Nicolas Patin et Dominique Pinsolle (dir.), Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux. Des révoltes antifiscales au sabotage, XVIIe -XXe siècles.

Nancy, Éditions Arbre Bleu, 2020, 228 p.

Cet ouvrage collectif est issu d’un séminaire consacré à la notion de déstabilisation du pouvoir, organisé dans le cadre de l’Université Bordeaux-Montaigne. Il se propose d’analyser « les origines, les formes, les significations et les effets des pratiques subversives dirigées contre les flux dont dépendent l’autorité de l’État et l’économie d’un pays […] en entendant par subversion l’objectif de renverser un pouvoir ou des actes ayant pour effet de saper une autorité ». Les contributions interrogent à tel effet sur divers modes le rapport entre les flux essentiels à l’économie comme à l’exercice du pouvoir, à ce titre partie intégrante de l’État, et certaines pratiques subversives en s’inscrivant dans la longue durée des quatre derniers siècles et dans une certaine diversité nationale.

Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « L’État moderne face au spectre de la déstabilisation monétaire et fiscale au XVIIe siècle », Olivier Caporossi et Gauthier Aubert traitent respectivement du « roi catholique face à la subversion des flux monétaires dans l’Espagne du XVIIe siècle » et des « révoltés dans la France d’Ancien Régime ». Leurs contributions, qui reviennent sur le rôle structurant de la monnaie et de l’impôt dans la construction et l’affirmation de l’État moderne, abordent la question qui constitue le cœur de l’ouvrage du point de vue de cet État, de ses perceptions et de ses ripostes. La guerre des monnaies ou la perturbation des flux fiscaux ou alimentaires sont, alors, pareillement susceptibles de remettre en cause le financement de l’État et d’en éroder l’autorité dès lors qu’elles affectent une part de la domination étatique. Elles nourrissent à ce titre l’imaginaire du complot, orchestré à partir de nations adverses ou ennemies, particulièrement dans les phases de guerre ouverte, et suscitent des politiques répressives à l’aune d’une telle approche et des craintes qu’elle soulève. Les crimes de monnaie, assimilés à des actes de guerre et de haute trahison, sont châtiés à leur mesure. Les prises de grains qui constituent « les formes les plus usuelles de la contestation violente », comme l’a montré Charles Tilly, et relèvent d’une logique de subsistance dans un cadre local, n’en apparaissent pas moins, pareillement, comme de potentiels facteurs de déstabilisation de l’État, aisément soupçonnées de collusion avec l’ennemi, présumé les instrumentaliser pour peu qu’elles coïncident avec des guerres ou des révoltes aristocratiques. La répression à leur encontre se durcit d’autant plus qu’elles cessent, au XVIIIe siècle, de tenir les intermédiaires pour leur cible exclusive et s’en prennent à l’État monarchique.

La quasi-totalité des pratiques analysées dans cette première partie étaient susceptibles sinon de déstabiliser l’État, du moins de le gêner, sans que cela soit, du moins, leur but premier, et concernaient des réseaux immatériels. L’émergence de réseaux matériels – chemins de fer, poste, télégraphe – constitutifs de la deuxième révolution industrielle, modifie singulièrement les données du problème en autorisant l’émergence de nouvelles stratégies subversives, constitutives du répertoire d’action moderne tel qu’analysé par Charles Tilly. Les approches qui prévalent dans les deuxième et troisième parties de l’ouvrage, intitulées « Sabotage, réseaux et flux au XIXe siècle » et « La généralisation d’une tactique au XXe siècle », s’en trouvent modifiées. Les contributions de François Jarrige, Constance Bantman, Gilles Ferragu et Sébastien Albertelli, toutes consacrées à la France, se focalisent désormais sur des acteurs animés par une intention de déstabilisation, diversement suivie d’effets, en privilégiant les pratiques et théories du sabotage, quel que nom qu’on leur ait donné.

François Jarrige analyse les atteintes au flux ferroviaires et télégraphiques advenues pendant la révolution de 1848, à l’échelle du pays tout entier et à l’enchevêtrement des motivations et revendications explicites qui les sous-tendent. Certaines, destinées à empêcher l’arrivée de troupes pour ainsi protéger l’action des révolutionnaires, s’inscrivent dans la conjoncture courte, quand d’autres, ou parfois les mêmes, s’attaquent à un moyen de transport jugé concurrentiel en présentant alors un caractère plus structurel. Quoique l’État et ses fonctions régaliennes ne soient, dès lors, pas nécessairement leur cible, toutes ont, du moins, vocation à attaquer des équipements et infrastructures et à profiter de la forme du réseau pour renverser le rapport de force habituel au profit des intérêts de classes populaires. Qu’elles s’attaquent à des réseaux qui vont s’imposer durablement pour fondateurs de la modernité économique contribue toutefois à leur disparition mémorielle, analysée au terme de la contribution.

