Alessandro Stanziani, Les métamorphoses du travail contraint. Une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles).

Paris, Presses de Sciences Po, 2020, 328 p.

Les grands penseurs du capitalisme ont classiquement fait du salariat l’horizon des sociétés modernes. Pour Karl Marx et Max Weber, si la contrainte se cache certes dans le travail libre, les formes d’exploitation telles que l’esclavage ou le servage sont elles autant d’archaïsmes dont il est prédit le dépérissement inéluctable. Ainsi pour le premier, les « forces extra-économiques » qui autrefois commandaient le travail, une fois la production capitaliste en branle, se retirent de l’accumulation économique qui douée de sa mécanique propre se reproduit désormais d’elle-même ; quant au second, la rationalisation et la bureaucratisation de l’industrie requièrent indubitablement la liberté formelle des travailleurs1.

L’ouvrage d’Alessandro Stanziani se veut alors l’antidote, comme le titre le suggère, d’un récit des « métamorphoses de la question sociale » qui aboutiraient nécessairement au dépérissement des formes de travail contraint et au triomphe du travail salarié libre. Il ne faut pas pour autant s’attendre à y trouver une « chronique du travail contraint », qui serait le pendant opposé de la célèbre « chronique du salariat » de Robert Castel2, en retraçant ainsi les évolutions du travail non libre au cours des siècles. Plutôt qu’une chronologie, c’est un « moment » que choisit d’éprouver l’auteur, celui des grandes transformations des économies et du travail du XVIIIe et XIXe siècle. Ce « moment », c’est également celui dans lequel Joseph Conrad effectuait ses nombreux voyages, romançant, parfois taisant, les formes brutales de travail contraint qu’il découvrait à travers le monde. Alessandro Stanziani traverse le globe dans son ouvrage selon une trajectoire presque parallèle à celle du romancier que, de façon originale, il fait dialoguer avec son exposé. Le procédé souligne alors la contemporanéité des diverses modalités de travail contraint abordées dans le livre à cette époque de brusque accélération de l’économie mondiale, à l’époque également où s’engageaient âprement les débats relatifs aux droits nouveaux à accorder aux travailleurs des métropoles impériales.

C’est donc bien une histoire globale du travail contraint à laquelle se livre l’auteur, se fondant pour l’essentiel directement sur ses travaux de recherche accumulés tout au long de sa carrière – quelques chapitres relatifs au travail dans les métropoles coloniales (chap. 3) et aux mouvements abolitionnistes occidentaux reposent davantage sur des sources secondaires (chap. 4 et partiellement 6). Sans prétendre résumer l’ensemble des arguments et des débats historiographiques qu’il engage, signalons les nombreux régimes de travail discutés dans l’ouvrage. On y apprend ainsi le fonctionnement du servage russe et des débats ayant conduit à son abolition à la fin du XIXe siècle, un système tiraillé entre les volontés des propriétaires fonciers de s’attacher une main-d’œuvre et celles de l’État, peu enclin à réprimer un mouvement de fuite qui participait à coloniser les régions périphériques de l’empire (chap. 1 et 6). On y découvre la condition des marins français et britanniques au XVIIIe siècle, pris entre d’une part les pratiques de recrutement forcé des armateurs et recruteurs militaires, légales (le système de « la presse ») ou plus illicites (les embauches arrosées dans les tavernes des ports, voire les rapts), et les interdictions de rompre prématurément les contrats d’autre part (chap. 2). On y lit encore les principes qui gouvernaient l’engagisme (indenture) dans les plantations sucrières des Mascareignes, qui défendaient également aux immigrés de quitter leur employeur avant l’expiration de leur contrat sous peine d’être poursuivis pour « désertion » et pour « vagabondage » (chap. 5). Enfin, le dernier chapitre, « Au cœur des ténèbres » (chap. 7), expose les violences et les crimes destinés à mettre au travail les populations non pas du Congo belge – dont Conrad avait contribué en son temps à en dévoiler les horreurs et qui ont depuis été largement étudiées – mais du Congo français et plus largement de l’Afrique équatoriale française. L’auteur y décrit les modalités de travail forcé et les répressions, souvent sanguinaires, qu’exerçaient ensemble autorités coloniales et sociétés concessionnaires.

