Marta Craveri et Anne Marie Losonczy, Enfants du Goulag.

Paris, Belin, « Contemporaines », 2017, 304 p

Si l’existence du Goulag n’est plus sujette à débat, si les querelles autour des chiffres se sont calmées, le phénomène des déportations spéciales, pourtant bien documenté, reste en marge de la perception commune occidentale et a été peu exploré dans la littérature scientifique autre qu’historienne. L’expérience des enfants déportés, notamment, peine à se constituer en un objet d’étude spécifique (à la différence des enfants de la Shoah). Certes, Soljenitsyne consacrait déjà un chapitre aux enfants des camps, arrêtés pour délits politiques, aux orphelins happés par le monde du crime, aux naissances derrière les barbelés. L’ouverture des archives a permis de mieux comprendre le statut des enfants déportés : ainsi en 2002, un recueil de documents et de témoignages a été publié à Moscou sous le titre Deti Gulaga (Enfants du Goulag), suivi d’anthologies traduites en anglais et en italien. Ces ouvrages, bien utiles, se focalisaient sur les conditions de vie des jeunes, laissant de côté la dimension intime de ces expériences : celles d’orphelins jetés dans les rues par la guerre civile, les famines et la terreur (3 millions), raflés dans le cadre d’une gestion policière de l’errance et de l’abandon ; celles des enfants déportés avec leurs familles pendant la dékoulakisation et les « opérations nationales ». C’est bien ce vide qu’entend combler l’ouvrage pionnier de Marta Craveri et Anne Marie Losonczy en désignant cette population enfantine comme une catégorie de victimes à part pour lui donner la visibilité dont elle a manqué jusqu’à présent. Elles rappellent ainsi que le Goulag administrait non seulement les camps, mais également les villages de peuplement regroupant des déportés spéciaux qui n’avaient pas statut de détenus et qui, à la différence de ces derniers, n’avaient pas fait l’objet d’une condamnation individuelle, mais d’une mesure frappant collectivement leur communauté nationale et/ou sociale. Collaboratrices du programme « Mémoires européennes du Goulag (archives sonores) », dans le cadre duquel cette collecte de témoignages a été réalisée, l’historienne Marta Craveri et l’anthropologue Anne Marie Losonczy tissent un dialogue pluridisciplinaire aboutissant à un ouvrage remarquable tant par les documents qu’il met à notre portée que par sa richesse et sa finesse méthodologiques. Notons au passage qu’Anne Marie Losonczy (fille de Géza Losonczy, ministre d’État dans le gouvernement d’Imre Nagy, mort en prison en 1957) a connu elle-même, à l’âge de 7 ans, l’expérience de la déportation de sa Hongrie natale vers la Roumanie.

Le programme « Mémoires européennes du Goulag » mettait déjà l’accent sur les vécus personnels de la déportation et se focalisait sur les populations des territoires européens devenus soviétiques ou entrés dans la zone d’influence de l’URSS, envahis ou annexés : Polonais, Baltes, Hongrois, etc. Mise en évidence dans ce programme, la différence de leur perception de la déportation, par rapport à celle des Soviétiques, est proposée comme une des hypothèses de base de l’ouvrage ; ce qui fait l’originalité de celui-ci au sein de ce vaste projet, c’est que ces identités « occidentales » soumises à la soviétisation forcée sont étudiées dans leur période enfantine.

Ces expériences se déclinent en cinq chapitres alternant témoignages et analyses : « Arrachements », « Souffrances », « Grandir », « L’éclatement. Retours de déportation » et « Se souvenir », qui proposent une trame de lecture à la fois chronologique, de l’arrestation au rapatriement, et transversale, visant à inscrire ces destins dans le contexte plus large des répressions soviétiques. Dans un va-et-vient entre le regard de l’enfant et la parole de l’adulte, cette mosaïque met en lumière ce que les récits ont de commun – les conditions d’arrestation, de vie et de travail en déportation, les difficultés du retour qui, pour beaucoup, a été un nouvel arrachement, une mémoire « sous influence » – et ce que chacun d’eux a d’individuel et de contingent, de par l’histoire familiale, l’appartenance nationale et les aléas du parcours.

