Emilia Koustova (dir.), Combattre, survivre, témoigner. Expériences soviétiques de la Seconde Guerre mondiale.

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2020, 470 p.

L’intérêt de l’historiographie pour les expériences individuelles et les égo-documents n’est plus à démontrer. On n’a pas fait le tour pour autant des implications du nouveau rapport aux sources que cette approche véhicule et qui a conduit à construire en objet d’études les contextes de leur production – et de leurs manipulations. Le déplacement du point de vue n’a pas eu pour effet que de convoquer sur la scène historique des acteurs jusque-là absents ou invisibles, mais a permis d’envisager les imbrications entre le collectif et l’individuel, au fondement de ces sources, comme un champ de savoir historique pluridisciplinaire, au croisement de l’anthropologie, de la littérature, de l’analyse de l’image, etc. C’est bien dans cette mouvance que se situe, comme l’annonce son titre, Combattre, survivre, témoigner. Expériences soviétiques de la Seconde Guerre mondiale, collectif sous la direction d’Emilia Koustova paru en 2020 aux Presses universitaires de Strasbourg. Résultat d’un remarquable travail de documentation, de traduction, d’analyse et de synthèse, l’ouvrage vise à cerner au plus près des expériences personnelles, mêlant témoignage historique et dimension intime et dressant, de manière modeste – souvent en note de bas de page – mais efficace, un état des lieux des recherches sur les principaux thèmes évoqués : la vie quotidienne des combattants, des populations civiles, des partisans et des chroniqueurs, journalistes ou cinéastes ; la création de mythes soviétiques à travers la propagande et la mémoire. Ce panorama montre, en amont d’un certain nombre de travaux récents (ceux de Masha Cerovic, d’Irina Tcherneva, de Valérie Pozner, etc.), une histoire des savoirs complexe, en dents de scie, qui a préparé progressivement ce changement de paradigme avec la prise en compte des égo-documents, et apporte une vision résolument transversale d’un champ d’études en construction. L’ouvrage donne à voir aussi, par sa structure basée sur la classification des sources, le parti pris de laisser parler ces dernières de par leur catégorie même. Il est en effet organisé selon les types de documents sollicités : journal intime (première partie), correspondances (deuxième partie), enregistrements effectués dans le cadre de commissions d’enquête (troisième partie) ou enquête judiciaire (quatrième partie). Si ces différents modes de fixation des événements, répondant à des pratiques sociales, individuelles ou institutionnelles, nécessitent des approches différentes, leur ordonnancement est déjà en soi une méthode : instituer la source en principe d’organisation du savoir permet de l’interroger selon des paramètres nouveaux dont contingences, ressentis, énigmes, stratégies de construction des éthos ou des images de soi. Ainsi, chacune des neuf contributions, encadrées par l’introduction et la conclusion d’Emilia Koustova, présente un ou plusieurs documents inédits consacrés à un individu dont ils font découvrir et confrontent différentes facettes ; et ce, tout en montrant comment l’historiographie et la mémoire officielles ont opéré parmi celles-ci des choix visant à préserver la vision manichéenne, en noir et blanc, de la « Grande Guerre patriotique », mythe fondateur de l’URSS à partir des années cinquante et de la Russie actuelle. En annexe, on trouve un panorama des archives ukrainiennes sur l’occupation nazie, détaillant les impensés, les fonds à explorer et les perspectives qu’ils offrent aux chercheurs ; ainsi que la liste des archives lituaniennes, russes et ukrainiennes où les auteurs ont mené leur recherche. L’ouvrage se conclut par une importante bibliographie, désormais outil précieux pour les chercheurs qui poursuivront l’exploration des mythes et réalités de la Seconde Guerre mondiale en URSS.

Historienne et historienne de la culture, Emilia Koustova n’en est pas à sa première étude sur l’écriture intime liée à des violences historiques : elle s’était notamment intéressée aux correspondances des détenus du Goulag et des déportés spéciaux ; son travail, dans le cadre du programme « Mémoires européennes du Goulag (archives sonores) », l’avait portée à développer une réflexion sur la place des expériences individuelles dans l’historiographie. Réflexion qu’elle poursuit en sollicitant des collaborateurs dont les champs de recherche – les politiques répressives de l’URSS et la Seconde Guerre mondiale, notamment dans les territoires occidentaux – permettent de croiser les questions des violences nazies et soviétiques. Alain Blum, coordinateur des archives sonores, Vanessa Voisin, à qui l’on doit L’URSS contre ses traîtres. L’épuration soviétique (1941‑1955),Amandine Regamey, codirectrice de l’ouvrageWomen in Arms: From the Russian Empire to Post-Soviet States et spécialiste des déportations ; Oleg Boudnitski et Lioudmila Novikova, respectivement directeur et membre du Centre d’histoire de la Seconde Guerre mondiale de Moscou, qui se sont intéressés tous les deux à la question des violences contre la population civile, Boris Kovalev, directeur de recherche à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de Russie (Saint-Pétersbourg), Roman Podkur, directeur de recherche à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences d’Ukraine, Vladimir Solonari, professeur à l’université de Floride centrale. Chacune des contributions présente une enquête minutieuse, résultat parfois de croisements de plusieurs sources et strates d’archives, sur les biographies de personnages publics (le journaliste Piotr Lidov, le cinéaste Marc Troïanovski, la sniper Natalia Kovchova) ou d’anonymes, comme ces émigrés de la « deuxième vague » (citoyens soviétiques faits prisonniers ou emmenés de force en Allemagne et restés en Occident, ou bien partis avec la Wehrmacht à la fin de la guerre), interrogés, au tournant des années cinquante, dans le cadre du Harvard Refugee Interview Project : rappel fort utile, cette vague de l’émigration ayant laissé peu de témoignages et donné lieu à peu d’études en comparaison avec la première. La facette intime des destins héroïques ou exemplaires révèle, mise en regard de leur reconstruction dans l’espace public soviétique, les ficelles du récit officiel. Les témoignages des anonymes permettent de suivre, quant à eux, la circulation des rumeurs et des informations dans les territoires occupés, par exemple, sur l’extermination des Juifs, et montrent les stratégies de survie déployées face aux nazis et/ou aux Soviétiques (stratégies qui prennent parfois l’aspect de véritables romans d’aventures comme le cas Amozov), déconstruisent et complexifient les hagiographies.

Le recueil exprime un positionnement méthodologique fort et donne à voir les implications épistémologiques qui en découlent, sans éluder les obstacles et les limites que rencontre l’étude de ces récits modelés par la nécessité d’échapper aux poursuites, de prouver sa loyauté au régime soviétique et fortement imprégnés des clichés du discours officiel, même après la Perestroïka. C’est là un phénomène auquel se confronte tout chercheur travaillant sur les témoignages personnels, amplifié dans le cas soviétique. Loin d’être dépositaires d’une vérité cachée jusque-là et enfin révélée – l’ouvrage évite toute fétichisation de la parole individuelle –, les corpus étudiés ici montrent la porosité des espaces publics et privés dans les contextes de violence politique. Ils constituent une pièce dans une mosaïque des sources et des savoirs dont il s’agit désormais de prendre en compte la polyphonie, tâche que l’ouvrage assume avec maestria.

Luba Jurgenson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search