L’intérêt de l’ouvrage ne réside pas cependant seulement dans la multiplicité remarquable des cas d’études, mais plutôt dans la façon dont l’auteur, en tenant de l’histoire globale3, met en évidence les entrelacements qui existaient entre ces différents régimes de travail. Loin d’additionner les exemples, Alessandro Stanziani révèle en effet que les employeurs de ces mains-d’œuvre contraintes et les réformateurs en tous genres n’agissaient pas en isolation les uns des autres mais discutaient continuellement des mérites respectifs d’une forme de travail plutôt qu’une autre existante ailleurs. Les effets de miroir qui orientent alors les mutations du travail contraint sont de deux ordres. D’abord, ceux qui s’opéraient entre différents modèles de travail contraint, l’engagisme dans les Mascareignes s’inspirant par exemple des Masters and Servant Acts de la métropole dans le cas britannique et des dispositions juridiques encadrant les marins dans le cas français. Ensuite, les transformations du travail contraint étaient liées à celles du travail libre, les autorités coloniales se demandant par exemple si les innovations juridiques et le développement de la protection sociale que connaissait alors le travail en métropole pouvaient s’appliquer à des populations coloniales jugées culturellement et traditionnellement différentes, promptes notamment à l’indolence. À ce titre, les métamorphoses du travail contraint sont, montre Alessandro Stanziani, indissociables des métamorphoses du travail tout court que connaissent ces XVIIIe et XIXe siècles.

Or, dans ce raisonnement « comparatiste » qui oriente la compréhension de la liberté et de la contrainte au travail des acteurs de l’époque, comme d’ailleurs sans doute dans celui des historiens aujourd’hui, l’esclavage s’impose comme le référentiel indépassable à l’aune duquel on mesure, on jauge, le caractère libre de telle ou telle relation de travail. La question fondamentale qui agite en effet nombre des contemporains, des groupes d’intérêts défendant le statu quo aux abolitionnistes « éclairés », n’est autre que celle de savoir si telle modalité de travail, jusqu’au salariat, constitue réellement le travail libre qu’elle prétend être ou rien de moins qu’un esclavage qui ne dit pas son nom. Car Alessandro Stanziani l’écrit pertinemment, il n’existe pas de dichotomie évidente entre travail contraint et travail libre qui transcenderait l’histoire. Plutôt, énonce-t-il, « chaque époque et chaque contexte proposent de multiples définitions de la liberté et de la contrainte dans le travail » (p. 10) : la frontière entre le travail libre et le travail contraint est subjective, changeante, issue d’un rapport de force entre des groupes antagonistes qui chacun ont leur intérêt à déplacer le curseur d’un côté ou de l’autre. Après tout, comme le souligne l’auteur, même la figure du prolétaire britannique ou français, pourtant prise comme cas paradigmatique du travail libre, est jusqu’à la fin du XIXe siècle régie par les Masters and Servant Acts en Grande-Bretagne et soumise aux contrats de louage de service et au livret ouvrier en France, et diffère ainsi dans la pratique largement de l’idéal libéral qu’elle est censée incarner.

On comprend donc que l’auteur se refuse à raisonner par type et ne s’essaye pas, contrairement à d’autres, à donner de définition univoque du travail contraint4. Toujours est-il que, malgré l’insistance répétée sur la multiplicité et le caractère situé de l’opposition entre travail contraint et travail libre, Alessandro Stanziani considère bien qu’il existe objectivement un travail contraint, puisqu’il faut bien qu’un principe d’unicité minimale autorise la réunion d’une telle diversité de régimes de travail au sein d’un même ouvrage et d’un même label. De là naît un flou, entre un auteur qui souligne minutieusement les batailles définitionnelles auxquelles se livrent les acteurs autour d’un système de travail donné, mais qui ne peut parfois s’empêcher de trancher lui-même, quelquefois contre ses acteurs, le statut contraint ou libre de telle ou telle main-d’œuvre. À titre d’exemple, l’auteur note que la requalification progressive de l’engagisme de travail libre à travail contraint au cours du XIXe siècle montre « le caractère historiquement situé de la limite » entre les deux (p. 191), mais affirme plus loin que ces mêmes engagés du début du siècle connaissaient des conditions réelles « pires que sous l’esclavage » (p. 306). Du choix épistémologique de ne pas arrêter de concept a priori du travail contraint il devient ainsi parfois ardu pour le lecteur de se repérer dans ce double niveau, qui certes fait la richesse et la complexité du livre, entre catégories des acteurs et catégories de l’auteur.

