Isabelle Marinone (dir.), Un monde et son double. Regards sur l’entreprise visuelle des Archives de la Planète (1919-1931).

Perpignan, Presses universitaires de Perpignan-Institut Jean Vigo, « Cinémas », 2019, 300 p. Préface de Teresa Castro

En 1912, dans une France demeurée marquée par le double traumatisme de la guerre de 1870 puis de l’affaire Dreyfus, le banquier humaniste et pacifiste Albert Kahn entreprend la construction des Archives de la planète (ADLP). Il en confie la direction au géographe Jean Bruhnes, tout juste élu à la chaire de géographie humaine au Collège de France, qui l’assure jusqu’à sa mort, en 1930. Ces archives sont destinées, selon ce dernier, à « établir comme un dossier de l’humanité prise en pleine vie, au commencement du XXe siècle, à l’heure critique de l’une des mues économiques, géographiques et historiques les plus complètes qu’on ait jamais pu constater » et à « conserver les faits de la planète » qui vont mourir sous l’effet d’une uniformisation « par le fait économique et géographique de la circulation ».

Albert Kahn entend contribuer ainsi à la formation des élites, par là devenues capables d’insuffler à la société une nouvelle orientation fondée sur la reconnaissance de l’autre. Il s’inscrit sur ce mode dans le combat des militants du pacifisme par le Droit, en vue d’un pacifisme universel ancré dans la philosophie kantienne. Les ADLP sont à tel effet indissociables d’autres initiatives d’Albert Kahn constituant une nébuleuse : Comité national d’études sociales et politiques, Orientation nouvelle, société Autour du monde, bourses de voyage attribuées à des étudiants de divers pays et, dans un autre registre, élaboration et préservation des jardins de Boulogne, dans sa propriété. En 1929, il anticipe les effets de la crise économiques en regroupant ses fondations sous l’appellation de Centrale de recoordination, qu’il place sous la responsabilité de l’Université de Paris, avec laquelle il a noué des liens dès la première heure. Si sa ruine met bientôt un terme à l’aventure, il laisse du moins à la postérité un patrimoine majeur, aujourd’hui conservé et valorisé par le musée départemental qui porte son nom, fondé en 1986.

L’histoire de cette nébuleuse, son inscription dans l’histoire politique, philosophique (rôle de Bergson), scientifique et intellectuelle de la France des années vingt, son apport à la construction des sciences sociales ont déjà fait l’objet de nombreux travaux, dont les colloques initiés par ce musée. Ils sont répertoriés avec soin dans la bibliographie du présent ouvrage et dûment mobilisés par la plupart de ses contributions. Celles-ci approfondissent toutefois l’existant, le réinterrogent ou l’enrichissent, s’agissant plus particulièrement des questions de muséographie, d’une part, et, d’autre part, de l’histoire de l’art grâce à une contextualisation des ADLP dans l’histoire du cinéma et des avant-gardes, la formation des opérateurs, la révolution esthétique de l’autochrome.

Les contributions réunies dans cet ouvrage collectif, initialement présentées à l’occasion d’une journée de travail puis d’un colloque international organisés par Isabelle Marinone en 2014 dans le cadre du centre Georges Chevrier, à l’université de Bourgogne, émanent en effet de documentaristes, personnels du musée et d’historiens du cinéma, de l’art, français et américains, accompagnés du témoignage personnel de Jean-Noël Delamarre relatif aux films que sa mère a réalisé sur la famille Bruhnes.

Si l’ouvrage doit à sa nature de n’être pas exempt de répétitions, il suscite à maints égards l’intérêt.

Les contributions de Frédérique Le Bris, de Jocelyne Leclerc-Weiss, documentaristes au musée, et d’Adrien Genoudet1 s’attachent à la prise en charge institutionnelle des ADLP, aux questions de muséographie, de montage contemporain de films, de restauration et de « mise en accessibilité » du fonds, en prise sur les conditions nouvelles de diffusion et de réception.

Ce travail de longue haleine permet aujourd’hui l’accès à un fonds patrimonial constitué de 72 000 autochromes, 4 000 photographies stéréoscopiques et plus d’une centaine d’heures de films.