Sans entrer dans le détail des récits présentés ici, disons que le livre permet de comprendre les logiques politiques et administratives des déplacements vers la Sibérie, le Kazakhstan ou le Grand Nord, les logiques qui ont présidé à la répression de chacune des communautés représentées ; il permet aussi de comprendre l’expérience de l’arrachement radical qui en a résulté, les solidarités mises en œuvre face à l’adversité et les reconfigurations sociales qui se sont opérées dans un contexte de total dénuement ; puis les retours, endoloris par la perte de l’image idéalisée du pays natal, soviétisé et devenu étranger, ou par la disparition de la communauté entière dans le cas des Juifs, début de parcours semés d’embûches, marqués par la peur et la honte, et parfois préludes à un nouvel exil.

Ainsi que le précisent les chercheuses, l’objet de leur étude a émergé des conditions même de la collecte des témoignages : « La date tardive de notre enquête, à un moment où les seuls déportés encore en vie ont connu le Goulag dans leur prime jeunesse, a imposé l’enfance et l’adolescence comme l’axe central de remémoration des témoins » (p. 21). Une carence s’est ainsi muée en richesse. Plus largement, l’ouvrage, avec son introduction qui en expose la méthode, apporte une réflexion magistrale sur le témoignage oral en tant que tel, au-delà même des déportations soviétiques. En effet, à l’ère de la disparition des témoins, où le témoignage oral individuel est devenu l’obsession des institutions mémorielles (rares sont aujourd’hui les musées qui se passent de ces dispositifs dits interactifs, lesquels proposent d’animer, en appuyant sur un bouton, l’histoire d’un témoin), on manque souvent de recul par rapport à ces vies remémorées. Les Enfants du Goulag, en revanche, donne des outils à la fois pour comprendre les parcours et les contextualiser, dans le respect du « style mémoriel particulier de chacun » (p. 27) et des souffrances endurées, mais sans perdre de vue tout ce que cette parole omet ou recompose, résultat d’une élaboration ultérieure, l’adulte interférant avec l’enfant qu’il a été ; résultat également de discours superposés comme de tentatives de les déjouer – discours soviétiques sur les réalisations que ces vies sacrifiées ont permises ou discours post-soviétiques sur la souffrance nationale. Partant, les enquêteuses s’intéressent aux interstices qui jalonnent ces récits adultes d’expériences éloignées de plus de cinquante ans : silences, oublis, non-dits, contournements, demandant aux témoins de reprendre leur récit, repérant des contenus douloureux derrière les évitements qu’elles savent n’être pas des oublis. Elles mettent en lumière des ressentis qui différencient le vécu des jeunes de celui de leurs parents. Ainsi, pour les déportés nés en captivité ou arrivés très jeunes, la nature constitue le décor familier et complice de leurs vies : « la mémoire infantile restitue […] ses variations saisonnières, sa végétation estivale luxuriante et son vide hivernal, ses parfums étranges » animant un paysage « qui, dans les narrations adultes, semble autant dévasté que meurtrier » (p. 22).

On aurait souhaité connaître davantage d’éléments sur la relation des témoins au plurilinguisme imposé par la déportation et à la langue dans laquelle l’entretien a été mené. Parler dans sa langue maternelle, en anglais ou en russe, est-ce le choix de l’interviewé, de l’intervieweur ou une contingence de l’entretien ? La langue dicte-t-elle la construction du matériau autobiographique, commande-t-elle souvenirs et oubli ? Mais ces questions mériteraient sans doute une étude à part, que ne se donnait pas pour objectif cet ouvrage excellent et nécessaire.

Luba Jurgenson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search