Sylvain Brunier, Le bonheur dans la modernité. Conseillers agricoles et agriculteurs (1945-1985).

Lyon, ENS Éditions, « Gouvernement en question(s) », 2018, 286 p.

L’ouvrage de Sylvain Brunier est issu de sa thèse sur l’histoire des conseillers agricoles à l’ère de la modernisation. L’analyse qu’il propose s’inscrit dans une tendance récente visant à écrire une « autre histoire » de la période des Trente Glorieuses en déconstruisant les mythologies qui l’entourent. La modernisation, l’abondance et le progrès ne sont pas advenus spontanément. Ils n’ont pas été sans coûts, mais ne doivent pas être réduits aux dégâts qu’ils ont pu causer. Ces processus sont le résultat de politiques volontaristes, parfois idéalistes, dont il importe de comprendre les mécanismes.

C’est dans cette perspective que l’auteur propose de répondre à d’ambitieuses questions : qui a porté les prescriptions du « consensus modernisateur » agricole ? Et surtout, comment expliquer qu’à partir des années 1950, les agriculteurs aient participé à des politiques qui ont conduit à diviser par dix la population active agricole ?

La réponse, nous dit S. Brunier de manière convaincante, réside en partie dans l’histoire d’un groupe professionnel méconnu, qui a pourtant été un maillon central de la mise en œuvre de ces politiques : celui des conseillers agricoles. Ces agents du progrès, intermédiaires des politiques de développement agricole, ont eu pour mission l’acclimatation des agriculteurs aux nouvelles priorités de la période d’après-guerre.

Pour retracer l’histoire de ce groupe et le rôle qu’il a joué dans le processus qu’il s’agit d’éclairer, le livre propose une étude à la croisée de la sociologie de l’action publique (en étudiant concrètement, au plus près, la mise en œuvre d’une politique) et de la sociologie des professions (en analysant les dynamiques d’évolution d’un groupe, de son émergence à son délitement).

Il ne s’agit pas pour l’auteur de juger du bien-fondé de ces politiques, mais de remettre en question deux types de récits : celui d’une évolution inévitable, d’un ajustement presque mécanique, et celui d’une manipulation des populations agricoles, orchestrée d’en haut par des élites politiques et techniques toutes-puissantes. L’analyse proposée par l’ouvrage, contrairement à ces deux récits, permet de rendre compte de l’application de cette politique, en expliquant comment et pourquoi les agriculteurs ont pu y adhérer. L’étude s’appuie sur un matériau riche : des fonds d’archives des multiples organismes qui emploient, défendent ou forment les conseillers, mais aussi une quarantaine d’entretiens menés par l’auteur avec ces professionnels ou encore des films d’archives qui jouent un rôle important dans l’analyse de l’ouvrage.

La plupart des évolutions décrites par l’auteur sont d’envergure nationale, mais il s’intéresse plus particulièrement à deux terrains : la Savoie et l’Isère, dont les particularités (notamment en tant que territoires de montagne, éloignés des terres du productivisme roi) lui permettent de mettre en valeur la diversité des fonctions exercées par les conseillers agricoles.

L’histoire proposée par l’ouvrage se déploie par grandes étapes chronologiques. L’immédiat après-guerre correspond à un moment de réflexion sur les politiques de vulgarisation du progrès technique, lors duquel les grands acteurs (en particulier l’État et les organisations agricoles) se mettent d’accord sur la nécessité de bénéficier de relais sur le terrain pour défendre la modernisation. Reste encore à réellement « inventer » le métier de conseiller agricole : une évolution qui intervient dans la seconde moitié des années 1950. Plusieurs grandes questions doivent alors être tranchées : qui emploierait ces conseillers ? Et surtout, comment concilier les différents pans de leur mission : la sélection des agriculteurs les plus productifs et la promotion sociale de la petite et moyenne exploitation familiale ? L’ambiguïté de ce mandat se trouve pendant toute la période au cœur même de la difficulté à définir le groupe professionnel.

Suivent différentes étapes d’institutionnalisation du groupe des conseillers dans les années 1960 (création d’un centre de formation, d’un diplôme, de syndicats spécifiques). Les chambres d’agriculture ont désormais pris la main et deviennent les principaux employeurs de ces agents de la modernisation. Cependant, la professionnalisation demeure inachevée. Elle est même paradoxale, puisque les mécanismes mêmes qui conduisent à la plus grande reconnaissance de la profession participent aussi à diviser le groupe et nuisent à son homogénéité.