Nicolas Patin et Dominique Pinsolle soulignent dans l’introduction de cette deuxième partie que « la rupture entre époque moderne et contemporaine se situe moins dans les attaques dirigées contre les flux que dans leur politisation et leur théorisation assez tardive ». Les trois contributions suivantes privilégient cet aspect en analysant l’émergence du terme « sabotage » et ses premières théorisations, consubstantielles de nouvelles approches, sinon de l’État, du moins du pouvoir qui « ne réside plus dans les institutions [mais] désormais dans les infrastructures de ce monde », écrit, alors, Gustave Hervé. Ces contributions, dont certaines s’écartent du propos central de l’ouvrage pour privilégier l’analyse des basculements de l’anarchisme au syndicalisme révolutionnaire, soulignent le faible impact de ces théorisations, en rappelant, avec Jean Jaurès, que « le sabotage ouvrier n’existe pas ». Si le mot devient courant à la veille de la guerre, il désigne, du moins, des pratiques anciennes et des actes isolés ne relevant d’aucune stratégie et qui se distinguent fondamentalement du sabotage ouvrier. Mais l’État qui craint, là encore, le détournement ou l’interruption de flux essentiels et les atteintes à sa souveraineté, renoue avec le réflexe consistant à les criminaliser.

La quasi-inexistence du sabotage ouvrier, hormis dans le cadre exceptionnel de l’Occupation, durant laquelle il s’impose au contraire pour une arme au service de la lutte contre l’occupant et de la restauration d’un État démocratique, s’explique assurément par le respect pour l’outil de travail mais relève également d’autres facteurs qui auraient peut-être mérité quelques mots dans l’introduction de la troisième partie ou peut-être, à plus fort titre, dans la conclusion de l’ouvrage.

Nicolas Patin et Dominique Pinsolle soulignent, en introduction, que le séminaire et l’ouvrage qui en est résulté entendent montrer que « la perturbation, voire l’interruption de certains flux essentiels à la bonne marche du pays », caractéristique de certains mouvements sociaux contemporains ou théories pareillement contemporaines soulignant la dimension stratégique des flux pour déstabiliser l’État, « a une longue histoire ». Du moins conviendrait-il de s’interroger sur la chronologie pertinente de ce qui relève de résurgences plus que de continuités. Celle que les contributions suggèrent tend à montrer que ce qui relève souvent du fantasme ne devient une arme et un facteur potentiel de déstabilisation que dans des phases de crises ouvertes, dont les guerres ou les révolutions, alors en lien avec des stratégies plus globales. Le sabotage, « adapté à un contexte d’une lutte du faible contre le fort », connaît, en revanche, un effacement notable durant les décennies marquées par l’affirmation de l’État social et d’un répertoire d’action conférant la prééminence à la grève, comprise comme un instrument de négociation et non de subversion et qui n’accorde qu’exceptionnellement une place particulière aux réseaux. Par quoi la généralisation des grèves en 1936, 1968 ou 1995 se distingue singulièrement de la théorie de la grève générale du tournant du siècle précédent. Cet effacement et ses causes auraient d’autant plus mérité d’être mentionné qu’il contribue à expliquer la place réduite que l’ouvrage accorde au XXe siècle, abordé pour l’essentiel au travers du sabotage en France occupée (Sébastien Albertelli) et de manipulations monétaires dans l’Allemagne nazie (Christophe Lastécoères).

Les remarques introductives et conclusives sur les résurgences contemporaines de la déstabilisation auraient pour elles mérité une attention accrue aux redéfinitions des rapports que les flux et réseaux entretiennent aujourd’hui avec l’État. Les blocages, occupations ou sabotages évoqués par les auteurs demeurent une arme de « faibles contre les forts ». Ces substituts à la crise des formes dominantes du répertoire d’action moderne, dont la grève, demeurent toutefois limités dans leur ampleur comme dans leurs effets. Mais là n’est sans doute pas aujourd’hui l’essentiel au regard des questions soulevées par l’ouvrage. Dans la contribution qu’elle consacre à « la déstabilisation par les flux de communication en Union soviétique », Larissa Zakharova rappelle que les réseaux matériels se sont modelés là, comme dans la plupart des démocraties occidentales, sur les structures administratives en contribuant à faire État. Le développement contemporain des réseaux numériques introduit à cet égard une rupture majeure en autorisant des pratiques de déstabilisations intentionnelles inédites (les hackers), suivies d’effets notables, le développement de flux financiers, monétaires ou d’informations, à l’origine d’un « capitalisme de surveillance1 », déconnectés de l’État et des pratiques – telles les crypto-monnaies – de nature à affecter sa souveraineté. Ce sont désormais ces flux renouvelés qui sont susceptibles de déstabiliser l’économie mondiale et, sans qu’il s’agisse d’un objectif premier, les États. Ce qui inviterait à poursuivre.

Danielle Tartakowsky


  1. S. Zuboff, L’âge du capitalisme de surveillance, Paris, Zulma, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search