’enquête. On dit souvent que l’histoire orale est l’étude de la relation entre le passé et le présent, si bien que les entretiens nous en apprennent autant sur l’un que sur l’autre. Ici, pourtant, Strangleman ne nous fournit que très peu d’informations sur le présent des entretiens, sinon qu’ils furent « recueillis dans une période de turbulence », où de nombreux enquêtés s’inquiétaient de leur avenir incertain. C’est seulement dans un passage au sujet de repas pris en commun qu’il nous donne un aperçu des rapports qu’il entretenait avec les ouvriers :

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de déjeuner avec un petit cercle d’ouvriers dans la cantine désormais quasi déserte ; la salle était alors ridiculement grande pour le personnel résiduel encore employé sur le site. Quand je les écoutais parler de leur vie à l’atelier, j’avais littéralement l’impression d’assister à une sorte de thérapie de groupe ; c’était autant pour eux que pour moi qu’ils reprenaient ces vieilles histoires sur la brasserie et sur ceux qui y avaient travaillé. Les unes après les autres, ces anecdotes repeuplaient les lieux de collègues, d’amis et de relations – tout un décor avec ses personnages.

Devant ces échanges informels, Strangleman se prend à penser que ces ouvriers « essayaient de comprendre ce qui était en train de leur arriver et, plus profondément, le sens qu’avait eu leur vie professionnelle ». J’aurais beaucoup aimé en apprendre davantage sur ces efforts pour analyser dans le temps présent ce qui était en train de se produire ; c’était là une occasion unique de décrire le moment de bascule.

Aujourd’hui, les spécialistes d’histoire orale sont plus que jamais attentifs au contexte politique des entretiens. Et, si je comprends le désir de calibrer le livre de manière à ce qu’il puisse rencontrer un large lectorat, ce qui est manifestement le projet ici (projet qui n’a rien d’irréaliste étant donné la popularité de tout ce qui touche à Guinness), ce défaut de transparence méthodologique est préjudiciable. Nous ne savons pas grand-chose de la façon dont les entretiens ont été organisés, de l’endroit de la brasserie où ils furent réalisés, du mode de recrutement des sujets ou même de la manière dont ils réagirent à l’invitation de participer à l’enquête. Or, ce ne sont pas là de simples questions techniques ; elles sont profondément politiques quand on intervient dans un cadre aussi politisé qu’un site industriel sur le point de fermer7. Le moment compte aussi en matière d’histoire orale. Pour mon livre sur la fin d’une papeterie dans ma région d’origine, j’avais commencé mes entretiens peu après la fermeture de l’usine et je les ai poursuivis pendant que les tentatives de sauvetage tournaient court, que les bâtiments étaient démolis et que commençaient des lendemains incertains8. Autant dire que l’émoi était grand chez toutes les personnes concernées, et mes entretiens gardent autant la trace des bouleversements d’alors que du passé. C’est comme si la date de ces entretiens était inscrite en eux.

Lorsque j’ai lu Voices of Guinness, j’ai été frappé de la tonalité très différente de ces voix d’ouvriers par rapport à ceux que j’avais interrogés en Amérique du Nord. On n’y entendait rien de la colère à l’état brut ni du sentiment de trahison que j’avais moi-même rencontré. Au contraire, il se dégage de ces entretiens « une impression générale de fatalisme et d’acceptation de la fermeture », et Strangleman va jusqu’à faire le constat d’« une profonde et passive acceptation ». En guise d’explication, il pointe les années de rationalisation de la gestion de l’entreprise qui auraient eu raison des ouvriers. L’argument est convaincant, mais est-il suffisant ? Bien des fermetures que j’ai étudiées avaient été précédées d’une lente agonie, mais la colère était encore là. Ces ouvriers se sont-ils sentis libres d’exprimer leurs sentiments personnels au cours d’entretiens conduits sur leur lieu de travail ? Les entrevues se déroulaient-elles dans une pièce isolée ou dans l’immense cantine ? Mes entretiens avec des ouvriers de la papeterie qui venaient de perdre leur emploi n’étaient pas menés dans l’enceinte de l’entreprise. Même ainsi, beaucoup d’entre eux me mirent au défi de leur dire si j’avais un lien quelconque avec elle. Plus d’un voulut savoir si j’en avais reçu de l’argent. L’un d’eux alla jusqu’à jeter un coup d’œil au papier de mon imprimante de bureau pour vérifier qu’il n’était pas à l’en-tête de la société. Un bon nombre refusa carrément d’être interrogé : le sujet était encore trop sensible. L’impression donnée par ces entretiens n’avait guère à voir avec de la passivité. Pourquoi ceux de la brasserie Guinness furent-ils si différents ?

L’histoire orale joue aussi un rôle central dans Closing Sysco, mais la chronologie de l’enquête fut autre, puisque Lachlan MacKinnon l’entreprit des années après la fermeture de l’usine. Les différences ne s’arrêtent pas là. Tandis que Strangleman réalisa ses propres entretiens, MacKinnon put exploiter cent soixante-trois entretiens menés en 1990, alors que l’usine était encore en activité, mais aussi trente-deux autres qu’il réalisa lui-même. Non seulement ces deux séries nous offrent des points de vue temporels très différents sur l’histoire de l’usine, mais elles donnent la parole à deux générations d’ouvriers. MacKinnon élargit aussi la focale pour inclure des entretiens avec des habitants de la ville, telles ces femmes qui firent campagne pour obtenir justice suite aux atteintes à l’environnement : des déchets toxiques s’étaient infiltrés dans les sous-sols de leur quartier ouvrier à proximité de l’ancienne usine et une relation put être établie avec une augmentation des maladies. On sort donc du livre avec une idée précise de la place occupée par l’usine au sein de la collectivité, dimension absente de l’ouvrage de Strangleman. MacKinnon interroge aussi l’ancien Premier ministre de la province, celui-là même qui signa l’arrêt de mort de l’aciérie. Il est intéressant de voir combien le fait de rencontrer quelqu’un peut parfois subtilement modifier l’image qu’on en avait. « Les graines de ce projet avaient germé sous l’effet de la colère que j’éprouvais devant ce que je percevais comme une injustice commise à l’encontre des habitants de ma ville, écrit MacKinnon. L’usine n’avait pas tout simplement fermé ; elle avait été fermée – par la province. » Et pourtant, bien que sa colère « ne se soit pas dissipée », MacKinnon décide de ne pas désigner de « coupables », mais au contraire de proposer « une analyse du vécu ouvrier beaucoup plus nuancée » qu’il ne l’envisageait au départ.