Dans les années 1970, les fractures se font plus grandes encore. Dans un contexte où le consensus modernisateur agricole est « rompu », les conseillers peinent à conserver leur légitimité. Leurs activités, critiquées sur tous les fronts, sont reprises en main par l’État qui impose une bureaucratisation des opérations dans le cadre de la réforme managériale des politiques publiques. Le groupe des conseillers tend alors à « s’effacer », les différentes organisations qui assuraient sa cohérence ne parvenant plus à s’entendre, ni à peser suffisamment. Les années 1980 correspondent à sa dissolution effective et l’auteur étudie en détail les tentatives de redéfinition et de reconversion des conseillers qui cherchent notamment à trouver des alternatives à la promotion de l’intensification productive.

À travers ces différentes étapes, l’auteur propose une étude fine du positionnement,à plusieurs échelles, de ce groupe professionnel dont la mémoire a été effacée des grands récits modernisateurs. Tout d’abord, le livre replace toujours la situation des conseillers dans des évolutions politiques et sociales plus larges : le plan Marshall, l’avènement d’une politique agricole européenne, les contestations du productivisme ou encore l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.

Deuxièmement, l’ouvrage situe les conseillers agricoles puisqu’il met en scène toute une galaxie d’acteurs institutionnels qui ont contribué aux politiques agricoles. Il donne une idée nette de la place occupée par les conseillers dans ce réseau d’acteurs et dans les tensions et les rivalités entre différents pôles de pouvoir. Les passages sur le statut juridique complexe de ces conseillers sont particulièrement éclairants : ils montrent les effets paradoxaux des efforts pour défendre leurs conditions de travail et des hésitations entre la revendication des protections du salariat et la tentation de l’indépendance.

La question du positionnement est également celle de la distinction toujours précaire entre conseillers et groupes professionnels voisins : vulgarisateurs, techniciens ou agents commerciaux des coopératives et autres entreprises agroalimentaires. Accompagnateurs de la modernité, les conseillers ne sont ni des professeurs surplombants ni des VRP – mais la ligne est parfois difficile à tenir.

Enfin, le livre éclaire le positionnement des conseillers par rapport aux agriculteurs. Cette question traverse l’ouvrage : ils s’identifient au monde agricole (même lorsque le profil type évolue, l’origine rurale et la proximité à l’agriculture restent fortes), et la profession représente même un débouché possible pour les enfants de paysans. Parfois défini comme « ami et collaborateur » des exploitants, le conseiller ne peut pourtant pas être leur porte-parole, et une partie de son rôle consiste bien à sélectionner les meilleurs, ceux qui sont le plus aptes à prendre le tournant de la modernité. La question du public visé par sa mission reste toujours ambiguë.

Les deux parties du contrat sont donc remplies : l’ouvrage offre une histoire fine de la mise en œuvre d’une politique agricole, vue au prisme de l’évolution de l’un de ses maillons centraux, dont il donne à voir la dynamique, de sa constitution à sa décomposition.

On formulera un seul regret : l’accent mis dans le sous-titre sur la relation de conseil trouve en fait peu de place dans l’ouvrage. L’aspect pratique de la relation et le point de vue des agriculteurs apparaissent rarement. L’auteur explique que le conseiller (pendant une grande partie de la période étudiée) est celui des intervenants des politiques agricoles qui a l’accès le plus facile à la cour de la ferme. Son travail repose beaucoup sur l’affect, les relations de confiance, l’improvisation qu’il (ou elle) est capable de mettre en œuvre. Mais on souhaiterait en apercevoir davantage : le livre offre peu de récits de ces interactions quotidiennes et de la manière dont elles sont perçues par les agriculteurs. L’histoire « par le bas » (p. 245) que S. Brunier cherche à écrire manque quelque peu d’individus : si le portrait collectif de la profession est réussi, on aimerait lire plus de portraits individuels, de récits d’interactions, qui rendraient l’évolution décrite encore plus concrète.

Il y a toutefois une exception importante à cette réserve : les développements du troisième chapitre sur la relation entre les conseillères et les femmes d’agriculteurs. Ces analyses, particulièrement riches, sont fondées sur le matériel réuni à l’occasion d’un film documentaire coréalisé par l’auteur en même temps que sa thèse1. On y saisit de manière très tangible la nature de la relation de conseil dans le cadre de groupements de vulgarisation féminine, et les impacts qu’elle peut avoir, à travers ce que l’auteur nomme le « féminisme discret » des conseillères (p. 124-132). Dans ces passages, l’histoire « par le bas » rencontre vraiment l’analyse générale proposée par ailleurs, et c’est une réussite. Dans le reste de l’ouvrage, certains extraits d’entretiens donnent également une image plus incarnée de « ce qu’aimer le progrès veut dire » (p. 255), selon une jolie formule de l’auteur. On aimerait en lire encore davantage, mais cette requête ne remet pas en cause la richesse, la rigueur et l’intérêt de l’ouvrage en général.

Alexia Blin


  1. S. Brunier et C. Pons, Le nom des fleurs, film documentaire, Grenoble-Paris-Angoulême, SHI Productions, couleur, 52 min. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search