Les documents d’ordre géographique et ethnographique qu’on doit aux dix opérateurs recrutés par Jean Bruhnes pour les images fixes et aux trois qui le furent pour les images filmées représentent trois quarts de ce fonds. Les contributions de Sun Yung Yeo, Paula Amad, Shelley Rice, Shelley Hornstein reviennent sur les liens consubstantiels de cette « géographie en couleur et en mouvement » et de la géographie humaine selon Jean Bruhnes. Le déplacement du regard qu’on doit à la présence, ici, de trois chercheuses américaines contribue à des approches renouvelées du « cosmopolitisme » et de l’« universel » dont se réclame Albert Kahn en interrogeant le contexte colonial du cosmopolitisme français et participe des débats théoriques contemporains sur la culture mondialisée et les relations du local et global.

Michel Cadé et Isabelle Marinone s’intéressent, pour eux, aux documents d’ordre politique et social qui représentent le quart des images animées, en noir et blanc, et témoignent de l’attention qu’Albert Kahn a porté à la crise de 19-20 et aux grèves, mais également aux organisations ouvrières en redéfinition, soit, ici, des phénomènes émergents. François Amy de la Bretèque et Fatima Gloton, enfin, s’attachent aux images de guerre.

La nature protéiforme de l’ouvrage interdit de faire justice de tous ses apports. Signalons du moins, au fil des pages, en toute partialité, l’intérêt des extraits des récits de voyages de quelques boursiers ou, s’agissant du contexte colonial, les développements relatifs au père Francis Aupin dont les films, étudiés par Paula Amad, révèlent un profond clivage entre le désir de convertir les Africains au christianisme et le respect des cultures africaines traditionnelles et l’enregistrement scientifique des détails de la différence culturelle. De façon plus globale, il convient de souligner ce qu’apporte la coexistence de contributions qui réagissent les unes sur les autres. Là où Isabelle Marinone pointe les similitudes entre la « nébuleuse Kahn » et la philanthropie américaine de Carnegie et sa dotation pour la paix universelle, expressions contemporaines d’un « air du temps », plusieurs communications mettent en évidence les spécificités des ADLP comparées à ces corpus d’une autre sorte que sont les images touristiques, sensiblement plus précoces mais dont l’âge d’or de la carte postale accroît la diffusion, les photographies et expositions d’Alfred Stieglitz (Shelley Rice), les actualités cinématographiques (Frédérique Le Bris), les réalisations du service photographique et cinématographique de l’armée, avec lequel Albert Kahn et Jean Bruhnes collaborent à divers titres durant la Grande Guerre (Fatima Gloton). Elles suscitent des réflexions croisées sur les approches, différentes, de l’événement, du temps, de l’individu, du groupe, soulignant la réticence d’Albert Kahn à l’événementialité (à la possible exception du mouvement ouvrier) et son souci de dresser un paysage gestuel composé des activités humaines du quotidien dans un cadre local à l’heure du global.

La comparaison entre la « nébuleuse Kahn » et le dispositif d’Alfred Stieglitz souligne, pour elle, le rapport distinct qu’ils entretiennent avec la culture de masse. Là où celui-ci joue la carte d’une large diffusion des photographies par le biais des magazines qu’il fonde, celui-là diffuse dans un groupe restreint d’institutions et d’universitaires pour permettre à l’élite française de demeurer au sommet, attestant de rapports singulièrement distincts à la modernité dont tous deux sont pourtant pareillement des vecteurs.

Cette contribution à l’histoire intellectuelle d’Albert Kahn, au cœur d’une multiplicité de réseaux de toute nature, vient enrichir l’histoire de toutes les institutions et activités qui le composent. Tout juste regrettera-t-on que les reproductions, quoique nombreuses, de documents d’archives et photographies autochromes n’en soient pas moins parfois insuffisantes pour suivre comme il conviendrait certaines contributions reposant exclusivement ou principalement sur leur commentaire.

Danielle Tartakowsky


  1. On pourra regretter que l’ouvrage ne paraisse que six ans après la tenue du colloque. Signalons la récente parution ultérieure de la thèse d’A. Genoudet, L’effervescence des images. Albert Kahn et la disparition du monde, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search