Dans un passage qui rappelle l’étude désormais classique d’Alessandro Portelli sur Luigi Trastulli7 (tué par la police au cours d’une manifestation anti-OTAN à Terni en Italie, mais resté à tort dans les mémoires pour être tombé en martyr des années plus tard, lors de protestations contre des licenciements, parce que ce combat-là gardait toute son actualité), MacKinnon réalise que les anciens ouvriers de l’aciérie et les habitants de la ville se trompent dans le souvenir qu’ils ont gardé de la Parade of Concern, une grande manifestation qui, le 19 novembre 1967, vit des milliers de personnes défiler pour sauver leur usine. Ce moment est devenu mythique dans l’histoire de la province et on lui attribue généralement le mérite d’avoir convaincu les autorités de procéder à une nationalisation. Pourtant MacKinnon, ayant découvert une autre histoire dans les archives, ne craint pas de remettre en cause ce souvenir chéri par la population. Comme il l’explique, « l’amalgame dans les témoignages entre le Vendredi noir80 et la Parade of Concern est révélateur des processus à l’œuvre dans la recomposition des souvenirs ; il donne le sentiment agréable et valorisant qu’une action militante venue de la population locale a obtenu gain de cause. Il permet aux habitants de Cape Breton d’avoir à eux-seuls sauvé leur aciérie ». Son ouvrage donne aussi à voir les querelles qui agitèrent la vie politique locale autour de la santé des ouvriers, de la pollution de l’environnement ou du travail de commémoration, dépassant ainsi la dichotomie « capital contre local » qui informe une grande partie des travaux sur la désindustrialisation aux États-Unis.

Un des défis auxquels nous sommes confrontés, en tant que chercheurs qui pratiquons l’enquête qualitative, c’est la difficulté d’écrire l’histoire orale de manière efficace. Nous savons que la transcription des témoignages demande de passer de l’oral à l’écrit et que, dans ce passage, beaucoup se perd. Intégrer des récits oraux dans les travaux historiques est également une gageure. Trop souvent, les entretiens qualitatifs sont utilisés, soit comme ingrédient pour ajouter un peu de piment émotionnel à l’analyse, soit sous la forme de données agrégées. Or, les spécialistes de l’histoire orale sont convaincus que les récits de vie ont une valeur qui dépasse leur valeur étroitement informative et qu’il y a beaucoup à apprendre de ces histoires partagées, et même du langage employé. Nous croyons donc important de faire entendre le souffle de nos entretiens dans nos écrits. Ceci implique généralement d’inclure davantage de longs verbatim qu’on ne le fait d’habitude, pour ensuite en élucider le sens et la portée. Toutefois, si les extraits sont trop longs ou enchaînés sans interprétation, ils peuvent rapidement perdre de leur efficacité et briser l’élan narratif du livre.

Par bonheur, Strangleman et MacKinnon font un travail admirable de ce point de vue comme de bien d’autres, mêlant judicieusement histoire orale et sources archivistiques. Strangleman va un cran plus loin et analyse avec soin les documents photographiques, allant jusqu’à s’associer à un photographe afin de conserver une trace visuelle des derniers jours de la brasserie. Vers la fin de l’ouvrage, le lecteur a l’impression de commencer à connaître les individus qui se cachent derrière les extraits. Ils portent aussi leurs vrais noms, ce qui reste inhabituel dans certaines disciplines où l’on préfère dissimuler les identités. J’ai toujours pensé qu’il y avait un impératif moral à laisser les gens décider eux-mêmes s’ils veulent ou non être nommés. Il est également important que ces entretiens soient désormais archivés, car cela signifie que Strangleman et MacKinnon ne sont pas les seuls et uniques interprètes de ces histoires. Ces témoignages continueront à respirer et à enrichir nos connaissances sur le passé industriel.

Steven High (traduit de l’anglais par Cécile Deniard)


  1. J. Clarke, « Closing Moulinex. Thoughts on the Visibility and Invisibility of Industrial Labour in Contemporary France », Modern and Contemporary France, vol. 19, no 4, 2011, p. 441. []
  2. Ibid., p. 447. []
  3. K. M. Dudley, The End of the Line. Lost Jobs, New Lives in Postindustrial America, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 79. []
  4. D. James, Doña María’s Story. Life History, Memory, and Political Identity, Durham, Duke University Press, 2000, p. 242. []
  5. J. Cowie, Capital Moves. RCA’s 70-Year Quest for Cheap Labor, Ithaca, Cornell University Press, 1999. []
  6. J. Cowie, Capital Moves. RCA’s 70-Year Quest for Cheap Labor, Ithaca, Cornell University Press, 1999. []
  7. A. Portelli, The Death of Luigi Trastulli and Other Stories. Form and Meaning in Oral History, Albany, State University of New York, 1991. []
  8. Jour de l’annonce de la fermeture de l’usine, le 13 octobre 1967. Ndt. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search