Si Alessandro Stanziani ne définit pas explicitement ce qu’est pour lui le travail contraint, terme qu’il substitue parfois par « formes extrêmes de dépendance », au contenu ambigu, ou par « travail forcé », qui semble d’une portée plus restreinte, reste qu’un modèle explicatif se répète chapitre après chapitre et en dresse les contours. Qu’il s’agisse en effet des serfs russes, des marins, des travailleurs engagés dans les plantations sucrières de l’Océan indien comme des ouvriers des entreprises concessionnaires de l’Afrique équatoriale française, un invariant s’impose : la rareté d’une main-d’œuvre que se disputent les employeurs conduit ces derniers à revendiquer leur droit d’embaucher à loisir, défendant ainsi soit le marché libre du travail, soit au contraire le recrutement forcé, tout en refusant le droit analogue du travailleur de débaucher par la suite. En somme, conclut Alessandro Stanziani, « tous souhaitent disposer de davantage de main-d’œuvre et, pour cela, revendiquent le droit de la soutirer aux autres, tout en se plaignant qu’on puisse la leur voler » (p. 309). Obligations d’entrer dans « l’emploi », entraves pour en sortir, on serait tenté de considérer que, plutôt qu’une réticence à faire appliquer un abstrait principe de liberté dans le travail, ce qui fait en réalité la persistance ou la (ré)apparition de l’exercice de la contrainte dans les mondes productifs est plutôt le refus de faire du travail une marchandise, c’est-à-dire d’autoriser les travailleurs à vendre, et à revendre, leur force de travail au plus offrant. Cette question de la marchandisation empêchée du travail, que selon nous soulève avec intensité l’ouvrage, permettrait sous cette lunette de poursuivre la discussion avec Karl Marx et Karl Polanyi, dont l’auteur se fait occasionnellement le critique. Quoi qu’il en soit, Les métamorphoses du travail contraint constitue, on le voit, non seulement une contribution empirique venant pallier une historiographie du travail toujours trop obnubilée par la figure du salarié libre, mais plus encore matière à réflexion pour celles et ceux qui souhaitent penser la correspondance problématique qui lie travail et liberté, dans l’histoire comme dans nos sociétés actuelles.

Lucas Puygernier


  1. K. Marx, Le Capital, Livre I, Paris, Garnier-Flammarion, 1969, p. 546 ; M. Weber, Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard, 1991, p. 298. []
  2. R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995. []
  3. A. Stanziani, Les entrelacements du monde. Histoire globale, pensée globale (XVIe-XXIe siècles), Paris, CNRS Éditions, 2018. []
  4. Souvent désigné par le terme unfree labour, le travail contraint fait l’objet d’une vaste littérature anglophone, aussi bien en histoire et en anthropologie qu’en sociologie politique. Entre autres : R. Miles, Capitalism and Unfree Labour. Anomaly or Necessity?, Londres, Tavistock, 1987 ; T. Brass, Labour Regime Change in the Twenty-First Century. Unfreedom, Capitalism and Primitive Accumulation, Leyde, Brill, 2011 ; F. Calvao, « Unfree Labor », Annual Review of Anthropology, n° 45, 2016, p. 451-467 ; G. LeBaron et N. Phillips, « States and the Political Economy of Unfree Labour », New Political Economy, vol. 24, n° 1, 2018, p. 1-21. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search