Caroline Lardy, Nathalie Ponsard : Les coulisses de l’enquête orale. (1/3)

Autour de l’article « À la périphérie de l’usine des Ancizes, une enquête à la croisée de l’histoire orale et de l’anthropologie filmique », Le Mouvement social, n°274, janvier-mars 2021, p. 95-117 [En ligne].

Les deux auteures de l’article exposent dans cette série de billets les outils et la fabrique d’une enquête orale sur une usine en milieu rural.

Vue en plongée de l’usine des Ancizes. Carte postale. © Collection privée Gilles Valentin

1. Le guide d’entretien

Objectif : recueillir la mémoire de travailleurs se situant à la croisée du monde rural et du monde usinier, dans un territoire où une partie notable des emplois relève aujourd’hui de l’entreprise Aubert et Duval installée depuis les années 1920, prenant la suite de la Compagnie d’électrométallurgie d’Auvergne. Il s’agit de questionner les modes de transmission, d’adaptation, d’ajustement, de basculement d’individus passant d’un univers à l’autre ou situés à la confluence des deux univers socio-professionnels et culturels.

I. Matrice socio-familiale

Possibilité de retracer l’itinéraire familial ; de s’interroger sur la transmission de la mémoire rurale.

Date de naissance et lieu

Milieu et profession des parents et des grands-parents

Si paysan, faire décrire la situation : propriétaire ou métayer ; ouvrier agricole ? une ferme ? superficie ? champs ; jardins ; prés ? Faire préciser le lieu ou les lieux.

Si élevage : nombre de bêtes ?

Taille de la famille

Lieu de vie pendant l’enfance et l’adolescence

Quelle école avez-vous fréquentée ?

Activités pendant l’enfance ; loisirs ? catéchisme ? association paroissiale ?

Moments festifs ?

Rapport à la terre ? aux savoirs des techniques agricoles ? à l’histoire familiale ?

II. L’arrivée à l’usine : une rupture ? un choix ? une nécessité ?

Une usine en milieu rural ; le passage de la terre à l’usine.

Pourquoi décidez-vous d’aller travailler dans cette grande usine ? (rôle de réseaux familiaux, amicaux dans l’embauche ? stratégie familiale ?)

Une promotion économique et sociale ? Une autonomie ? Une obligation ?

Souvenirs de votre premier jour à l’usine ? En quelle année ?

Quel poste ? Quelle impression ? Aviez-vous déjà une image (représentation) de l’usine ? Connaissiez-vous son histoire ?

Aviez-vous déjà entendu parler du travail à l’usine ?

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie (dans celle de votre famille) après l’entrée à l’usine ?

Pourriez-vous nous décrire l’usine ? (photos)

En quoi a consisté votre travail ? Quels postes avez-vous occupés ? (cadences, discipline, horaires de travail, pointage)

Années 1970 : conflictualité dans la métallurgie en France et dans le Puy-de-Dôme ? Avez-vous participé au mouvement ?

Avez-vous eu des formations ? Comment avez-vous été formé ?

Quelle était l’ambiance dans l’atelier ? D’où venaient vos camarades de travail ? Quels étaient les moments conviviaux ? (sociabilité ouvrière)

Étiez-vous fier de travailler dans cette usine fabriquant des aciers spéciaux ?

Lieux, moments et temps de restauration et/ou casse-croûte ? dans (cantine ou gamelle) et hors de l’usine ? (distance au domicile)

Fréquentation des commerces aux alentours de l’usine ? (Commerçants forains disposant leur étalage près de l’entrée ? Avez-vous connu cette pratique ?)

Participation à :

Salles de spectacle (édifiée dans les années 1950) ?

Société sportive patronnée par l’usine ?

Société musicale et artistique ?

(tester le paternalisme)

III. En dehors de l’usine ?

Le travail à côté. Hypothèse : possibilité de faire émerger la mémoire rurale ? paysanne ?

Lieux d’habitation et modes de vie

Activités en dehors de l’usine

Activités de jardinage ?

Bricolage

La « bricole chez les autres » (qui nécessite un réseau de relations) par nécessité ou par plaisir de faire

Avez-vous continué à avoir des activités agricoles ?

Quels rapports avec des individus restés dans le milieu agricole ? Avec qui ? Amis ? Membres de la famille ? Aide aux travaux agricoles ?

Quels rapports avec les ouvriers paysans ? les artisans commerçants ?

Questions sur les identités

Vous étiez ouvrier ? Ouvrier-paysan ? Ouvrier jardinier ?

Paysan/ouvrier ?

Quel rapport entretenez-vous au lieu ? [vous semblez attaché à ce lieu – les Combrailles – et à cette usine, Aubert et Duval : pouvez-vous nous expliquer pourquoi ? Qu’est-ce qui vous plaît ? déplaît ?]

« C’est particulier, une usine en milieu rural, non ? »

2. Itinéraires tracés et stratégies de contournement sur un terrain d’enquête difficile

Parce que l’accès à l’entreprise Aubert et Duval à travers une exploration guidée des ateliers de l’usine des Ancizes n’a pas été possible, nous avons fait le choix de procéder à une enquête à la périphérie de l’usine.

Au-delà des « itinéraires tracés » par le guide d’entretien et les informateurs, les difficultés du terrain ont imposé des détours et des contournements, des adaptations et des stratégies.

Dans un premier temps, pour nous faire accepter et créer un climat de confiance avec les personnes interrogées, nous nous sommes appuyées sur notre statut d’enseignantes. Les interlocuteurs nous ont situées en marge de l’usine et du territoire, ce qui s’est révélé un atout. Néanmoins, nous avons dû mener une délicate négociation portant sur l’acceptation de l’entretien et du dispositif d’enregistrement. Lorsque le médium était accepté, les individus semblaient peu à peu l’oublier.

L’entretien a suivi en général le même protocole. L’historienne pose les premières questions qui conduisent les interlocuteurs à se concentrer sur ces dernières et à prêter moins d’attention à la présence de la caméra. Même si nous sommes conscientes de l’impact que peut représenter l’instrumentation audiovisuelle au cours de l’entretien, force est de constater que la durée d’entretien – une heure à une heure et demie en moyenne – offre la possibilité aux personnes filmées de faire preuve de plus de spontanéité, voire d’oublier cette observation « outillée ».

Enfin, parmi les « détours obligés » fructueux, nous avons procédé à une connaissance plus fine des alentours de l’usine à travers une série de photographies réalisée à plusieurs intervalles, des prises de vues réelles de l’architecture et du quartier qui jouxte le site, ainsi que des enregistrements sonores des bruits de l’usine.



Citer ce billet
Rédaction (2021, 31 mai). Caroline Lardy, Nathalie Ponsard : Les coulisses de l’enquête orale. (1/3). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0df

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search