Charlotte Courreye, Augustin Jomier et Annick Lacroix, Le Maghreb par les textes, XVIIIe -XXIe siècle.

Paris, Armand Colin, « Collection U », 2020.

Dix ans après la parution du Moyen-Orient par les textes chez le même éditeur1, Charlotte Courreye, Augustin Jomier et Annick Lacroix, historiens et, en ce qui concerne les deux premiers, arabisants, respectivement maîtres de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3, à l’INALCO et à l’Université Paris Nanterre, proposent un choix de textes concernant le Maghreb du début du XVIIIe siècle à la fin des années 2010.

Il y a quelques années de cela Pierre Vermeren2, spécialiste du Maroc colonisé, faisait le constat de la faiblesse numérique des études sur l’histoire du Maghreb, notamment du Maghreb post-indépendance, dans les établissements d’enseignement supérieur français, malgré l’importance de la demande sociale. Les trois auteurs, forts de leur expérience de recherche et d’enseignement sur l’histoire du Maghreb précolonial, colonisé ou indépendant – un espace recouvrant ici les actuels États du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Libye –, proposent ici un outil de travail des plus utiles pour contribuer à réduire ce manque.

Destiné aux enseignants du secondaire et du supérieur, le volume est organisé en deux parties, (« Le Maghreb politique » et « Appréhender des sociétés et des cultures en mutations ») et onze chapitres, et un peu plus de cent textes illustrent cent thèmes différents, le plus ancien daté de 1710, les plus récents de 2019 (à propos du Hirak algérien). Chaque texte, souvent long, ce qui permet de montrer tout l’intérêt de la source, présenté et contextualisé, est suivi d’une courte bibliographie, la plus au fait de l’actualité historiographique. L’un des intérêts du recueil est de ne pas envisager l’histoire du Maghreb de ces trois derniers siècles uniquement par le prisme colonial et de la replacer dans son histoire ottomane – ou « moderne » pour le Maroc (al-Maghrib al-aqsa) – puis indépendante pour mieux interroger les transitions et les temporalités. Outre ce « décloisonnement chronologique », les auteurs ont veillé à l’originalité de la documentation, préférant aux textes canoniques des écrits moins connus, parfois inédits en français car traduits par les auteurs et désormais accessibles à un public non arabophone. Il s’agit, comme ils l’écrivent en introduction, de multiplier au maximum les points de vue et de faire entendre au mieux les populations locales, prises dans leur diversité, l’accent étant largement mis sur l’histoire des groupes sociaux et pas seulement sur l’histoire politique comme cela a longtemps été le cas. Un lexique complète le volume ainsi qu’une bibliographie uniquement consacrée aux « autres recueils de textes sur le Maghreb ».

En fonction de ses centres d’intérêt, on pourra toujours trouver des lacunes dans un recueil qui, malgré son ampleur, a dû faire des choix pour des raisons éditoriales. On regrettera peut-être davantage l’absence d’une bibliographie plus complète en fin d’ouvrage qui aurait donné à voir l’importance des publications sur le Maghreb depuis une vingtaine d’années, la part de la recherche maghrébine, européenne, l’importance prise par les travaux anglophones dans le champ, ainsi que le renouvellement des problématiques et des thématiques qu’ils révèlent.

Conçu par des spécialistes parfaitement au fait de ces renouvellements et offrant à plusieurs publics des sources variées ouvrant sur plusieurs histoires, ce volume ne peut être qu’un outil précieux au service d’un enseignement qui, malgré tout, s’ouvre de plus en plus au Maghreb.

Claire Fredj


  1. Anne-Laure Dupont, Catherine Mayeur-Jaouen, Chantal Verdeil, Le Moyen-Orient par les textes : XIXe-XXIe siècle, Paris, A. Colin, 2011. []
  2. Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du Maghreb post-colonial : 1962-2012, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search